Réal brésilien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réal brésilien
Unité monétaire moderne actuelle
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau du Brésil Brésil
Appellation locale reais
Code ISO 4217 BRL
Sous-unité 100 centavos
Taux de change EUR ≈ 3,25 BRL
8 janvier 2014
Chronologie de la monnaie
Précédent Cruzeiro

Le réal brésilien (en portugais real sans accent, pluriel reais) est la monnaie du Brésil depuis 1994.

Le réal brésilien est divisé en 100 centimes (en portugais centavo, pluriel centavos). Son code ISO 4217 international est BRL, son abréviation locale usuelle est R$.

Pluriel en français et en portugais[modifier | modifier le code]

En français, le pluriel de réal est réaux[1]. Les formes real au singulier ainsi que réis, reals ou comme en espagnol reales au pluriel sont parfois utilisées en français[2].

En portugais, le mot, écrit real, connaît deux formes plurielles :

  1. La forme réis est utilisée au Brésil et au Portugal comme pluriel pour l’ancien réal, monnaie en vigueur au Portugal jusqu’en 1911 et au Brésil jusqu’en 1942 (voir ci-après) ; cette forme est aujourd'hui désuète.
  2. La forme reais est la forme plurielle normalisée de l’actuel réal, en circulation au Brésil depuis 1994.

L’ancien réal (avant 1942)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Réal portugais.

Monnaie du roi du Portugal (real signifie royal et aussi réel), les anciens réaux (réis) furent la monnaie officiellement en vigueur au Brésil pendant la période coloniale (1500-1822) puis, après l’indépendance (le ), pendant tout la période impériale (1822-1889) et, au-delà, pendant le premier demi-siècle républicain.

Bien qu’il y ait eu des émissions par les Hollandais entre 1645 et 1654 à la Nouvelle Hollande, les premières émissions faites au Brésil avec la dénomination real n’ont eu lieu que dans les années 1690. La Casa da Moeda, ou « Bureau de la Monnaie », a été créée à Bahia.

Dès les années 1830, en raison de sa dévalorisation, l’ancien réal se comptait de facto par milliers de réaux. L’unité de compte était mil réis (mille réaux) que l’on écrivait « 1$000 » ; ses divisions étaient les réaux (réis) ; un million de réaux (mille mil réis) formaient un conto de réis (compte de réaux) ou, tout simplement, conto (compte) que l’on écrivait « 1 000$000 »).

Bien que le Portugal l’ait aboli dès 1911, au Brésil l’ancien réal n’a été remplacé par le cruzeiro qu’en 1942, pendant la présidence de Getúlio Vargas.

Le réal d’aujourd’hui[modifier | modifier le code]

1er juillet 1994[modifier | modifier le code]

Le réal (R$) devient l’unité monétaire brésilienne, la trente-huitième monnaie du pays. C’est la plus importante réforme de l’administration du président Itamar Franco, 90 millions d’électeurs se sont prononcés en faveur de l’artisan du « plan réal ». De ce fait, il a ouvert le chemin pour la victoire de son ministre de l’économie, Fernando Henrique Cardoso, dans l’élection présidentielle du 3 octobre de la même année, avec 54,3 % des suffrages exprimés, contre 27 % à Lula.

Quatre mois auparavant, les Brésiliens, dont près de la moitié vivaient en dessous du seuil de pauvreté, subissaient le calvaire de l’hyperinflation. Les prix augmentaient au rythme de 50 % par mois. Ainsi, c’est dans ce contexte explosif que Henrique Cardoso, alors ministre des Finances, décida de rompre le cycle infernal.

À sa création, sa valeur a été établie à 1 dollar (soit 2750 cruzeiros reais dans l’ancienne dénomination). La création du réal s’est accompagnée de mesures d’accompagnement  :

  • Désindexation des salaires et des prix pour casser les spirales inflationnistes.
  • Réduction des obstacles à l’importation pour favoriser la concurrence.
  • Réduction des déficits budgétaires pour ne pas céder à la tentation de faire tourner la planche à billets
  • Les milieux d’affaires se sont engagés à retenir leurs prix jusqu’aux élections.

