Réseau de bus Daniel Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réseau de bus Daniel Meyer
Situation Île-de-France
Type Autobus
Réseaux connexes (BUS) Autobus d'Île-de-France
RATP (xx, 1xx, 2xx, 3xx, 4xx, 5xx, spéciales…)
Noctilien (Nxx, N1xx)
Optile (Liste des réseaux)
T Zen (ligne 1)
Mobilien (lignes 100…)
SNCF Transilien
En projet (lignes T Zen 2 à 5, TCSP Barreau de Gonesse, TCSP Massy - Saint-Quentin, etc.)


Les Transports Daniel Meyer exploitent un réseau de transports en commun par bus et cars dans une partie du département de l'Essonne (en traversant les Hauts-de-Seine et/ou le Val-de-Marne), dans le cadre de conventions passées avec le Syndicat des transports d'Île-de-France, l'autorité organisatrice des transports de la région Île-de-France.

Histoire de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'histoire commence en 1823, quand Jean-Daniel Meyer, premier du nom, postillon de son état, entre au service des Messageries Royales.

La maison Meyer voit le jour en 1856. Elle est mise en place à Montlhéry par Jean-Théodore Meyer, fils du postillon Meyer. Jean-Théodore Meyer disparaît prématurément en 1876 alors que la société progresse considérablement. Son épouse, Marie, assure la relève de l'entreprise. Les Transports Daniel Meyer comptent à cette époque une centaine de chevaux.

La Première Guerre mondiale vient d'éclater : Daniel-Louis Meyer part pour le front où il servira quatre ans dans l'artillerie. Daniel-Louis Meyer contribuera considérablement au développement de son héritage familial. Le 1er avril 1939, la diligence reliant Saint-Michel-sur-Orge à Montlhéry, Marcoussis et Linas est remplacée par un autobus. En 1932, Daniel-Louis Meyer fonde le syndicat des transporteurs de Seine-et-Oise dont il devient le premier président. En 1936, l'Arpajonnais, ligne de chemin de fer secondaire reliant Paris à Arpajon est supprimé. Meyer livre les productions maraîchères de Montlhéry aux Halles. L'entreprise possède désormais une quarantaine de camions et une demi-douzaine d'autocars. Il ne lui reste plus qu'un seul cheval, Crack.

Jean Meyer intègre officiellement l'entreprise le 1er avril 1940. L'exploitation continue avec des véhicules équipés de gazogène au charbon de bois Gohin-Poulenc. À la fin de la guerre, les activités reprennent progressivement. En 1948, les Meyer font l'acquisition d'un vieux bus qui rallie Montlhéry à Paris. Daniel-Louis Meyer fonde l'Association Professionnelle des Transporteurs Routiers (APTR) et en devient le président. À partir des années 1950, l'entreprise va se développer considérablement grâce à l'urbanisation du sud de la région parisienne. L'heure est à l'oubli des années noires, à la reconstruction et aux distractions. L'entreprise a besoin de véhicules de grande capacité pour satisfaire sa clientèle et elle se tourne alors vers le constructeur Renault.

À la fin des années 1950, Daniel-Louis Meyer décide d'agrandir le dépôt des véhicules et de localiser les bureaux rue de Paris, dans le centre ville de Montlhéry. La société prospère mais, à la fin de l'été 1966, Pierre Meyer, fils de Daniel-Louis Meyer fait une chute mortelle d'une terrasse. Cet événement tragique va modifier l'organisation du travail au sein de l'entreprise. Très affecté par la perte de son fils, Daniel-Louis Meyer tombe malade et décède en 1968. Un hommage unanime lui sera rendu par tous les acteurs de la profession[réf. nécessaire].

En 1968, Jean Meyer devient donc officiellement Président-Directeur général de la société Transports Daniel Meyer.

En février 1975, Daniel Meyer rejoint l'entreprise.

En 1976, le dernier camion quitte les Transports Daniel Meyer. Michèle Meyer, épouse de Daniel Meyer intègre l'organigramme des Transports, trouvant sa place dans un univers masculin et perpétuant à son tour la « tradition » familiale.

