Réflexivité (socio-anthropologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Réflexivité (sociologie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réflexivité.

La réflexivité est un processus transformateur, des représentations, des pratiques sociales, des savoirs. Elle concerne différents champs disciplinaires : l'anthropologie, la sociologie, la psychologie (au sens de "ré-fléchissement"), les sciences politiques, les sciences de gestion,les sciences et techniques de la formation. Elle englobe plusieurs niveaux d'analyse : celui du sujet, des groupes sociaux, des organisations, des institutions (Eric BERTRAND, 2007). La réflexivité est à distinguer de la réflexion qui est une opération mentale, un exercice de la pensée sur un objet déjà là. La réflexivité est plutôt une disposition personnelle, sociale, politique, épistémologique/méthodologique et pédagogique, comme travail de la pensée sur elle-même. Elle est profondément "méta".

1/ En sociologie, en anthropologie et en psychologie, elle est une démarche méthodologique consistant à appliquer les outils de l'analyse à son propre travail ou à sa propre réflexion et donc d'intégrer sa propre personne dans son sujet d'étude. Cette notion a en particulier été théorisée par David Bloor (en sociologie de la connaissance scientifique) ou encore par Pierre Bourdieu[1].

Cette première approche de la réflexivité concerne principalement des questions d'ordre épistémologique (en rapport avec la construction des connaissances) mais ne peut se suffire à elle-même (Eric Bertrand, 2011). La réflexivité est d'abord une activité critique, et comme telle, invite à une théorisation des expériences de vie dépassant les limitations disciplinaires, en incitant au doute quant à la pertinence des spécialisations et des partages disciplinaires, voire à l’intégration de différentes perspectives théoriques.

2/ Mais la réflexivité n'est pas seulement une démarche méthodologique. Elle est aussi profondément politique quand elle questionne la valeur sociale de ses choix d’objet (pour des scientifiques mais aussi pour des décideurs politiques) et les conséquences qui découleront de ses prises de position.

3/ La réflexivité est aussi de manière simultanée, un processus que vit le sujet (auto-réflexivité), qu'il soit chercheur, acteur politique, praticien, usager ou tout simplement femme et homme de la rue. Dans ce sens, elle s'observe comme une démarche qui vise des prises de conscience (Eric Bertrand, 2014). Dans sa dimension psychosociologique, cette réflexivité fait davantage écho aux travaux de Habermas en anthropologie de la connaissance (1973, Connaissance et intérêt) et aux travaux de Pierre Vermersch, dans une perspective plus psycho-phénoménologique (1996, L''entretien d'explicitation).

4/ On l'aura compris, la réflexivité n'est jamais un processus ou un phénomène solitaire. Elle est aussi un processus social, collectif par lequel, des sujets s'entendent sur leur compréhension mutuelle d'une situation et sur leur plan d'action. On peut regarder la réflexivité comme un processus qui vise le questionnement dans l'activité de langage, c'est à dire dans le milieu de la discussion, du caractère juste, vrai et sincère, de ce qui est dit, de ce qu'on se dit, de ce qu'une situation nous dit . Cette perspective fait référence aux sciences et techniques de la formation et plus principalement au courant du transformaitve learnig (J. Mezirow, 2001, E. Bertrand, 2012).

5/ La réflexivité peut être enfin regardé comme un phénomène organisationnel "apprenant" (Argyris, Schön, 1996) observable quand les sujets interrogent les conditions de réalisation d'une activité (simple boucle d'apprentissage) ou bien ses objectifs, valeurs, sens de l'action (double boucle d'apprentissage).

En résumé, la réflexivité a à voir avec l'action, la production de connaissances et la production personnelle et collective du sens.

Plus spécifiquement en science, la réflexivité consiste en une prise de conscience et en un examen approfondi de sa propre démarche scientifique. Le chercheur doit réaliser qu'il s'inscrit lui-même dans des traditions culturelles, dans des cadres sociaux,... Il s'agit de sortir des "mécanismes d'explications" qui donnent l'illusion de comprendre son objet d'analyse de façon transparente. Pour une bonne "réflexivité", le chercheur doit comprendre son habitus et ses cadres sociaux et objectiver sa relation à l'objet (pourquoi ça l'intéresse,etc.). Cette réflexion doit être réalisée à deux reprises: lors de l'élaboration du terrain et lors de l'interprétation des données.

En ethnométhodologie, la réflexivité est une notion centrale considérée comme le phénomène de création du sens qu'un individu met en œuvre lorsqu'il est confronté à une situation indexicale[réf. incomplète].

En anthropologie, la réflexivité consiste à s'inclure dans son propre sujet d'étude à travers des notes personnelles prises dans son carnet de terrain. Ces notes serviront plus tard à l'anthropologue pour analyser l'incidence de sa présence sur son propre terrain et les biais d'interprétation que pourraient créer ses différents états d'âme.

En histoire, la réflexivité vient de l'apparente contradiction entre l'implication personnelle du chercheur dans son sujet, grâce à laquelle il accède à une motivation et une connaissance intime, et la distance qu'il doit en prendre pour construire une analyse. Par la réflexivité, il prend conscience de la perspective depuis laquelle il parle[2], et ainsi, met en relief sa méthode, dont il peut mieux approfondir les présupposés, les impensés, pour les appliquer de façon raisonnée[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La "sociologie de la sociologie" traverse l'ensemble de l'œuvre de Pierre Bourdieu. Pour un aperçu, voir le premier chapitre ainsi que la postface de Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, ou encore Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d'agir, 2001
  2. Qu’est-ce que la réflexivité ?
  3. Premiers fragments d’une histoire réflexive

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur Wikilivres[modifier | modifier le code]

Quelques éléments de réflexivité sont abordés dans :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Espaces Réflexifs : Blog de chercheurs et enseignants sur le thème de la réflexivité.