Régiment Préobrajensky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preobrajensky.
Régiment Préobrajensky
Insigne régimentaire
Insigne régimentaire

Période 23 mai 1683décembre 1917
Pays Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Type Infanterie
Garnison Saint-Pétersbourg
Devise Foi et loyauté
Marche Marche du régiment Préobrajenski (March Preobrajenskogo Polka)
Anniversaire 6 août
Guerres Campagne d'Azov
Grande Guerre du Nord
Guerre russo-suédoise
Guerre russo-turque
Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Batailles Narva
Noteburg
Mitau
Poltava
Bataille d'Austerlitz
Bataille de la Moskova
Lützen
Bataille de Kulm
Commandant historique Nicolas II

Le régiment Préobrajensky (en russe : Преображенский лейб-гвардии полк) ou régiment de la Transfiguration est le plus ancien et l'un des plus prestigieux régiments de la Garde impériale russe. Il est intimement lié à l'histoire de l'émergence de l'Empire russe, de la fin du XVIIe siècle au XIXe siècle. À ce titre, il incorpore une forte charge symbolique.

Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, l'adhésion était réservée aux jeunes aristocrates russes ayant fait preuve de loyauté envers le gouvernement impérial et le tsar.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 1683 Pierre Ier le Grand lève une unité d'infanterie composée de compagnons de jeux au village de Préobrajenskoïé[1], situé à l'est de Moscou[2]. Cette petite troupe armée se composait alors d'une cinquantaine de jeunes boyards et de courtisans[3].

Ce régiment était l'héritier du régiment Petrov, créé par le père de Pierre Ier, Alexis Ier, pour les jeux de batailles de son fils.

En 1687, il prit le nom de régiment Préobrajensky.

XVII et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Drapeau du régiment Préobrajensky en 1700.

Dans les années 1695-1696, il participa à la campagne d'Azov[3].

En 1698, le régiment Préobrajensky se composait de quatre bataillons, auxquels il faut ajouter deux compagnies militaires distinctes composées de bombardiers (soldats en service sur les mortiers et les obusiers) et de grenadiers.

Le 22 août 1700, il prit le nom de régiment de la Garde Préobrajensky. Un autre régiment, également créé en 1683 pour les jeux guerriers du jeune Pierre Alexeïevitch, reçut le nom de régiment de la Garde Semionovski : il devait son nom au petit village de Semionovskoïe, situé près de Moscou, où il fut initialement stationné. En 1723, ce régiment fut cantonné à Saint-Pétersbourg[4].

En 1706 Pierre Ier prend le grade de colonel du Régiment Préobrajensky.

En 1796 les bataillons du Régiment sont nommés selon les patronymes de leurs chefs : 1er Bataillon de Sa Majesté, 2e Bataillon lieutenant-général Tatichev, 3e Bataillon feld-maréchal Souvorov, Bataillon de Grenadiers Major-général Araktcheïev.

Le Régiment Préobrajensky s'est illustré au cours de plusieurs guerres au cours du XVIIIe siècle:

Il a également participé à la prise de Khotin (1739).

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Guerre de Finlande[modifier | modifier le code]

En1808 le régiment Préobrajensky participe à la Guerre de Finlande. Le 9 septembre, le 2e bataillon du Régiment pénètre à Villmanstrand. Le 10 mars 1809, une partie du Corps du lieutenant-général Piotr Ivanovitch Bragation entame sa progression vers la Suède par les îles Åland et le 14 mars, il est engagé dans des combats sur l'île de Lemland, le 17 mars, sur l'île d'Eckerö.

Guerre Napoléoniennes[modifier | modifier le code]

En 1800, sur ordre de Paul Ier, le régiment Préobrajensky fut débaptisé et reçut le nom de Régiment de la Garde de Sa Majesté. Mais en 1801, Alexandre Ier le restaura dans son ancien nom. Il se distingua lors des guerres de la Troisième coalition, Quatrième coalition.

En 1805 le 1er et le 3e Bataillons quittent Saint-Pétersbourg le 22 août et prennent part à la bataille d'Austerlitz le 2 décembre. Ils sont de retour à Saint-Pétersbourg le 19 avril 1806.

En février 1807, le régiment composé de quatre bataillons quitte la Russie ; le 5 juin, il engage le combat contre les troupes du maréchal Michel Ney à Guttstadt, Altkirchen et, le 14 juin, prend part à la bataille de Friedland. Le régiment est de retour à Saint-Pétersbourg en août.

En 1811 le régiment est transformé en trois bataillons, chacun d'entre eux se compose d'une compagnie de grenadiers et d'un peloton de tirailleurs (infanterie légère) et de trois compagnies de fusiliers.

