Rédemption (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rédemption (homonymie).
Le Monde de l’oubli (Rédemption, tome 2)
Auteur David Brin
Genre Science-fiction, Roman
Version originale
Titre original Brightness Reef
Langue originale Américain
Pays d'origine États-unis d’Amérique
Lieu de parution original États-unis
Date de parution originale 1995
Version française
Traducteur Jean-Pierre Pugi
Lieu de parution France
Éditeur J'ai lu
Collection Science-Fiction
Date de parution 1998
Type de média Texte écrit
Nombre de pages 380
ISBN 2-290-04458-X
Série Seconde trilogie du Cycle de l'Élévation, Rédemption
Chronologie
Précédent Le Monde de l’exil Le Chemin des bannis Suivant
Le Chemin des bannis (Rédemption, tome 3)
Auteur David Brin
Genre Science-fiction, Roman
Version originale
Titre original Infinity's Shore
Éditeur original Spectra
Langue originale Américain
Pays d'origine États-unis d’Amérique
Lieu de parution original États-unis
Date de parution originale 1996
ISBN original 0553577778
Version française
Traducteur Jean-Pierre Pugi
Lieu de parution France
Éditeur J'ai lu
Collection Science-Fiction
Date de parution 1998
Type de média Texte écrit
Nombre de pages 381
ISBN 2-290-04857-7
Série Seconde trilogie du Cycle de l'Élévation, Rédemption
Chronologie
Précédent Le Monde de l’exil Les Rives de l'infini Suivant
Les Rives de l'infini (Rédemption, tome 4)
Auteur David Brin
Genre Science-fiction, Roman
Version originale
Titre original Infinity's Shore
Éditeur original Spectra
Langue originale Américain
Pays d'origine États-unis d’Amérique
Lieu de parution original États-unis
Date de parution originale 1996
ISBN original 0553577778
Version française
Traducteur Jean-Pierre Pugi
Lieu de parution France
Éditeur J'ai lu
Collection Science-Fiction
Date de parution 1998
Type de média Texte écrit
Nombre de pages 347
ISBN 2-290-04858-5
Série Seconde trilogie du Cycle de l'Élévation, Rédemption
Chronologie
Précédent Le Chemin des bannis Le Grand défi Suivant
Le Grand défi (Rédemption, tome 5)
Auteur David Brin
Genre Science-fiction, Roman
Version originale
Titre original Heaven's Reach
Éditeur original Spectra
Langue originale Américain
Pays d'origine États-unis d’Amérique
Lieu de parution original États-unis
Date de parution originale 1998
ISBN original 0553101749
Version française
Traducteur Jean-Pierre Pugi
Lieu de parution France
Éditeur J'ai lu
Collection Science-Fiction
Date de parution 1999
Type de média Texte écrit
Nombre de pages 574
ISBN 2-290-05368-6
Série Seconde trilogie du Cycle de l'Élévation, Rédemption
Chronologie
Précédent Les Rives de l'infini
Consultez la liste des éditions de cette œuvre :
Rédemption (David Brin).

Sur les autres projets Wikimedia :

Rédemption est un roman de David Brin publié en 1995. En traduction française, la parution de ce roman s'est effectuée en cinq tomes : Le Monde de l’exil et Le Monde de l’oubli (publiés originellement en tant que Brightness Reef), Le Chemin des bannis et Les Rives de l’infini (publiés originellement en tant que Infinity's Shore), puis Le Grand défi.

Ce roman de science-fiction, nommé pour le Prix Hugo du meilleur roman en 1996, est le premier tome de la seconde trilogie de Brin à se dérouler dans l’univers du cycle de l'Élévation. Il met en scène plusieurs groupes de créatures extraterrestres et d’humains établis clandestinement sur une planète reculée : Jijo.

Les exilés limitent leurs occupations à une zone de la planète nommée la Pente. Les groupes franchissant ses frontières sont qualifiés de « squatters »[1].

