Persécution du Falun Gong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Répression du Falun Gong)
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Article général Pour un article plus général, voir Falun Gong.
Pratiquant de Falun Gong arrêté par les autorités chinoises sur la place Tian An Men.

La persécution du Falun Gong se réfère à la campagne lancée depuis juillet 1999 par le Parti communiste chinois contre les pratiquants de Falun Gong, visant à éliminer cette pratique dans la République populaire de Chine. Selon Amnesty International, elle comprend une campagne de propagande à très grande échelle[1] un programme de conversion idéologique et rééducation forcées, ainsi que toute une variété de mesures coercitives extrajudiciaires telles que des arrestations arbitraires, le travail forcé, la torture, entraînant parfois la mort des victimes[2],[3], le prélèvement forcé d'organes[4].

Le Falun Gong est une discipline de Qi Gong combinant des exercices lents et une méditation avec une philosophie morale centrée sur les principes de la vérité (ou authenticité), la compassion et la tolérance. Il a été présenté au public par Li Hongzhi en mai 1992 à Changchun, province du Jilin[5]. De 1992 à 1999, alors que l'État soutenait le Falun Gong, ce dernier enregistrait une progression fulgurante en Chine. Le 20 juillet 1999, le Parti communiste a lancé une campagne pour «éradiquer» le Falun Gong[6]. À cet effet, Jiang Zemin, secrétaire général du Parti Communiste de l'époque, créa une organisation chargée d'organiser et de coordonner la persécution au niveau national, le bureau 610[7] . Celui-ci échappe à toute règlementation et fonctionnant en dehors du contrôle gouvernemental[8].

Les observateurs étrangers estiment que, depuis 1999, des centaines de milliers, voire des millions de pratiquants de Falun Gong ont été détenus dans les camps de «rééducation par le travail», les prisons et autres centres de détention pour avoir refusé de renoncer à leur pratique spirituelle[9],[10]. D’anciens prisonniers, dont beaucoup n’étaient pas des pratiquants de Falun Gong, ont rapporté que les pratiquants de Falun Gong recevaient systématiquement « les peines les plus longues et les plus mauvais traitements » dans les camps de travaux forcés[11],[12]; selon divers rapports, un grand nombre d'entre eux ont été torturés à mort[13],[11].

Depuis 2006 il y a aussi eu à plusieurs reprises des témoignages et rapports selon lesquelles les organes vitaux de pratiquants de Falun Gong non-consentants auraient été utilisés pour alimenter l'industrie du tourisme de transplantation d'organes en Chine[4],[14],[note 1]. Le Comité des Nations unies sur la torture a appelé la Chine à effectuer une enquête indépendante concernant ces allégations[15],[16] En décembre 2013, le Parlement européen a voté une résolution condamnant les prélèvements forcés et systématiques d'organes effectués par l'État chinois, une pratique qui touche les prisonniers de conscience, et en grande partie les pratiquants de Falun Gong [17].

Origine de la persécution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Falun Gong.

En RPC, bien que la liberté d'association soit garantie par la constitution, toutes les associations doivent en pratique être déclarées et parrainées par une association gouvernementale. Le Falun Gong s'est d'abord développé conjointement avec la Société de Recherche sur le Qigong Chinois, organisme gouvernemental regroupant les différents Qi Gong. Par la suite, en raisons de plusieurs facteurs, le Falun Gong sortit de l'égide gouvernementale.

Enregistrement officiel[modifier | modifier le code]

Prix du « maître de qigong le plus acclamé », et Prix pour « Faire avancer les frontières de la science » reçut en 1993 par Li Hongzhi

Li Hongzhi présente le Falun Gong au public en mai 1992. Cette époque marquait la fin du « boom du qi gong », une période qui a vu la prolifération de milliers de différentes sortes d’exercices lents et méditatifs destinés à améliorer la santé et apporter le bien-être. Durant les premières années de sa diffusion, le Falun Gong, qui se différencie des autres écoles de qigong en faisant renaître des éléments spirituels contenus dans les enseignements bouddhistes et taoïstes, reçoit plusieurs distinctions et récompenses émanant d’organisations gouvernementales[18],[19]. De 1992 à 1994, Li Hongzhi voyage dans la plupart des grandes villes chinoises pour délivrer son enseignement à la suite d'invitations d’organisations de Qigong[20]. Les conférences de Li Hongzhi sont organisées par la Société chinoise de recherche sur le Qigong, organe gouvernemental qui profite le plus des frais d’inscription à ces conférences[21]. Li Hongzhi commença par la suite à donner des conférences gratuitement[18]. En 1993, le Falun Gong a est admis dans la Société de recherche scientifique sur le qigong de Chine gérée par l'État (SRQC). Il devient tout de suite une «star» au sein du mouvement de qigong et bénéficie d’un soutien officiel considérable[22]. Toutefois, vers 1996, les relations entre le Falun Gong et la SRQC se durcissent. Selon David Palmer, Li Hongzhi rejette la politique du SRQC qui veut formaliser la structure du mouvement, puis refuse par la suite l'obligation émise par le Ministère des Sports de créer une section du Parti Communiste dans le Falun Gong[23].

Après avoir refusé d’augmenter les tarifs de ses conférences, à la suite de plaintes d’autres maîtres de Qigong, Li Hongzhi quitte la Société chinoise de recherche sur le Qigong. D'après lui, celle-ci n'essaye simplement que de se faire de l’argent sur le dos des maîtres de Qigong sans faire la moindre recherche[24],[25]. Des sources provenant du Falun Gong affirment, qu’à l’époque, des individus de la Société chinoise de recherche sur le Qigong ont alors commencé à colporter des rumeurs au sujet de Li Hongzhi auprès du gouvernement, le pressant de faire ce qu’il fallait pour limiter son succès grandissant[24].

Oppositions et critiques initiales[modifier | modifier le code]

Pratique matinale des exercices dans la ville de Shuancheng, province du Heilongjiang, en 1999, avant le début de la persécution.

David Ownby (agrégé d’histoire à l’université de Montréal) soutient que l’opposition au Falun Gong au sein du parti n’a commencé qu’en 1994 et a augmenté les années suivantes. Il note qu’il n’y a pas de preuve concluante concernant les motifs initiaux d’opposition au sein du parti[26]. Quoi qu’il en soit, Ian Johnson, (journaliste au Wall Street Journal, correspondant du journal en Chine pendant plusieurs années) note que la croissance phénoménale du Falun Gong fait partie d’une tendance plus large en Chine venant du refus du gouvernement de tenir compte des changements de la société et son refus de revoir certaines politiques rigides en matière de religion qui ont créé l’opposition entre le Falun Gong et le gouvernement[27].

Le 17 juin 1996, Le Guangming Daily, un des journaux officiels du gouvernement, souvent perçu comme le point de vue de l’intelligentsia chinoise[26], publie un éditorial titré « Une alarme longue et forte doit être tirée contre la pseudo-science » affirmant que le Falun Gong faisait la promotion de superstitions[28]. Les pratiquants de Falun Gong affirment que ce fut le début d’une “campagne médiatique massive et concertée”[29].

Six mois plus tard, les agences de police lancent une enquête nationale concernant le Falun Gong sous les ordres de fonctionnaires du Parti communiste - dontLuo Gan - avec pour objectif de trouver des fautes au Falun Gong[26]. Une autre enquête officielle démarre sous le même prétexte en 1998, et la surveillance policière des pratiquants de Falun Gong augmente. Malgré l'évaluation précédente du Falun Gong indiquant que la pratique n'a « que des aspect bénéfiques et ne fait aucun mal ni au Politburo, ni à la société »[24], une circulaire est distribuée dans tous les bureaux de police du pays, désignant le Falun Gong comme une « secte »[26]. Tout écrit émanant du Falun Gong ne peut alors plus être publié par les voies officielles[30] et peut être confisqué[26].

Le Falun Gong apporte des éléments selon lesquels, plus tard, des agents impliqués dans ces enquêtes auraient commencé eux-mêmes à pratiquer le Falun Gong[29].

Intensification des critiques[modifier | modifier le code]

Le 11 mai 1998, He Zuoxiu, un physicien de l'Académie chinoise des sciences, remonté contre toute forme d’idée “non scientifique” ou touchant au surnaturel[31], dénonce le Falun Gong lors d’un interview pour la télévision pékinoise. L’émission montrait un site de pratique et désignait le Falun Gong comme une “superstition féodale”. La station de télévision reçoit des lettres de protestations de pratiquants, et 2000 d’entre eux ont manifesté silencieusement en s’asseyant devant ses bureaux[27],[32].

En 1999, selon les estimations de la République populaire de Chine, il y a entre 70 et 100 millions de pratiquants du Falun Gong en Chine[33].

Le 11 avril 1999, He Zuoxiu publie un éditorial dans Science et technologie pour la jeunesse, revue éditée par l'Université de Tianjin[34]. Celui-ci se titre « Je ne suis pas d’accord pour que les jeunes pratiquent le Qigong » affirmant qu’un étudiant de l’institut avait connu “deux rechutes d’aliénation mentale” après avoir pratiqué le Falun Gong. Les pratiquants qualifient l’article d’être « inexact, insultant et calomniant injustement la pratique »[24]. Noah Porter suggère que les critiques de He sont peut-être une tentative intentionnelle de provoquer les pratiquants[25], qui qualifient ses exemples cités en tant que preuves d'"erronés"[18] et de "très choquant" [35].

Quoi qu’il en soit, la publication refuse d’appliquer un droit de réponse concernant l’article de He. Des pratiquants se rendent à l’université de Tianjin et dans ses agences gouvernementales affiliées pour faire appel du 18 au 24 avril[25]. La police anti-émeute se rend sur les lieux[24], des pratiquants sont battus et 45 sont arrêtés, d’après au moins un rapport[36]. Selon Danny Schechter, les pratiquants sont « choqués » par ce « traitement injuste » et se plaignent auprès des autorités locales. Celles-ci les préviennent que les pratiquants emprisonnés ne seront relâchés qu’avec l’accord du gouvernement central[24].

D’autres académiciens et membres de la communauté scientifique, y compris le directeur de l’académie des sciences, dénoncent alors le Falun Gong[37]. He Zuoxiu, le beau-frère de Luo Gan, un des exécutants en chef de la persécution, est désigné comme étant « devenu un héros national » pour s’être opposé au Falun Gong[38]. D’après le New York Times, He Zuoxiu a joué un rôle important dans le bannissement du Falun Gong[39]. Il déclare au Times que les pratiquants « devraient être chassés et enfermés jusqu’à ce qu’ils aient renoncé à leur croyance »[39] et publie un livre intitulé Comment le Falun Gong m’a harcelé et a harcelé ma famille, dans lequel il décrit le Falun Gong comme étant un « culte hérétique » – un mot qui apparait dans les pamphlets du gouvernement[24]. Il fonde également fondé « l’association chinoise anti-culte » qui a participé à la campagne de diffamation contre le Falun Gong, en le désignant comme un culte mauvais.

Manifestation à Zhongnanhai et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Les pratiquants de Falun Gong manifestent devant le quartier gouvernemental de Zhongnanhai en avril 1999 pour demander la reconnaissance officielle.

Comme les pratiquants de Falun Gong n'avaient pas accès aux médias de masse, ils n'ont eu d'autres recours que de faire des manifestations pacifiques pour informer le public et faire appel auprès des responsables[40].

Plusieurs jours après les protestations à Tianjin, le matin du 25 avril 1999, environ 10 000 pratiquants de Falun Gong se rendent à l’enceinte du Zhongnanhai où vivent et travaillent les plus importants membres du gouvernement. Ils restent là-bas en silence pendant 12 heures, lisant et méditant, demandant la reconnaissance officielle de leur foi, la libération des pratiquants emprisonnés et le droit de pratiquer librement[41],[42],[2]. Le premier ministre Zhu Rongji reçoit des représentants des pratiquants; il leur assure que le gouvernement n'est pas contre la pratique et que les pratiquants arrêtés seront relâchés[43]. La foule se disperse, croyant au succès de leur manifestation[44].

