Question du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de France des régions administratives avec en bleu foncé la région administrative Bretagne et en bleu clair la Loire-Atlantique

La question du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne est un débat qui fait suite à la séparation de ce département des départements de la région Bretagne et son rattachement à la région des Pays de la Loire lors de la création des régions administratives françaises en 1956, alors que le territoire de la Loire-Atlantique faisait partie depuis l'an 850 du Duché de Bretagne, devenu province de Bretagne jusqu'en 1790.

Ce démembrement reste un sujet polémique dans ce département, ainsi que dans le reste de la Bretagne. Des élus de la Loire-Atlantique et des autres départements bretons, des mouvements politiques et des associations régionales demandent la réunification administrative des cinq départements dont la Loire-Atlantique en une seule région Bretagne.

Arguments[modifier | modifier le code]

La volonté populaire[modifier | modifier le code]

À l'appui de leurs revendications, les mouvements militants en faveur du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne affirment avoir un soutien de l'opinion publique, tant en région administrative Bretagne qu'en Loire-Atlantique, se fondant sur la montée des revendications et une succession de sondages effectués depuis la fin des années 1990. D'après Pierre-Yves Le Rhun, la plupart de ces sondages montrent une majorité pour le rattachement de la Loire-Atlantique. De même, il note un renforcement du souhait de réunification[1].

L'existence de manifestations pour défendre la Bretagne à cinq département permet aussi de témoigner de cette volonté populaire. À Nantes le 28 juin 2014, une manifestation pro-réunification a attiré entre 8 450 (selon la police) et 17 000 personnes (selon l'un des organisateurs), après une précédente manifestation le 19 avril qui avait attiré entre 5 500 et 10 000 personnes[2],[3].

L'ampleur réelle du soutien populaire est mise en doute par les adversaires du rattachement, qui observent que certains sondages sont contradictoires et que les manifestations n'attirent qu'un public selon eux limité[4].

L'histoire et la culture[modifier | modifier le code]

L'autre argument central des militants pour le rattachement est historique et culturel : le pays de Nantes, breton depuis le Traité d'Angers (851), est riche en lieux forts de l'histoire bretonne, dont en premier lieu le château des ducs de Bretagne[5] à Nantes, résidence principale des ducs de Bretagne au XVe siècle. Des termes affectifs sont volontiers utilisés : la Bretagne est « mutilée »[6], elle est devenue une « Bretagne-croupion »[7], les régions ont été délimitées « au mépris d'une histoire multiséculaire »[8].

Par ailleurs, les partisans du rattachement ne manquent pas de rappeler que, selon eux, le découpage régional est un héritage du gouvernement de Vichy[9]. L'historien Alain Croix juge ce point de vue trop simpliste : pour lui, « il est un peu vrai et surtout faux, de dire de Pétain qu’il a séparé la Loire Atlantique de la Bretagne »[10].

Sur le plan culturel, la toponymie bretonne du nord-ouest du département de la Loire-Atlantique est parfois évoquée[11]. Le géographe Pierre-Yves Le Rhun invoque une citation d'Emmanuel Todd et Hervé Le Bras : « L'Ouest et la Bretagne sont des régions culturellement distinctes, accidentellement réunies. La Bretagne est plus proche du Rouergue, du Pays basque ou de l'Alsace que du Maine, de l'Anjou ou de la Basse-Normandie »[12].

Une telle démarche a été qualifiée de « passéiste » par Robert Cheize et Sylvie Chédemail[13], [14]. Très critiques quant aux projets de réunification de la Bretagne, ils estiment que le lien historique de la Bretagne et de la Loire-Atlantique est relatif, soulignant que le destin de l'estuaire de la Loire a divergé de celui de la Bretagne depuis déjà plusieurs siècles, la Basse-Loire ayant très tôt misé sur le commerce puis l'industrialisation, dans une relative indifférence au rôle politique[15].

