Réserve nationale du Masai Mara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve nationale du Masai Mara
Image illustrative de l'article Réserve nationale du Masai Mara
La migration des zèbres et des gnous
Catégorie UICN II (parc national)
Identifiant 1297
Pays Drapeau du Kenya Kenya
Coordonnées 1° 29′ 24″ S 35° 08′ 39″ E / -1.49011535, 35.144135271° 29′ 24″ Sud 35° 08′ 39″ Est / -1.49011535, 35.14413527  
Superficie 1 510 km2
Création 1974

Géolocalisation sur la carte : Kenya

(Voir situation sur carte : Kenya)
Réserve nationale du Masai Mara

La réserve nationale du Masai Mara est une réserve nationale située au sud-ouest du Kenya. C'est le prolongement naturel du parc national du Serengeti situé en Tanzanie. Elle tient son nom de la tribu qui vit sur ses terres, les Masaïs, et de la rivière qui la traverse, Mara. C'est dans ce parc qu'a été tourné le film Félins .

Il s'agit d'une grande étendue de savane, légèrement vallonnée, dans laquelle se croisent de nombreuses espèces :

Mammifères

Oiseaux

Reptiles

La réserve est essentiellement constituée de vastes plaines de savane vallonnée limitée à l'Ouest par l'escarpement d'Oloololo et au Sud par la Sand River. La confluence de cette rivière, de la Talek et de la Mara crée des zones de marais peu profonds qui apportent une grande diversité de biotopes dans un lieu très caractéristique de l'Afrique de l'Est rêvée pour les safaris.

Moins fréquentée que le Serengeti, la réserve est un endroit superbe où observer la migration des gnous, des zèbres, des gazelles de Thomson et d'autres animaux deux fois par an, en particulier lors de leur franchissement de la rivière Mara. Ces herbivores, arrêtés par la présence de l'eau (et des prédateurs qui les attendent à cet endroit), se regroupent en troupeaux qui peuvent dépasser les 10000 têtes avant de se jeter à l'eau. La concentration animale, l'intense activité des prédateurs (principalement lions, crocodiles, léopards et hyènes) et le spectaculaire de certains franchissements (appelés crossings) créent un spectacle ahurissant même si la violence de la lutte pour la vie y est très présente.

L'accès en est relativement compliqué. On peut rejoindre le parc depuis Nairobi en avion (environ 70 minutes de vol) ou en voiture (environ 8 heures de routes, en très mauvais état, et de pistes). Néanmoins, le tourisme y est relativement bien développé grâce aux six portes d'accès (Oloololo Gate et Musiara Gate au Nord, Talek Gate et Sekanani Gate à l'Est, Ololaimutia Gate et Sand River Gate au Sud) et quatre pistes d'aviation en terre battue.

Destination prisée des photographes amateurs parfois repoussés par les tarifs élevés des taxes d'entrée dans les parcs naturels de Tanzanie, c'est le lieu d'activité privilégié d'un couple de photographes animaliers français, Michel Denis-Huot et Christine Denis-Huot qui résident sur place pendant une grande partie de l'année. De nombreux touristes s'y retrouvent également.

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Malkhadir Muhumed, « Des lions menacés par la sécheresse et un insecticide », Associated Press,‎ 19 février 2010 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]