Réalville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réalville
Place des Arcades
Place des Arcades
Blason de Réalville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Caussade
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy caussadais
Maire
Mandat
Jean-Claude Bertelli
2014-2020
Code postal 82440
Code commune 82149
Démographie
Gentilé Réalvillois
Population
municipale
1 851 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 56″ N 1° 28′ 49″ E / 44.1155555556, 1.4802777777844° 06′ 56″ Nord 1° 28′ 49″ Est / 44.1155555556, 1.48027777778  
Altitude Min. 79 m – Max. 210 m
Superficie 25,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative du Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Réalville

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Réalville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Réalville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Réalville
Liens
Site web www.realville.fr/

Réalville est une commune française, située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située dans le Quercy, sur la Lère morte et sur la route nationale 20.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Réalville vient du latin « Regalis villa » signifiant « ville royale » ou « ville du roi ».

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Garde-Mont[1].

Ses habitants sont appelés les Réalvillois[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ville fut fondée par le roi Philippe le Bel et bâtie au lieu de Gardemont ; elle remplaça celle qui existait à Almont qui fut alors démolie et dont les matériaux servirent en partie à l'édification de la ville nouvelle. Philippe le Bel donna à Réalville la Charte des Coutumes par un arrêt daté de Poissy en janvier 1310, date considérée comme celle de la fondation de la ville.

De 1939 à 1940, un camp d'internement a été établi sur le territoire communal, accueillant les 533e et 534e Groupements de travailleurs étrangers (Compagnie de travailleurs étrangers jusqu'en juin 1940)[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1836   Antoine Lafon    
       
mars 1989 mars 2001 Jean-Paul Vives    
mars 2001 mars 2008 Claude Bonnefoi    
mars 2008 en cours Jean-Claude Bertelli    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 851 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 500 2 720 2 724 2 732 3 030 3 021 3 029 3 076 2 576
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 891 1 815 1 728 1 662 1 621 1 430 1 398 1 377 1 357
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 348 1 373 1 361 1 083 1 076 1 109 1 071 1 146 1 215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 265 1 302 1 433 1 421 1 475 1 541 1 735 1 725 1 849
2011 - - - - - - - -
1 851 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : coteaux-du-quercy (AOVDQS)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La place nationale et toutes les façades et toitures des bâtiments qui l'entourent ont été inscrits au titre des monuments historiques[5].
  • Le pigeonnier polygonal en brique soutenu par huit piliers cylindriques en pierre situé au lieu-dit Martel est inscrit monument historique[6].
  • Le château de Lastours ainsi que sa terrasse sud et son jardin est inscrit monument historique[7].
  • Le domaine des Contines de Las Barros est un ensemble rural du XIXe siècle comprenant une maison de maître et diverses dépendances dont un rucher et un four-pigeonnier, et est inscrit monument historique[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Réalville

Son blasonnement est : D'azur aux trois fleurs de lys d'or.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]