Réservoir Gouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réservoir Gouin
image
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Subdivision Drapeau : Québec Québec
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 01″ N 74° 54′ 23″ O / 48.63361, -74.9063948° 38′ 01″ Nord 74° 54′ 23″ Ouest / 48.63361, -74.90639  
Type Artificiel
Superficie 1 789 km2
Longueur 100 km
Largeur 48 km
Altitude 404 m
Profondeur
 · Moyenne
 
5 m

Le Réservoir Gouin est un réservoir situé dans la partie centrale du Québec, en Haute-Mauricie. Il a un rivage long de plus de 5600 kilomètres et une superficie de 1 789 km2. Ce réservoir est considéré être la source de la rivière Saint-Maurice parce qu'il est situé à la limite ouest du bassin versant de cette dernière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réservoir est baptisé du nom de Lomer Gouin, qui était premier ministre du Québec quand, en 1918, la Shawinigan Water and Power Company l'embaucha pour aider au développement hydroélectrique. Le barrage Gouin, principal ouvrage de retenue des eaux du réservoir, n'a pas été conçu pour produire de l'électricité, mais il possède une petite centrale qui sert à faire fonctionner les vannes de l'évacuateur de crues afin de régulariser le débit de la rivière Saint-Maurice et ainsi optimiser la production d'électricité des centrales situées en aval.

À l'origine, la Commission des eaux courantes du Québec voulait faciliter le flottage du bois qui était acheminé via la rivière aux papetières de La Tuque jusqu'à Trois-Rivières. Le premier ouvrage a été construit sur le rapide de La Loutre, en 1916-1917. La Shawinigan Water and Power Company décida de rehausser le niveau du réservoir en 1948 et il fut également décidé de détourner le cours supérieur de deux rivières s'écoulant naturellement vers la Baie-James et de les faire se déverser vers le fleuve Saint-Laurent par la Saint-Maurice. Ces deux rivières sont la rivière Mégiscane et la rivière Suzie. Une série de digues et de canaux ont été nécessaires afin de permettre de dériver les eaux de ces rivières et, encore aujourd'hui, ces ouvrages sont méconnus du grand public.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bien qu'aucune route pavée ne mène au réservoir Gouin, il est néanmoins accessible par plusieurs chemins forestiers. Le réservoir est une destination populaire de pêche avec de nombreux fournisseurs commerciaux et de loges privées le long de ses rivages. On trouve également un bon nombre de pourvoiries offrant des excursions de chasse et de pêche.

Sur la rive nord du Réservoir Gouin est située la communauté autochtone d'Obedjiwan, s'écrivant Opiticiwan en langue atikamekw. Ce village est la seule communauté érigée aux abords de cette vaste étendue d'eau artificielle. Lors de la construction du premier barrage la Loutre (nom donné à l'ouvrage de retenue avant l'appellation Gouin que l'on connaît aujourd'hui), les amérindiens vivaient près du lac Obedjiwan qui fut inondé avec la mise en eau du réservoir. À ce moment, les résidents se sont déplacés et ont reconstruit leur village sur le site de l'actuel village. Par ailleurs, à environ 40 km au sud du réservoir, existent le village de Parent et le village de Clova, tous deux maintenant fusionnés avec Ville La Tuque et étant accessibles par train avec Via Rail Canada.

Centrales hydroélectriques[modifier | modifier le code]

Le réservoir Gouin sert essentiellement à régulariser les eaux du bassin qu’il dessert afin d’alimenter les centrales hydroélectriques aménagées en aval sur le Saint-Maurice et de minimiser les crues[1].

Sur la rivière Saint-Maurice, en aval du barrage Gouin, douze centrales hydroélectriques ont été érigées au cours du dernier siècle. Deux de ces centrales ne sont plus en service aujourd'hui. Dans le sens d'écoulement de la rivière, ces centrales sont :

Faune[modifier | modifier le code]

Les espèces de poissons actuelles incluent le doré jaune, le grand brochet, la perchaude et le grand corégone. Il arrive que des pêcheurs capturent du touladi et de l'omble de fontaine mais ces espèces sont plus marginales, car cette vaste étendue d'eau est le repère idéal du brochet qui est très friand des petits poissons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [2004b] Hydro-Québec Production, Aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Coeurs - Rivière Saint-Maurice : Étude d’impact sur l’environnement, vol. 2. Milieux physique et biologique, Montréal, Hydro-Québec,‎ mai 2004 (lire en ligne)