La géographie et l'économie[modifier | modifier le code]

Les arguments géographiques et économiques sont aussi mis en avant par les partisans de l'unification : ainsi le CUAB (dénommé aujourd'hui Bretagne Réunie) écrit en 1981 : « Nantes et l'ensemble de la Loire-Atlantique ont été arbitrairement séparés des quatre autres départements bretons, privant ainsi la région de 20 % de sa superficie, 25 % de sa population, 35 % de son potentiel industriel, de son premier port de commerce et d'un grand pôle universitaire et de recherche »[16]. Les productions récentes de Bretagne Réunie fournissent des analyses économiques détaillées et défendent l'unité bretonne au nom des synergies dans les domaines de la mer, l'agro-alimentaire, les NTIC, les biotechnologies, la construction automobile, navale et aéronautique ainsi que la visibilité internationale de la Bretagne[17].

En contrepoint, le point de vue économique est invoqué par les partisans d'un découpage maintenant une région centrée sur Nantes, et tient un rôle prépondérant dans leur argumentation ; ainsi Dominique Luneau et Martine Valo décrivant en 2001 l'état des forces en présence perçoivent-ils un face-à-face entre une « dimension affective et politique » et une « dimension économico-géographique »[18].

Rappelant des intuitions d'Élisée Reclus formulées au XIXe siècle (« les rives de la basse Loire ont pris un rôle tout spécial qui les distingue du reste de la Bretagne et en fait une contrée appartenant à la même zone que la Touraine et l'Anjou ») et s'appuyant sur un article d'A. Chauvet[19], Jean Renard voit en 1986 dans le pays nantais un territoire « tiraillé entre des influences contradictoires », aux marches des influences bretonne, ligérienne et aquitaine[20]. Le géographe Pierre Estienne allait plus loin en 1976, écrivant alors : « l'avenir régional nantais est au sud et le long de la Loire »[21].

Toujours au XIXe siècle, la géographie enseignait l'appartenance de la Loire-Inférieure dans un ensemble baptisé « Bretagne, Vendée et Poitou » (en compagnie du Finistère, des Côtes-du-Nord, du Morbihan, de l'Ille-et-Villaine, de la Vendée, de la Vienne et des Deux-Sèvres) [22].

L'argument économique, au nom de la puissance de la région, est celui invoqué par les tenants d'une troisième solution, se distinguant tant du statu quo que de la constitution d'une région Bretagne à cinq départements : celle de l'installation d'une région « Grand Ouest » réunissant Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes. C'est une position fréquente dans la classe politique de la région Pays de la Loire, partagée notamment par François Fillon et Jean-Marc Ayrault[18]. L'association Bretagne réunie s'oppose quant à elle à cet objectif, mettant en garde contre une « dilution de la Bretagne et de son nom dans une région "Ouest" »[23].

Certains élus finistériens - François Cuillandre et Jacques Le Guen[24] - mais aussi rennais - Sylvain Dajoux[25] - considèrent cependant que le rattachement de la Loire-Atlantique - et donc de Nantes - accentuerait encore le déséquilibre entre l'Est et l'Ouest de la Bretagne.

La question de la capitale[modifier | modifier le code]

L'intégration de son département dans une région administrative bretonne poserait le problème de la place de Nantes comme capitale régionale. Pour Pierre Estienne, Nantes serait nécessairement perdante : Rennes, par son dynamisme, s'est déjà imposée comme capitale bretonne et Nantes « ne pourrait jouer que les seconds rôles »[21]. Dans ses démarches prudentes en faveur d'un rapprochement avec la région Bretagne, le conseil général de la Loire-Atlantique ne perd pas ce problème de vue, et selon Dominique Luneau et Martine Valo n'est pas prêt à des concessions qui remettraient en cause le statut de capitale de Nantes[18]. De l'autre côté de la frontière régionale, Karima Chariraa et Solenn Charron croient discerner en 2006 un recul de la classe politique bretonne motivé entre autres par la crainte de « fragiliser Rennes »[26].

Le défi n'échappe pas aux partisans d'une Bretagne à cinq départements qui soulignent que l'exemple de la Lorraine montre que l'existence de deux centres urbains d'influence équivalente, Metz et Nancy, ne compromet en rien la viabilité de la région[27].

Acteurs[modifier | modifier le code]

Les associations spécialisées[modifier | modifier le code]

Les années 1970 voient la naissance de deux associations très actives militant pour le retour à la Bretagne de la Loire-Atlantique, B5 (raccourci de « Bretagne 5 départements ») puis le Comité pour l’unité administrative de la Bretagne (généralement désigné sous son sigle CUAB)[28]. Cette dernière, sous la nouvelle dénomination de « Bretagne Réunie » est aujourd'hui encore l'acteur autour duquel s'ordonne ce combat.