Un article du World Journal soutient que les manifestations au Zhongnanhai pourraient avoir été organisées par le gouvernement afin de « reprendre le dessus contre le Falun Gong, mouvement observé et surveillé par des espions infiltrés depuis des années »[45] Luo Guan aurait souhaité que la pratique soit interdite depuis 1996, mais manquait de bases légales pour cela. Crédité comme étant le chef communiste ayant organisé la manifestation à Zhongnanhai, Luo est cité pour avoir ordonné directement à la police de créer un incident qui pourrait ensuite être cité contre le Falun Gong[42]. Les pratiquants souhaitaient, selon Danny Schechter, faire appel pacifiquement au bureau d’appel des citoyens, se trouvant dans la rue Fuyou, à côté du Zhongnanhai[32] Un homme de 74 ans, le général en retraite Yu Changxin, a été arrêté pour avoir organisé le rassemblement et condamné à passer 17 ans en prison en janvier 2000[34].

D'après plusieurs observateurs du monde chinois, certaines personnes haut placées ont voulu s’en prendre à la pratique pendant quelques années[42],[46], mais manquaient d’un prétexte suffisant et du support de la population, jusqu'à ce qu’en 1999, aient lieu un certain nombre de manifestations. Par la suite, le gouvernement chinois déclarerait officiellement que cette manifestation du 25 avril constituait selon lui « l’incident politique le plus sérieux » depuis les manifestations de la place Tian'anmen[47]. Selon certaines analyses, le gouvernement s’est inquiété qu’un si grand nombre de personnes puisse se rassembler si près du siège du pouvoir[34].

Lancement d'une répression à l'échelle nationale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bureau 610.
arrestation d'une pratiquante de Falun Gong place Tian An Men.

Dans la nuit du 25 avril 1999, le chef du Parti de l’époque, Jiang Zemin, publie une lettre indiquant son intention de supprimer le Falun Gong. La lettre exprime son inquiétude par rapport à la popularité du Falun Gong, et de sa popularité parmi les membres du Parti communiste. Début mai, des rapports indiquèrent que Jiang Zemin créé un groupe de travail spécial dirigé par Luo Gan pour s’occuper du Falun Gong[6]. Les autorités commencent alors à encercler les organisateurs de Falun Gong connus. Un peu plus tard, le 10 juin 1999, le Parti créé le « Bureau 610 », un organisme extra-constitutionnel en charge de la répression du Falun Gong[8]. Ses agents sont placés dans toutes les provinces, villes, cantons, universités, ministères et entreprises d’État en Chine[36].

Le 20 juillet 1999, juste après minuit, les agents de la sécurité publique procèdent à de nombreuses arrestations à travers toute la Chine, en s'introduisant dans les maisons des pratiquants et « assistants » et en les emmenant de force dans des centre de détentions[25],[48]. Quatre pratiquants de Pékin sont arrêtés en tant que « dirigeants » -par la suite, ils subirent un procès fantoche et furent condamnés à des peines allant de 8 à 18 ans de prison. Sous les ordres du bureau de la sécurité publique, les églises, les temples, les journaux, les cours de justice et la police sont mobilisés rapidement afin de suivre la ligne de Parti pour écraser le Falun Gong. D'après Jiang Zemin, auteur de la persécution, « Aucune mesure n’est trop extrême »[7]. Le Falun Gong est ainsi condamné dans les médias, ses livres et vidéo cassettes détruits par le feu et écrasés par des bulldozers le tout filmé par les médias[49]. Le 30 juillet, dix jours après le début de la répression, Xinhua rapporte que plus d'un million de livres de Falun Gong et d'autres documents sont confisqués et que des centaines de milliers ont été brûlés et détruits[50].

Les autorités de la RPC se livrent à une répression globale du Falun Gong, marquée par des vagues d'arrestations et l'emprisonnement des membres ainsi que leur soumission à un programme de « rééducation par le travail ». Des millions d'ouvrages de son fondateur, Li Hongzhi, sont brûlés[51],[49],[48] ainsi que d'autres documents didactiques, les centres et écoles sont fermés et les adeptes forcés de renier et de se détacher du Falun Gong, certains d'entre eux sont soumis à des méthodes de lavages de cerveau et de "réforme de la pensée" dans des écoles et des stades[52]. À partir de la fin de l’année 1999, les pratiquants meurent en détention[7] et à la fin du mois de février 2000, 5 000 étaient détenus dans toute la Chine[49]. Le gouvernement chinois émet également un mandat d'arrêt contre Li Hongzhi, qui vit à New York, et saisit Interpol; sans résultat.

Chaque aspect de la société est mobilisé contre le Falun Gong, y compris l’appareil médiatique de l’État, les forces de police, l’armée, le système éducatif, les entreprises et le cercle familial[7]. Une entité extraconstitutionnelle, le Bureau 610, s'occupe de « diffuser une campagne de terreur » à l'échelle nationale[53]. Les grands médias étatiques (télévision, radio et presse écrite) se livrent tous à une discrimination de la pratique[49]. Les entreprises et les particuliers sont pressés de coopérer à cette campagne activement.

Selon plusieurs rapports, dans le but de les faire renoncer au Falun Gong, ses pratiquants sont sujet à des tortures, à des emprisonnements illégaux, à la soumission, à des viols, à des travaux forcés et à des abus psychiatriques[3]. Les pratiquants de Falun Gong composent 66 % des cas de tortures rapportés en Chine[54] ainsi qu’au moins la moitié de la population soumise aux travaux forcés là bas[55]. En juillet 2006, les parlementaires David Kilgour et David Matas ont présenté un rapport concernant le trafic systématique des organes des pratiquants de Falun Gong prélevés à vif[56].

Motifs et raisons de la persécution[modifier | modifier le code]

Les observateurs étrangers ont tenté d'avancer une variété de facteurs aboutissant à l'interdiction du Falun Gong : en premier lieu, l'obsession personnelle de Jiang Zemin du secrétaire général du Parti Communiste Chinois, les luttes de pouvoir politique internes au sein du Parti communiste, l'existence de précédents dans l'histoire chinoise de mouvements quasi-religieux évoluant en insurrections violentes et l'indépendance du Falun Gong par rapport à l'État et son refus de suivre la ligne du Parti. Pour conclure, on peut supposer que le contenu moral et spirituel présent dans le Falun Gong mettait le peuple chinois en contradiction directe avec les aspects athées de l'idéologie marxiste officielle.

À propos du rôle tenu par Jiang Zemin[modifier | modifier le code]

Plusieurs observateurs soutiennent que la persécution du Falun Gong trouverait son origine dans l'obsession personnelle de l'ancien secrétaire général du Parti Communiste, Jiang Zemin; les pratiquants de la discipline l'estiment responsable de la décision de persécution[57],[58]. Dean Peerman soupçonne Jiang Zemin d'avoir des mobiles plus personnels, comme de la jalousie envers la popularité de Li Hongzhi[59], et évoque son tempérament colérique et belliqueux[42],[59]. Pour Robert A.F. Thurman, spécialiste du bouddhisme de l’université Columbia, le régime est effrayé par le Falun Gong et est « devenu fou, effrayé à l’idée de montrer sa faiblesse et ses doutes au monde entier ».

Des sources du Washington Post ont raconté que tous les membres du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois ne partageaient pas les opinions de Jiang concernant la nécessité de d'éradiquer le Falun Gong, et affirmaient qu'il « s'était accaparé de ce qu'il croyait être une cible facile »[60],[36].

La répression du Falun Gong fournissait également une belle opportunité au secrétaire général du Parti : à travers une purge de type maoïste, les cadres du Parti ont été poussés à lui « prêter allégeance » en appliquant ses ordres[61],[62]. D'après Tony Saich (professeur à Harvard), Jiang a utilisé cette campagne comme un test de loyauté à son pouvoir[58]. Alors que s'annonçait une période de réforme qui marquait un tournant difficile pour l'ancien secrétaire, celui-ci put asseoir son autorité lors du 16e congrès du Parti communiste, afin de le diriger. Un vétéran du Parti communiste a déclaré à Willy Lam de CNN, « Comme avec les campagnes depuis les années soixante, le rite standard de séances idéologiques tenues dans les unités du parti, les usines et les collèges ces dernières années se résument à des déclarations de soutien en faveur de la politique de Pékin de la part des participants - et en faveur du chef supérieur [du parti communiste chinois] »[61].

Pour conclure, John Pomfret écrit que « l’intérêt que Jiang porte au Falun Gong est si profond que lorsque s’est tenu le sommet de l’APEC (Coopération économique pour l'Asie-Pacifique) en Nouvelle-Zélande en septembre 1999, il a distribué un livre qui attaquait le Falun Gong à tous les participants de la réunion, y compris au président Clinton »[63]. John Pomfret raconte que cela a stupéfié les diplomates et les a renforcés dans leurs inquiétudes concernant les dirigeants communistes « devenus fondamentalement coupés de la réalité quotidienne. Également que Jiang Zemin n’a ni le souhait ni la capacité de participer à des discussions importantes avec les dirigeants occidentaux. » John Pamfret signale les propos d’un diplomate de l’APEC déclarant « ce gars a vraiment cru que nous devions être au courant de ce truc »[63].

Autres explications et commentaires[modifier | modifier le code]

La nature du parti communiste est interprétée comme une des causes de la mise au ban de la pratique. La popularité de la pratique du Falun Gong[22], ses origines traditionnelles[64],[65] et son idéologie distincte de celle du communisme a été perçue comme un défi pour le gouvernement[66].

La persécution du Falun Gong peut être liée directement à des peurs politiques[34] ainsi qu’à une intolérance générale de la dictature communiste vis-à-vis de tout ce qui ne se conforme pas à son mode de pensée. La grande popularité du Falun Gong, la multiplication des sites de pratiques autour du monde ainsi que la présence des écrits spirituels de Li Hongzhi à disposition sur internet contenant des propos concernant la santé, les démons, les extra-terrestres et autres idées diamétralement opposé à l’idéologie communiste était perçus comme un défi au Parti. Pour y répondre, les autorités se sont lancées dans une campagne stalino-maoïste[66].

Le quotidien canadien The Globe and Mail rapporte que la réaction « hystérique » du régime face à un groupe religieux inoffensif montre deux aspects du régime assez déplaisant. D’abord que « c’est toujours un régime totalitaire, incapable de tolérer la moindre concurrence, exigeant l’exclusivité de la loyauté [du peuple]… chaque groupe, du club d’échec à l’armée, doit se soumettre au contrôle du parti communiste et le moindre groupe qui ne le fait pas est une menace » et en second lieu, le fait que le Parti souffre d’insécurité, particulièrement depuis les évènements de Tienanmen en 1989 « les dirigeants vivent dans la peur du peuple chinois. Seul un régime pétri par la peur peut avoir un tel réaction de panique face à un groupe de personnes d’âge moyen qui se réunissent dans des parcs pour pratiquer la méditation »[67]

Le 22 juillet 1999, le gouvernement de la République populaire de Chine a publié une déclaration interdisant le Falun Gong :

« La Chine interdit en ce jour la société de recherche du Falun Dafa et l’organisation du Falun Gong qui la contrôle en les déclarant illégales. Dans le cadre de sa décision en la matière publiée en ce jour, le ministre des affaires civils a déclaré qu’après enquête, la société de recherche du Falun Dafa n’avait pas été enregistrée légalement et était impliquée dans des activités illégales, préconise des superstitions, répand des mensonges, embobine les gens, suscite et crée des perturbations, met en danger la stabilité sociale. La décision citée plus haut, en accord avec la Direction des Enregistrement et de la Réglementation des organisations populaires, déclare la société de recherche du Falun Dafa et l’organisation du Falun Gong qui la contrôle comme illégales et par voie de conséquence, interdites[68]. »

Dans un autre commentaire, Xinhua déclara que le Falun Gong était opposé au Parti, et qu’il « prêchait l’idéalisme, le théisme et des superstitions féodales ». Ils tentèrent alors de faire une distinction entre les « membres ordinaires » et les dirigeants, se référant à eux comme étant « un petit nombre de conspirateurs et d’organisateurs qui ont des intentions politiques ». Voilà qui sonnait comme un avertissement pour certains dirigeants du parti communiste qui pratiquaient le Falun Gong[69]. Xinhua a affirmé que les actions prises à l’encontre du Falun Gong était essentiels pour le maintien « du rôle d'avant-garde et de la pureté » du Parti communiste et qu’ « En fait, les prétendu Vérité, Bienveillance, Patience les principes prêchés par Li n'ont rien en commun avec le progrès moral et culturel socialiste que nous nous efforçons de réaliser »[70]

Li Hongzhi répondit le 22 juillet 1999, dans l’article intitulé Mes quelques déclarations:

« Falun Gong de Chine n’est qu’une activité populaire pour pratiquer le Qigong, il n’a aucune organisation, encore moins de but politique. Il n’a jamais participé à aucune activité anti-gouvernementale. Je suis un homme qui se cultive, je n’ai jamais eu d’affinité avec le pouvoir politique, je ne fais qu’enseigner à l’homme à se cultiver et pratiquer. Si un homme veut bien pratiquer le qigong il doit nécessairement être un homme de haute moralité.

