République de Kosova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République de Kosova
Republika e Kosovës sq

1990 – 2000

Drapeau

Hymne : Hymni i Flamurit
("Hymn to the Flag")

alt=Description de l'image Locator map Kosovo in Yugoslavia.svg.
Informations générales
Statut République autoproclamée, État sécessionniste non reconnu internationalement (reconnu uniquement par l'Albanie en 1991)
Capitale Pristina
Langue Albanais
Monnaie ?
Démographie
Population 2 000 000 hab. (estimation)
Superficie
Superficie ? km2
Histoire et événements
1990 Proclamation
1er février 2000 Dissolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Pour l'actuelle « République du Kosovo », voir Kosovo.

La République de Kosova (albanais : Republika e Kosovës) était un état sécessionniste proclamé en 1991 par un parlement parallèle représentant la population albanaise du Kosovo, qui fut reconnu seulement par la République d'Albanie[1]. À son apogée, elle essaya d'établir ses propres institutions politiques parallèles en opposition aux institutions de la Province autonome de Kosovo-et-Métochie qui étaient installées à Belgrade.

Histoire[modifier | modifier le code]

Proclamation de la République de Kosova[modifier | modifier le code]

La Province autonome socialiste du Kosovo fut établie en 1974 avec un haut degré d'autonomie au sein de la République socialiste de Serbie. Cette autonomie fut réduite par des amendements constitutionnels en 1989, engendrant des manifestations massives d'Albanais kosovars, dont beaucoup furent arrêtés par les autorités yougoslaves. Cela résultat en une déclaration d'état d'urgence en février 1990 et la démission du Conseil provincial des Ministres en mai.

En réponse à cette crise politique, l'Assemblée provinciale dominée par les "ethnic Albanian" proposa que le Kosovo fût élevé au rang de République dans la Fédération yougoslave. Cette situation a incité la dissolution de l'Assemblée par le gouvernement serbe et l'affirmation d'un contrôle direct sur les institutions du Kosovo.

Les "ethnic Albanian" membres de la maintenant officiellement dissoute Assemblée du Kosovo se rencontrèrent en secret à Kačanik et proclamèrent une "République de Kosova" constituante de la Yougoslavie. L'assemblée poursuivit en déclarant la "République de Kosova" un état souverain et indépendant le 22 septembre 1991. Cette déclaration fut approuvée par un référendum non officiel tenu quelques jours plus tôt.

Structures parallèles[modifier | modifier le code]

Les Albanais du Kosovo ont organisé un mouvement séparatiste pacifique, créant un certain nombre de structures parallèles au nbiveau de l'éducation, des soins médicaux et de la taxation[2].

Intervention de l'OTAN et dissolution[modifier | modifier le code]

La campagne menée par l'UCK s'est poursuivie en janvier 1999 et a été porté à l'attention des médias du monde entier par de lourdes pertes dans le village de Račak (l'incident de Račak). Une conférence internationale s'est tenue à Rambouillet, en France plus tard au printemps et a abouti à un accord de paix proposé (l 'Accord de Rambouillet) qui a été accepté par le "ethnic Albanian side", mais rejetée par le Gouvernement yougoslave.

L'échec des pourparlers de Rambouillet a entraîné une campagne aérienne de l'OTAN contre le République fédérale de Yougoslavie durant du 24 mars au 11 juin, lorsque les autorités yougoslaves signèrent un accord technique militaire autorisant des gardiens de la paix de l'OTAN (KFOR) et une mission civile internationale (la MINUK) d'entrer au Kosovo.

La MINUK assura le contrôle de l'exécutif, du législatif et du judiciaire du Kosovo et exerçait cela à travers un Représenatnt spécial du Secrétaire général. Un Conseil de transition du Kosovo fut établi pour permettre aux "leaders" politiques et des communautés du Kosovo d'être représentés dans les décisions. L'UCK fut dissous et remplacé par le Corps de protection du Kosovo, une organisation de réponse d'urgence civile légèrement armée.

La République de Kosova fut formellement abolie lorsque ses institutions furent remplacées par les institutions de la Structure administrative intérimaire jointe établie par la MINUK.

Photos de Michael Kerjman [3], un participant neutre de l'ONU dans des "international reviving activities" illustrent la réalité du Kosovo-99 [4].

Dirigeants politiques[modifier | modifier le code]

Voici la liste des dirigeants politiques de la République de Kosova[5] :

Président[modifier | modifier le code]

Premiers ministres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Statement of Albanian PM Sali Berisha during the recognition of the Republic of Kosovo, stating that this is based on an 1991 Albanian law, which recognized the Republic of Kosova
  2. Clark, Howard. Civil Resistance in Kosovo. London: Pluto Press, 2000. ISBN 0-7453-1569-0
  3. (en) « Kerjman - WhO? on Yedda », Yedda.com,‎ 2009-01-03 (consulté le 2010-06-19)
  4. (en) « Kosovo-99 : NOLA Indymedia », Neworleans.indymedia.org (consulté le 2010-06-19)
  5. (en) Ben Cahoon, « Serbia », Worldstatesmen.org (consulté le 2010-06-19)

Liens externes[modifier | modifier le code]