Régiment Izmaïlovski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Régiment Izmaïlovski
Insigne régimentaire
Insigne régimentaire

Période 22 septembre 1730décembre 1918
Pays Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Type Infanterie
Garnison Saint-Pétersbourg
Anniversaire Sainte Trinité
Guerres Campagne d'Azov
Batailles bataille de Narva

Le Régiment Izmaïlovski (russe : Изма́йловский лейб-гва́рдии полк), mis sur pied le 22 septembre 1730 à Moscou, est chronologiquement le troisième régiment d'infanterie de la Garde impériale russe. Le colonel et premier chef de la nouvelle Garde, le Premier Écuyer et comte Karl Gustav von Löwenwolde (?-1735) fut promu adjudant-général. Après lui, seuls les membres de la famille impériale de Russie furent les chefs de ce régiment de la Garde.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce régiment fut l'un des plus anciens de l'Armée impériale de Russie. Ne bénéficiant pas d'une grande popularité, l'impératrice Anne Ire de Russie, sur les conseils du baron von Münnich, créa le Régiment Izmaïlovski[1]. Créé après la promulgation de l'oukase du 22 septembre 1730, ce régiment reçut le nom d'Izmaïlovski, du petit village d'Izmaïlov situé près de Moscou, berceau ancestral de la famille Romanov[2].

Le premier chef du Régiment Izmaïlovski, l'adjudant-général Karl Gustav von Löwenwolde eut pour mission de recruter des officiers pour encadrer cette nouvelle unité de la Garde impériale. Ils furent choisis dans les provinces Baltes (Livonie, Estonie, et Courlande), en outre, cette nouvelle unité de la Garde comptait parmi ses rangs des officiers russes d'origine étrangère[3].

En 1731, cette nouvelle unité de la Garde se composait de deux bataillons. Le 22 septembre de la même année, le régiment fut caserné près de l'Amirauté à Saint-Pétersbourg[4].

En 1762, deux bataillons de grenadiers et d'artilleurs viennent renforcer les troupes du régiment Izmaïlovski.

En 1770, une unité se composant de 72 Chasseurs fut incorporé au Régiment.

En 1796, les deux bataillons de chasseurs et de canonniers furent transférés au Régiment de Chasseurs de la Garde et dans la 1re Brigade d'artillerie de la Garde. Le Régiment s'accrut de nouvelles unités : le 3e Bataillon de la Gatchina, 3e Bataillon de Son Altesse le Grand-Duc Constantin Pavlovitch, le 5e bataillon Maliounine. Le Régiment fut également doté de deux compagnies de grenadiers. Chaque bataillon, chaque compagnie fut placée sous les ordres d'un commandant.

En 1796, le personnel du Régiment s'accrut du 5e Bataillon de Mousquetaire et d'une compagnie de grenadiers

Le 17 mars 1800, le régiment fut renommé Régiment de la Garde de Son Altesse Impériale Constantin Pavlovitch.

En 1800, une nouvelle compagnie de Grenadiers fut créé.

le 28 mai 1800, cette unité de la Garde prit le nom de Régiment de Son Altesse Impériale Nicolas Pavlovitch.

En 1801, il reprit son nom de Régiment de la Garde Izmaïlovski.

Histoire chronologique[modifier | modifier le code]

Le drapeau du régiment de la Garde Izmaïlovski

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

Cathédrale de la Trinité dédiée au Régiment Izmaïlovski, le dôme détruit par un incendie le 25 août 2006 fut restauré en en mars 2009
  • La bannière de Saint-Georges avec l'inscription En récompense de la défaite et de l'expulsion de l'ennemi hors des frontières de Russie en 1812, en outre, il lui fut remis la croix de Saint-André ;
  • Distinction de Saint-Georges avec l'inscription Pour la bataille de Kulm 17 août 1813 ;
  • Deux trompettes d'argent et le monogramme A de l'impératrice Anne Ire de Russie décernées au régiment pour la prise d'Otchakov en 1737 ;
  • Un insigne porté en broche sur les chapeaux puis sur les casquettes avec l'inscription Pour la bataille de la montagne Dobroudja 12 octobre 1877 fut décerné au Régiment Izmaïlovski[4].
  • La cathédrale de la Sainte-Trinité fut construite en l'honneur du Régiment Izmaïlovski, et consacrée le 23 juillet 1733[5]

Particularismes régimentaires[modifier | modifier le code]

  • Particularité physique : chaque soldat du régiment devait avoir les cheveux noirs et ceux de la première compagnie devaient, en outre, porter la barbe.

Description de l'insigne régimentaire[modifier | modifier le code]

En 1910, l'insigne du Régiment Izmaïlovski représentait la Croix de Saint-André en émail bleu sur lequel était apposé le monogramme d'or A, chiffre de l'impératrice Anne Ire, fondatrice du régiment. La couronne impériale est posée sur deux rubans rouges. Au centre du A, le monogramme d'or N, (en alphabet cyrillique : Н) de l'empereur Nicolas II alors chef du régiment, sous la croix de Saint-André le chiffre 1730, année de création du Régiment Izmaïlovski[4].

Chefs du Régiment Izmaïlovski[modifier | modifier le code]

Uniforme du régiment en 1910

Commandants du Régiment Izmaïlovski[modifier | modifier le code]

Le major-général Boris Vladimirovitch Gueroua (1876-1942), commandant du Régiment Izmaïlovski de 1915 à 1916
Uniforme d'officier du régiment Izmaïlovski (1812-1817)

Personnalités ayant servi au Régiment Izmaïlovski[modifier | modifier le code]

L'adjudant-général Alexandre Alexandrovitch Kozlov, en service dans le Régiment Izmaïlovski de 1855 à 1861

Association Union Izmaïlovtsev[modifier | modifier le code]

Certains officiers exilés ayant servi au Régiment Izmaïlovski créèrent le 25 mars 1922 à Paris l'Union Izmaïlovtsev (Soïouz Izmaïlovtsev - Союз Измайловцев). En septembre 1930 cette association comptait dans ses rangs 72 personnes (dont 32 en France - 17 en Serbie, 12 en Finlande, en 1951, on dénombrait 40 personnes[4].

Pertes lors de la Première Guerre mondiale et de la guerre civile[modifier | modifier le code]

Les membres de la famille impériale en service dans les régiments de la Garde impériale ne sont pas comptabilisés dans le nombre d'officiers tués au cours ces périodes de guerre.

À noter[modifier | modifier le code]

Major-général Alexandre Nikolaïevitch Poretski (1873-1915) commandant du Régiment Izmaïlovski de 1904 à 1908 repose dans la cathédrale de la Trinité du Régiment de la Garde Izmaïlovski à Saint-Pétersbourg[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Znosko-Borovsky N. Histoire du Régiment de la Garde Izmaïlovski. (1730-1880), réimprimé en 1882. Saint-Pétersbourg. Édition Alfaret. 2008.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • www.citywalls.ru Caserne du Régiment Izmaïlovski à Saint-Pétersbourg
  • artnow.ru Dessins représentant des soldats du Régiment Izmaïlovski
  • hustorydoc.edu.ru Gravure représentant le dépôt des drapeaux turcs dans la cathédrale de la Sainte-Trinité par les soldats du Régiment Izmaïlovski.