Régulateur à boules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le régulateur à boules de James Watt est un système permettant de réguler la vitesse de rotation d'une machine à vapeur. Il trouve son origine dans le système bielle-manivelle et le volant d'inertie rapidement associé sur l'axe en rotation pour éviter le blocage lié à l'existence de deux points morts. Dans la même configuration, un dessin du carnet de l'ingénieur siennois Francesco di Giorgio Martini montre clairement une roue en rotation sur laquelle sont fixées plusieurs boules à l'extrémité de cordes et qui agissent donc de façon proportionnelle à la vitesse de rotation[1], comme c'est précisément le cas pour le régulateur à boules de James Watt.

Le régulateur à boules de James Watt a la réputation d'avoir été l'un des premiers mécanismes de rétroaction, utilisé dans le domaine industriel. Les considérations de ces mécanismes d'un type nouveau donnèrent naissance plus tard à des réflexions comme la cybernétique et à des sciences comme l'automatique.

Régulateur à boules

Le problème[modifier | modifier le code]

Il est important, pour ne pas détériorer les mécanismes de transmission mécanique, que la vitesse d'une machine à vapeur soit aussi constante que possible. Si quelques écarts sont, à la rigueur, admissibles pour l'entraînement d'une pompe de mine, des différences de vitesse du même ordre peuvent compromettre le fonctionnement d'une filature ou de métiers à tisser, dont la mécanique est délicate.

Comment assurer la régulation ?[modifier | modifier le code]

Régulateur à boules au Georgetown PowerPlant Museum à Seattle

Deux boules situées aux extrémités d'un pantographe, comme le montre le schéma ci-dessus : plus l'axe tournait vite et plus les boules s'écartaient, ce qui avait pour effet de descendre la partie supérieure du pantographe. Celle-ci pouvait alors être utilisée pour commander la vanne d'admission de vapeur.

Si, à la suite d'une combustion plus forte ou d'une moindre utilisation de la puissance fournie, la vitesse de rotation augmente :

  • les boules tournent plus vite ;
  • elles s'écartent davantage de l'axe de rotation par effet centrifuge ;
  • le haut du pantographe descend ;
  • et l'admission de vapeur est diminuée — tendant donc à réduire cette même vitesse d'autant qu'il le faut pour revenir au point de consigne.

Si, inversement, à la suite d'un ralentissement de la combustion ou d'une charge supérieure de l'atelier cette vitesse diminue :

  • les boules tournent moins vite ;
  • elles se rapprochent en raison de leur poids et du fait que la force centrifuge diminue ;
  • le haut du pantographe remonte ;
  • et l'admission de vapeur est augmentée — tendant donc du même coup à augmenter cette vitesse autant qu'il le faut pour revenir sur le point de consigne.

Anecdote[modifier | modifier le code]

On peut trouver dans les vieux gramophones et phonographes des régulateurs à patin qui sont inspirés du pantographe tournant de Watt : la vitesse de rotation (multipliée par un jeu d'engrenages) conduit un patin de feutre à frotter sur un disque métallique, ce qui régule la vitesse. En jouant sur la hauteur du disque métallique, on pouvait régler la vitesse du disque musical entre 70 et 80 tours par minute, afin par exemple d'en permettre l'accompagnement sur un piano accordé à une hauteur légèrement différente (au prix d'une légère modification du tempo).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) FRANCESCO DI GIORGIO - Volani a sfere facilitano un movimento manovella-biella


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Visualiser le fonctionnement