Récepteur à activité tyrosine kinase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RTK.

Un récepteur à activité tyrosine kinase (RTK) est une protéine de la famille des récepteurs-enzymes. Ce sont tous des récepteurs trans-membranaires monomériques, à l'exception de l'insuline, qui est un homodimère associé par un pont disulfure, donc tétramérique.

Description[modifier | modifier le code]

L'on retrouve du côté extracellulaire le domaine d'affinité pour le ligand. Lorsque le ligand se fixe sur son récepteur, celui-ci s'autodimérise (grâce au ligand et par des interactions secondaires, il y a une association de deux mêmes protéines bitopiques de type I pour former le récepteur qui se trouve être un homodimère). Du côté intracellulaire, ceci provoque l'autophosphorylation croisée du récepteur. Sous forme homodimérique, le RTK se phosphoryle de part et d'autre sur ses deux sous-unités, par modification conformationnelle successive et ce, exclusivement sur ses résidus tyrosine issus de domaines qui en sont riches.

Pour chaque résidu tyrosine phosphorylé, se trouve une molécule d'ATP consommée. Cette phosphorylation permet d'une part d'accroître l'activité enzymatique du récepteur sur son site catalytique (qui n'a pas de relation directe avec la transduction du signal), et d'autre part de libérer des sites à haute affinité pour des protéines de signalisation : des enzymes ou bien des protéines adaptatrices. Le signal de transduction prolifère par l'interaction du site d'affinité du récepteur et des protéines qui s'y associent.

Tous les récepteurs des Growth Factors (GFs; en français : Facteurs de Croissance) ou bien encore de l'insuline font partie de la famille des RTK.

Mécanismes[modifier | modifier le code]

Après dimérisation des récepteurs membranaires au facteurs de croissances (ou insuline), il y a fixation et activation d'une kinase intra-cytoplasmique à domaine SH2 (Ras ou Src par exemple) qui va activer une série de kinase (« cascade de kinases ») jusqu'à un facteur transcriptionnel situé dans le noyau (à proximité de l'ADN) qui sera activé par phosphorylation et qui va interagir avec des régions CIS régulatrices, ce qui aura en somme des conséquences sur la transcription.

Ligands des RTK[modifier | modifier le code]

Les différents ligands sont entre autres :

  • Insuline
  • EGF : Epidermal growth factor
  • PDGF : Platelet Derived GF
  • NGF : Nerve GF
  • FGF : Fibroblast GF
  • VEGF : Vascular Endothelial GF
  • IGF-1 : Insulin-like GF1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [PDF] Fabienne Lamballe, « Les récepteurs tyrosine kinases Trk : récepteurs de forte affinité des neurotrophines », MS. Médecine sciences, vol. 11, no 8,‎ août 1995, p. 1071-1080 (ISSN 0767-0974, lire en ligne)
  • (en) Akhilesh Pandey, ECK receptor protein tyrosine kinase-signal transduction and functions, University of Michigan,‎ 1995
  • [PDF] Véronique Baron et Patricia Lebrun, « Coopération entre les intégrines et les récepteurs à activité tyrosine kinase », MS. Médecine sciences, vol. 17, no 1,‎ janvier 2001, p. 111-14 (ISSN 0767-0974, lire en ligne)
  • [PDF] Lucille Monnier, Gérard Milano, Frédérique Penault-Llorca et Jean-Louis Merlin, « Ciblage des récepteurs tyrosine kinase membranaires : y a-t-il de la résistance dans l’HER ? », Bulletin du Cancer, vol. 91, no 9,‎ septembre 2004, p. 685-94 (lire en ligne)