Ni maintenant ni dans le futur nous ne nous opposerons au gouvernement. Les autres peuvent nous maltraiter, nous ne devons pas maltraiter autrui, nous ne devons pas considérer l’homme comme un ennemi.

Nous lançons un appel aux différents gouvernements des pays du monde entier, aux organisations internationales, à tous les hommes bienveillants afin qu’ils puissent nous apporter aide et soutien, pour résoudre la crise qui a récemment eu lieu en Chine[71]. »

Interdiction en tant que « secte perverse »[modifier | modifier le code]

Livres et matériaux saisis et brûlés par les autorités chinoises.

En octobre 1999, trois mois après la répression a commencé, la Cour populaire suprême a publié une déclaration classant officiellement le Falun Gong comme xiejiao[72]"[73]"[50]. La traduction directe du terme est « religion perverse », mais au cours de la campagne anti-Falun Gong, la propagande en est venue à qualifer le mouvement de « culte diabolique »[74]. Dans le contexte de la Chine impériale, le terme de xiejiao était utilisé pour désigner des religions non-confucéennes, mais dans le contexte de la Chine communiste, il est utilisé pour cibler les organisations religieuses qui ne se soumettent pas à l'autorité du Parti Communiste[75],[76].

Selon Ian Johnson, la dénomination de « secte » appliquée au Falun Gong, permettait de donner aux yeux de l'Occident un motif légitime de réprimer le mouvement. Il est d'avis que le Falun Gong ne satisfait pas les définitions communes de secte : « ses membres se marient en dehors du mouvement, ont des amis en dehors, occupent des emplois normaux, ne vivent pas isolés de la société, ne croient pas que la fin du monde est imminente et ne donnent pas des sommes importantes à l'organisation... Il ne prône pas la violence et est au cœur d'une discipline apolitique, tournée vers l'intérieur, visant à se nettoyer spirituellement et à améliorer la santé »[7]. David Ownby, pour sa part, affirme que « toute la question de la nature sectaire supposée du Falun Gong était un leurre dès le début, habilement exploitée par l'État chinois pour persécuter le Falun Gong »[77]. Selon John Powers et Meg YM Lee, du fait que le Falun Gong ait été classé dans la perception populaire comme étant l'équivalent d'un « club d'exercice », déconnecté de la politique, et apolitique, ce dernier n'était pas considéré comme une menace pour le gouvernement. Ainsi, un des points critiques dans la campagne anti-Falun Gong était de convaincre les gens de reclasser le Falun Gong en lui attribuant un certain nombre d'« étiquettes religieuses chargées négativement »[78] comme « secte » ou « superstition féodale». Les manifestations silencieuses du mouvement ont été requalifiées en « création de troubles sociaux ». Dans ce processus de réétiquetage, le gouvernement tentait de puiser dans un « profond réservoir de sentiments négatifs liés au rôle historique de cultes quasi-religieux qui ont agi comme forces déstabilisatrices dans l'histoire politique chinoise »[78].

Campagne de propagande[modifier | modifier le code]

La taille et l’importance de la campagne anti-Falun Gong initiée par le gouvernement chinois a surpassé de beaucoup les mouvements de répression précédents[61]. S'inspirant des méthodes provenant de campagnes de répressions telles que la Révolution culturelle, les trois Antis et les cinq Antis, les dirigeants du régime établirent une critique violente, méthodique et systématique du Falun Gong[79]. Celles-ci comportait notamment l'utilisation de faux témoignages, de la qualification de "secte perverse", l'intimidation et la publications d'ouvrages, ; en 2001, les autorités chinoises orchestrèrent une mise en scène d'un prétendu suicide par auto immolation sur la place Tian An Men pour diffamer la pratique.

Dans une certaine mesure, la campagne s'est étendue à l'étranger, où le Falun Gong a été diffamé par les autorités chinoises par le relais des ambassades, des Institut Confucius[80] et par l'entremise même des représentants du gouvernement[63] et des journaux chinois à l'étranger[81]. Certains incidents grave tels que des agressions, actes de sabotages et tentative d'assassinats ont été rapportés[82].

En Chine continentale[modifier | modifier le code]

Propagande dans les médias d'État[modifier | modifier le code]

Au début de la répression, les nouvelles du soir diffusaient des images d'immenses tas/piles de matériaux du Falun Gong broyés ou incinérés. Elizabeth Perry écrit que le déroulement de la répression était semblable à «la campagne anti-droitiste des années 1950 [et] aux campagnes antipollution spirituelle des années 1980». Les médias se concentreraient sur ceux qui avaient renoncé au Falun Gong; les parents de victimes de Falun Gong évoquaient la tragédie arrivées à leurs proches ; des anciens pratiquants avouaient avoir été « dupés par Li Hongzhi et... regrettaient leur crédulité »; des professeurs d'éducation physique proposaient des alternatives saines à la pratique du Falun Gong, comme le bowling[79].

Selon Willy Lam de la CNN, les médias officiels ont déclaré que le Falun Gong faisait partie d'un «mouvement international anti- Chine »[61]. Comme il l'avait fait au cours de la Révolution culturelle, le Parti communiste a organisé des rassemblements dans les rues et des journées d’arrêt de travail aux entreprises d’État, tel que le bureau de la météo, dans les provinces lointaines de l’Ouest, afin de dénoncer la pratique. Xinhua publiait des éditoriaux d’officiers de l'APL qui déclaraient que le Falun Gong était un « faisait partie des efforts des forces occidentales hostiles voulant subvertir la Chine » et qui promettaient de faire tout leur possible pour défendre la direction centrale et « maintenir la sécurité nationale et la stabilité sociale»[61].

Des circulaires étaient émises à des organisations de la jeunesse et les femmes encourageant à soutenir l'interdiction. La Ligue de la jeunesse communiste chinoiseet la Fédération nationale des femmes chinoises ont appelé à une plus grande utilisation de l'enseignement scientifique pour lutter contre la « superstition féodale ». Xinhua rapportait les discours de responsables de la Ligue de la jeunesse communiste. Un orateur a déclaré: « Cela nous rappelle l'importance et l'urgence de renforcer notre travail politique et idéologique parmi la jeune génération, les éduquer dans le matérialisme marxiste et l'athéisme, et faire davantage d'efforts pour propager les connaissances scientifiques »[83]. La Fédération des femmes a déclaré avoir besoin « d'armer nos sœurs avec les connaissances scientifiques et d’améliorer leur capacité à reconnaître et à résister à la superstition féodale »[83]. Un groupe d'anciens combattants de l'APL qui avaient rejoint l’armée dans les années 1930 et 1940 a publié une déclaration affirmant que « seul le marxisme peut sauver la Chine et seul le Parti communiste chinois peut nous conduire à accomplir la grande tache de revigorer la nation chinoise »[84].

Li Hongzhi est devenu aussi une cible des médias chinois. Les autorités chinoises l’ont accusé d’avoir créé le Falun Gong sur la base de deux autres systèmes de Qigong développés plus tôt, Chan Mi Gong et Jiugong Bagua Gong, et disaient que certains exercices de Falun Gong auraient été copiés à partir de « mouvements de danse thaïlandaise qu'il a appris pendant une visite à ses parents en Thaïlande »[85]. Les autorités chinoises ont affirmé que ses connaissances Li Jingchao et Liu Yuqing ont aidé Li Hongzhi à développer sa méthode, et que d'autres disciples ont contribué à écrire des textes et à retoucher des photos. Selon eux, cette méthode n’avait pas été testé de manière exhaustive à l’avance, mais n’a été achevée qu'en un mois avant son lancement officiel[86]. James Tong note que ces allégations ont été assemblées dans les publications « Li Hongzhi qiren qishi » qui était conforme aux grandes lignes de répression tracées par le Politburo et Jiang Zemin et dont les premières éditions ont paru déjà avant le 22 juillet 1999. Ces publications représentaient des compilations hâtives ou des reproductions des articles de Renmin Ribao ou de dépeches de Xinhua contenant des révélations sur le Falun Gong et sur Li Hongzhi, ainsi que d’autres documents du Parti et du gouvernement interdisant le Falun Gong[87]. Qiren qishi étaient publiés par la branche de recherche du Bureau de la sécurité publique[85].

Dans le système éducatif chinois[modifier | modifier le code]

La campagne a pénétré dans les institutions éducatives en incorporant une propagande anti-Falun Gong dans les livres de classe des lycées, collèges et écoles primaires[88]. La WOIPFG prétend que les étudiants qui pratiquaient le Falun Gong furent exclus des universités, des écoles et des examens. Un politique dite de « coupable par association » a été appliquée, de façon à ce que la famille directe de pratiquants connus comme tels soient eux aussi exclus du système scolaire, les enfants apprenant à l’école des poèmes anti Falun Gong[89] et des pétitions anti Falun Gong étaient organisées en masse[47], les professeurs d’université, instituteurs et étudiants qui refusaient de renoncer ou de dénoncer le Falun Gong étaient renvoyés chez eux faisant alors face à des conséquences comme l’arrestation, les travaux forcés, le viol et la torture aboutissant parfois à la mort, les étudiants étaient obligés à visionner des vidéos ou à assister à des séminaires attaquant le Falun Gong[47], tandis que des bannières discréditant le Falun Gong étaient disposées près des écoles et des universités, rappelant la Révolution Culturelle,[90]. Visiter des sites web du Falun Gong pouvait avoir pour conséquence d’être arrêté. Les examens contenaient des questions anti Falun Gong – les réponses incorrectes pouvant avoir des répercussions violentes[88].

D’après le Washington Post, les fonctionnaires de quartier rassemblaient les personnes âgées, les gens handicapés et les malades dans des classes dénonçant la pratique. Les universités envoyaient du personnel pour aller chercher étudiants et professeurs ayant été mis dehors pour les obliger à assister aux classes de lavage de cerveau, certains étaient obligés de laisser seuls des parents malades pour assister à ces classes[52].

Le journal rapporte l’histoire d’un étudiant de l’université de Pékin, Alex Hsu qui a été enlevé alors qu’il se rendait dans un laboratoire informatique. Il est raconté qu’il a été conduit dans un hôtel situé près d’un camp de travaux forcés où se trouvaient 20 autres pratiquants y compris des étudiants, des professeurs, du personnel de l’université et des professeurs à la retraite. À l’hôtel, 3 anciens pratiquants toujours détenus au camp de travaux forcés ont essayé de le persuadé d’abandonner la pratique pendant 12 heures par jour[52]. Le Washington Post raconte que plus tard, de nouveaux « professeurs » ont rejoint l’assemblée « analysant les écrits du fondateur du Falun Gong, Li Hongzhi et ne laissant pas Hsu se reposer. » Les propos de Hsu suivant sont rapportés «  C’était de la torture mentale… La pression ne faisait qu’augmenter. Et la menace était toujours présente. On pouvait voir que ces gens avaient tous souffert, et on savait ce qui arriverait si on n’abandonnait pas aussi. »[52] Le Washington Post rapporte que les pratiquants sont forcés d’assister aux classes jusqu’à ce qu’ils aient renoncé à leur croyance par écrit, puis sur vidéo. Hsu est cité à nouveau disant « C’était très douloureux, Ils nous obligeaient à mentir. Nous savions que le Falun Gong est bon, mais ils nous obligeaient à dire que c’était mauvais »[52]. Hsu a pleuré après avoir prétendu renoncer, et, plus tard, il a cessé d’aller à l’école et a commencé à se cacher. Dans son livre, A China more Just, l’avocat des droits de l’Homme Gao Zhisheng explique que « ceux qui refusent de se soumettre lors des classes sont envoyés aux camps de travaux forcés où ils font face à un régime de violence encore plus systématique que dans le passé, d’après ce que disent les pratiquants ainsi que d’après des sources gouvernementales. En moyenne, le conseiller gouvernemental a déclaré que la plupart des gens abandonnent le Falun Gong au bout de 10 à 12 jours de classe, certains résistent jusqu’à 20 jours »[52].