Sur Jijo, l’existence des habitants de la Pente, et d’au delà, est bouleversée alors que la civilisation Galactique les “rattrape” …

Histoire[modifier | modifier le code]

David Brin raconte les événements qui bouleversent Jijo sous différents points de vue, par des récits s’attachant aux pas de 7 personnages : récit à la première personne[2] de Alvin le hoon et Asx[3] le traeki, récit à la troisième personne de Dwer[4], l’Étranger[5], Lark[6], Rety[7] et Sara[8]. Ces points de vue sont complétés par les légendes de Jijo[9], et autres manuscrits de la Pente éclairant la civilisation des Six races exilées sur Jijo et leurs réactions face à l’arrivée des pillards.

Irruption galactique[modifier | modifier le code]

Les Galactiques tant attendus, et tant redoutés, par les exilés de Jijo sont finalement là. De manière inattendue, ce sont des humains stellaires qui débarquent sur Jijo. Cela suffit à faire naître le doute dans l’esprit des 5 autres races. Arrivés à bord d’un vaisseau dont les signes distinctifs ont été effacés[10], ils ne sont pas là pour punir ceux qui ont transgressé la Loi de Jachère en s’exilant sur Jijo. Les nouveaux venus sont des pillards dont l’objectif est la récolte de spécimens biologiques intéressants, et si possible de candidats à l’Élévation[11] et [12].

Rety, une jeune fille habitant un village de squatters dirigé d’une main de fer par les chasseurs Jass et Bom[13], voit son quotidien de servitude et de brimades interrompu. Un mystérieux « oiseau de métal »[14] blessé survole les squatters. Au contraire des chasseurs, Rety décide de poursuivre l’oiseau, afin de percer ses secrets et l’aider[15]. Dans son périple elle franchit les limites et se retrouve sur la Pente puis, une nuit, elle trouve Dwer alors endormi.

Celui-ci, pisteur pour le compte des sages, est alors en mission aux frontières de la Pente, afin de rattraper des glavieux tentant pour des raisons inconnues de s’aventurer sur le territoire des squatters[16]. Rety lui ayant volé son arc pendant son sommeil[17], Dwer se décide à la poursuivre.


Rencontre[modifier | modifier le code]

Le secret des visiteurs est éclairé d’un jour nouveau. Ces humains stellaires sont les serviteurs, les clients, de ceux qui se prétendent les mystérieux patrons des Hommes[18] : les Rothens. Race “apparemment” experte en Élévation[19], ces représentants Ro-pol et Ro-kenn tentent de tourner 5 des 6 races exilées contre la dernière arrivée : les humains[20].

Une fois le stratagème des Rothens éventé par le Grand Conseil, les Six retrouvent leur union et se tournent comme un seul contre les intrus[21]. Ces derniers en sont alors réduits à utiliser la manière forte, en rappelant leurs vaisseaux et robots au-dessus de la Clairière[22].

De leur côtés, Alvin et ses amis achèvent la mise au point du sous-marin Rêve de Wuphon, toujours sous l’égide de d’Uriel et de ses assistants. Le sous-marin est testé afin d’assurer le succès de l’expédition[23]. Lors d’un de ces tests, le câble assurant la liaison avec la surface cède pendant la remontée du submersible, abritant Ziz, le Treaki nouveau-vléné. Ur-ronn, la nièce de Uriel et amie d’Alvin, découvre la cause de cet “accident” : un sabotage[24] par des fanatiques refusant le progrès, incarné à leurs yeux par le sous-marin.

État de guerre[modifier | modifier le code]

Dans la Clairière du Rassemblement, la Bataille prévue et redoutée par Asx a bien lieu. À la grande surprise des Rothens, celle-ci ne semble pas tourner en leur faveur. En effet, la milice des Six intervient et abat les robots assurant la protection des visiteurs[25].