Au début des années 1980, une association « Bretagne-Europe » réussit un joli coup médiatique en attaquant le découpage régional devant le Conseil d'État, au motif que ce découpage contreviendrait au traité d'Union de 1532. La requête est rejetée fin 1984[29].

Un collectif intitulé Collectif Plaques bretonnes 44, réunissant des associations culturelles de la Loire-Atlantique et du reste de la Bretagne ainsi que des partis politiques s'est constitué pour dénoncer l'obligation pour les habitants du département de la Loire-Atlantique d'apposer le logo de la région Pays de la Loire au numéro de leur département, le 44. Ils souhaitent que les habitants de ce département puissent apposer le 44 associé au drapeau breton, comme les autres départements bretons (22, 29, 35 et 56).

En 2002 un « Comité pour l'unité administrative de la République », qualifié par L'Express de « machine de guerre contre les partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne », a été créé par Jean-Marc Pittard, responsable au syndicat Force ouvrière proche d'Alexandre Hébert[30].

L'opinion publique[modifier | modifier le code]

Les sondages, malgré les critiques dont ils sont l'objet, demeurent le principal indice de l'opinion des habitants de Bretagne et de la Loire-Atlantique sur la question du rattachement.

Si en 1986, un sondage réalisé par le centre de recherche Créa pour FR3 Nantes Magazine indiquait que seulement 44 % des habitants de la Loire-Atlantique y était favorables[31], cette proportion montait à 66 % dans une étude réalisée en 1998 par la Sofres pour Pèlerin Magazine[réf. nécessaire].

Selon un sondage TMO pour Ouest-France Dimanche, 68 % des habitants de la Loire-Atlantique en 1999 [32], 71 % en 2000 selon une étude de l'Institut CSA (pour 63 % dans les quatre autres départements bretons)[33], 75 % en Loire-Atlantique en 2001 selon l'Ifop[34] (63 % en Bretagne selon un autre sondage réalisé la même année par le Conseil de recherche économique et sociale du Royaume-Uni), puis 56 % en 2002 et 67 % en novembre 2006 selon le même institut[35].

Cependant le premier sondage TMO-région réalisé 1999 sur un échantillon de 904 personnes a souvent été partiellement présenté dans la littérature. Une question symétrique avait été posée : Êtes-vous pour le maintien de la région « Pays-de-Loire » , avec quatre options : tout à fait d'accord, un peu d'accord, un peu contre et tout à fait contre. Le résultat de la question symétrique a montré une majorité favorable au maintien des Pays-de-Loire (25 % oui et 38 % un peu oui, soit 64 %)[réf. nécessaire].

Un autre sondage réalisé en 2002 par TNS Sofres[36], formulé de façon différente, donne un résultat opposé à ceux émis par les autres instituts. Interrogés sur la meilleure formule en matière d'organisation territoriale pour la Loire-Atlantique, 29 % des sondés sont favorables au rattachement administratif de la Loire-Atlantique à la Bretagne, contre 32 % pour le « maintien des structures régionales actuelles » et 36 % pour « La mise en place d'une grande région ouest dont ferait partie la Loire-Atlantique ».

En 2003, TMO-région a effectué un sondage symétrique sur des questions à choix multiples : D'ici vingt ans, quelle évolution souhaitez-vous pour la région Bretagne ? 1- je souhaite qu'elle reste à quatre départements, 2- je voudrais qu'elle passe à 5 départements, 3- je voudrais que les régions "Bretagne" et "Pays-de-Loire" fusionnent, 4- je voudrais qu'on passe à une région encore plus grande, "le Grand Ouest". Pour la question pro-Bretagne, les partisans de la Bretagne réunifiée représenteraient 37 %. Quant à la question symétrique (d'ici vingt, quelle évolution souhaitez-vous pour les Pays-de-Loire ?), les résultats n'ont jamais été présentés dans la littérature.[réf. nécessaire]

En juin 2006, une étude détaillée et commentée de TMO Régions pour France 3 Ouest (télévision publique locale organisée sur la base du regroupement des deux rédactions régionales de France 3 Bretagne et France 3 Pays de la Loire), a été menée afin de conduire à une « mesure plus exacte » de l'opinion sur la question du rattachement[37]. À cette fin, la société de sondage a posé une question symétrique (« la Loire-Atlantique doit-elle rester attachée à la région des Pays de la Loire ? ») à celle posée traditionnellement (« la Loire-Atlantique doit-elle être rattachée à la région Bretagne ? »), tout en proposant par ailleurs une réponse « ne sait pas » aux sondés.