Anne-Mary Brady de l’université de Canterbury prend le Falun Gong comme exemple de l’utilisation du PCC des nouvelles technologies comme outils de propagande « Si vous faites une recherche en Chine en utilisant le Google chinois et le mot clé Falun Gong, tout ce que vous trouverez sont les sites du gouvernement ». Elle explique que des entreprises occidentales faisant des affaires en Chine ont bien dû participer à ce système de censure[91]. D’après James Mulvenon de la Rand Corporation, le ministère chinois de la sécurité publique pratique une guerre internet pour attaquer les sites du Falun Gong aux États-Unis[92], en Australie, au Canada, et en Angleterre. Il convient aussi que le CCP bloque l’accès aux ressources concernant ce sujet en Chine[93],[94].

L'incident de la place Tian'anmen[modifier | modifier le code]

Extrait de Feu mensonger, un documentaire qui souligne plusieurs failles et incohérences dans la version du gouvernement chinois.

Le 23 janvier 2001, au moment des fêtes du Nouvel An chinois, survient un incident majeur qui va marquer les esprits. Sept personnes tentent de s'immoler par le feu sur la place Tian'anmen. Les sources du gouvernement chinois annoncent alors que ces personnes étaient pratiquants de Falun Gong. Les sources de Falun Gong contestent cette affirmation en soulignant que leurs enseignements interdisent toute violence ou suicide[95]. Plusieurs journalistes et universitaires occidentaux ont également noté des incohérences dans la version du gouvernement chinois de l'incident qui ont conduit beaucoup parmi eux à croire à une mise en scène du gouvernement chinois pour discréditer le Falun Gong et retourner l’opinion publique contre cette pratique[96],[97] . En particulier, Ian Johnson du Wall Street Journal, Danny Schechter et David Ownby ont attiré l'attention sur le fait que l'agence Xinhua a diffusé une déclaration déjà traduite en anglais seulement deux heures après l'incident[98]. Ceci est très inhabituel pour ce genre de reportage qui doit être approuvé par plusieurs instances bureaucratiques, ce qui laisse penser que les autorités chinoises étaient prêtes à rapporter l'événement [99]. Philip Pan du Washington Post a quant à lui enquêté dans l'entourage de deux des auto-immolées et découvert que personne ne les avait jamais vues pratiquer le Falun Gong[100]. Il a également noté que le gouvernement chinois a toujours refusé que des journalistes étrangers interrogent les survivants de l'incident[101].

La campagne de propagande d'état qui a suivi l'événement a changé l’opinion plutôt favorable des Chinois envers le Falun Gong. Comme l’a rapporté le magazine Time, de nombreux Chinois trouvaient que le Falun Gong ne représentait pas de menace réelle, et que la répression de l'État était allée trop loin[102]. Des affiches, des tracts et des vidéos détaillant les présumés effets néfastes de Falun Gong ont été émis en quantités innombrables, et des classes régulières anti-Falun Gong ont été introduites dans les programmes scolaires[103]. CNN a comparé cette propagande d’état chinois à des campagnes du passé, telles que celles menées pendant la guerre de Corée ou la Révolution culturelle[104] . Les autorités chinoises ont ensuite commencé à « systématiquement recourir à la violence » pour éliminer le Falun Gong[105]. L'année suivant l'incident, le nombre de cas d’emprisonnement, de torture et de décès de pratiquants de Falun Gong en détention a considérablement augmenté[106] ,[107]. En 2002, des pratiquants de Falun Gong ont réussi à diffuser à Changchun, à la place des programmes d’une chaine de la télévision chinoise[108], le film documentaire Feu mensonger[109]> analysant les incohérences dans les comptes rendus officiels de l'incident de la place Tian'anmen. L’auteur de ce piratage a été mis en prison où il est décédé, probablement torturé à mort comme beaucoup d’autres pratiquants[110].

Censure de l’Internet[modifier | modifier le code]

Freedom House a rapporté que le Falun Gong faisait partie des sujets les plus systématiquement bloqués sur l'Internet chinois[111]. Dans son rapport sur la genèse de la censure d’Internet et les capacités de surveillance en Chine, Ethan Gutmann suggère que beaucoup de ces méthodes (y compris des attaques par déni de service), ont tout d'abord été utilisées par les autorités chinoises contre le Falun Gong[112]. Selon James Mulvenon, l'analyste de la Rand Corporation, le ministère chinois de la Sécurité publique mène une cyber-guerre en attaquant des sites Web du Falun Gong aux États-Unis[113], en Australie, au Canada et en Angleterre, ainsi que bloque l'accès aux informations sur Internet au sujet du Falun Gong[93],[114].

La BBC News a rapporté que le Global Internet Freedom Consortium (GIFC), un groupe lié au Falun Gong et promouvant la liberté d’Internet, aurait annoncé que le département d'État des États-Unis lui avait offert 1,5 millions de dollars, ce qui a été condamné par les autorités chinoises. Selon le rapport, l’ambassade de Chine à Washington a déclaré que la Chine était opposée à l’aide américaine au GIFC, étant donné qu’il était dirigé par le Falun Gong. Selon l’ambassade, la réglementation chinoise de l'Internet est conforme aux lois de Chine et de nombreux autres pays, et elle est soutenue par la grande majorité de Chinois[115].

L'Agence France-Presse (AFP) a cité Philip Crowley, le porte-parole du département d’État, affirmant que la nouvelle de la BBC concernant cette subvention était « prématurée », qu'ils « n'ont pas finalisé l’accord sur le financement et qu’aucune décision finale n’a pas été prise »[115]. Les pratiquants de Falun Gong qui travaillent avec le Global Internet Freedom Consortium ont développé un logiciel anti-censure Freegate, permettant de camoufler l’utilisation de l’ Internet du gouvernement chinois. Un autre logiciel anti-censure nommé Tor, a été partiellement financé par le gouvernement des États-Unis[116].

A l'étranger[modifier | modifier le code]

Actes de sabotage et agressions[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 2004, neuf pratiquants de Falun Gong d’Australie, dont David Liang, sont arrivés en Afrique du Sud pour aider des pratiquants locaux à alerter l’opinion sur la persécution du Falun Gong, et sur le rôle particulier de deux haut fonctionnaires chinois en visite : le Vice Président Zeng Qinghong et le Ministre du Commerce Bo Xilai. Les pratiquants prévoyaient une conférence de presse pour dénoncer les crimes des deux officiels au public et aux médias d’Afrique du Sud, et les notifier d’une plainte légale contre eux. En route de l’aéroport de Johannesburg à Prétoria aux alentours de 20h30 lundi soir, une voiture blanche avec trois personnes à bord les a rattrapés et a tiré avec un fusil AK 47 au moins cinq fois sur leur véhicule. Les tireurs se sont immédiatement enfuis après la fusillade, sans rien leur voler. Le conducteur, le citoyen australien David Liang, sérieusement touché aux pieds a été hospitalisé et sa voiture mise hors service. Pour le porte-parole de la branche taïwanaise du Falun Gong, l’attaque vient du gouvernement chinois et vise à terroriser les membres du mouvement[82].

Le 8 février 2006, Peter Yuan Li, pratiquants du Falun Gong et informaticien travaillant pour le journal 'Epoch Times', est attaqué chez lui, à Atlanta, par des hommes asiatiques armés. Li gère le site web du journal ainsi que les sites appelant les membres du parti communiste chinois à quitter celui-ci à la suite de la publication du livre Les neufs commentaires sur le parti communiste chinois. Les agresseurs l'ont gravement battu à la tête et au visage avec la crosse du pistolet. Li a saigné à profusion. L’un d'entre eux a parlé en chinois (mandarin). Les agresseurs se sont emparés uniquement les ordinateurs et des documents, dédaignant d’autres objets de valeur. Dr Li a dit que les assaillants étaient des agents du régime communiste chinois visant à contrecarrer ses efforts pour exposer les violations des droits de l'homme en Chine[117].

Pressions locales et ingérences[modifier | modifier le code]

En 2003 le Congrès des États-Unis a adopté à l'unanimité une résolution condamnant les agressions contre les pratiquants de Falun Gong aux États-Unis par des agents du Parti communiste. La résolution a rapporté que les acolytes du parti ont « fait pression sur les élus locaux aux États-Unis pour qu’ils refusent ou retirent leur soutien au groupe spirituel de Falun Gong », que les porte-paroles du Falun Gong ont eu leurs maisons saccagées et que les individus qui avaient participé aux actions de protestation pacifiques devant les ambassades ont été agressés physiquement. La résolution appelait le gouvernement chinois à « cesser immédiatement de s'ingérer dans l'exercice des libertés religieuses et politiques aux États-Unis »[118].

Arrestations de journalistes et reporters étrangers[modifier | modifier le code]

Le Club des correspondants étrangers en Chine s’est plaint d'avoir ses membres « suivis, arrêtés, interrogés et menacés » pour avoir publié des reportages sur la répression du Falun Gong. De nombreux journalistes étrangers présents à la conférence de presse organisée par les pratiquants à Pékin le 29 octobre 1999, ont été accusés par les autorités chinoises du « journalisme illégal». D'autres ont été punis pour avoir communiqué des informations à la presse étrangère ou pour avoir organisé des conférences de presse. Des journalistes de Reuters, du New York Times, de l'Associated Press et d'autres médias ont été interrogés par la police, forcés à signer des aveux, et se sont vu retirer leur titres de travail ou de séjour temporaire[2]. Les correspondants se sont également plaints que les transmissions télévisées par satellite avaient été interférées et acheminées à travers la chaine d’État Télévision Centrale de Chine (CCTV). Amnesty International affirme que «  plusieurs personnes ont reçu de longues peines de prison ou de détention administrative pour avoir parlé de la répression ou pour avoir transmis des informations par Internet»[2].

Le rapport de 2002 de Reporters sans frontières sur la Chine affirme que les photographes et les cameramen travaillant avec les médias étrangers ont été empêchés de travailler dans la zone de la place Tiananmen, où des centaines de pratiquants de Falun Gong faisaient des démonstrations pendant les dernières années. Le rapport estime qu'au moins 50 représentants de la presse internationale ont été arrêtés depuis juillet 1999, que certains d'entre eux ont été battus par la police, tandis que plusieurs pratiquants de Falun Gong ont été emprisonnés pour avoir parlé avec des journalistes étrangers. Ian Johnson, le correspondant du Wall Street Journal à Pékin, a écrit une série d'articles qui lui ont valu le prix Pulitzer 2001. M. Johnson a quitté Pékin après avoir écrit ses articles, déclarant que « la police chinoise aurait rendu impossible ma vie à Pékin » après qu’il ait obtenu le prix Pulitzer[119].

De grands médias ont été sujets à des restrictions liées au Falun Gong. En mars 2001, le magazine Time Asia a publié un article au sujet du Falun Gong à Hong Kong. Le magazine a été retiré des rayons en Chine continentale, et menacé de ne plus jamais être vendu dans le pays[120]. Vers 2002, en partie en raison de l'environnement journalistique difficile, la presse occidentale a presque complètement arrêté à couvrir la répression en Chine, malgré le fait que le nombre de décès des pratiquants de Falun Gong emprisonnés continuait d’augmenter[121].

Formes de la répression[modifier | modifier le code]

Gao RongRong, pratiquante de Falun Gong, décédée en 2006 à l'hôpital suite à de nombreuses tortures.

Depuis 1999, les observateurs étrangers estiment que des centaines de milliers et peut-être des millions de pratiquants de Falun Gong ont été illégalement détenus dans des camps de rééducation par le travail, des prisons et des centres de détention[122],[123].

Arrestations et emprisonnements arbitraires[modifier | modifier le code]

Selon des estimations, telles que celles citées par le Département d'État des États-Unis, des centaines de milliers de pratiquants de Falun Gong sont illégalement détenus en Chine, la plupart dans des camps de rééducation par le travail[124]. Selon un rapport de Human Rights Watch de 2005, les pétitionnaires qui eux-mêmes n’étaient pas des pratiquants de Falun Gong ont indiqué que la plupart des détenus dans les camps de rééducation par le travail étaient pratiquants de Falun Gong. Ils ont également déclaré que les pratiquants de Falun Gong recevaient « les condamnations les plus longues et les pires traitements »[125].