En mars 1812, lors de la Campagne de Russie, le régiment se rend à Vilnius où il rejoint la 1re Armée de l'Ouest, placée sous le commandement de Michel Barclay de Tolly. Le 7 septembre, il est engagé dans la sanglante bataille de Borodino. Au cours de la retraite de la Grande Armée, le régiment est placé en réserve. Il est de retour à Vilnius en octobre.

Entre 1812 et 1814, il s'illustra également au cours de la Guerre de la Sixième coalition. Le 2 avril 1813 le régiment traverse le fleuve Niémen en présence d'Alexandre Ier de Russie et du roi Frédéric-Guillaume II de Prusse. Il participe à la grande parade du 14 avril et fait une entrée triomphale dans la ville de Dresde. Pendant la campagne d'Allemagne, il prend part aux batailles de Lützen et Bautzen. Sous le commandement du général Alexeï Petrovitch Iermolov, il se distingue à la bataille de Kulm.

Le 13 janvier 1814, en présence de l'empereur Alexandre Ier, à Bâle, le régiment traverse le Rhin, comme régiment de réserve. Il participe à toutes les offensives. Le 31 mars, il conclut triomphalement la Campagne de guerre engagée contre les armées napoléoniennes ; le 1er bataillon bivouaque à proximité du Palais des Tuileries. Après avoir séjourné plus de deux mois dans Paris, le régiment part pour la Normandie et, le 15 juin embarque à Cherbourg. Le 12 août, il fait son entrée à Saint-Pétersbourg. À cette occasion, en récompense des excellents services rendus par le Régiment Préobrajensky entre 1812 et 1814, Alexandre Ier de Russie ordonne la construction d'un arc de triomphe en son honneur.

Autres batailles[modifier | modifier le code]

Le régiment participa à la Guerre russo-turque de 1828-1829. Il mena la répression contre les insurgés polonais lors des insurrections de novembre 1830 et de 1861-1864. Enfin, il se distingua également au cours des batailles de la Guerre russo-turque de 1877-1878.

Le 20 octobre 1894 Nicolas II en prend le commandement.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1906 le premier Bataillon est exclu du Régiment Préobrajensky et dépouillé des privilèges de la Garde impériale. Le nouveau 1er Bataillon est constitué de chevaliers de l'Ordre de Saint-Georges et des héros de la Guerre russo-japonaise.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il participa aux batailles de Lemberg et de la Vistule. Il participa aussi à Seconde bataille des lacs de Mazurie, à l'opération de Vilna (du 22 août au 2 octobre 1915) et à l'offensive Broussilov (le 4 juin 1915).

La deuxième Compagnie du bataillon de réserve du Régiment Préobrajensky prit ensuite une part active à la Révolution de février 1917.

En 1917, le Régiment Préobrajensky fut dissous par son dernier commandant, le colonel Alexandre Koutiepov (plus tard général) mais réintégré dans l'Armée blanche dans le sud de la Russie. Les officiers exilés créèrent alors l’Union Préobrajenstsev.

Pertes au cours de la grande guerre, la guerre civile et la terreur rouge[modifier | modifier le code]

Les membres de la famille impériale en service dans les régiments de la Garde impériale ne sont pas comptabilisés dans le nombre d'officiers tués au cours ces périodes de guerre.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2013, le nom de régiment Préobrajensky est réattribué le 9 avril par décret du président russe Vladimir Poutine au 154è régiment autonome d'infanterie, dont la mission principale jusqu'alors était la protection du Kremlin[6],[7].

Récompenses et honneurs régimentaires[modifier | modifier le code]

  • Les couleurs de l'Ordre de Saint-Georges furent décernées au Régiment Préobrajensky « Pour ses prouesses manifestées lors de la bataille de Kulm le 17 août 1813 » Au cours de cette bataille napoléonienne, ces couleurs furent attribuées au Régiment pour célébrer son action à Kulm, en infériorité numérique face aux troupes de la Grande Armée, il résista aux charges des troupes françaises placées sous les commandements de Dominique-Joseph René Vandamme, Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont et Laurent de Gouvion-Saint-Cyr.
  • Pour leur héroïque comportement au cours de la bataille de Varna (1700), les Régiments Préobrajensky et Semionovski reçurent des bas rouges, il symbolisait leur attitude au combats (du sang jusqu'au genoux).
  • La cathédrale de la Transfiguration à Saint-Pétersbourg érigée entre 1743 et 1754 fut construite en l'honneur du Régiment Préobrajensky[8].
  • Un hausse-col ou gorgerin d'argent avec l'inscription 19 novembre 1700 fut décerné aux sous-officiers du Régiment Préobrajensky afin de commémorer la bataille de Narva[9].
  • Un insigne porté en broche sur les chapeaux avec l'inscription Pour Tashkinen le 19 décembre 1877 fut décerné au Régiment Préobrajensky en récompense de son héroïsme au cours de la Guerre russo-turque de 1877-1878[10].
  • Insigne régimentaire représentant une double croix, l'une en émail bleu, l'autre en or représentant la crucifixion de Saint André, de part et d'autre de la croix et au-dessous trois aigles bicéphales (emblème des Romanov), au-dessus de la croix, la couronne impériale. Cette insigne régimentaire fut remis au Régiment Préobrajensky pour le bicentenaire de sa création (1909)[11].