Les dissensions parmi les Jijoens éclatent au grand jour, et le groupe de Sara est capturé par un commando de dissidents opposé aux idéaux du Conseil des Six, à la faveur de la trahison d’Ulgor[réf. nécessaire]. Ce commando est constitué de urs[26] et d’hommes, dont l’unité n’est maintenue que par les circonstances exceptionnelles de la crise. Alors que les rebelles conduisent leurs prisonniers vers une destination inconnue, Lame, le qheuen bleu, évite la capture en restant dissimuler dans la mare où il se reposait[réf. nécessaire]. Plus tard, grâce à Kurt l’exploseur et à l’Étranger, Sara et ses compagnons parviennent à se libérer du commando[réf. nécessaire]. De ce dernier, seule Ulgor réussit à s’échapper. La fuite de la ur est de courte durée, elle est bien vite rattrapée par Lame[27] ayant suivi à la trace les rebelles afin de porter secours à ses amis. La totalité des rebelles finalement neutralisée, des alliés surprise arrivent pour aider Kurt[28]. Les nouveaux venus mêlent également urs et hommes, et à la plus grande surprise les hommes sont juchés sur des montures réputées disparues de Jijo… des chevaux[29].

La Clairière est à son tour le théâtre de l’irruption de nouveaux belligérants et de leur vaisseau[30]. Ce dernier immobilise la nef des Rothens grâce à un mystérieux rayon[31]. Des membres de l’équipage du second vaisseau débarquent alors. Ce sont les cousins des Treakis… les redoutables Jophurs[32].

Organisations et mouvements[modifier | modifier le code]

  • Conseil des sages de la Communauté[33]
  • Guilde des exploseurs[34]
  • Hérétiques, souhaitant que les exilés acceptent leur disparition de Jijo[35].
  • Zélotes, partisans du statu quo et de la dissimulations des Six[36].

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Rédemption
Alvin 
« Alvin Hph-wayuo, fils de Mu-phauwq et de Yowg-wayuo du port de Wuphon, explorateur intrépide … », habitant de Wuphon comme son ami g’Kek Huck.
Asx 
Treaki membre du conseil des Sages.
L’Étranger 
Homme inconnu trouvé sans un marrais de Jijo, gravement blessé à la tête. Il est soigné par Sara, le docteur Lorek et la pharmacienne Pzora. Il retrouve peu à peu la mémoire… les souvenirs de l’ancien capitaine de son vaisseau — Creideiki — et finalement son nom : Emerson, Emerson d'Anite.
Dwer 
Chasseur humain, chargé de surveiller la vie sauvage de Jijo, comme par exemple empêcher les glavieux de quitter la Pente. C’est le frère de Lark et de Sara. Dwer est doté de « perception extrasensorielle ».
Huck 
Amie g'Kek d’Alvin.
Kaa 
Dit Le Chanceux, c’est le dauphin pilote du Streaker, avec Keepiru et après la séparation de ce dernier.
Lame 
Qheuen bleu.
Lark 
Frère de Sara et Dwer, c’est un chercheur enclin à la doctrine des hérétiques. Il obtient le statut de sage pendant la crise de Jijo.
Pince 
Qheuen rouge, ami d’Alvin.
Sara 
Sœur de Dwer et Lark, c’est une scientifique.
Ur-ronn 
Urs, « Ur-ronn est une nièce d’Uriel » et ami d’Alvin le hoon.
Vubben 
G'Kek doyen des Sages du Conseil des Six. Il est tué prêt de l’Œuf par une attaque des Jophurs.

Place dans le cycle de l’Élévation

Article détaillé : Cycle de l'Élévation.


