Région de Kidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Région de Kidal
La région de Kidal au Mali
La région de Kidal au Mali
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Chef-lieu Kidal
Cercles[1] Abeïbara, Kidal, Tessalit et Tin-Essako
Démographie
Population 67 638 hab. (2009)
Densité 0,45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 19° 58′ 24″ N 0° 44′ 49″ E / 19.973333333333, 0.7469444444444419° 58′ 24″ Nord 0° 44′ 49″ Est / 19.973333333333, 0.74694444444444  
Superficie 15 143 000 ha = 151 430 km2

La région de Kidal est la huitième région administrative du Mali depuis mars 2012. Elle s’étend sur 151 430 km². Sa capitale est la ville de Kidal. Elle recouvre principalement le massif de l'Adrar des Ifoghas.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de la région de Kidal est marquée par trois rébellions, en 1963-1964, en 1990-1991 et en 2006. La région administrative est créée le 8 août 1991 par décret, suite aux accords de Tamanrasset du 6 janvier 1991, signés après la rébellion de 1990, à l’origine de la « décentralisation ».

Cependant, suite à la difficile mise en œuvre de cette décentralisation et aux difficultés à établir un dialogue, survient la rébellion d'avril 2006. Celle-ci trouve, grâce à la médiation algérienne, une issue pacifique relativement rapide (accords d'Alger de 2006).

En octobre 2011, considérant qu'aucune application satisfaisante des accords d'Alger n'avait pu voir le jour, le Mouvement national de l'Azawad (MNA) décide de fusionner avec le Mouvement touareg du Nord-Mali (MTNM), donnant naissance au Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA).

En janvier 2012, ne voyant pas d'avenir par une solution politique, le MNLA décide d'attaquer les postes militaires maliens dans la région, premières attaques préfigurantt la guerre dans le Nord-Mali, menée par le MNLA pour l’autodétermination et l'indépendance de l'Azawad et le mouvement islamique Ansar Dine. Fin mars 2012, ces deux mouvements revendiquent le contrôle d'une partie de la région, bien qu'à ce moment la capitale régionale, Kidal, ne soit pas encore tombée[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte administrative de la Région de Kidal

La région est limitée au sud par la région de Gao, à l'est par le Niger, au nord par l'Algérie et à l'ouest par la région de Tombouctou.

Le région de Kidal possède un climat désertique chaud (Classification de Köppen BWh) avec des étés très longs et extrêmement chauds avec des températures maximales dépassant couramment 45 °C en journée et des hivers courts mais plutôt chauds où les températures maximales dépassent souvent 30 °C en journée, le tout avec des précipitations rares, irrégulières et excessivement faibles. La zone est connue pour l'aridité et la chaleur extrêmes.

Les grandes villes de la région sont Kidal, Tessalit et Aguel'hoc.

La création de la réserve partielle de faune de Tamesna est prévue dans les cercles de Tin-Essako et Kidal sur une superficie de 600 000 hectares[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

La région comptait 67 638 habitants en 2009[4].

La population a été multipliée par près de 1,6 depuis 1998, soit un taux d'accroissement moyen annuel de 4,3 % entre 1998 et 2009. Durant cette période, le cercle de Tin-Essako a connu la plus forte augmentation de la population (+173 %) suivi par le Cercle de Kidal (+85 %).

Les femmes représentent 46,2 % de la population.

La région est peuplée essentiellement des Kel Tamasheq, des Songhaïs, des Berbères kountas et des Arabes (Maures).

Administration[modifier | modifier le code]

La région de Kidal est divisée en quatre cercles (Abeïbara, Kidal, Tessalit et Tin-Essako) regroupant onze communes.

En réponse aux troubles du début des années 1990 et à suite la décentralisation mise en place en République du Mali, Kidal est devenue capitale régionale ce qui lui a accordé une importance politique supplémentaire.

Depuis la création de la huitième région en 1991 à janvier 2005, le premier gouverneur de région est Eglèse Ag Foni, originaire d'Aguel'hoc. Le deuxième gouverneur est Alhamdou Ag Ilyène (de janvier 2005 à 2010), aujourd'hui consul général du Mali au Soudan. Le troisième est Yaya Dolo (17 mois entre 2010 et 2011). En 2013 le gouverneur est le colonel de l'armée de terre Salifou Koné [réf. nécessaire].

Transport et économie[modifier | modifier le code]

La région est très enclavée. Elle ne possède aucune route goudronnée et aucun fleuve ne la traverse. Les ressources de la région de Kidal proviennent de l'élevage, de l’artisanat et du commerce. Des activités maraîchères existent dans certaines zones. Le nomadisme demeure le mode de vie le plus adapté à l'environnement difficile de la région. Cependant, Kidal, Aguel'hoc, Tessalit et Tinzawatène sont des sites de sédentarisation.

Culture[modifier | modifier le code]

La région est peuplée en majorité de Kel Tamasheq, ethnie nomade d'origine berbère. Leur écriture est le tifinagh dont on trouve des variantes dans tout le Sahara.

Le nord du Mali est le berceau d'un groupe musical de renommée internationale, les Tinariwen. Chaque année a lieu dans la ville le Festival d'Essouk.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Loi N°99-035 du 10 août 1999 portant création des collectivités territoriales de cercles et de régions
  2. « Mali : les rebelles touareg progressent, la communauté internationale condamne », Le Monde,‎ 26 mars 2012 (lire en ligne)
  3. République du Mali, Ministère de l’Environnement, Direction nationale de la conservation de la nature, Rapport annuel d’activités 2007, annexe 1, Bamako,‎ janvier 2008
  4. Résultats provisoires du Recensement général de la population et de l'habitat 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]