Questions pour un champion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Question pour un champion)
Aller à : navigation, rechercher
Questions pour un champion
Logo de l'émission
Logo de l'émission

Programme adapté Going for Gold
Genre Jeu télévisé
Périodicité Quotidienne
Réalisation Olivier Baudoin
Bernard Flament
Présentation Julien Lepers
Narration William Pinville
Musique Alain Wisniak
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 26
Nombre d’émissions + de 8000 (en fin 2014)
Production
Lieu de tournage Studios VCF - La Plaine Saint-Denis
Studio 500
Durée 35 minutes
Production Franck Michel
Coproduction France Télévisions
Société de production Fremantle Media
Diffusion
Diffusion France 3 (depuis 1992)
Ancienne diffusion FR3 (1988-1992)
Date de première diffusion 7 novembre 1988
Statut en production
Public conseillé Tout Public
Site web www.france3.fr/emissions/questions-pour-un-champion

Questions pour un champion est un jeu télévisé français diffusé sur FR3 puis France 3 depuis le 7 novembre 1988, rediffusé sur TV5 Monde, et présenté par Julien Lepers accompagné de William Pinville, la célèbre voix-off de l'émission depuis 1992. Depuis 2006, l'émission du dimanche se nomme Questions pour un super champion. C'est le jeu télévisé qui observe une longévité sans précédent dans l'histoire de la télévision française, sans connaître de changement de présentateur.

Il est adapté du jeu britannique Going for Gold et produit sous licence de la société Fremantle Media.

Quatre candidats sont en lice et doivent, lors de trois manches successives, répondre à des questions de culture générale. Le concurrent le moins performant est éliminé à la fin de chaque manche, et le gagnant est le candidat remportant la dernière manche.

La musique du générique de l'émission est signée Alain Wisniak.

Déroulement du jeu[modifier | modifier le code]

Première manche : le « neuf points gagnants »[modifier | modifier le code]

Les quatre candidats doivent répondre rapidement à une série de questions, en appuyant sur un buzzer. Le premier candidat à avoir appuyé doit donner sa réponse et remporte le point si c'est la bonne réponse. S'il se trompe ou met trop de temps à répondre, il ne peut plus répondre à la question et les autres peuvent à leur tour tenter leur chance.

Les candidats peuvent appuyer sur le buzzer avant même que la question ne soit terminée, l'animateur interrompt alors l'énoncé de la question. Certaines questions sont formulées de telle sorte que la réponse puisse être rapidement déduite ou devinée par chance. En cas de mauvaise réponse, un signal sonore d'erreur retentit et la suite de l'énoncé reprend immédiatement à moins qu'un autre candidat n'appuie une nouvelle fois sur le buzzer. En cas de bonne réponse, l'animateur termine en général l'énoncé de la question suivant les applaudissements.

Pour se qualifier, un candidat doit marquer 9 points. Lorsqu'il ne reste plus que trois candidats en lice, une bonne réponse vaut deux points, et lorsqu'il n'en reste plus que deux, elle vaut trois points. Les trois premiers candidats à avoir atteint 9 points jouent la deuxième manche et le quatrième est éliminé.

Jusqu'au 29 juin 2009, les questions rapportaient alternativement 1, 2 et 3 points.

La toute première question posée par Julien Lepers dans la première émission du jeu en 1988 pour la première manche fut « Combien de cercles entrelacés se trouvent sur le drapeau olympique ? ».

Deuxième manche : le « quatre à la suite »[modifier | modifier le code]

Le « quatre à la suite » oppose les trois candidats qualifiés au cours de la première manche, le « 9 points gagnants ». Tout d'abord, quatre thèmes de questionnaires sont proposés. Chacun à leur tour, en fonction de l'ordre de victoire lors de la première manche, les candidats choisissent le thème sur lequel ils souhaitent être interrogés. Le premier à s'être qualifié a le plus de choix (quatre possibilités), les candidats suivants ayant respectivement le choix entre trois et deux questionnaires.

Depuis le 30 août 2010, les candidats se voient proposer trois thèmes plus un « thème mystère ». C'est lorsqu'un candidat choisit ce dernier que le thème mystère est dévoilé, amenant bonne ou mauvaise surprise.

Chacun à leur tour, ils devront répondre dans un délai de 40 secondes à un maximum de questions. Chaque bonne réponse rapporte un point. S'ils se trompent ou passent, leur score retombe à 0. Une fois arrivés à quarante secondes, leur résultat est enregistré. Le score va de 0 à 4 et représente le maximum du nombre de bonnes réponses consécutives. Si un candidat réussit à répondre à 4 questions consécutives, il fait un « 4 à la suite » et il arrête de répondre aux questions. Les 2 candidats ayant obtenu le plus de points sont qualifiés pour le face-à-face.