Les apports immédiats :

  • L’inflation est tombée presque du jour au lendemain à moins de 2 % par mois.
  • Les Brésiliens n’ont pas gagné plus pour autant, mais ils ont moins perdu de pouvoir d’achat.
  • Ils ont gagné le temps passé à se prémunir contre la hausse incessante des prix.

D’autres réformes structurelles prévues par le plan réal n’ont jamais été mises en place :

  • Amaigrissement du secteur public
  • Suppression des monopoles
  • Réforme de la fiscalité

1995[modifier | modifier le code]

Entre juillet 1994 et avril 1995,

  • l’inflation a été réduite à 25 % contre 5 000 % annuellement auparavant ;
  • la croissance économique a été de 5,7 % ;
  • les réserves monétaires du pays sont montées à 40 milliards $US.

Avec un premier excédent commercial de 2 milliards $US au mois de juillet, la balance commerciale a vécu un changement de tendance important, à l’encontre des lourds déficits d’auparavant (déficit total de 4,26 milliards $US au cours du premier semestre).

1996[modifier | modifier le code]

La croissance ralentie, mais une l’inflation est maîtrisée à 25 % annuel, consolidation des excédents commerciaux.

Réforme du régime des retraites, les pensions seront dorénavant calculées non plus sur le nombre d’années de travail, mais sur la période pendant laquelle les cotisations ont été effectivement versées.

Le Sénat annule la création d’une commission d’enquête sur le système bancaire, véritable machine de guerre contre la présidence.

1997[modifier | modifier le code]

Privatisation de la Compagnie minière Vale do Rio Doce (CVRD) pour 3,14 milliards $US, utilisable pour réduire de 1,34 % la dette publique et financer des projets d’infrastructure et de développement dans les États.

  • Le déficit budgétaire se creuse (4 milliards $US en juin) et le déficit commercial avec 16 milliards $US pour l’année.
  • Suppression des délais de paiement accordés aux importateurs.
  • Alourdissement de l’impôt sur les opérations financières dans le but de renchérir le crédit.

1998[modifier | modifier le code]

Une crise économique éclate.

  • En novembre 1998, le FMI décide d’accorder un prêt de 41,5 milliards de dollars américains, car le Brésil a adopté les réformes imposées (privatisation) et a réduit ses dépenses budgétaires notamment dans l’éducation.

1999[modifier | modifier le code]

Le Brésil semble revenu au temps des demi-mesures, des ajustements et des arrangements qui assurent au pays une certaine croissance, mais laissent la majorité des Brésiliens se battre au jour le jour contre la précarité et les difficultés.

  • , la banque centrale du Brésil annonce que le réal ne sera désormais plus ancré au dollar.
  • 13 janvier, le réal est dévalué une première fois de 8,3 %, avant que le gouvernement brésilien décide alors de laisser flotter sa monnaie.
  • Inflation : +10 %.
  • PIB : +0,6 %
  • Croissance : +0,5 %
  • Chômage : 7,3 % pop. active
  • Déficit de la balance commerciale : 1,3 milliard $US
  • Dette publique : 50 % du PIB

2000[modifier | modifier le code]

  • Inflation : +9 %
  • PIB : +0,8 %
  • PIB/hab. : -1,6 %
  • Croissance : 4,2 %
  • Excédent budgétaire : 31,1 milliards de réaux
  • Dette publique : 46,95 % du PIB
  • Production industrielle : +6,5 %

2001[modifier | modifier le code]

Le Brésil a surmonté la crise économique et manifeste de la vigueur économique.

  • Politique de redistribution des terres et d’aides à l’installation des familles de paysans.
  • Obtention du laboratoire Roche d’une réduction de 40 % du prix d’un médicament contre le sida.
  • Inflation : +7 %

2009-2010[modifier | modifier le code]

Après une forte chute en 2008 sous l'effet de la crise économique et financière, le real brésilien fut l’une des premières devises, à partir de 2009, à remonter la pente simultanément face au billet vert et à l’euro.

Profitant de taux d’intérêt élevés et de perspectives économiques excellentes, résultats des années Lula, le réal brésilien s’est inscrit parmi les monnaies qui ont le plus augmenté en 2009 et en 2010, à tel point que les autorités ont décidé d’imposer le 19 octobre 2009 un impôt de 2 % sur les entrées de capitaux afin de limiter la spéculation. L’objectif principal de cette taxe fut de réduire l’appréciation du réal qui avait cru de 49 % de mars 2009 à octobre 2009 face au billet vert.

