Règle d'or de l'accumulation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La règle d'or de Phelps, dite parfois règle d'or de l'accumulation, désigne une loi économique démontrée par Edmund Phelps après avoir été décrite par Maurice Allais en 1947. Elle correspond à la nécessité, pour maximiser la croissance économique et respecter entre les générations la règle éthique de faire à autrui ce qu'on voudrait qu'autrui nous fasse, de rémunérer les capitaux selon un taux d'intérêt équivalent au taux de croissance de la population : croissance démographique et niveau des taux d'intérêt doivent être identiques en volume.

Résumé simple[modifier | modifier le code]

À l'extrême,

  • si l'épargne est nulle, tout le revenu est consommé, ce qui annule l'investissement ainsi que le remplacement du capital qui s'use. À terme, quand le capital est intégralement consommé, le revenu se réduit pratiquement à zéro (ce qu'il est possible de produire sans capital) et la consommation avec : une préférence excessive pour la consommation à court terme se fait au détriment des générations futures.
  • si l'épargne est de 100 % des revenus, ils peuvent aller à l'investissement mais la consommation est nulle et il n'y a aucune incitation à investir. La croissance est nulle, également. Une prévoyance excessive ne profite pas non plus aux générations futures.

Entre ces deux extrêmes, il existe (au moins) un niveau d'épargne qui maximise la croissance moyenne, permettant une croissance de la consommation régulière et identique pour toutes les générations (solidarité intergénérationnelle). Selon Phelps, le seul moyen d'atteindre cet optimum est de fixer des taux d'intérêt égaux à la croissance démographique. En effet, si l'on parvient à ajuster le taux de productivité marginale du capital (TPMC) au taux de croissance de la population, alors on pourra aussi ajuster le taux d'épargne au niveau de la part du profit dans le revenu national.

Démonstration[modifier | modifier le code]

Soit la fonction de production d’une nation:

 Q = F(K, L)

où K est le capital, L le travail et Q la production. On peut exprimer ces valeurs par tête en divisant par L. En supposant que la fonction de production soit homogène de degré 1, on a:

 \frac{Q}{L} = f(k)

où k est le rapport capital / travail. La consommation (C) étant la partie de la production qui n’est pas investie (I), on peut écrire:

 \frac{Q}{L} = \frac{C}{L} + \frac{I}{L} = c + \frac{\dot K}{L}

où c est la consommation par tête et le point au-dessus d’une variable désigne la dérivée par rapport au temps (l’investissement augmente le stock de capital).

Comme:

 \dot k = \frac{\dot K}{L} - \frac{\dot L}{L} \frac{K}{L}

on peut écrire:

 f(k) = c + \dot k + g k

 g = \dot L / L est le taux de croissance de la population. En équilibre stationnaire, le rapport capital / travail ne varie plus et alors:

 c = f(k^*) - g k^*

La valeur de  k^* qui maximise la consommation par tête est:

 f^{\prime}(k^*) = g [1]

On obtient ainsi la règle d’or d’accumulation du capital: pour maximiser la consommation par tête la productivité marginale du capital en équilibre stationnaire [ f^{\prime}(k^*) ] doit être égale au taux de croissance de la population. En utilisant cette règle on peut déterminer si l’épargne (et l’investissement) d’une nation est optimale. Dans l’examen périodique des politiques économiques nationales le FMI utilise cette règle d’or.

Règle d’or modifiée[modifier | modifier le code]

La nation désire maximiser l’utilité intertemporelle:

 \int_o^\infty e^{-\rho t} u(c_t) dt

 u(c_t) est l’utilité instantanée de la consommation et  \rho est le taux subjectif d’escompte du temps. L’évolution de la consommation dépend de l’équation différentielle[2]:

 \dot k = f(k) - g k - c

En utilisant la méthode de Pontryagin on a la valeur courante de l’hamiltonien:

 \mathcal{H}^c = u(c_t) + \lambda \left[ f(k) - g k - c \right]

 \lambda est la costate (une variable auxiliaire). Après avoir substitué cette variable dans les conditions de premier ordre[3] on trouve:

 \left[ c \frac{u^{\prime \prime}(c)}{u^{\prime} c} \right] \frac{\dot c}{c} = \rho + g - f^{\prime}(k)

En équilibre stationnaire  \dot c = 0 et alors:

 f^{\prime}(k^*) = \rho + g

Avec cette règle d’or modifiée, le rapport capital / travail sera plus petit à cause de l’impatience de la société représentée par le taux d’escompte du temps.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Si l’on considère l’investissement brut alors:
     \dot K = I - \delta K
     \delta est le taux de dépréciation. La règle devient:
     f^{\prime}(k^*) = \delta + g
  2. Voir ci-dessus
  3. : \frac{\partial \mathcal{H}^c}{\partial c_t}=\frac{\partial u}{\partial c_t} - \lambda = 0
     \dot \lambda = \rho \lambda - \frac{\partial \mathcal{H}^c}{\partial k}= \lambda \left[ \rho - f^{\prime}(k)+ g \right]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]