Jeu décisif[modifier | modifier le code]

Si deux ou les trois candidats ne peuvent être départagés, ils le sont par un jeu décisif au cours duquel ils répondent à des questions. Commençant par la formule "Que suis-je?" ou "Qui suis-je?", les questions ont une forme proche de celles du Face-à-face mais les candidats peuvent, comme au 9 Points Gagnants, répondre à tout moment mais une seule fois par question. Le ou les premier(s) (en cas de triple égalité) à atteindre deux points sont qualifiés pour la dernière manche.

Troisième et dernière manche : le « face-à-face (final) »[modifier | modifier le code]

Le « face-à-face » oppose les deux candidats finalistes. Pour chaque question posée, le présentateur énonce un thème (histoire, personnalité, santé-médecine, culture générale…) qui permet au candidat qui a la main de choisir de prendre ou de laisser la main. Le premier à avoir ce choix est celui qui a remporté la deuxième manche le premier puis chacun d'eux alternativement. Avant l'énoncé de la question, un indice supplémentaire est inscrit sur l'écran à la seule intention des téléspectateurs (les candidats ne le voient donc pas).

Le présentateur commence alors une définition ou une courte biographie se rapportant au thème précédemment énoncé. Les candidats doivent alors deviner l'objet de la définition. Celle-ci commence toujours par des indices difficiles, puis de plus en plus faciles, de telle sorte que s'il est en général difficile de donner la réponse au début, tout le monde est susceptible de trouver la réponse à la fin de l'énoncé. Au fur et à mesure que les indices sont donnés à partir du top chrono, quatre périodes de temps s'écoulent, chacune correspondant à un nombre de points à remporter (du plus grand au plus petit). Si le candidat donne la réponse dans la première période (donc avec peu d'indices), il obtient 4 points, dans la deuxième, 3 points, puis 2 points ou un seul point s'il répond dans la dernière. Un seul candidat peut répondre par période de temps et celles-ci sont alternées. À chaque changement de période, la main passe de l'un à l'autre candidat. Par ailleurs, lorsqu'un candidat donne une mauvaise réponse, la main repasse à l'adversaire. Le candidat qui a pris la main peut répondre dans les zones à 4 et 2 points ; s'il a laissé la main, il peut répondre dans les zones à 3 et 1 point.

Le premier candidat à atteindre quinze points (anciennement neuf, puis douze) remporte la partie.

Fin de jeu[modifier | modifier le code]

À la fin de chaque manche, le perdant reçoit des lots de consolation tels que des ouvrages sur différents sujets. Le gagnant reçoit quant à lui 500 €, qu'il peut décider de remettre en jeu afin d'augmenter ses gains : 1 000 € pour deux victoires, 2 000 € pour trois, 3 000 € pour quatre et 4 000 € plus la cagnotte pour les cinq victoires. La cagnotte augmente à chaque émission et peut atteindre parfois plusieurs dizaines de milliers d'euros. Il y a en général entre 8 et 15 gagnants de cagnotte par an. Après cinq succès d'un même candidat, celui-ci part. Mais après chaque victoire, il peut choisir de partir avec ses gains, auquel cas le finaliste défait reviendra la fois suivante contre trois nouveaux candidats.

À chaque fois que la cagnotte tombe, celle-ci redémarre à 10 000 €. Elle augmente de 300 € par jour. À l'époque du franc, la cagnotte était de 50 000 FF et elle augmentait de 2 000 FF par jour (sauf au lancement du jeu : 30 000 FF de minimum, elle augmentait de 1 000 FF par jour), et les 5 victoires valaient successivement 3 000 FF pour la première, 7 000 FF pour la seconde, 12 000 FF pour la troisième, 18 000 FF pour la quatrième et 25 000 FF pour la cinquième.

Il est arrivé à plusieurs reprises que le candidat vaincu par un gagnant de cagnotte remporte lui-même la cagnotte par la suite (le dernier candidat vaincu par un gagnant de cagnotte revenant automatiquement le lendemain) et cette cagnotte est la cagnotte minimale : 10 000 € lors de sa première participation pour sa première victoire + 4 × 300 euros au fur et à mesure des victoires d'un même candidat + 4 000 € des 5 victoires, soit un total de 15 200 € minimum théoriques pour un candidat remportant la cagnotte.