Particularismes régimentaires[modifier | modifier le code]

Uniforme en 1910

Divers[modifier | modifier le code]

Sergueï Leontievitch Boukhvostov, Le Premier soldat de la Russie

En 1918, le Régiment Préobrajensky continua de vivre sous le nom d'Association du Régiment Préobrajensky. En 1970, après le décès de ses derniers officiers, leurs descendants réorganisèrent cette association et lui donnèrent le nom de Union Préobrajensky.

En décembre 1987, des passionnés de l'histoire militaire de la Russie impériale recréèrent à Léningrad le Régiment Préobrajensky. Actuellement, des jeunes hommes âgés de vingt ans exerçant chacun des professions diverses, forment le 1er peloton de Grenadiers du Régiment Préobrajensky. Celui-ci se compose de 12 membres portant l'uniforme (trois sous-officiers et neuf simples soldats. Le commandement de ce peloton est exercé par le sergent-major Alekseï Mikhaïlovitch Belov[12].

Souverains russes commandants du Régiment Préobrajensky[modifier | modifier le code]

Commandants du Régiment Préobrajensky[modifier | modifier le code]

Drapeau du régiment Préobrajensky
Le général Alexandre Pavlovitch Koutepov, le dernier commandant du Régiment Préobrajensky

Personnalités ayant servi dans le Régiment Préobrajensky[modifier | modifier le code]

Monument dédié à Sergueï Leontievitch Boukhvostov, situé dans le square Preobrajenskoï à Moscou
  • Sergueï Alexandrovitch Avinov : (1831-1906) général d'infanterie, commandant de Division des Grenadiers du Caucase ;
  • Alexandre Bachilov (1777-1848): général des guerres Napoléoniennes ;
  • Edouard Trofimovitch Baranov : (1811-1884), général d'infanterie, membre du Conseil d'État, l'un des auteurs du règlement général des Chemins de fer russes, proche collaborateur d'Alexandre II de Russie ;
  • Sergueï Leontievitch Boukhvostov : (1659-1728), il fut le premier enregistré dans le Régiment Préobrajensky, Pierre Ier de Russie le baptisa « Premier soldat de la Russie[13] » ;
  • Fiodor Loginovitch Geïden : (1821-1890), gouverneur général finnois ;
  • Vassili Mikhaïlovitch Golovnine : (1776-1831), célèbre explorateur et vice-amiral russe ;
  • Gavriil Romanovitch Derjavine : (1743-1816), poète et homme d'État russe ;
  • Vassili Dmitrievitch Kortchmine : Ingénieur en chef de l'artillerie de la Russie impériale, l'un des pères de l'artillerie russe, un proche collaborateur de Pierre Ier de Russie ;
  • Vladimir Ivanovitch Nazimov : (1802-1874), gouverneur général de Vilna ;
  • Vladimir Vassilievitch von Notbek : (1825-1894), général d'infanterie, inspecteur des usines d'armes et de munitions ;
  • Edward Anders Ramsay : (1797-1877), général d'infanterie, membre du Conseil d'État ;
  • Nikolaï Andreïevitch Read : (1793-1855), général de cavalerie ;
  • Alexandre Iegorovitch Sokolov : (1740-1819), écrivain, diplomate russe ;
  • Ivan Matveevitch Ougrioumov : (-1707), premier architecte de jardin d'été, compagnon de Pierre Ier de Russie ;
  • Mikhaïl Alexandrovitch Fonvizine (ou von Visin) : (1787-1854), philosophe, représentant du Socialisme utopique, décabriste ;
  • Dmitri Ivanovitch Khvostov : (1757-1835), poète russe ;
  • Alexandre Sergueïevitch Chkourine : (1784-1851), lieutenant-général, chef de la police de Saint-Petersbourg ;
  • Pavel Ivanovitch Iagoujinski : (1683-1736), comte, général en chef, homme d'État, diplomate, un proche collaborateur de Pierre Ier de Russie ;
  • Nicolas Nicolaïevitch de Leuchtenberg: (1868-1928), duc, chef de la Maison de Beauharnais[14].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le Régiment Préobrajensky en lutte lors de la bataille de Paris, le 30 mars 1814. En fond, on distingue Montmartre.