République bouillonnaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 47′ 44″ N 5° 04′ 05″ E / 49.79556, 5.06806

République bouillonnaise

17941795

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de 1787, montrant, en rouge foncé le duché de Bouillon, en gris foncé la principauté de Liège, en gris clair les Pays-Bas autrichiens

Informations générales
Statut République sœur de la République française
Capitale Bouillon
Démographie
Population 1790 ~ 12 000 hab.
Superficie
Superficie 1794 230 km²
Histoire et événements
24 avril 1794 Proclamation de la République
26 octobre 1795 Annexion par la France

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La république bouillonnaise, ou république de Bouillon, est un État éphémère créé à la suite du duché de Bouillon, aux confins de la France et des Pays-Bas autrichiens (actuelle Belgique), d’avril 1794 à octobre 1795. Il compte 12 000 habitants en 1790.

Sous influence de la Révolution française[modifier | modifier le code]

Godefroy III (1728-1792), duc de Bouillon et prince de Turenne, favorable à la Révolution française, engage son État dans les voies de la réforme par un édit du 24 février 1790 et soutient l'Assemblée générale (Parlement) quand celle-ci abolit les droits seigneuriaux et féodaux en mai 1790[1].

Par la constitution du 23 mars 1792, le duché de Bouillon (230 km²) affirme son statut de monarchie constitutionnelle[2]. Mais le territoire est occupé par les troupes françaises de la garnison de Sedan le 16 novembre suivant[1]. Le duc Jacques Léopold de La Tour d'Auvergne, qui succède à son père en décembre 1792[1], vit au Chateau de Navarre, près d'Évreux (les derniers ducs de Bouillon n'ont jamais résidé dans leur duché)[2]. Il est arrêté et emprisonné en France sous la Terreur le 7 février 1794 (il sera libéré ultérieurement). Comme son père, il est citoyen français bien que monarque d'un État souverain. À Bouillon, quelques révolutionnaires français venus de Sedan, tente proclame la déchéance du duc[1].

Proclamation de la République[modifier | modifier le code]

Constatant qu'il n'y a temporairement plus de contact possible avec son souverain, l'Assemblée générale convoque une Assemblée extraordinaire des représentants du peuple bouillonnais. Celle-ci aurait proclamé par un décret la République bouillonnaise le 24 avril 1794. Plusieurs sources estiment toutefois que l'Assemblée générale n’a jamais proclamé la fin de la monarchie ducale, mais seulement réaffirmé l'« essence démocratique et populaire » de l'État et le transfert de l'autorité exécutive à un conseil ad hoc. La monarchie ducale n’aurait pas réellement pris fin. Les documents officiels ultérieurs ne font plus mention du duc, en raison de son emprisonnement.

Le territoire est occupé par un bataillon de la 32e demi-brigade d’infanterie de ligne, renforcé de hussards et d’artillerie, le 7 février, qui s’établit dans un camp dirigé par le général Marchand. Le 19 mai, au combat des longs champs, le général autrichien Beaulieu à la tête d’un corps de 4000 hommes attaque par surprise et chasse les 2000 hommes du général Marchand (dont 1200 gardes nationaux). Le général Marchand a juste le temps de sauter dans une berline pour gagner Sedan[3].

Le château n’est pas occupé, et les délégués de la ville demandent protection à la France.

Le territoire est annexé le 26 octobre 1795 (4 brumaire An IV) et intégré dans les départements des Forêts, des Ardennes et de l'Ourthe [4], non sans que l'Assemblée générale émette publiquement son désaccord envers cette décision.

L'ex-duc meurt en 1802 en tant que "citoyen Léopold La Tour d'Auvergne".

Suites[modifier | modifier le code]

Après la fin de l'occupation française, en avril 1814, le territoire de l'ex-duché de Bouillon est occupé par les puissances alliées, le duché est brièvement restauré avec à sa tête un amiral britannique (de Jersey), Philippe d'Auvergne, cousin des La Tour d'Auvergne, que le duc Godefroy avait adopté et dont il avait été convenu avec l'Assemblée générale qu'il succèderait à Jacques-Léopold s'il n'avait pas d'héritier. Toutefois, au Congrès de Vienne, un cousin de Godefroy, Charles-Alain-Gabriel de Rohan-Guéméné, général-major de l'armée autrichienne et ressortissant autrichien depuis 1808, conteste la validité de cette succession et revendique le trône de Bouillon.

Après quelques mois d'incertitude, l'article 69 de l'Acte final du Congrès de Vienne consacre le 9 juin 1815 l'intégration du duché de Bouillon au Grand-Duché de Luxembourg, et donc aux Pays-Bas, dont le roi est grand-duc du Luxembourg.

La question de l'indemnisation des ayants droit et autres prétendants à la succession ducale ne fut pas toutefois réglée avec ce rattachement au Luxembourg, et devint un sujet de contentieux juridique pendant plus d'une décennie.

Bouillon se soulève dès le 30 octobre 1830, et la garnison du château donne sa reddition. Bouillon, comme le Grand-duché de Luxembourg (qui correspondait environ aux actuels deux Luxembourg) fait alors partie de la Belgique qui s'est, de facto et à l'exception de quelques place-fortes, détachée du Royaume des Pays-Bas.

Le Traité des XXIV articles, signé le 15 novembre 1831, mais ratifié seulement en 1839 par toutes les parties, reconnait, de jure, l'indépendance de la Belgique y compris la partie occidentale de l'ancien Grand-duché de Luxembourg (l'actuelle Province de Luxembourg), dont fait partie Bouillon[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Congar, Lecaillon et Rousseau 1969, p. 448.
  2. a et b Site www.heraldica.org
  3. Congar, Lecaillon et Rousseau 1969, p. 450.
  4. Décret du 4 brumaire An IV qui réunit à la France le ci-devant duché de Bouillon et ses dépendances. La commune de Bouillon et son territoire, ainsi que les communes qui en dépendent, et qui formaient ci-devant le duché du même nom, sont réunis au territoire de la République française, et seront répartis entre les départemens de l'Ourte, des Forêts et des Ardennes. Les représentans du peuple envoyés dans les départemens réunis par la loi du 9 vendémiaire dernier, sont chargés de l'exécution du présent décret. Jean Baptiste Duvergier, 1835. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlemens, avis du Conseil d'État. Tome 8. Guyot et Scribe, Paris. p 443 (orthographe d'époque).
  5. Traité pour la séparation définitive de la Belgique d'avec la Hollande signé à Londres, le 15 novembre 1831. Article premier. Le territoire belge se composera des provinces de Brabant méridional, Liège, Namur, Hainaut, Flandre occidentale, Flandre orientale, Anvers et Limbourg, telles qu'elles ont fait partie du royaume uni des Pays-Bas constitué en 1815, à l'exception des districts de la province de Limbourg désignés dans l'article 4. Le territoire belge comprendra en outre la partie du grand-duché de Luxembourg indiquée dans l'article 2. http://mjp.univ-perp.fr/constit/be1831londres.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays sedanais, vingt siècles d’histoire, Éditions F.E.R.N.,‎ 1969, 577 p., p. 448-450.
  • Adelin Vermer, La révolution Bouillonnaise et ses lendemains : contribution à l'histoire des révolutions de la fin du XVIIIe siécle, Uga,‎ 1975, 354 p..

Sources sur le web[modifier | modifier le code]