En 1984, le réseau de transports s'agrandit un peu plus avec la création de deux nouvelles lignes entre Orsay (RER) et Marcoussis et entre Massy-Palaiseau (RER), Orsay, Les Ulis et Nozay.

Le 1er mars 1986, les Transports Daniel Meyer achètent à la SETRA ses lignes régulières de l'Essonne. Daniel Meyer prend la décision de donner aux Transports Daniel Meyer des locaux plus conformes à l'importance de son parc de véhicules. Les nouveaux locaux sont inaugurés en 1989. Le parking passe de 13 000 à 30 000 m².

En 1990, a lieu l'acquisition des Cars Matignon à Étampes. En 1991, est créé Albatrans, regroupant les Transports Daniel Meyer, Les Cars d'Orsay, les Cars Bridet et la STRAV. Jean Meyer prend sa retraite en 1992.

Daniel Meyer devient Président-Directeur général des transports Daniel Meyer.

En 1993, avec le soutien du Conseil général de l'Essonne, les transports Daniel Meyer testent les bio-carburants.

En 2005, un contrat d'intéressement est mis en place afin de motiver les employés et de revaloriser le métier. La délinquance augmente et les conducteurs sont de plus en plus pris pour cible d'une colère qui ne saurait s'adresser à eux directement.

En 2007, les Transports Daniel Meyer mettent en route des autocars Setra aux normes européennes Euro V permettant ainsi de devenir la première entreprise Française à lancer le mouvement[réf. nécessaire].

Statut administratif[modifier | modifier le code]

Les Transports Daniel Meyer présentent les caractéristiques suivantes :

  • 8 millions de voyageurs transportés chaque année ;
  • 6,5 millions de kilomètres parcourus ;
  • 281 salariés dont 227 conducteurs[1] ;
  • 140 autocars et autobus ;
  • 400 points d'arrêts ;
  • diffusion de 400 000 dépliants horaires.

Les lignes[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
(légende : Sam.=Samedi ; Dim./F.= Dimanches et fêtes ; Zones trav.=Zones traversées)
Illustration
DM2A
Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C) (RER) ↔ Sainte-Geneviève Croix Blanche
Ouverture
Nb. arrêts
12
Soirée/Sam./DF
Oui/Oui/Oui
Zones trav.
5
Longueur / Durée
? km / 13 min
Matériel
Centre-bus
voy. / an
Desserte :
Autres :
DM2B
Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C) ↔ Saint-Michel Rue Lecoq ↔ Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C)
Ouverture
Nb. arrêts
13
Soirée/Sam./DF
Non/Oui/Oui
Zones trav.
5
Longueur / Durée
? km / 21 min
Matériel
Centre-bus
voy. / an
Desserte :
Autres :
DM3
Juvisy-sur-Orge (RER)(C) ↔ Viry Schoelcher
Ouverture
Nb. arrêts
35
Soirée/Sam./DF
Oui/Oui/Oui
Zones trav.
5
Longueur / Durée
? km / 40 min
Matériel
Centre-bus
voy. / an
Desserte :
Autres :
DM4
Juvisy-sur-Orge - Gare routière Condorcet (RER)(C) (RER)(D)Viry-Châtillon - La Treille
Ouverture
Nb. arrêts
27
Soirée/Sam./DF
Oui/Oui/Oui
Zones trav.
5
Longueur / Durée
? km / 25 min
Matériel
Centre-bus
Montlhéry
voy. / an
Desserte :Juvisy-sur-Orge, Viry-Châtillon, Grigny
Autres :
DM5
Juvisy-sur-Orge (RER)(C)Viry-Châtillon (RER)(D) ↔ Fleury-Mérogis hôpital
Ouverture
Nb. arrêts
19
Soirée/Sam./DF
Oui/Oui/Oui
Zones trav.
5
Longueur / Durée
? km / 27 min
Matériel
Centre-bus
voy. / an
Desserte :
Autres :
510
Grigny - Les TuilleriesGrigny - Les PatiosSainte-Geneviève-des-Bois - ZAC de la Croix Blanche/Leroymerlin
Ouverture
7 septembre 1992
Nb. arrêts
24
Soirée/Sam./DF
oui/oui/oui
Zones trav.
Longueur / Durée
? km / ? min
Matériel
Centre-bus
voy. / an
Desserte : Sainte-Geneviève-des-Bois, Fleury-Mérogis et Grigny
Autres : Exploitation avec la CEAT et le Réseau de bus TICE.
Prolongement de la branche Fleury-Mérogis Hôpital Manhes le 18 mars 2013 jusqu’à Sainte-Geneviève-des-Bois (Petits Champs/ZAC de la Croix Blanche)[2].
Ligne Dessertes principales
DM6A Villiers-sur-Orge La Seigneurie ↔ Sainte-Geneviève-des-Bois (RER)(C) ↔ Villemoisson Collège Blaise Pascal (en doublage scolaire)
DM6B Sainte-Geneviève-des-Bois (RER)(C) ↔ Longpont-sur-Orge Mansard
Pass'partout DM7 Viry-Châtillon (RER)(D) ↔ Morsang-sur-Orge ↔ Viry-Châtillon (RER)(D)
DM8 Villejuif Louis Aragon (M)(7)Pont de Rungis Aéroport d'Orly (RER)(C)Orly-Sud ↔ Morsang-sur-Orge Libération