Selon le résultat de ce sondage: 63 % des sondés des deux régions ayant exprimé une opinion sont favorables au rattachement de la Loire-Atlantique (soit 66 % en région Bretagne, 68 % en Loire-Atlantique et 61 % dans la région Pays de la Loire). Le résultat indique cependant une importante proportion d'indécis (respectivement 29 % en région Bretagne, 19 % en Loire-Atlantique et 31 % en région Pays de la Loire), dont la prise en compte amène à nuancer le bilan apparent.

Personnes « sans opinion » comprises, la proportion de sondés favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est de 47 % en région Bretagne, de 55 % en Loire-Atlantique et de 42 % en région Pays de la Loire. Les réponses à la question symétrique donnent un résultat contradictoire pour la Loire-Atlantique. En effet, personnes « sans opinion » comprises, la part des sondés favorables au maintien de l'attachement de la Loire-Atlantique dans la région Pays-de-Loire est de 37 % en Bretagne, de 60 % en Loire-Atlantique et de 63 % dans l'ensemble des Pays-de-Loire.

Selon les auteurs du sondage, les résultats paradoxaux pour la Loire-Atlantique, pour laquelle les sondés expriment à la fois le choix pour le rattachement et celui pour le maintien, révèlerait que « pour la majorité des personnes interrogées, y compris en Loire-Atlantique, la question du rattachement du département à l’une ou l’autre des régions est sans doute secondaire, loin des préoccupations quotidiennes ». Ces résultats pourraient plus simplement indiquer, sur un plan plus général, l'absence de fiabilité des simples sondages d'opinion, lorsqu'ils portent sur des problématiques aussi complexes que celles de l'identité perçue ou réelle. Enfin, d'après les auteurs, sur l'ensemble des deux régions, l'étude tendrait à montrer que la part des personnes favorables au rattachement augmente nettement avec l'âge, ce qui conduirait à une baisse mécanique de cette population dans la prochaine décennie. Cette dernière analyse n'a cependant aucune valeur scientifique. Les sondages sont en effet limités par principe à la photographie et à l'étude de l'opinion à un moment précis. Ils ne peuvent en aucun cas porter sur l'état de l'opinion à venir.

L'étude de TMO Régions a été contestée par Yves Lainé, membre de l'Institut culturel de Bretagne[38]. Il montre qu'en dépit du fait que l'étude prétend s'appuyer sur « l'échantillon le plus conséquent sur ce thème », celui-ci n'a rien d'exceptionnel pour la région bretonne (478 sondés) et est l'un des plus faibles réalisés en Loire-Atlantique (184 sondés auxquels s'ajoutent les 338 personnes interrogées dans le reste des Pays de la Loire). Selon Yves Lainé, la suggestion de la réponse « ne sait pas » dans le sondage contribue à diluer encore plus les résultats et « aboutit à un « Ouest » qui ne sait pas ce qu’il veut ». Il remarque que l'hypothèse retenue pour justifier une baisse de l'opinion « pro » réunification est que les sondés ne changent pas d'avis dans l'avenir. Or, selon lui, « si l’on rapproche les résultats des sondages depuis 15 ans qui montrent que cette demande ne faiblit pas alors que – mécaniquement – la part des plus jeunes se renforce, on est obligé d’en conclure que des anti deviennent pro plus souvent que l’inverse ». Le niveau d'éducation et d'accès à l'information des jeunes générations pourrait jouer un rôle prépondérant en la matière.

Lainé déplore aussi la non-validation de la connaissance de l'espace concerné par le sondé. Il précise qu'en 1999, 43 % des habitants de la Loire-Atlantique ne savaient pas qu'ils faisaient partie de la région Pays de la Loire et que certains pensaient même être toujours en Bretagne. Cependant dans sa critique, Yves Lainé ne fait pas référence aux résultats de la question « symétrique » que ce sondage est le seul à avoir posé.