Selon le ministère de la Sécurité publique, la « rééducation par le travail » est une mesure administrative imposée aux personnes coupables d'avoir commis des infractions mineures, mais qui ne sont pas légalement considérées comme des criminels[47]. Fin 2000, la Chine a commencé à utiliser à grande échelle cette forme de punition envers les pratiquants de Falun Gong dans l'espoir de « transformer les récidivistes » une fois pour toutes[47]. Leurs peines pouvaient être arbitrairement prolongées par la police. Selon l’article de Robert Bejesky dans le Columbia Journal of Asian Law, les pratiquants pouvaient faire face à des accusations ambigües, telles que « trouble à l'ordre social», « atteinte à la sécurité nationale » ou « subversion du système socialiste »[126]. Jusqu’à 99% des détenus du Falun Gong sont traités dans le cadre de ce système sans entrer dans le système formel de justice pénale[126]. Selon Human Rights Watch, les détenus ne peuvent pas sortir des camps et sont forcés à travailler dur dans des mines, des usines de briques et le secteur agricole, tandis qu’ils sont soumis au passage à tabac, des interrogatoires, un rationnement alimentaire insuffisant et d'autres violations des droits de l'homme[47].

À la fin de leur peine de rééducation par le travail, les pratiquants peuvent être incarcérés dans des « centres d’éducation juridique », une autre forme de punition mise en place par les autorités provinciales pour « transformer l’esprit » des pratiquants[47],[127]. Bien qu’au début les fonctionnaires de Pékin aient présenté le système « d’éducation juridique » comme « clément », une ligne plus dure a été adoptée plus tard. « Des équipes composées d'assistants d'éducation, d'ouvriers, de cadres dirigeants et de gens de toutes les couches sociales » ont été formées dans le cadre de cette campagne. Au début de 2001, des quotas ont été établis pour le nombre de pratiquants à « transformer ». Les documents officiels ne mentionnent pas les méthodes utilisées pour atteindre cet objectif, bien que le Falun Gong et les sources indépendantes indiquent que les abus physiques et mentaux pourraient y être « extrêmement sévères »[47].

Torture en détention[modifier | modifier le code]

En 2001, un article de John Pomfret et Philip Pan paru dans le Washington Post relatait qu'aucun pratiquant n'était épargné par des mesures coercitives dans le but de lui faire renoncer à sa pratique. Selon leurs sources dans l'appareil de sécurité, les pratiquants les plus actifs étaient directement envoyés dans des camps de travaux forcés, où ils « sont tout d'abord « brisés » par des passages à tabac et autres formes de torture »[105]. Selon cet article, certains gouvernements locaux auraient utilisé des classes de lavage de cerveau auparavant, mais c’est seulement en janvier 2001 que le « Bureau 610, un organisme interministériel officieux en charge de la répression du Falun Gong, a ordonné à tous les comités de quartier, institutions d’État et sociétés de les mettre en place »[105].

Le site du Falun Gong, Minghui.org, annonce de nombreux cas de torture psychologique et physique extrêmes, accompagnés de témoignages et de détails sur l’identité des victimes. Ces tortures affectent les facultés mentales, sensorielles, physiologiques et de la parole des victimes et provoquent un traumatisme mental, la paralysie ou la mort. Plus d’une centaine de formes de torture sont supposées être utilisées, notamment des décharges électriques, la suspension par les bras, l'enchaînement dans des positions douloureuses, la privation de sommeil et de nourriture, le gavage et les violences sexuelles, avec de nombreuses variations de chaque type[128],[129]. Selon certaines sources, plus de 250 000 personnes en Chine sont détenues dans des « camps de rééducation par le travail » sous accusations vaguement formulées. Ces gens n'ont jamais vu un avocat, n’ont jamais été au tribunal et sont détenus sans aucune forme de contrôle judiciaire. On ne sait pas combien de pratiquants de Falun Gong sont détenus dans ces camps[129].

Depuis 2000, le Rapporteur spécial de l'Organisation des Nations unies a mis en évidence et transmis au gouvernement chinois 314 dossiers de torture représentant plus de 1 160 personnes. Le Falun Gong constitue 66% de tous les cas de torture rapportés, 8 % se produisant dans des « Ankangs » (hôpitaux psychiatriques) [130],[131]. Le Rapporteur spécial de l’ONU se réfère à des allégations de torture comme « déchirant le cœur » et demande au gouvernement chinois de « prendre des mesures immédiates pour protéger la vie et le bien-être de ses détenus, conformément aux normes minimales des Nations unies pour le traitement des prisonniers[132]. » Corinna-Barbara Francis d'Amnesty Internationale explique que le nombre de décès des pratiquants de Falun Gong semble un peu élevé, puisqu’ils ne résultent pas d'exécutions officielles[133].

Prélèvements d'organes[modifier | modifier le code]

Manifestation contre les prélèvements d'organes sur les membres du Falun Gong', en juin 2006 à Hong Kong.

Des rapports sur des prélèvements forcés d'organes sur des pratiquants du Falun Gong en Chine ont été publiés à plusieurs reprises. En mai 2006, le vice-président du Parlement européen, Edward McMillan-Scott s'est rendu en Chine et a recueilli un témoignage attestant de prélèvements d'organes forcés sur des prisonniers pratiquants de Falun Gong. À partir de 2006, une investigation a été menée par l'avocat international des droits de l'homme David Matas et l'ancien Secrétaire d'État du Canada (région Asie Pacifique) et avocat de la Couronne David Kilgour. Ils ont publié deux rapports accusant Pékin de prélever les organes sur des pratiquants de Falun Gong contre leur volonté. Ils estiment qu'il y aurait eu 41 500 transplantations d'organes non expliquées entre 2000 et 2005[134]. Malgré les démentis du gouvernement chinois[135] et l'enquête de Harry Wu qui n’a pas pu obtenir de preuves en 2006[136], d'autres investigations indépendantes ont suivi et ont confirmé ces dires[137],[138],[139],[140],[141]. En décembre 2013, le Parlement européen a adopté une résolution condamnant les prélèvements d’organes forcés, systématiques et cautionnés par l'État chinois, une pratique touchant en particulier les pratiquants de Falun Gong[142]. En juillet 2014, les médias d’État chinois ont rapporté des « abus de transplantations d’organes » en mentionnant notamment le nom d’un haut responsable du domaine médical, connu pour être impliqué dans les prélèvements forcés d’organes sur les pratiquants de Falun Gong[143].

Abus psychiatrique[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, les observateurs écrivant sur le Falun Gong et la question des droits de l'homme en Chine ont commencé à signaler des abus psychiatriques massifs sur des pratiquants mentalement sains. Les sources du Falun Gong affirment que des milliers de personnes ont été détenus de force dans des hôpitaux psychiatriques et soumis à des abus tels que l'injection de sédatifs ou de neuroleptiques, la torture par électrocution, le gavage, le manque de nourriture et le passage à tabac[144]. Ces sources affirment également que les pratiquants y sont placés contre leur gré pour avoir pratiqué des exercices de Falun Gong, distribué des dépliants, refusé de signer une lettre de renonciation au Falun Gong, rédigé des lettres de pétition, fait des appels au gouvernement, etc. D'autres y sont placés du fait que leur peines de détentions ont expiré ou qu’il n’on pas été « transformés » dans les classes de lavage de cerveau. Certains ont été informés qu'ils étaient mis dans ces établissements parce qu'ils avaient un soi-disant « problème politique », c'est-à-dire qu’ils avaient fait appel au gouvernement pour lever l’interdiction du Falun Gong[145].

Robin Munro, l’ancien directeur de bureau de Human Rights Watch à Hong Kong et actuellement directeur adjoint du China Labour Bulletin (en), a attiré l'attention internationale sur les abus de la psychiatrie médico-légale (en) en Chine en général, et sur des pratiquants de Falun Gong en particulier[145]. En 2001, M. Munro a mentionné que les psychiatres médico-légaux en Chine étaient actifs depuis l'époque de Mao Zedong, et qu’ils étaient impliqués dans des abus systématiques de la psychiatrie à des fins politiques[146],[147]. Selon lui, les abus psychiatriques à grande échelle constituent l’aspect le plus distinctif de la campagne du gouvernement visant à « écraser le Falun Gong »[148]. Il relève une augmentation très importante du nombre d'admissions de pratiquants de Falun Gong dans les hôpitaux psychiatriques depuis le début de la campagne de persécution[149]. Cependant, Alan Stone, professeur de droit et de psychiatrie à Harvard, ancien président de l'American Psychiatric Association et titulaire d'une bourse Guggenheim pour l'étude des abus de la psychiatrie à des fins politiques, trouve que les allégations de Robert Munro sont construites à partir de « ses lectures et les extrapolations tendancieuses des publications psychiatriques chinoises »[150].

Robin Munro a affirmé que les pratiquants de Falun Gong détenus étaient torturés et soumis aux traitements par électrochocs, des formes douloureuses de traitement d’acupuncture électrique, la privation prolongée de lumière, de nourriture et d'eau, et l'accès limité aux toilettes afin d’arracher de force leurs « aveux » ou des « renoncements » comme condition à la libération. Des amendes de plusieurs milliers de yuans peuvent suivre[149]. Sunny Lu et Viviana Galli écrivent que des doses de médicaments jusqu'à cinq ou six fois le niveau habituel sont administrés par sonde naso-gastrique comme une forme de torture, et que la torture physique est aussi fréquente, par exemple la victime est étroitement attachée avec des cordes dans des positions très douloureuses. De tels traitements peuvent provoquer empoisonnement, migraine, extrême faiblesse, protrusion de la langue, paralysie, perte de conscience, vomissement, nausée, convulsion et perte de mémoire[151].

Selon Alan Stone, le nombre d'hospitalisations varie de province à province, suggérant l’absence de politique gouvernementale uniforme en vigueur. Après avoir eu accès et examiné plusieurs centaines de cas de pratiquants de Falun Gong placés dans des hôpitaux psychiatriques, il a constaté « qu'une proportion significative des cas rapportés... ont été envoyés en camps de travaux forcés où ils ont... également pu être torturés, puis renvoyés en hôpital psychiatrique pour s’en débarrasser[150]. »

Décès[modifier | modifier le code]

Le Centre d’information du Falun Dafa annonçait en 2010 que plus de 3 400 pratiquants de Falun Gong ont été tués en détention suite à la torture et aux mauvais traitements, généralement après avoir refusé d’abandonner leur pratique, bien qu’il est impossible de confirmer ces chiffres de manière indépendante. La majorité des décès signalés est survenue dans les provinces du nord-est de la Chine, dans la province du Sichuan et les régions autour de Pékin[152].

Parmi les premiers décès suite à la torture rapportés dans la presse occidentale figure celui de Chen Zixiu, une ouvrière à la retraite de la province du Shandong. Dans son article sur la répression du Falun Gong qui lui a valu le prix Pulitzer, Ian Johnson a rapporté que les gardiens du camp de travail avaient utilisé des aiguillons électriques pour le bétail sur Madame Chen pour essayer de la forcer à renoncer au Falun Gong. Quand elle a refusé, les responsables ont « ordonné à Madame Chen de courir pieds nus dans la neige. Deux jours de torture ont laissé ses jambes meurtries et ses cheveux couverts de pus et de sang... Elle a rampé vers l’extérieur, vomi et s’est effondrée. Elle n'a jamais repris conscience. » Madame Chen est décédée le 21 février 2000[153].

Le 16 juin 2005, Gao Rongrong, une comptable de la province du Liaoning âgée de 37 ans, a été torturée à mort en détention. Deux ans avant sa mort, Madame Gao avait été emprisonnée au camp de travaux forcés de Longshan, où elle a été torturée et défigurée avec des matraques électriques. Madame Gao s’est échappée du camp en sautant par une fenêtre du deuxième étage, et après que des photos de son visage brûlé aient été rendues publiques, elle est devenue une cible pour les autorités. Elle a été de nouveau détenue le 6 mars 2005, et tuée un peu plus de trois mois plus tard[154].

Le 26 janvier 2008, des agents de sécurité ont arrêté à Pékin le musicien populaire Yu Zhou et son épouse Xu Na qui rentraient d'un concert. Yu Zhou, âgé de 42 ans, a été mis en détention, où les autorités ont essayé de le forcer à renoncer au Falun Gong. Il a été torturé à mort pendant onze jours[155].

