Réserve indienne des Blackfeet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 39′ 31″ N 112° 52′ 18″ O / 48.65861, -112.87167 ()

Localisation (en rouge) de la réserve indienne des Blackfeet.
Réserve indienne des Blackfeet dans l'État du Montana, à l'été 1997. Vue du côté de la route US 2 vers le nord-ouest, juste avant la ville de Browning (montagnes Rocheuses avec de la neige sur la gauche à l'ouest).
Drapeau de la nation des Pikunis, ou Blackfeet.

La Réserve indienne des Blackfeet (Blackfeet Indian Reservation en anglais) est une réserve amérindienne créée pour la tribu des Pikunis (aussi appelées Blackfeet et Peigans) située dans le Nord du Montana aux États-Unis. La nation des Pikunis se divisent en deux : les Pikunis du Nord et les Pikunis du Sud. Ce sont ces derniers qui habitent majoritairement la réserve du Montana. Ensemble, les Pikunis forment la plus grande nation de la Confédération des Pieds-Noirs et la réserve du Montana est la plus grande en superficie de toutes les réserves pieds-noirs.

La réserve se situe à l'est du parc national de Glacier à la frontière du Canada. Sa superficie est d’environ 6 154 km2, plus grande par exemple que l'État américain du Delaware. Elle s'étend sur les comtés de Glacier et de Pondera.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une grande partie du nord du Montana fut laissée aux amérindiens lors de la signature du traité de Fort Laramie en 1851. Certaines de ces terres furent néanmoins réclamées en 1874 par les États-Unis. Le traité de Sweetgrass Hills en 1887 découpa le territoire en plusieurs réserves séparées dont les limites sont toujours celles existantes aujourd'hui. En 1893, le chemin de fer Great Northern Railway qui traverse la réserve fut complété et la tribu vendit une partie des terres situées plus à l’ouest. Ces terres font aujourd'hui partie du parc national de Glacier.

La tribu des Pieds-Noirs étaient des Indiens des Plaines qui se nourrissaient de la chasse de bisons jusqu'à ce que ces derniers furent presque quasiment décimés à cause de la chasse effectuée par les nouveaux colons. Cela créa une famine chez les indiens et plus de 600 d'entre eux disparurent lors d'un hiver. Le gouvernement américain tenta de créer des fermes pour que les indiens puissent élever du bétail dans le but également de les sédentariser. Ce projet n'eut jamais les résultats escomptés et les indiens ne se sont jamais lancés dans l'agriculture suffisamment pour répondre à leurs propres besoins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chief Mountain est une montagne isolée à la limite occidentale de la réserve, qui est considérée comme un lieu sacré par les Pikunis.

L'altitude dans la réserve varie de 1 000 m à 2 763 m au niveau de Chief Mountain. L'autre montagne principale est la Ninaki Mountain. La partie orientale de la réserve est composée de collines et de grandes prairies alors que l'ouest est plutôt composé de forêts de pins et de sapins.

Plusieurs cours d'eau arrosent la région comme les rivières St. Mary River, Two Medicine River, Milk River, Birch Creek et Cut Bank Creek. Il y a environ 282 km de cours d’eau et 8 grands lacs.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement américain de 2000, la population s'élevait à 10 100 habitants pour une densité de population de 1,64 hab/km².

Localités[modifier | modifier le code]

La plus grande localité est Browning. Elle est le siège du gouvernement tribal. Les autres localités importantes sont St. Mary et East Glacier Park.

Autres localités :

Gouvernement[modifier | modifier le code]

La réserve dispose d'un gouvernement local qui gère la santé, l'éducation, l'aide à l'emploi, la collecte des déchets et la fourniture en eau de ses habitants. La police indienne fut remplacée en 2003 par le Bureau of Indian Affairs à cause de différents problèmes dans la police locale.

Économie[modifier | modifier le code]

Le nombre de sans emploi est très élevé (69 %) dans la réserve[1]. Parmi les personnes ayant un travail, 26 % étaient toutefois sous le seuil de pauvreté

Les revenus les plus importants proviennent de l'extraction du pétrole et du gaz naturel. Les sociétés présentes doivent reverser une contribution à la réserve. En 1982, on dénombrait ainsi 643 puits de pétrole et 47 puits de gaz. L'industrie est également orientée vers le tourisme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Indian labor », DLI (consulté le 08-05-2006)

Liens externes[modifier | modifier le code]