Hors émissions dominicales, la plus grosse cagnotte est remportée le 18 juin 2014 par Jean-Philippe avec 47 900 €. Avant lui, les plus grosses cagnottes s'élèvent à 46 400 €, décrochée par Laurence en 2002, et de 45 800 €, gagnée par Christine en octobre 2005 et Laurent en décembre 2012.

Au générique final, on aperçoit dans un cadre le candidat gagnant donner ses impressions sur le jeu.

Émissions spéciales[modifier | modifier le code]

Les meilleurs joueurs du trimestre s'affrontaient lors d'une émission en soirée baptisée Masters de bronze ; les meilleurs joueurs de l'année, pendant les Masters d'argent ; les meilleurs sur quatre années, lors des Masters d'or mais ce système a été abandonné à partir de 2004, faute d'audience et ce, après deux Masters d'or dont le premier en 1997 remporté par Claude Pierson. Ces émissions diffusées en première partie de soirée étaient organisées en parallèle d'émissions spéciales où s'affrontent des jeunes gens, des étudiants issus des grandes écoles françaises, des candidats issus de plusieurs pays francophones et des célébrités du paysage audiovisuel ou du monde du spectacle qui subissent tout d'abord des épreuves de qualification (dans leur pays, écoles, etc.) non télédiffusées puis télévisées à horaire habituel avant l'émission spéciale. En 2007, début janvier, une « spéciale familles » a été mise en place où les membres de chaque famille changent à chaque manche si le précédent membre s'est qualifié. Le système des masters a plus ou moins été remplacé par les émissions du dimanche (le super-champion). Le vainqueur des « Masters » reçoit en prime la Vénus au Livre, trophée en bronze créé par le sculpteur Henri Maillot en 1992.

Après avoir célébré ses dix ans en 1998, ses quinze ans en 2003, le jeu a célébré ses vingt ans le 27 octobre 2008 lors d'une émission spéciale réunissant diverses figures marquantes du jeu (candidats brillants, juniors, francophones, célébrités, etc.).

Le 9 octobre 2009, pour la première fois de son histoire, le jeu s'est délocalisé avec des candidats marseillais à l'occasion de la journée spéciale Marseille de France 3.

Le 1er janvier 2014, l'émission fête ses 25 ans pour une émission spéciale anniversaire réunissant 8 champions emblématiques de l'émission avec 8 personnalités. Julien Lepers réservera beaucoup de surprises, ainsi que des bêtisiers de l'émission.


Vainqueurs des « Spéciales Juniors »[modifier | modifier le code]


Vainqueurs des « Spéciales Langue Française »[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, le vainqueur affronte en Super-Finale le Super-Champion de l'année précédente.


Vainqueurs des « Spéciales Campus »[modifier | modifier le code]


Vainqueurs des « Spéciales Grandes écoles »[1][modifier | modifier le code]

Parodies[modifier | modifier le code]

Cette émission a fait l'objet de deux parodies :

Participants[modifier | modifier le code]

Liste des Lycées ayant participé aux émissions spéciales[modifier | modifier le code]

2011-2012 :

2012-2013 :

  • Lycée Paul Langevin de Martigues
  • Lycée Edmond Michelet, Arpajon
  • Lycée Jeanne d'Arc, Clermont-Ferrand
  • Lycée Jaques Prévert, Pont-Audemer
  • Lycée Augustin Cournot, Gray
  • Lycée Grand Air, Arcachon
  • Lycée Edmond Rostand, Bagnére de Luchon
  • Lycée Louis Pasteur, Somain

2013-2014:

Liste des Pays ayant participé aux émissions spéciales[modifier | modifier le code]

2006 : Argentine, Arménie, Brésil, Israël, Mali, Maroc, Pologne, Portugal, Sénégal, Tunisie

2007 : Algérie, Bénin, Canada, Cuba, Espagne, Gabon, Inde, Irlande, Liban, Russie

2008 : Arabie-Saoudite, Autriche, Chili, Croatie, Grèce, Maroc, Niger, Pays-Bas, Thaïlande, Togo

2009 : Cameroun, Égypte, Etats-Unis, Finlande, Italie, Madagascar, Mexique, Slovaquie, Tunisie, Turquie

2010 : Algérie, Argentine, Australie, Autriche, Brésil, Bulgarie, Cameroun, Canada, Croatie, Egypte, Espagne, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Mexique, Niger, Sénégal, Tunisie, Vietnam

2011 : Bénin, Brésil, Burkina-Faso, Canada, Finlande, Grèce, Inde, Irlande, Liban, Madagascar, Maroc, Norvège, Pérou, Portugal, République tchèque, Roumanie, Russie, Tchad, Thaïlande, Togo[2]

2012 : Autriche, Canada, Chili, Chine, Chypre, Croatie, Haïti, Inde, Italie, Japon, Liban, Nouvelle-Zélande, Slovénie, Tunisie...