Évolution de la valeur du réal[modifier | modifier le code]

Période de hausse lente :

  • À la création en juillet 1994 : 1 US$ = 1 R$ (valeur fixe)
  • Dévaluation du  : 1 US$ = 0,83 R$
  • Dévaluation du 4 mai 1995 : 1 US$ = ? R$

Amorce de baisse lente sur les marchés internationaux :

  • 22 octobre 1995 : 1 US$ = 0,9609 R$ (valeur fixe)
  • 1er janvier 1996 : 1 US$ = 0,9717 R$
  • 1er janvier 1997 : 1 US$ = 1,0389 R$
  • 1er janvier 1998 : 1 US$ = 1,1160 R$
  • 1er janvier 1999 : 1 US$ = 1,2080 R$ (introduction de l’euro sur les marchés)

Période d’effondrement rapide sur les marchés internationaux :

  • 12 janvier 1999 : 1 US$ = 1,2108 R$
  • 13 janvier 1999 : 1 US$ = 1,3150 R$ (dernière dévaluation officielle imposée au réal)
  • 15 janvier 1999 : 1 US$ = 1,45 R$ (les marchés anticipent une baisse plus importante)
  • 21 janvier 1999 : 1 US$ = 1,65 R$
  • 26 janvier 1999 : 1 US$ = 1,82 R$ (franchissement du plancher d’évaluation estimé)
  • 30 janvier 1999 : 1 US$ = 2,07 R$ (prises de bénéfice sur les marchés de change)

Fin de l’accrochage officiel au dollar américain, réévaluation temporaire sur les marchés :

  • 1er février 1999 : 1 $RS = 1,95 R$ (valeur flottante)
  • 3 février 1999 : 1 $RS = 1,77 R$

Période d’instabilité (tendance à la baisse avec hausses temporaires) des cours journaliers :

  • 4 février 1999 : 1 $RS = 1,82 R$
  • 3 mars 1999 : 1 $RS = 2,17 R$

Fin de l’instabilité, période de hausse et stabilisation du réal :

  • 22 mars 1999 : 1 $RS = 1,85 R$
  • 14 avril 1999 : 1 $RS = 1,66 R$
  • 19 mai 1999 : 1 $RS = 1,664 R$

Retour à la baisse lente, avec des plafonds de test à la baisse du réal :

  • 20 mai 1999 : 1 $US = 1,684 R$
  • 1er juin 1999 : 1 $US = 1,727 R$
  • 1er juillet 1999 : 1 $US = 1,793 R$
  • 13 août 1999 : 1 $US = 1,87 R$
  • 20 août 1999 : 1 $US = 1,945 R$
  • 23 septembre 1999 : 1 $US = 1,89 R$

Période de stabilité :

  • 1er octobre 1999 : 1 $US = 1,945 R$
  • 7 au 18 octobre 1999 : 1 $US = 1,933 R$ (valeur stabilisée sous le plafond de baisse)
  • 19 octobre 1999 : 1 $US = 2,00 R$ (franchissement temporaire du plafond de baisse)
  • 7 décembre 1999 : 1 $US = 1,92 R$

Hausse modérée temporaire du réal :

  • 8 décembre 1999 : 1 $US = 1,86 R$
  • 1er janvier 2000 : 1 $US = 1,80 R$
  • 9 février 2000 : 1 $US = 1,76 R$
  • 24 mars 2000 : 1 $US = 1,72 R$ (plancher de hausse)

Retour à la tendance baissière lente :

  • 21 juin 2000 : 1 $US = 1,80 R$
  • 1er janvier 2001 : 1 $US = 1,95 R$
  • 17 février 2001 : 1 $US = 2,00 R$
  • 1er mai 2001 : 1 $US = 2,20 R$
  • 17 juillet 2001 : 1 $US = 2,58 R$
  • 28 septembre 2001 : 1 $US = 2,65 R$

Période de baisse importante du réal :

Période de stabilisation du réal :

Période de hausse lente du réal :

Période de stabilisation du réal :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. réal sur le Wiktionnaire en français, accédé le 16 mai 2013.
  2. real sur le Witionnaire en français, accédé le 17 avril 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]