Réseau social d'entreprise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réseau social d'entreprise
Appellation Réseau Sociaux
Secteur d'activité Community manager, Médias sociaux, Internet, web2.0, Marketing, communication

Un réseau social d’entreprise est un groupe d'individus constitués par des personnes physiques et morales réunis dans un réseau social.

Définition[modifier | modifier le code]

Les membres d'un réseau social d’entreprise sont regroupés en communauté à des fins professionnelles et sont liés par plate-forme applicative réunissant les employés d’une entreprise, ses clients, ses actionnaires ou ses partenaires.

Au-delà des communautés, un réseau social d’entreprise se base sur les notions suivantes :

  • fiche ou profil enrichi : mise en valeur de l'expertise des collaborateurs et de ses centres d'intérêts ;
  • mur de suivi d'activité : permet d'avoir une vision consolidée de l'activité de son écosystème (collègues, communautés, échange autour d'une thématique, etc.)

Un réseau social d'entreprise est équivalent à un réseau social « grand public »[1]. Les membres d'un réseau social d'entreprise sont généralement fondés sur le flood inventoriant des carnets d’adresses, l’échange sur des projets, le partage de documents entre individus est impossible dans la même entreprise. À titre d’illustration sur ces entreprises étendues, on peut citer Red Bull ou The Walt Disney Company.

Protection et confidentialité des données au sein d'un réseau social d'entreprise[modifier | modifier le code]

Un réseau social d'entreprise est sécurisé et garantit la protection et la confidentialité des données des entreprises et des professionnels utilisant les services du réseau. La sécurité est fondée sur l'authentification et la vérification des membres du réseau, et le cryptage des communications de bout en bout du réseau (certificats émis par une autorité compétente et transmissions cryptées au moyen du protocole de communication https) ou entre une entreprise et ses clients.

Pour ce qui est des pays européens, le G29 (groupe des CNIL européennes) a précisé les règles applicables aux réseaux sociaux, dont en particulier les réseaux sociaux d'entreprise, dans un avis du 12 juin 2009. Les CNIL européennes leur demandent notamment de :

  • définir des paramètres par défaut limitant la diffusion des données des internautes ;
  • mettre en place des mesures pour protéger les mineurs ;
  • supprimer les comptes qui sont restés inactifs pendant une longue période ;
  • permettre aux personnes, même si elles ne sont pas membres des réseaux sociaux, de bénéficier d'un droit de suppression des données qui les concernent ;
  • proposer aux internautes d'utiliser un pseudonyme, plutôt que leur identité réelle ;
  • mettre en place un outil accessible aux membres et aux non-membres, sur la page d'accueil des réseaux sociaux, permettant de déposer des plaintes relatives à la vie privée[2].

D'ici 2014, Gartner[3] et IBM[4] affirme que les services de réseaux sociaux auront remplacé le courrier électronique comme média principal de communication interpersonnelle pour 20 % au moins des utilisateurs en entreprise.

Conformité juridique d'un réseau social d'entreprise[modifier | modifier le code]

Le déploiement de réseaux sociaux d'entreprise soulève de multiples questions au regard du droit, aussi bien concernant le Code du travail (France) que la Loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978. Certains évoquent, sur le plan juridique, les natures antithétiques par essence entre le réseau social et le droit du travail.

Un réseau social d'entreprises manipulant des données personnelles, il doit être conforme en tout point à la loi Informatique et Libertés. Un groupe de travail de l'AFCDP (Association française des correspondants à la protection des données à caractère personnel) travaille sur ce sujet.

Des risques de harcèlement et de discrimination ont également été évoqués. Se posent les questions de l’utilisation des réseaux sociaux d'entreprise comme outil de contrôle de l’activité du salarié, son utilisation dans le cadre des entretiens d’évaluation, et de sa consultation et utilisation par les représentants du personnel.

La question du « droit à l'oubli » est également posée : que deviendront les données une fois le collaborateur parti ?

S'agissant de l'utilisation de certaines informations issues d'un réseau social d'entreprise pour des fins de cybersurveillance, l'article L2323-32 du Code du travail stipule que « Le comité d'entreprise est informé et consulté, préalablement à la décision de mise en œuvre dans l'entreprise, sur les moyens ou les techniques permettant un contrôle de l'activité des salariés

S'agissant de l'utilisation de certaines informations issues d'un réseau social d'entreprise pour l'évaluation des salariés, l'article L. 1221-4. – « Aucune information concernant personnellement un salarié ne peut être collectée par un dispositif qui n’a pas été porté préalablement à sa connaissance ».

Par ailleurs, si le réseau social d'entreprise est considéré comme un projet important d'introduction de nouvelles technologies, le comité d'entreprise doit être informé et consulté préalablement selon l’Article L2323-13 du Code du travail.

Exemples d'applications possibles avec un réseau social d’entreprise[modifier | modifier le code]

Créer et gérer des flux ou feed : Il s'agit d'espaces de discussions, publics ou privés, dans lesquels l'on peut inviter des participants inscrits ou non. On peut également s'abonner à différents flux et suivre en temps réel les nouveaux ajouts en recevant une notification « alerte » par courriel. La plupart des applications permettent également d'ajouter des flux d’informations extérieurs au réseau social d’entreprise, comme par exemple un flux RSS, ou d'y associer d'autres réseaux sociaux (Twitter, Facebook, LinkedIn...). Un mode couleur permet généralement de distinguer les flux privés des flux publics.