2013 : Algérie, Allemagne, Arménie, Bulgarie, Canada, Cameroun, Colombie, Congo-Brazzaville, Espagne, Finlande, Grande-Bretagne, Liban, Madagascar, Maroc, Mexique, Portugal, Roumanie, Sénégal, Tunisie, Vietnam

2014 : Japon, Maroc, Mexique, Russie, Sierra Leone

Liste des Grandes écoles ayant participé aux émissions spéciales[modifier | modifier le code]

Édition 2005 : CELSA, EDHEC, ENSP, ESM Saint-Cyr, HEC, Polytechnique, Ponts et Chaussées, SUPAERO, Véto Alfort, Supélec.

Édition 2006 : École de l'Air, EOGN, ESM Saint-Cyr, HEC, École navale, Polytechnique, Ponts et Chaussées, Sciences Po Paris, SUPAERO, Véto Nantes.

Édition 2007 : CELSA, ENSAM, EOGN, ENSP, ESCP Europe, ENS Cachan, Polytechnique, SUPAERO, Télécom Paris, Véto Alfort.

Édition 2008 : AgroParisTech, École de l'Air, Centrale Nantes, ESM Saint-Cyr, ESCP Europe, HEC, Mines de Nancy, Polytechnique, Sciences Po Paris, Véto Toulouse.

Édition 2009 : Polytechnique, Ponts et Chaussées, ESCP Europe, Véto Toulouse, ENSOSP, EFB, École royale militaire (Belgique), Sciences Po Grenoble, EDHEC, Arts et Métiers ParisTech.

Édition 2011 : 20 « grandes écoles » réparties en cinq catégories :

« Questions pour un super champion »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Questions pour un super champion.

Depuis le 10 septembre 2006, Julien Lepers présente Questions pour un super champion, émission dominicale mettant tout d'abord aux prises, selon le déroulement habituel de l'émission quotidienne, quatre personnes ayant déjà remporté au moins une fois l'émission Questions pour un champion, le vainqueur de cette première phase affrontant en 21 points le « super champion » de la semaine précédente.

Celui qui gagne 5 émissions de suite emporte une cagnotte de 50 000 euros. Depuis 2014, le vainqueur de la cagnotte a le droit de continuer et de tenter d'en regagner une nouvelle en remportant 5 nouvelles victoires. Un super-champion a donc la possibilité de gagner plusieurs cagnottes de suite. Il peut décider de s'arrêter de sa propre initiative après avoir gagné une série de 5 parties, ou il continue jusqu'à ce qu'il soit éliminé par un autre candidat.

Pour l'anecdote, Julien Lepers commence la finale en rappelant le principe du jeu, et termine ainsi : « Place au jeu ».

Une institution[modifier | modifier le code]

Malgré son ancienneté, le jeu connaît toujours des taux d'audience quotidiens importants. De nombreux clubs de joueurs ont été formés et restent actifs.

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène :

  • la personnalité et le rythme imprimé par l'animateur Julien Lepers ;
  • les règles du jeu font que la relative difficulté des questions implique que le vainqueur soit généralement le plus cultivé et le plus rapide, le jeu laissant peu de place à la chance (les seules phases du jeu où l'on peut estimer qu'il y a une part de chance sont le quatre à la suite, où le choix du questionnaire est crucial et lors du face-à-face final où le candidat doit décider s'il prend la main ou la laisse à l'adversaire ).

L'émission a donné lieu à de nombreuses parodies, la plus célèbre étant celle des Inconnus, intitulée Questions pour du pognon. L'animateur Julien Lepers a également été caricaturé à de nombreuses reprises, en raison notamment de maniérismes et des méthodes jugées artificielles pour entretenir le suspense au cours de la partie. Il reste que, dans l'esprit des téléspectateurs, il est absolument indissociable du jeu et forme avec lui une véritable institution populaire de la télévision française. Le jeu a atteint sa 6000e émission en septembre 2008.

Plusieurs produits dérivés ont été lancés, notamment un jeu de société et un jeu vidéo.

On trouve également un championnat permanent de Questions pour un champion sur internet, Questions pour un champion online. Tout le monde peut participer en s'inscrivant sur France3.fr.