Réactions du mouvement et dans le monde[modifier | modifier le code]

Veillée commémorative à Washington D.C, en avril 2006.

Selon le mouvement, onze pratiquants du Falun Gong de Nouvelle-Zélande ont porté plainte contre Jiang Zemin, Luo Guan et Li Lanqing (responsables du bureau 610) pour génocide et crimes contre l'humanité dans une dizaine de pays[156].

Deux Canadiens, l'avocat David Matas et le politicien David Kilgour, accusent Pékin de prélever les organes des membres du Falun Gong contre leur volonté. Ils estiment qu'il y a eu 41 500 transplantations d'organes non expliquées entre 2000 et 2005[157].

Les violations des droits de l'homme dans la répression du Falun Gong sont dénoncées par la commission européenne[158] et par des organisations de défense des droits de l'homme comme Amnesty International[159], Human Rights Watch, Reporters sans frontières[160], le MRAP ainsi que la Laogai Research Foundation.

La résolution 188 du 25 juillet 2002 du Congrès des États-Unis, votée à l'unanimité (420/0) et rejetée par la République populaire de Chine[161], appelait cette dernière à « cesser la persécution du Falun Gong et le harcèlement des pratiquants de Falun Gong aux États-Unis ; de libérer tous les pratiquants de Falun Gong et de mettre fin aux tortures et autres traitements cruels et inhumains utilisés contre eux, d’appliquer le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Déclaration universelle des droits de l’homme[162]. »

En Chine, Gao Zhisheng - célèbre avocat et défenseur des droits de l'Homme en Chine - dénonce cette persécution. À la suite des lettres ouvertes à Hu Jintao et Wen Jiabao dénonçant la persécution des pratiquants du Falun Gong, les autorités ont fait fermer son cabinet d'avocat. Il a également fait face à une tentative d'assassinat, reçu des menaces et sera finalement arrêté, condamné et brutalement torturé[163]. Amnesty International a relevé dans ce cas plusieurs irrégularités de procédure[164].

Le journal Le Monde rapporte des grèves de la faim collectives organisées en Chine pour soutenir l'avocat et protester en faveur des droits de l'homme en Chine[165].

Pour Nicholas Bequelin, de Human Rights Watch à Hong Kong : « Personne ne croit vraiment que le mouvement Falungong représente une réelle menace pour la stabilité du gouvernement mais sa répression montre dans quelles mesures une campagne politique peut outrepasser toute loi »[166].

Campagnes récentes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Falun Gong.

Bien qu’elle ne soit pas d’aussi grande envergure qu’autrefois, la répression du Falun Gong en Chine a continué quasiment sans relâche au cours des dernières années, tandis que de nouvelles campagnes de répression sévère ont été périodiquement lancées, surtout autour des événements et des anniversaires « sensibles ».

2008[modifier | modifier le code]

Le relais de la flamme des droits de l'homme, campagne de mobilisation lancée le 9 août en Grèce.

Selon la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine, « le gouvernement central a intensifié sa campagne de persécution de neuf ans contre les pratiquants de Falun Gong durant les mois qui ont précédé les Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin ». Le Bureau 610 a émis une directive interne exigeant que les gouvernements locaux prennent des mesures pour prévenir que le Falun Gong «n'interfère ou ne nuise» aux J.O. Les Bureaux de sécurité publique à Pékin et à Shanghai ont émis des directives prévoyant des récompenses aux informateurs qui dénonceraient à la police les activités du Falun Gong[167].

Dans les mois qui ont précédé les J.O. , le Centre d’information du Falun Dafa a signalé que plus de 8.000 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés à leurs domiciles ou lieux de travail par des agents de sécurité [168]. Le Centre a indiqué qu’un grand nombre de ces pratiquants a été plus tard condamné à de longues peines de prison - allant jusqu’à plus de 15 ans - et que plusieurs parmi eux ont été torturés à mort en détention. Amnesty International a constaté que le Falun Gong a été parmi les groupes les plus durement persécutés en 2008, et a signalé qu'au cours de cette année plus de 100 pratiquants de Falun Gong sont décédés suite à la torture et au mauvais traitement en détention [169].

2009[modifier | modifier le code]

En 2009, les pratiquants de Falun Gong ont été parmi ceux qui ont été visés dans le cadre du Project 6521, une campagne dirigée par le chef du PCC Xi Jinping cherchant à réprimer les dissidents potentiels durant les anniversaires politiquement sensibles. Le nom du projet fait référence au 60e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, le 50e anniversaire du soulèvement tibétain de 1959, le 20e anniversaire des manifestations de la place Tian'anmen, et le 10e anniversaire de la répression du Falun Gong[170],[171].

Parallèlement au Projet 6521, un organe de coordination de haut niveau a été créé sous la direction de Zhou Yongkang, appelé le «Comité central pour la gestion universelle de l'ordre social ». Le Falun Gong s’est retrouvé parmi les groupes ciblés pour une surveillance et une répression accrues. Le Comité a relancé un réseau d'informateurs bénévoles dans les écoles et les quartiers, et mis en place un système de responsabilité conjointe qui tient responsable les chefs des ménages, des lieux de travail et des gouvernements locaux en cas de manifestations ou autres événements déstabilisants[172].

2010[modifier | modifier le code]

Les groupes de défense des droits de l’homme ont constaté que l' Exposition universelle de 2010 à Shanghai a servi de prétexte à la répression des dissidents et des croyants, y compris des pratiquants du Falun Gong. La Comité exécutif du Congrès américain sur la Chine a déclaré que les autorités chinoises avaient profité de l'Expo comme une occasion pour mener une campagne de propagande contre le Falun Gong, et ont détenu et emprisonné plus de 100 pratiquants de Shanghai. Les autorités de Shanghai offraient des primes financières aux citoyens qui dénonçaient des pratiquants de Falun Gong. La Commission a également constaté que plusieurs pratiquants qui avaient refusé de désavouer le Falun Gong ont été soumis à la torture et envoyé à la rééducation dans des camps de travail [173]. Amnesty International a publié un avis d'intervention d'urgence suite à la disparition à Shanghai du pratiquant Jiang Feng, qui aurait été enlevé à l'aéroport de Shanghai le 18 février 2010 quand il partait aux États-Unis. M. Jiang a disparu en garde à vue, et aurait risqué la torture [174]

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, le Parti communiste a lancé une campagne de 3 ans exigeant des gouvernements locaux, des organisations du Parti et des entreprises à redoubler d'efforts pour « transformer » une grande partie des pratiquants de Falun Gong connus. La «transformation» consiste en mesures coercitives de pression sur les pratiquants de Falun Gong pour qu’ils renoncent à la pratique. Plusieurs documents affichés sur les sites du Parti et des administrations locales indiquent les objectifs concrets de transformation à atteindre et fixent des limites sur les taux acceptables de récidive. La campagne est effectuée en formes de l’envoi des pratiquants de Falun Gong connus dans des centres de rééducation obligatoire, ainsi que de l’emprisonnement dans des prisons ou des camps de rééducation par le travail [175]

