Réseau transeuropéen de transport

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le réseau de transport transeuropéen (RTE-T) est un programme de développement des infrastructures de transport de l'Union européenne arrêté par le Parlement et le Conseil européen. Il a pour ambitions de faciliter le développement des échanges, en particulier par l'interopérabilité complète des différents réseaux constitutifs, et permettre ainsi la création d'un véritable marché unique, d'augmenter la part modale des modes de transport les plus respectueux de l'environnement, et d'accélérer l'intégration des nouveaux pays membres.

Les premières orientations du programme ont été adoptées en 1996, puis ont été révisées à plusieurs reprises, notamment en 2001 et 2004.

En avril 2004, une liste de 30 projets prioritaires a été arrêtée. Ces projets représentent un investissement global de 225 milliards d'euros à l'horizon 2020. Ils peuvent bénéficier de financements européens à hauteur maximum de 20 %.

Le RTE-T est un élément de la politique européenne des transports.

Les projets du programme RTE-T sont techniquement et financièrement gérés par l’agence exécutive du réseau transeuropéen de transport (TEN-T EA), qui a été créé précisément pour cette fin par la Commission européenne en octobre 2006.

Les éléments du réseau transeuropéen de transport[modifier | modifier le code]

Le RTE-T comprend d'une part les infrastructures de transport, d'autres part les services nécessaires à leur bon fonctionnement. ces éléments sont les suivants :

Les trente projets prioritaires à l'horizon 2020[modifier | modifier le code]

  1. L'axe ferroviaire Berlin-Vérone-Milan-Bologne-Naples-Messine ;
  2. Le train à grande vitesse Paris-Bruxelles-Cologne-Amsterdam;
  3. L'axe ferroviaire à grande vitesse du sud-ouest de l'Europe;
  4. L'axe ferroviaire à grande vitesse Est (dont Paris-Strasbourg-Luxembourg);
  5. La ligne ferroviaire de la Betuwe (2007);
  6. L'axe ferroviaire Lyon-Trieste-Divaca-Koper-Ljubljana-Budapest-frontière ukrainienne, contenant la liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin ;
  7. L'axe autoroutier Igoumenitsa/Patra-Athènes-Sofia-Budapest;
  8. L'axe multimodal Portugal-Espagne reste de l'Europe;
  9. L'axe ferroviaire Cork-Dublin-Belfast-Stanraer (2001);
  10. l'aéroport de Malpensa près de Milan (achevé en 2001) ;
  11. La liaison fixe de l'Öresund (achevé en 2000) ;
  12. L'axe ferroviaire et routier du triangle nordique;
  13. L'axe routier Irlande-Royaume-Uni-Benelux (2010);
  14. La liaison ferroviaire West Coast Main Line (2007);
  15. Le système de navigation par satellite Galileo (2008);
  16. L'axe ferroviaire fret à travers les Pyrénées Sine-Algésiras-Madrid-Paris;
  17. L'axe ferroviaire Paris-Stuttgart-Vienne-Bratislava appelé magistrale européenne;
  18. L'axe fluvial Rhin-Meuse-Main-Danube;
  19. L'interopérabilité du réseau ferroviaire à grande vitesse de la péninsule ibérique;
  20. l'axe ferroviaire entre l'Allemagne et le Danemark du Fehmarn Belt ;
  21. Les autoroutes de la mer : mer Baltique, arc atlantique, Europe du Sud-Est, Méditerranée occidentale ;
  22. L'axe ferroviaire Athènes-Sofia-Budapest-Vienne-Prague-Nüremberg-Dresde ;
  23. L'axe ferroviaire Gdańsk-Varsovie-Brno-Bratislava-Vienne ;
  24. L'axe ferroviaire (Lyon-Genève)/(Gênes-Milan)-Bâle-Duisbourg-Rotterdam-Anvers ;
  25. L'axe autoroutier Gdańsk-Brno-Bratislava-Vienne ;
  26. L'axe ferroviaire et routier Irlande-Royaume-Uni-Europe continentale ;
  27. L'axe ferroviaire «Rail Baltica» Warsovie-Kaunas-Rīga Tallinn-Helsinki ;
  28. « Eurocaprail » sur l'axe ferroviaire Bruxelles-Luxembourg-Strasbourg ;
  29. L'axe ferroviaire du corridor intermodal mer Ionienne-Adriatique ;
  30. Liaison fluviale Seine-Escaut.

Voir Aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]