Le 1er avril 2010, deux séquences ne sont pas présentées par Julien Lepers. Dans le cadre d'un poisson d'avril organisé par la chaîne en mélangeant les animateurs, Cyril Féraud anime le « 9 points gagnants », Julien Lepers reprenant la main pour la deuxième manche, avant de céder la place à Laurent Romejko pour animer le « face-à-face » final. Ce n'est toutefois pas le premier à suppléer l'animateur habituel : Vincent Perrot avait également présenté l'émission du 14 au 28 janvier 1994 suite à une condamnation juridique de l'animateur habituel.

Quelques chiffres en 25 ans[modifier | modifier le code]

  • En 25 ans, Julien Lepers aurait posé plus de 1 000 000 questions.
  • En 25 ans, le jeu a utilisé 10 décors.
  • En 25 ans, plus de 7 600 émissions ont été tournées soit plus de 1310 jours 4 heures et 30 minutes de tournage.
  • Plus de 300 000 candidats auraient participé aux sélections du jeu[3].

Adaptations ludiques[modifier | modifier le code]

Le jeu vidéo : Questions pour un champion Online[modifier | modifier le code]

Questions pour un champion Online, lancé début 2009 par l'entreprise Silicon Carne sur le site officiel de France 3, est l'adaptation du jeu télévisé sous la forme d'un jeu en ligne[4].

Le jeu propose une dimension multijoueur, un système de grades et de tournois et reprend les règles de l'émission télévisée. Chaque jour, l'utilisateur peut gratuitement jouer une partie.

Le jeu a connu un grand succès auprès des internautes français et a connu plusieurs évolution dont une V2 en mars 2009[5]. Le 1er mars 2011, le jeu a connu une évolution V3 qui a changé une bonne partie de son gameplay, provoquant des contestations de certains joueurs[5]. Cette évolution est justifiée par Silicon Carne comme suit « Le jeu sous son ancienne forme était trusté par un cercle fermé, avec assez peu de téléspectateurs représentés »[5]. Le jeu est notamment passé d'un multijoueur en direct à un multijoueur asynchrone (à l'instar de l'adaptation Tout le monde veut prendre sa place Online). Dans la foulée, cela a permis au jeu d'être porté sur iPhone et iPad, le jeu recueillant une note moyenne de 4/5 sur l'App Store de la part des joueurs[6]. Cette version est éditée et développée par l'entreprise Bulkypix.

Jeux de société[modifier | modifier le code]

Le jeu télévisé a été adapté en jeu de société :

En 1996, les Jeux Nathan ont édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 2 à 5 joueurs à partir de 15 ans.

En 1999 et 2003, les Éditions Druon ont édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans.

En 2005 et 2009, Lansay a édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 2 à 5 joueurs à partir de 12 ans

En 2012, Winning Moves a édité un jeu de société basé sur l'émission, qui peut se jouer de 2 à 5 joueurs à partir de 8 ans.

Clubs Questions pour un champion[modifier | modifier le code]

En 2013, 169 clubs existent en France, en Belgique et en Suisse[7].

Les clubs disposent du matériel nécessaire (buzzers et jeux) qui permettent de se mettre dans les conditions du jeu et de jouer entre membres. Ils confectionnent constamment des questionnaires qu'ils s'échangent au moyen d'internet, renouvellant et actualisant sans cesse les questions.

Tout au long de l'année, les clubs organisent des tournois nationaux se déroulant généralement le dimanche. Un nombre maximum de candidats est déterminé et l'inscription pour une somme modique, est ouverte aux membres de l'ensemble des clubs, et parfois aux indépendants. C'est alors l'occasion de cotoyer de nombreux vainqueurs de l'émission. En général, chaque participant reçoit un cadeau (livre, DVD ou spécialité de la région). En 2013, 59 tournois devaient être disputés sur toute la France[8].

L'un des tournois les plus importants, celui du club de Paris 1, qui a lieu fin janvier, a accueilli en 2012, 110 candidats venant de toute la France ainsi que de Belgique et de Suisse.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Article du site officiel de l'émission concernant l'édition 2009
  2. http://www.leblogtvnews.com/article-questions-pour-un-champion-special-langue-fran-aise-mi-mars-67848202.html
  3. Émission spéciale 25 ans.
  4. (fr) Site officiel de l'éditeur du jeu web, Silicon Carne.
  5. a, b et c (fr) Questions pour une révolte en ligne d'Alexandre Hervaud, 4 mars 2011, Écrans.fr, Libération.
  6. (fr) Questions pour un champion Online sur l'App Store français.
  7. [1]
  8. [2]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]