Les pratiquants Guo Xiaojun , Wang Xiaodong et Wang Junling ont été arrêtés et emprisonnés pour leur lien avec le Falun Gong et ont été qualifiés par Amnesty International de prisonniers de conscience au risque d’être torturés [176],[177].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2013, l’ONG internationale DAFOH (Doctors Against Forced Organ Harvesting) a remis une pétition comprenant près d'1 500 000 signatures, s’adressant à la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. Celle-ci appelle à une action immédiate pour mettre fin à la pratique des prélèvements d'organes forcés sur des prisonniers de conscience en Chine (Pétition DAFOH)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Lum, CRS Report for Congress: China and Falun Gong, Congressional Research Service 25 mai 2006
  2. a, b, c et d (en) China: The crackdown on Falun Gong and other so-called "heretical organizations", Amnesty International, publié le 23 mars 2000, consulté le 17 mars 2010
  3. a et b The crackdown on Falun Gong and other so-called heretical organizations, Amnesty International, 23 mars 2000
  4. a et b (en) Revised Report into Allegations of Organ Harvesting of Falun Gong Practitioners in China by David Matas, Esq. and Hon. David Kilgour, Esq.
  5. (en) A Chronicle of Major Historic Events during the Introduction of Falun Dafa to the Public, Clearwisdom.net Consulté le 31 octobre 2009.
  6. a et b Mickey Spiegel, Dangerous Meditation: China's Campaign Against Falungong, Human Rights Watch, 2002, accessed Sept 28, 2007
  7. a, b, c, d et e (en) Johnson, Ian, Wild Grass: three portraits of change in modern china, Vintage (8 March 2005)
  8. a et b Congressional-Executive commission on China, Annual Report 2008.
  9. (en) Congressional Executive Commission on China, Annual Report 2008
  10. (en) U.S. Department of State, 2009 Country Report on Human Rights: China (includes Hong Kong and Macao)
  11. a et b (en) Human Rights Watch, "We Could Disappear at Any Time, " 12 July 2005
  12. (en) Leeshai Lemish, "The Games are Over, the Persecution Continues", National Post 7 October 2008
  13. (en) Andrew Jacobs. 'China Still Presses Crusade Against Falun Gong', New York Times, 27 April 2009.
  14. (en) Ethan Gutmann, "China’s Gruesome Organ Harvest", The Weekly Standard, 24 November 2008
  15. (en) Amnesty International, Gong Persecution Factsheet,
  16. (en) MARKET WIRE via COMTEX, China's Organ Harvesting Questioned Again by UN Special Rapporteurs: FalunHR Reports, 8 May 2008. Retrieved 16 June 2008
  17. Parlement Européen Résolution du Parlement européen du 12 décembre 2013 sur le prélèvement d'organes en Chine Texte adopté: RC-B7-0562/2013
  18. a, b et c (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Oxford University Press, USA,‎ 16 avril 2008, p. 89
  19. (en) Benjamin Penny, The Religion of Falun Gong, University of Chicago Press,‎ 27 avril 2012 (ISBN 978-0226655017)
  20. (en) Danny Schechter, Falun Gong’s Challenge to China : Spiritual Practice or "Evil Cult" ?, Akashic Books,‎ 1er janvier 2001 (ISBN 978-1888451276), p. 42
  21. Danny Schechter, Falun Gong's Challenge to China: Spiritual Practice or Evil Cult?, Akashic books: New York, 2001, p. 66
  22. a et b David Ownby, "The Falun Gong in the New World, " European Journal of East Asian Studies, Sep2003, Vol. 2 Issue 2, p. 306
  23. Palmer (2007), p. 247.
  24. a, b, c, d, e, f et g Danny Schechter, Falun Gong's Challenge to China: Spiritual practice or Evil Cult?, Akashic Books: New York, 2001, p. 68-69
  25. a, b, c et d Noah Porter (Masters thesis for the University of South Florida), Falun Gong in the United States: An Ethnographic Study, 2003, p. 98
  26. a, b, c, d et e David Ownby, Falun Gong and Canada's Foreign Policy, International Journal, Vol. 51, Spring 2001, p. 181-204
  27. a et b Ian Johnson, A Blind Eye:China's Rigid Policies On Religion Helped Falun Dafa for Years, Page A1, The Wall Street Journal, 13 décembre 2000
  28. A Chronicle of Major Events of Falun Dafa, Clearwisdom.net
  29. a et b Falun Gong Human Rights Working Group, Introduction
  30. Falun Dafa Australia information center: Timeline, accessed October 7, 2007
  31. Who's afraid of Falun Gong International Religious Freedom Report, Vol. 3, issue 1, International Coalition for Religious Freedom, April 2001
  32. a et b p. 28
  33. (en) Seth Faison, [The New York Times In Beijing: A Roar of Silent Protestors], 27 avril 1999 : “...the Government’s estimate of 70 million adherents represents a large group in a nation of 1.2 billion
  34. a, b, c et d Francesco Sisci, FALUNGONG Part 1: From sport to suicide Asia Times, January 27, 2001
  35. David Palmer, La Fièvre du Qigong, p. 247
  36. a, b et c (en) Reid, Graham (29 April-5 May 2006) "Nothing left to lose", New Zealand Listener. Retrieved 6 July 2006.« Un "Nothing left to lose" » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) November 2012.
  37. Xinhua, Truth on Falun Gong: Fight against pseudoscience important, Mingjing.org
  38. Spiritual Practice or Evil Cult?: Comprehending Falun Gong in the Context of China's Religious Policy, Zhonghu Yan, Center for the Study of Religion, University of Toronto, December 13, 2001
  39. a et b Craig S. Smith, Sect Clings to the Web in the Face of Beijing's Ban, New York Times, Jul 5, 2001. pg. A.1
  40. (en)Chinese conflict management and resolution, Greenwood Publishing Group,‎ 2002 (ISBN 978-1-56750-643-3, lire en ligne)
  41. (en) Benjamin Penny, The Past, Present, and Future of Falun Gong, 2001. Retrieved 16 March 2008, //"
  42. a, b, c et d Julia Ching, The Falun Gong: Religious and Political Implications, American Asian Review, Vol. XIX, no. 4, 2001, p. 12
  43. James Tone, Revenge of the Forbidden City. Oxford University Press, 2009, p. 5
  44. Jay Nordlinger, Crackdown Time :Why Beijing fears the Falun Gong, National Review, Vol. 51 Issue 18, p. 26, Sept 27, 1999
  45. World Journal, American edition, June 20, 1999
  46. Ethan Gutmann, "An Occurrence on Fuyou Street", National Review, 13 July 2009.
  47. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Mickey Spiegel, Dangerous Meditation : China's Campaign Against Falungong, New York, Human Rights Watch,‎ janvier 2002 (ISBN 1-56432-270-X, lire en ligne)
  48. a et b Mickey Spiegel (2002), pg 21
  49. a, b, c et d Leung, Beatrice (2002) China and Falun Gong: Party and society relations in the modern era, Journal of Contemporary China, 11:33, 761 – 784
  50. a et b People's Daily Online, China Bans Falun Gong, 30 July 1999
  51. (en) Mickey Spiegel (2002), pg 20
  52. a, b, c, d, e et f (en) John Pomfret and Philip P. Pan, "Torture Is Breaking Falun Gong, China Systematically Eradicating Group", Washington Post Foreign Service, Sunday, 5 August 2001; Page A01
  53. Morais, Richard C.: China's Fight With Falun Gong, Forbes, 9 février 2006
  54. Report of the Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment: MISSION TO CHINA, Manfred Nowak, United Nations, Table 1: Victims of alleged torture, p. 13, 2006
  55. International Religious Freedom Report 2007, US Department of State, 14 Septembre 2007.
  56. David Kilgour et David Matas 31 janvier 2007
  57. (en) Dean Peerman, China syndrome: the persecution of Falun Gong, Christian Century, 10 August 2004
  58. a et b Tony Saich, Governance and Politics in China, Palgrave Macmillan; 2nd Ed edition (27 Feb 2004)
  59. a et b Dean Peerman, China syndrome: the persecution of Falun Gong, Christian Century, August 10, 2004
  60. (en) John Pomfret, Cracks in China's Crackdown, The Washington Post, 12 novembre 1999, visité le 2 novembre 2012
  61. a, b, c, d et e (en) Willy Wo-Lap Lam, China’s sect suppression carries a high price, CNN.com, 9 February 2001.
  62. (en) Julia Ching, "The Falun Gong: Religious and Political Implications, " American Asian Review, Vol. XIX, no. 4, Winter 2001, p. 2
  63. a, b et c (en) John Pomfret, Cracks in China's Crackdown The Washington Post, publié le 12 novembre 1999, visité le 2 novembre 2012.
  64. Ownby, David, A History for Falun Gong: Popular Religion and the Chinese State Since the Ming Dynasty, Nova Religio, Vol., p. 223-243
  65. Barend ter Haar, Falun Gong - Evaluation and Further References
  66. a et b Michael Lestz, Why Smash the Falun Gong?, Religion in the News, Fall 1999, Vol. 2, No. 3, Trinity College, Massachusetts
  67. The Globe and Mail, Beijing v. falun gong, Metro A14, 01/26/2001
  68. Xinhua, China Bans Falun Gong, People's Daily, July 22, 1999
  69. Xinhua Commentary on Political Nature of Falun Gong, People's Daily, August 2,1999
  70. Gayle M.B. Hanson, China Shaken by Mass Meditation - meditation movement Falun Gong, Insight on the News, August 23 1999, accessed 31/12/07
  71. http://fr.clearharmony.net/articles/200110/1146.html
  72. Irons, Edward. 2003 "Falun Gong and the Sectarian Religion Paradigm". Nova Religio, Vol. 6, No. 2, p. 243–62, ISSN 1092-6690
  73. (en) Cheris Shun-ching Chan, "The Falun Gong in China: A Sociological Perspective, " The China Quarterly, 179 (2004), p. 665–683.
  74. Amnesty International, "The crackdown on Falun Gong and other so-called 'heretical organizations'", 23 mars 2000.
  75. Maria Hsia Chang, Falun Gong: The End of Days, Yale University Press, 2004.
  76. Freedom House, "Report Analyzing Seven Secret Chinese Government Documents", 11 février 2002.
  77. (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Etats-Unis, Oxford University Press,‎ 27 mai 2010 (ISBN 978-0199738533, lire en ligne)
  78. a et b Powers, John and Meg Y. M. Lee. "Dueling Media: Symbolic Conflict in China's Falun Gong Suppression Campaign" in Chinese Conflict Management and Resolution, by Guo-Ming Chen and Ringo Ma (2001), Greenwood Publishing Group
  79. a et b (en) Elizabeth J. Perry, Critical Asian Studies 33:2 (2001), p. 173
  80. Citation: "Les Instituts Confucius sont essentiellement des prolongements politiques du gouvernement chinois" Omid Ghoreishi, L’Association canadienne des professeurs d’université demande de fermer les Instituts Confucius Epoch Times, publié le 13 janvier 2014
  81. Citation: un journal chinois de Montréal, a publié des reportages maintes fois diffamatoires et haineux contre le Falun Gong. Ils disent que les membres du Falun Gong ont des relations sexuelles avec des animaux, font des meurtres, sont impliqués dans des activités criminelles, sont des saboteurs de l’État de Chine, sont des ennemis de l’État en Chine et au Canada. Ce sont tous des commentaires haineux classiquesIsabelle Porter, La diaspora chinoise et la propagande contre le Falun Gong, Voir, 4 décembre 2003
  82. a et b (en) Evelyn Shih, China behind attack : Falun Dafa, Taipei Times, July 7, 2004 : « The Chinese government was behind an attack on nine Falun Gong practitioners in South Africa last month, the director of the Taiwanese branch of the organization, Chang Ching-hsi, said yesterday. [They] were on their way to protest the arrival of Chinese Vice President Zeng Qinghong in South Africa on June 28 when they were overtaken by a white van. Several shots were fired from the van at one of their vehicles, Chang said. Five bullets hit the car, and driver David Liang was shot in both feet. […] According to South African newspapers, […] it is too early to speculate on motives for the attack. Chang said that the incident seemed designed to terrorize […]. ».
  83. a et b (en) People's Daily Online, China Bans Falun Gong: Major Mass Organizations Support Falun Gong Ban, 25 July 1999. Retrieved 12 October 2007.
  84. (en) People's Daily Online, China Bans Falun Gong: PLA, Armed Police Support Government Ban on Falun Gong, 25 July 1999. Retrieved 12 October 2007.
  85. a et b (en) Benjamin Penny: Life and Times of Li Hongzhi, CJO. The China Quarterly (2003), 175:643-661 Cambridge University Press; DOI:10.1017/S0305741003000389
  86. (en) "Li Hongzhi qiren qishi, " p. 64 and cited in Benjamin Penny's study.
  87. (en) Publish to Perish: Regime Choices and Propaganda Impact in the Anti-Falungong Publications Campaign, July 1999 – April 2000, printed in Journal of Contemporary China (2005), 14(44), August, 507–523.
  88. a et b WOIPFG, Chinese Ministry of Education Participating in the Persecution of Falun Gong: Investigative Report, 2004
  89. Hugo Restall What if Falun Dafa Is a ‘Cult’?, The Asian Wall Street Journal, February 14, 2001
  90. WOIPFG, Systematic persecution in China's Schools
  91. Antony Funnell, The Media Report: Three perspectives on China, Radio National Australia
  92. Eric Lichtblau, CIA Warns of Chinese Plans for Cyber-Attacks on U.S., LA Times, 25 april 2002
  93. a et b Morais, Richard C.Fight With Falun Gong, Forbes, 9 février 2006
  94. Associated Press, China Dissidents Thwarted on Net
  95. (en) Falun Dafa Information Center, « Press statement », Minghui,‎ 23 janvier 2001 (consulté le 2 mars 2014)
  96. Selon Danny Schlechter, l’incident de la place Tian’anmen a permis au dirigeant du Parti d’alors, Jiang Zemin, de marquer un point très important dans sa croisade contre le Falun Gong : « Score a big one for Chinese President Jiang Zemin's crusade to "crush" and discredit a growing spiritual movement that continues to resist a state-ordered ban despite the detention of an estimated 50 000 pratictioners and over 250 people reported dead while in government custody. » (en) Danny Schechter, Falun Gong’s Challenge to China : Spiritual Practice or "Evil Cult" ?, Akashic Books,‎ 1er janvier 2001 (ISBN 978-1888451276, lire en ligne), p. 23-24
  97. (en) Philip P. Pan, « One-Way Trip to the End in Beijing », International Herald Tribune,‎ 5 février 2001 (lire en ligne)
  98. (en) Danny Schechter, « The Fires This Time : Immolation Or Deception In Beijing? », Mediachannel,‎ 22 février 2001 (consulté le 28 mars 2014) : « The Wall Street Journal's Ian Johnson, one of the most insightful journalists following this story, had his suspicions aroused by the speed with which this story was covered (...) In terms of response time, another foreign journalist in Beijing expressed shock that Xinhua was able to release the first report on the incident almost immediately and in English, no less. Every Chinese citizen knows that every report from Xinhua usually has to first go through several rounds of approval by higher-ups and is generally 'old news' by the time it is published »