depuis le 18 novembre 2013 la ligne ne va plus a Villejuif. Elle fait Athis-Mons Porte de l'Essonne ↔ Morsang-sur-Orge Libération

DM9 Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C) ↔ Linas Château d'eau
DM10A Orsay-Ville (RER)(B) ↔ Marcoussis ZI Fond des Prés
DM10B Massy-Palaiseau (RER)(B)(C) ↔ Marcoussis ZI Fond des Prés
DM10S Les Ulis Essouriau ↔ (Orsay-Ville (RER)(B)) ↔ Montlhéry Paul Fort
DM11A Massy-Palaiseau (RER)(B)(C)Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C) ↔ Sainte-Geneviève Piscine
DM11C Massy-Palaiseau (RER)(B)(C) ↔ Marcoussis Laboratoires
DM11E Massy-Palaiseau (RER)(B)(C) ↔ Sainte-Geneviève Piscine (direct)
DM12 Massy-Palaiseau (RER)(B)(C) ↔ Longjumeau les Coteaux
DM13 Brétigny (RER)(C) ↔ Linas Arpajonnais
DM16 Saint-Michel-sur-Orge (RER)(C) ↔ Le Plessis-Pâté ZA du Parc
DM17A Sainte-Geneviève-des-Bois (RER)(C) ↔ Longpont-sur-Orge Mansard ↔ Sainte-Geneviève-des-Bois (RER)(C)
DM17B Épinay-sur-Orge (RER)(C) ↔ Nozay CIT Vallarceaux
DM17S Nozay collège Louise Weiss ↔ La Ville du Bois Saint-Fiacre
DM19 Brétigny (RER)(C) ↔ Leuville place des FFI / Arpajon La Montagne
DM20 Égly (RER)(C)Arpajon (RER)(C) ↔ La Norville collège
DM21 Savigny-sur-Orge (RER)(C) ↔ Morsang-sur-Orge ↔ Savigny-sur-Orge (RER)(C)
DM22 Savigny-sur-Orge (RER)(C) ↔ Viry Châtillons Sablons ↔ Grigny Les Tuileries
DM26 Arpajon (RER)(C)Saint-Germain-lès-ArpajonAvrainvilleOllainville
DM151 Porte d'Orléans (M)(4)(3)Bourg-la-Reine (RER)(B)Chilly-Mazarin (RER)(C)Arpajon (RER)(C)
Cette ligne, qui est un lointain successeur du tramway Paris - Arpajon mis en service en 1894, possède de nombreux doublages scolaires.
DM152 Porte d'Orléans (M)(4)(3)Bourg-la-Reine (RER)(B) (en cas de besoins) ↔ Chilly-Mazarin (RER)(C) ↔ Nozay
DM153 Massy-Palaiseau (RER)(B)(C)Arpajon (RER)(C)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]