Réserve nationale de faune de la pointe de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve nationale de faune de la pointe de l'Est
Image illustrative de l'article Réserve nationale de faune de la pointe de l'Est
Paysage de la pointe de l'Est
Catégorie UICN III (monument naturel)[1]
Identifiant 4157
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Territoire équivalent Les Îles-de-la-Madeleine
Coordonnées 47° 36′ 00″ N 61° 27′ 00″ O / 47.6, -61.4547° 36′ 00″ Nord 61° 27′ 00″ Ouest / 47.6, -61.45  
Superficie 10,5 km2[1]
Création 1978
Administration Service canadien de la faune

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Réserve nationale de faune de la pointe de l'Est

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Réserve nationale de faune de la pointe de l'Est

La réserve nationale de faune de la pointe de l'Est est l'une des huit réserves nationales de faune du Canada présentes au Québec. La réserve a pour mission de protéger des habitats servant de halte aux oiseaux migrateurs et de lieux de reproduction à des espèces dont le Pluvier siffleur et le Grèbe esclavon.

Localisation[modifier | modifier le code]

Une prairie devant une forêt rabougrie avec des dunes en arrière fond.
Le paysage varié de la pointe de l'Est

La réserve nationale de faune de la pointe de l'Est est située au nord-est de l'archipel des îles de la Madeleine, sur la pointe du même nom. Elle est accessible par la route 199. Elle partage ses limites avec le refuge faunique de la Pointe-de-l'Est qui comprend le reste de la pointe. La réserve est aussi entièrement située dans la zone importante pour la conservation des oiseaux de l'île de l'Est[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La pointe de l'Est a une géographie variée comprenant des affleurements de grès rouge, des dunes, des lagunes, des landes à camarines, des prairies salines, des marais, des plages et des forêts rabougries. Dans l'ensemble la pointe est composée de dépôts de sable stabilisés par le réseau racinaire de l'ammophile à ligule courte (Ammophila breviligulata)[2].

À l'exception d'une petite portion au nord est qui est composée de grès et siltstones du Permien, la grande majorité du sous-sol est composé tombolos de sable du Quaternaire[3].

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

On retrouve dans la réserve plus de 150 espèces d'oiseaux et une dizaine d'espèces de mammifères. Parmi les oiseaux nicheurs, on y retrouve le canard noir (Anas rubripes), le canard pilet (Anas acuta), le harle huppé (Mergus serrator), le fuligule milouinan (Aythya marila), le goéland hudsonien (Larus smithsonianus), le goéland marin (Larus marinus), le sterne pierregarin (Sterna hirundo) et le sterne arctique (Sterna paradisaea). Les forêt sont utilisées par le roitelet à couronne rubis (Regulus calendula), la sittelle à poitrine rousse (Sitta canadensis), le quiscale rouilleux (Euphagus carolinus), la paruline rayée (Setophaga striata), la paruline à tête cendrée (Setophaga magnolia) et la paruline obscure (Leiothlypis peregrina). Deux espèces rares nichent dans la réserve, le pluvier siffleur (Charadrius melodus) sur les plages et le grèbe esclavon (Podiceps auritus) sur le bord des étangs[4].

La réserve est aussi une halte migratoire importante pour les limicoles comme le pluvier argenté (Pluvialis squatarola), le bécasseau sanderling (Calidris alba) et le grand chevalier (Tringa melanoleuca)[4].

Les principaux mammifères observés dans la réserve sont le renard roux (Vulpes vulpes) et l'écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus)[4].

Trois espèces sont protégées par la loi sur les espèces en péril et sont présentes dans la réserve, soit le pluvier siffleur, le grèbe esclavon et la Sterne de Dougall (Sterna dougallii)[4].

Administration et tourisme[modifier | modifier le code]

La réserve est administrée par le Service canadien de la faune, une division d'Environnement Canada. Le service canadien de la faune a délégué à l'organisme la Salicorne les activités d'animation et de sensibilisation de la réserve. L'infrastructure comprend un réseaux de sentiers de 8 km et quelques panneaux d’interprétation. La chasse à la sauvagine est permise en automne dans la réserve[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Registre des aires protégées au Québec : Réserve nationale de faune », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2011 (consulté le 10 juillet 2011)
  2. a et b « Île de l'Est », sur IBA Canada (consulté le 1 mars 2014)
  3. « Carte interactive SIGÉOM », sur Système d'information géominière du Québec (consulté le 4 mars 2014).
  4. a, b, c, d et e « Réserve nationale de faune de la Pointe de l’Est », sur Environnement Canada (consulté le 28 février 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]