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pour les Six, le terme squatters ne s’appliquait qu’aux petits groupes qui fuyaient la Pente pour s’installer dans des territoires dont l’accès était interdit par les Manuscrits sacrés. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 213
  2. « Pourquoi à la première personnage ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 52
  3. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 6
  4. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 23
  5. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 47
  6. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 34
  7. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 60
  8. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 9
  9. David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 5
  10. « Alors, où se trouvait la spirale zébrée ? Ce symbole des engins spatiaux dûment enregistrés ? ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 84
  11. « Des bandits venaient de se poser sur Jijo ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 85
  12. « Ils n’ont pu dissimuler leur enthousiasme lorsqu’ils ont évalué les possibilités des glavieux, comme s’ils venaient d’effectuer une découverte ». « Mais pour ainsi dire jamais de ce qui se passait actuellement… l’arrivée de bandits ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 307 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5)
  13. « Là-bas, après de ces tyrans qu’étaient Jass et Bom ? Vers les constantes brimades de ces chasseurs, si grands et si forts ? ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 288
  14. « C’est pour cela que tu as fait tout ce chemin ? Pour suivre ce faux oiseau ? ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 167
  15. « Elle voulait le rattraper, le soigner, lui parler. ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 284
  16. « Dwer avait pour tâche d’intercepter tous les glavieux que la séduction d’une liberté dangereuse incitait à quitter la sécurité de la Pente ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 57
  17. « Voler mon arc figure en tête de la liste des stupidités que tu as commises, lança-t-il à la fille qui se frottait le front près du feu de camp éteint. ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 95
  18. « Pour s’en convaincre, il suffit de prendre en considération leur plus grande réussite… les hommes ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 42
  19. « Les Rothens sont passés maîtres dans cet art ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 42
  20. « Soit il manque de tact à un degré inconcevable, soit il souhaite provoquer le génocide des descendants des Terriens. ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 215
  21. « Les appariteurs ont fort à faire pour contenir la foule en fureur qui garde nos visiteurs captifs de son cercle de colère. ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 253
  22. « Si les Six subsistent — si la Communauté ne se dissout pas sous peu — tous appelleront ceci la Bataille de la Clairière. ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 320
  23. « Ziz rampe donc hors de son enclos pour se diriger vers le mât de charge et le bathy que nous comptons tester ». David Brin, Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 374
  24. « Rongé far de l’acide ! s’exclama Ur-ronn quand l’extrémité sectionnée se balança au-dessus du plateau. Un safotage ! ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 54
  25. « Notre valeureuse milice avait chargé l’ennemi dans le maelström de faisceaux qui calcinaient et tranchaient. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 339
  26. « Des urs au corps couvert de peintures de guerre y pénétrèrent et menacèrent les voyageurs effrayés avec leurs épées, leurs épieux et leurs carreaux d’arbalète, pour les faire reculer vers le cercle de cendres du feu. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 205
  27. « Un instant plus tard, les flammes éclairèrent l’apparition et elle soupira en reconnaissant Ulgor qui gémissait de détresse et de honte, ainsi maintenue au-dessus du sol par l’étreinte d’airain de deux pinces terminant des membres chitineux. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 360
  28. « Nous sommes désolés d’avoir tant tardé, mes amis. Nous regrettons vos désagréments mais nous nous félicitons de constater que vous avez fu renverser la situation sans notre aide. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 373
  29. « - Ce sont eux ! s’écria Jomah. Ils existent ! Ils n’ont pas tous été tués ! ». David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 374
  30. « Mais cette clarté l’illuminait par-dessus, descendant de… D’un second appareil. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 367
  31. « Le vaisseau des Rothens surplombait la Clairière… nimbé de lumière, comme avant. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 367
  32. « Des cônes. Des piles d’anneaux. Ces cousins effrayants que nous avions espéré ne jamais revoir. » David Brin, Le Monde de l’oubli [« Brightness Reef »], vol. tome II, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1998, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04458-2), page 369
  33. « C’est sous cette appellation que notre coalition de cercles potelés a été élue au Conseil des sages de la Communauté, ces dignitaires révérés qui se réunissent pour juger les actes des Six races exilées. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 7
  34. « Si la Guilde des Exploseurs occupait un immeuble officiellement appelé la Tour de la Chimie, la plupart des Tarekiens s’y référaient en tant que Palais de la Puanteur. ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 259
  35. « Nous cherchons à réduire puis à mettre un terme définitif à notre présence illégale sur ce monde fragile, […] ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 353 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5)
  36. « les zélotes veulent en revenir à l’ancien statu quo. Ils souhaitent que nous nous dissimulions comme avant la venue du vaisseau des pillards … ». David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), Le Monde de l’exil [« Brightness Reef »], vol. tome I, France, J’ai Lu, coll. « Science-fiction / Rédemption »,‎ 1997, 380 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2-290-04457-5), page 353