Région de Cajamarca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cajamarca
Blason de Cajamarca
Héraldique
Localisation de la région Cajamarca
Localisation de la région Cajamarca
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Capitale Cajamarca
Ville principale Cajamarca
Subdivisions 13 provinces
128 districts
Président Gregorio Santos Guerrero
Démographie
Population 1 359 023 hab. (2005)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 6° 36′ 36″ S 78° 46′ 48″ O / -6.61, -78.78 ()6° 36′ 36″ Sud 78° 46′ 48″ Ouest / -6.61, -78.78 ()  
Altitude Min. (La Florida) 420 m
Superficie 3 331 754 ha = 33 317,54 km2
Latitudes 6°26' Sud
Longitudes 78°49' Ouest
Liens
Site web www.regioncajamarca.gob.pe/

La région de Cajamarca (en espagnol : Departamento de Cajamarca) est l'une des 24 régions du Pérou. Elle est divisée en 13 provinces et 128 districts. Sa capitale est la ville de Cajamarca.

Géographie[modifier | modifier le code]

La région est limitée

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La région est composée de 13 provinces  :

Les provinces de la région de Cajamarca

qui sont elles-mêmes divisées en 128 districts.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve dans la région de Cajamarca les traces des premiers habitants du Pérou. Chasseurs et cueilleurs de fruits, ils ont laissé leurs traces dans les grottes qui leur servaient d'habitation. La culture Huari a également laissé des traces d'occupation.

C'est à Cajamarca, en 1532, que fut fait prisonnier l'empereur Inca Atahualpa par Francisco Pizarro. Atahualpa, ayant constaté que les Espagnols étaient attirés par l'or, proposa à Francisco Pizarro de remplir une pièce d'or et d'argent (el cuarto del rescate = la chambre de la rançon) en échange de sa libération. Atahualpa tint sa parole mais Pizarro refusa de le libérer et le fit exécuter en 1533.

Au XXe siècle, l'or va jouer à nouveau un rôle primordial dans l'histoire de la région de Cajamarca avec la découverte, en 1980, de la Mine de Yanacocha, à Conga, à 73 km de Cajamarca. Il s'agit de la mine d'or la plus importante de toute l'Amérique du Sud.

Économie[modifier | modifier le code]

Avant la découverte de la mine d'or de Yanacocha, la province de Cajamarca était surnommée la « Suisse péruvienne », à cause de ses paysages bucoliques et de ses prairies verdoyantes. C'est la première région du Pérou par sa production laitière. La spécialité régionale la plus renommée est El manjar blanco, sorte de confiture de lait.

La prégnance de l'exploitation minière est le phénomène marquant depuis 1980. 47 % de la superficie totale de la région a fait l'objet de concessions par l'État. La société Yanacocha (du nom d'un lac existant avant l'exploitation minière), possède 5 mines à ciel ouvert, 4 plateformes de lixiviation et 3 usines de récupération. Elle emploie en 2011 8 000 à 10 000 travailleurs. Yanacocha est détenue majoritairement par la société américaine Newmont Mining. En 2011, la production annuelle d'or est de 90 tonnes.

Le projet Conga porté par Yanacocha consiste en l'extension de la mine existante et impliquerait l'assèchement de 4 lagunes d'altitude, contribuant à faire disparaître des centaines de sources et 260 hectares de prairies humides, entrant ainsi en compétition avec les activités agricoles des populations locales.

Une forte agitation sociale a résulté de ce conflit d'intérêt. Une grève générale a éclaté en automne 2011 à la suite d'incidents relatifs à la contamination d'eau. Marco Arana, figure emblématique de ce mouvement d'opposition « Conga no va ! » au projet Conga, reçut le soutien du président de région Gregorio Santos contre la multinationale Yanacocha et le gouvernement de Ollanta Humala. À la suite d'incidents particulièrement graves survenus en juillet 2012 (cinq morts), le président Humala a accepté le principe d'une suspension du projet Conga[1].

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

(es)Minera Yanacocha (es)Marco Arana Zegarra

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chrystèle Barbier, Le Pérou se veut le nouveau « tigre » d'Amérique latine, Le Monde, 18-19 novembre 2012