Récupération des déchets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La récupération des déchets est une des activités de la gestion des déchets qui, sans faire partie des trois R, contribue à la fin de vie des produits. La récupération des déchets consiste à les séparer des autres déchets avant qu'ils n'arrivent à leur traitement final.

Typologie des formes de récupération[modifier | modifier le code]

On distingue plusieurs formes de récupération :

  • la récupération à la source, avant que les produits ne soient mélangés à d'autres déchets, et souvent dans un but de réutilisation : c'est souvent le cas des vêtements, du papier, sacs plastiques...
  • la récupération d'objets qui sont recyclés ou réutilisés de façon organisée, le plus souvent par l'intermédiaire d'une déchèterie.
  • la récupération informelle qui désigne l'extraction des produits une fois qu'ils sont mélangés, donc dans les poubelles ou les décharges. Alors que les deux formes précédentes s'accomplissent généralement au niveau du consommateur (domestique, commercial...), la récupération informelle est le plus souvent faite par des personnes pauvres qui vivent de cette récupération.

Liens entre collecte, recyclage et mise en décharge[modifier | modifier le code]

L'augmentation de la pression de collecte n'est pas toujours suffisante pour qu'il y ait moins de mise en décharge, notamment dans les régions riches où la consommation a augmentée [1].
Par exemple, alors que le Québec générait en 1988 7 millions de tonnes de déchets par an, avec la mise en place d'un tri plus sélectif, cette quantité est passée à 10,7Mt en l'an 2000, et en dépit d'une augmentation de la collecte sélective durant ces années, les sites d'enfouissements ont continué à recevoir de plus en plus de déchets (environ 1,46 t/an et par habitant)[2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Film pédagogique de recherche scientifique, couleur, de 2003, réalisé par Benoît Raoulx, décrivant deux "trappeurs des villes" récupérant discrètement certains déchets dans les poubelles, pour les revendre, ayant leur propre savoir-faire géographique, en marges de la société.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Simon Racine, Rue écologique : Expérience à Pointe-aux Trembles, Montréal, Revue vertigo, Dossier : La ville et l'environnement
  2. Recyc-Québec, 2001. "Bilan de gestion des matières résiduelles 2000" diaporama présenté dans le cadre de la Conférence Canadienne sur la gestion des matières résiduelles, Mont St-Anne.