Récepteur muscarinique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma d'un récepteur muscarinique

Le récepteur muscarinique est un récepteur métabotropique qui lie l'acétylcholine libérée dans le milieu extracellulaire. Cette liaison entraîne soit une inhibition de l'adénylate cyclase, ce qui diminue la concentration intracellulaire en AMP cyclique, soit une activation de la phospholipase C (PLC), provoquant une augmentation de la concentration intracellulaire de diacylglycérol (DAG) et d'inositol triphosphate (IP3). Ces deux seconds messagers activent ou inhibent plusieurs voies métaboliques, qui peuvent activer des canaux ioniques et influencer le potentiel de membrane.

Il tient son nom de son agoniste, la muscarine. Les récepteurs muscariniques ouvrent aussi les canaux potassiques.

Mécanisme[modifier | modifier le code]

La fixation de l'agoniste sur ce récepteur active, par modification de conformation, la protéine G qui lui est couplée. Celle-ci hydrolyse alors du GTP en GDP (d'où son nom de "G" pour "Guanine binding protein"). Cela provoque un deuxième changement de conformation, cette fois au niveau du canal ionique associé au complexe récepteur-protéine G en question. Ce canal devient perméable à l'ion potassium. Du K+ peut donc sortir du compartiment post-synaptique, créant ainsi le courant ionique nécessaire à la propagation du signal. Ce récepteur est dit "à messager unique" car il ne fait intervenir que la protéine G comme intermédiaire. Il est impliqué dans la voie de transmission rapide : l'effet est obtenu 30 à 100 ms après fixation du récepteur[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cours du professeur Benabid, UJF Grenoble

Article connexe[modifier | modifier le code]