  99. (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Etats-Unis, Oxford University Press,‎ 27 mai 2010 (ISBN 978-0199738533, lire en ligne), p. 217
  100. (en) David Ownby, Falun Gong and the Future of China, Etats-Unis, Oxford University Press,‎ 27 mai 2010 (ISBN 978-0199738533, lire en ligne), p. 217 : « Philip Pan, a journalist for the Washington Post, traveled to Kaifeng, found where Liu Chunling and Liu Siying had lived, and talked with neighbors to learn that no one was aware that they were Falun Gong practitioners. »
  101. (en) Philip P. Pan, « Human Fire Ignites Chinese Mystery Motive for Public Burning Intensifies Fight Over Falun Gong », Washington Post,‎ 4 février 2001 (lire en ligne) : « Beijing denied requests to interview Liu Siying and the three other survivors, who are all hospitalized with serious burns. A Kaifeng official said only China Central Television and the official New China News Agency were permitted to speak to their relatives or their colleagues. »
  102. (en) Matthew Forney, « The Breaking Point », Time magazine,‎ 2 juillet 2001 (lire en ligne)
  103. (en) Chrandra D. Smith, « Chinese Persecution of Falun Gong », Rutgers Journal of Law and Religion,‎ octobre 2004 (lire en ligne) : « Finally, the “classes” include “study sessions in which the teachings of the Falun Gong leader are picked apart by former followers.” Prisoners are forced to renounce the Falun Gong spiritual movement in writing and on videotape. »
  104. (en) « Tiananmen tense after fiery protests », CNN,‎ 24 janvier 2001 (consulté le 6 mars 2014) : « The campaign is the government's first effort to make people publicly support the ban and is reminiscent of communist political movements -- from the 1950-53 Korean War to the radical Cultural Revolution in the 1960s. »
  105. a, b et c (en) Philip P. Pan et John Pomfret, « Torture is Breaking Falun Gong », Washington Post,‎ 5 août 2001 (lire en ligne)
  106. (en) Sarah Cook, « Be Skeptical of the Official Story on the Tiananmen Car Crash », Freedom House,‎ 4 novembre 2013 (consulté le 7 mars 2014) : « State media presented the self-immolators as fanatics, broadcasting gruesome footage and using the event as proof of the “dangers” of Falun Gong. Months of relentless propaganda succeeded in turning public opinion against the group. Over the next year, the scale of imprisonment, torture, and even deaths of Falun Gong practitioners from abuse in custody increased dramatically. »
  107. (en) Seth Faison, « In Beijing : A Roar of Silent Protesters », New York Times,‎ 27 avril 1999 (lire en ligne)
  108. (en) John Gittings, « TV hijacking puts Falun Gong protest on airwaves in China », The Guardian,‎ 8 mars 2002 (lire en ligne)
  109. (en) « False Fire : China's Tragic New Standard in State Deception », New Tang Dynasty Television,‎ janvier 2002 (consulté le 21 mars 2014)
  110. (en) Bureau of Democracy, Human Rights, and Labor, « Country Reports on Human Rights Practices : China (includes Tibet, Hong Kong, and Macau) », U.S. Department of State,‎ 25 février 2004 (consulté le 30 mars 2014) : « In December, Liu Chengjun, sentenced to 19 years in prison in March 2002 for involvement in illegal Falun Gong television broadcasts, was reportedly beaten to death by police in Jilin City Prison. In February 2002, Chengdu University Associate Professor Zhang Chuansheng died in prison after being arrested for his involvement with Falun Gong. Prison authorities claimed he died of a heart attack, but witnesses who saw his body claimed he had been severely beaten. »
  111. (en) Freedom House, "Freedom on the Net: China, 2012"
  112. (en) Ethan Gutmann, "Hacker Nation: China’s Cyber Assault, " World Affairs Journal, May/June 2010
  113. (en) Eric Lichtblau, CIA Warns of Chinese Plans for Cyber-Attacks on U.S., LA Times, 25 April 2002
  114. Associated Press, China Dissidents Thwarted on Net. Retrieved 19 September 2007
  115. a et b (en) Laura Smith-Spark, [url=http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/8678760.stm US internet aid 'risks China row'], BBC News, 12 May 2010
  116. (en) [1]
  117. (en) When All Else Fails: Threats, Forbes, 2/11/2006 : « according to the Fulton County Police Department Incident Report, Asian men stormed the house of the Princeton-educated information technology technician, bound and gagged and beat him, before fleeing with two 16-inch Sony laptop computers, Li’s wallet and yet unknown material from his files. […] Li is a Falun Gong practitioner and a technology specialist employed by the Epoch Times, a Falun Gong-affiliated newspaper that published a highly critical series of essays in a book called Nine Commentaries on the Communist Party. […] U.S. citizen Li says he not only maintains the Epoch Times Web site, but also the related Nine Commentaries and CCP renunciation Web sites. […] There is no evidence that the break in at Li’s home is tied to the Chinese government. »
  118. (en) United States Congressional Resolution, EXPRESSING SENSE OF CONGRESS REGARDING OPPRESSION BY CHINA OF FALUN GONG IN UNITED STATES AND CHINA, 10 June 2004
  119. (en) China annual report 2002, Reporters Without Borders
  120. (en) "China's Ban Of Magazine Clouds Forum In Hong Kong, " Mark Landler, 6 May 2001
  121. (en) Leeshai Lemish, Media and New Religious Movements: The Case of Falun Gong, A paper presented at The 2009 CESNUR Conference, Salt Lake City, Utah, 11–13 June 2009
  122. (en) 2008 Annual Report, Congressional Executive Commission on China,‎ 31 octobre 2008 (lire en ligne)
  123. (en) Leeshai Lemish, « How China is silencing Falun Gong », National Post,‎ 7 octobre 2008 (lire en ligne)
  124. (en) « 2009 Country Report on Human Rights : China (includes Hong Kong and Macao) », U.S. Department of State,‎ 11 mai 2010 (consulté le 14 mai 2014)
  125. (en) "We Could Disappear At Any Time" - Retaliation and Abuses Against Chinese Petitioners, New York, Human Rights Watch,‎ 8 décembre 2005 (lire en ligne)
  126. a et b (en) Robert Bejesky, « Falun Gong & reeducation through labour », Columbia Journal of Asian Law, vol. 17, no 2,‎ Printemps 2004
  127. (en) « 2007 International Religious Freedom Report », U.S. Department of State,‎ 14 septembre 2007 (consulté le 17 mai 2014)
  128. (en) « Norway : Practitioners hold an Anti-Torture Exhibition and Receive Positive Media Coverage (Photos) », Minghui,‎ 4 août 2004 (consulté le 17 mai 2014)
  129. a et b (en) « China - Spiritual and religious repression », Amnesty International,‎ Avril 2008 (consulté le 17 mai 2014)
  130. (en) Manfred Nowak, « Report of the Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment : mission to China », United Nations,‎ 10 mars 2006 (consulté le 30 décembre 2013)
  131. (en) « Torture, though on decline, remains widespread in China, UN expert reports », UN News Center,‎ 2 décembre 2005 (consulté le 17 mai 2014)
  132. (en) Commission on Human Rights, Asma Jahangir, « Civil and Political Rights, Including the Question of Disappearances and Summary Executions », United Nations Commission on Human Rights,‎ 11 janvier 2001 (consulté le 17 mai 2014)
  133. (en) Richard C. Morais, « China's Fight With Falun Gong », Forbes,‎ 2 septembre 2006 (lire en ligne)
  134. David Kilgour et David Matas 31 janvier 2007, p. 56 : « Selon des enquêtes plus approfondies, nous sommes encore plus convaincus de notre conclusion initiale selon laquelle les allégations sont vraies. Nous pensons qu'il y a eu et continue d’y avoir aujourd'hui des prélèvements d'organes à grande échelle sur des pratiquants de Falun Gong non consentants. »
  135. (en) « Chinese embassy denies organ harvesting report », CTV Television Network,‎ 6 juillet 2006 (consulté le 2 août 2014)
  136. (en) Wesley J. Smith, « Harry Wu doubts Falun Gong claim but not organ market », National Review,‎ 14 août 2006 (lire en ligne) : « Dissident Harry Wu doubts Falon Gong claims, but agrees that the organs of executed prisoners are indeed sold in China. He says that some Falon Gong witnesses have refused to meet with him, which is interesting, but may be a matter of fear for safety or other concerns. He claims that he sent in people to look for "concentration camps" holding Falun Gong and came up empty. But this isn't the same as a thorough investigation. Moreover, there is no doubt that Falun Gong are being imprisoned en masse. And it would be almost impossible to witness organ harvesting first hand at an organ procurement hospital. »
  137. (en) Ethan Gutmann, « “How many harvested ?” revisited »,‎ 10 mars 2011 (consulté le 11 juillet 2014)
  138. (en) Edward McMillan-Scott, « Olympic athletes compete under the shadow of genocide », The Yorkshire Post,‎ 1er août 2008 (lire en ligne)
  139. (en) Torsten Trey, « Response by Dr. Torsten Trey et al. in reply to Drs Shi Bing-Yi and Chen Li-Peng », DAFOH,‎ 2 avril 2012 (consulté le 2 août 2014)
  140. « Retranscription des propos des Professeurs Francis Navarro et Yves Chapuis à l'Assemblée Nationale, le 3 décembre 2009 », ClearHarmony.net,‎ 24 décembre 2009 (consulté le 2 septembre 2014) : « Deux professeurs en médecine français témoignent dans le contexte d'une Conférence à l'Assemblée nationale : « Prélèvements d’organes sur des prisonniers du Falun Gong en Chine » »
  141. Laurent Gey, « La complicité médicale internationale sur les prélèvements d’organes bafoue nos valeurs citoyennes », Epoch Times,‎ 28 novembre 2013 (lire en ligne)
  142. « Résolution du Parlement européen du 12 décembre 2013 sur le prélèvement d'organes en Chine », Parlement Européen,‎ 12 décembre 2013 (consulté le 2 janvier 2014)
  143. « Un médecin impliqué dans les prélèvements forcés d'organes cité dans la presse chinoise », Epoch Times,‎ 2 août 2014 (lire en ligne)
  144. « Torture psychiatrique en Chine », Falun Gong Human Rights Working Group,‎ 2007 (consulté le 18 mai 2014)
  145. a et b (en) Sunny Y. Lu et Viviana B. Galli, « Psychiatric Abuse of Falun Gong Practitioners in China », The Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, vol. 30, no 1,‎ 2002 (lire en ligne)
  146. (en) Robin Munro, « China's Political Bedlam », Project Syndicate,‎ 25 mai 2001 (consulté le 18 mai 2014)
  147. (en) Robin Munro, « Dangerous Minds : Political Psychiatry in China Today and its Origins in the Mao Era », Human Rights Watch,‎ 13 août 2002 (consulté le 18 mai 2014)
  148. (en) Robin Munro, « On the Psychiatric Abuse of Falun Gong and Other Dissenters in China: A Reply to Stone, Hickling, Kleinman, and Lee », The Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, vol. 30,‎ 2002 (lire en ligne)
  149. a et b (en) Robin Munro, « Judicial Psychiatry in China and its Political Abuses », Columbia Journal of Asian Law, vol. 14, no 1,‎ Printemps 2000 (lire en ligne)
  150. a et b (en) Alan A. Stone, « The Plight of the Falun Gong », Psychiatric Times, vol. 21, no 13,‎ 1er novembre 2004 (lire en ligne)
  151. (en) Sunny Y. Lu et Viviana B. Galli, « Psychiatric Abuse of Falun Gong Practitioners in China », The Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, vol. 30,‎ 2002 (lire en ligne)
  152. (en) « 2010 Annual Report : Deaths from torture and other abuse in custody », Falun Dafa Information Center,‎ 2010 (consulté le 18 mai 2014)
  153. (en) Ian Johnson, « A Deadly Exercise », The Wall Street Journal,‎ 20 avril 2000 (lire en ligne)
  154. (en) Amnesty International Report 2006, Amnesty International,‎ 2006 (lire en ligne), p. 90
  155. (en) Michael Sheridan, « Yu Zhou dies as China launches pre-Olympic purge of Falun Gong », The Sunday Times,‎ 20 avril 2008 (lire en ligne)
  156. sur le site clearharmony
  157. « Un rapport accuse Pékin de prélever des organes sur des adeptes de Falungong » dans Le Monde, du 06/07/2006, [lire en ligne]
  158. Bulletin de l'Union européenne mentionnant les violations des droits humains en Chine
  159. Rapport Amnesty International Chine 2005
  160. RSF dénonce les atteintes à la liberté d'expression en Chine
  161. Rejet de la résolution par la RPC
  162. (en) « House Concurrent Resolution 188 », United States House of Representatives,‎ 25 juillet 2002 (consulté le 31 mai 2014)
  163. Demande d'action urgente par Amnesty International en janvier 2006
  164. site d’Amnesty Belgique
  165. LeMonde.fr : En Chine, des militants des droits de l'homme lancent des grèves de la faim
  166. Sur France soir avril 2009
  167. (en) Congressional Executive Commission on China, Annual Report 2008 Visité le 28 mars 2014
  168. (en) Falun Dafa Information Center, "Thousands of Falun Gong Adherents Arrested throughout China in Run Up to Olympics," 7 July 2008.
  169. (en) Amnesty International 2008 Annual Report for China
  170. (en)Cary Huang, ‘‘Taskforces Set Up To Keep Lid on Protests’’, South China Morning Post, 28 February 2009
  171. (en)Congressional Executive Commission on China. "2009 Annual Report", 10 October 2009.
  172. (en)Ching Cheong, "China Acts to Defuse 'Crisis Year'". Singapore Straits Times. 3 March 2009
  173. (en)Congressional Executive Commission on China, Annual Report, 2010.
  174. (en) Amnesty International, 'China: Falun Gong Practitioner Missing in China: Jiang Feng', 10 May 2010.
  175. (en)Congressional Executive Commission in China. 'Communist Party Calls for Increased Efforts To "Transform" Falun Gong Practitioners as Part of Three-Year Campaign', 22 March 2011.
  176. (en) Amnesty International, Falun Gong practitioner at risk of torture publié le 15 décembre 2010, visité le 25 janvier 2012
  177. (en) Amnesty International, Falun Gong practitioners at risk of torture publié le 31 mai 2012, visité le 1er Juillet 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Kilgour et David Matas, Prélèvements meurtriers : deuxième rapport concernant les allégations de prélèvement d'organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine,‎ 31 janvier 2007 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]