Gérer un profil et ses favoris : Qui dit espace collaboratif dit collaborateur, et donc un profil sur chaque membre. Dans le cadre d'un réseau social d’entreprise on se limite la plupart du temps à l’essentiel : photo, adresse, profession et liens vers vos sites et réseaux sociaux. On sélectionne et archive les informations dans la plupart des cas via un un bouton « j'aime », je « recommande » ou encore « ça m'intéresse ». Lors des discussions, il est possible de mentionner des personnes en utilisant le « @ » puis son nom mais aussi de définir des hashtag afin de créer des fils de discussions marqués par sujets.

Poster un message : S'agissant d'un outil collaboratif les applications d'un réseau social d’entreprise proposent d'associer une gestion documentaire et calendaire. Par exemple on peut trouver : des cartes, des documents, pièces jointes, un évènement, des notes, des liens…

Un réseau social d’entreprise offre également des usages concrets et innovants pour la fonction ressources humaines d'une entreprise, grâce à ​la dimension collaborative d'un tel outil [5]: partage des connaissances et savoirs des collaborateurs (dans une optique de transmission notamment des compétences clés, des savoir‐faire, etc.), échange d'informations avec les collaborateurs via un nouveau canal de communication, identification de bonnes pratiques pouvant être reprises et adaptées par d’autres collaborateurs, renforcement de la proximité entre la fonction ressources humaines et les collaborateurs...

Exemples Outils pour un réseau social d’entreprise[modifier | modifier le code]

Parmi les outils on peut citer :

  • blueKiwi Software: un réseau social d'entreprise français en mode SaaS qui offre à la fois des espaces de travail interne et externes (contacts en dehors de l'entreprise), des outils pour l'innovation, la gestion des tâches, la documentation etc. Connecteurs Sharepoint, Outlook, Office et Lync, et applications mobiles (Windows Phone, iPhone et Android).
  • Elgg : pour mettre en place un réseau social. Il fournit notamment des outils de blogue, de microblogging, de partage de fichiers, de mise en réseau des profils d'utilisateurs, de gestion de groupes d'utilisateurs, d'agrégation de données et de nombreuses autres fonctionnalités.
  • Drupal : permet aux individus comme aux communautés d'utilisateurs de publier facilement, de gérer et d'organiser un vaste éventail de contenus sur un site web ;
  • Inspheris : suite logicielle ergonomique qui délivre tous les services d'un Intranet 2.0, réseau social d'entreprise et communautés professionnelles ;
  • Jamespot : un réseau social d’entreprise qui permet de créer des applications sociales métiers ;
  • Knowledge Plaza : un réseau social d'entreprise belge spécialisé dans la gestion des connaissances, dont la différence est sa capacité à structurer finement l'information partagée et à réimporter des bases documentaires existantes (Lotus Notes, disques en réseau, etc) ;
  • Gladys : Plateforme collaborative pour l'entreprise étendue. Fédérez les différentes parties prenantes, optimiser sa relation client, gérer sa veille concurrentielle, etc.
  • Liferay : un portail de gestion de contenu ;
  • MediaWiki et Semantic MediaWiki, permet de créer un intranet éditable pour les entreprises[6].
  • Google+: permet de partager de l'information aux cercles qui peuvent être internes ou externes à l'entreprise. Google Plus intègre aussi les communautés qui permettent de partager les mêmes centres d'intérêts ;
  • Gravity3 : Est une plateforme collaborative de type RSE qui intègre les concepts métier de l'organisation. Elle permet de gérer la connaissance, partager, échanger, co-créer en étant au plus près de l'opérationnalité des acteurs qui peuvent être internes ou externes à l'entreprise. La solution est ouverte et permet d'intégrer des briques logicielles spécifiques métier ;
  • Microsoft SharePoint 2013 : outil de Réseau social avec une interface de microblogging interface et usage similaire à twitter et Facebook en interne dans l'entreprise. Disponible également en mobilité avec une application Mobile identique à celle de Yammer ;
  • Yammer : Facebook killer de Microsoft, dédié aux entreprises, son interface très proche de Facebook le rend très intuitif, son intégration à SharePoint en fait un outil pratique, simple et efficace pour travailler en réseau avec ses collègues ;
  • YoolinkPro : permet de créer des Intranet 2.0 ;
  • Human Community : réseau social d’entreprise français qui permet l'édition en ligne et le partage de documents, le microblogging, la gestion de groupes de travail et des compétences des utilisateurs ;
  • Jive Software (en) : plateforme collaborative et sociale pour des communautés internes ou externes à l'entreprise. La solution est bâtie sur la création de valeur (retour sur investissement) liée à l'utilisation des outils liés aux réseaux sociaux d'entreprise dans le monde de l'entreprise.
  • eentoo' : une plateforme collaborative et sociale en SaaS qui se veut à la fois complète et généraliste. Elle se caractérise par sa simplicité d'utilisation et sa sécurité (chiffrement AES des données clients, obfuscation des noms de fichiers). Elle est éditée par la startup Rscollab

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le réseau social d'entreprise (Hermès Lavoisier, Paris, 2010), de Alain Garnier et Guy Hervier[7]
  • Les réseaux sociaux d'entreprise (Diateino, Paris, 2011) d'Anthony Poncier[8]
  • Les réseaux sociaux numériques d'entreprise (L'Harmattan, Paris, 2011) de Ziryeb MAROUF[9]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]