Dans un autre sondage Ifop pour Ouest-France[39] publié le 7 mars 2009, les résultats font apparaître que 48 % des habitants de la Bretagne et 53 % des habitants de la Loire-Atlantique sont pour que la situation actuelle de la Loire-Atlantique reste la même. Seuls 32 % des habitants de la Bretagne et 27 % des habitants de la Loire-Atlantique souhaitent que la Loire-Atlantique soit rattachée à l'actuelle Bretagne administrative et non plus aux Pays de la Loire[39].

Les résultats du sondage sont donc en apparence contradictoires avec ceux de sondages récents et ils doivent être examinés avec une très grande prudence. Le sondage a été réalisé dans un contexte de début de crise économique mondiale, immédiatement après la publication le 5 mars 2009 du rapport du comité Balladur. Ce rapport a notamment proposé un allègement des structures des collectivités locales, ce qui a suscité de fortes réactions de la part des élus locaux. Les réponses, si on leur accorde un crédit, traduiraient un intérêt secondaire porté à la réforme territoriale dans un contexte teinté de fortes incertitudes, plutôt qu'un véritable rejet de cette réforme. La crise économique a pu fortement influencer les réponses des sondés en les orientant vers un choix "sûr", celui du statu quo, "Qu'on en reste à la situation actuelle". Les sondés ont pu exprimer également une exaspération vis-à-vis de la classe politique en général, accusée de se préoccuper de questions annexes par rapport à leurs préoccupations quotidiennes (sondage à mettre en parallèle avec l'impopularité croissante de certains élus). Il y a donc très probablement interférence d'éléments extérieurs aux questions posées.[réf. nécessaire]

Un autre sondage réalisé par le CSA à la demande du CNRS[40] est publié le 26 mars 2009. Ce sondage limité à la région Bretagne et réalisé auprès d'un échantillon de 900 personnes donne un résultat de 51 % de personnes favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne (dont 26 % tout à fait d'accord et 25 % plutôt d'accord), 28 % s'y déclarent opposés (9 % plutôt pas d'accord, et 19 % pas du tout d'accord). L'enquête prend aussi en compte les sans-opinions qui représentent 20 % des personnes interrogées. 1 % des sondés ont refusé de donner une réponse.

Le sondage de Ouest-France concernant le remaniement des régions, publié le 2 juin 2014 après une enquête auprès de 110 000 internautes, montre environ deux tiers d'opinions favorables à la Bretagne à cinq départements[41].

Les acteurs politiques[modifier | modifier le code]

Personnalités politiques locales[modifier | modifier le code]

En Bretagne administrative, un nombre certain de personnalités, de droite ou de gauche, ont manifesté leur soutien au rattachement de la Loire-Atlantique : ainsi à droite René Couanau[42], François Goulard[43], Alain Madelin[44], Pierre Méhaignerie[42], Marc Le Fur[45]et à gauche Bernard Poignant[46], Paul Molac, Gwendal Rouillard, Ronan Kerdraon, Odette Herviaux, Corinne Erhel, Annie Le Houérou, Jean-Jacques Urvoas, Jean-Luc Bleunven, Richard Ferrand, Jean-Luc Fichet, Viviane Le Dissez, Jacky Le Menn, Yannick Botrel, Isabelle Thomas[47] et Kofi Yamgnane[44]. 1 072 élus de tous rangs (du parlementaire au conseiller municipal) ont signé leur adhésion à la Charte pour la Réunification de la Bretagne, une pétition lancée par Bretagne réunie ; on obtient même le chiffre de 4 112 signataires si on tient compte des membres de conseils municipaux ayant approuvé la charte en tant qu'organe collectif[48],[49]. Toutefois, Barbara Loyer observe que les effectifs des signataires sont très inégalement répartis sur le territoire de la Bretagne, et que le département de la Loire-Atlantique n'en compte que 201 sur le total de 4 112[50].

Jean-Yves Le Drian, qui s'était prononcé pour la Bretagne à 5 à l'époque où il présidait le conseil régional[43], a appuyé le maintien de la Bretagne dans ses frontières actuelles pendant la réforme territoriale initiée en 2014, alors qu'il est ministre de la défense[51]. Il exprime le souhait d'une « coopération régionale renforcée » entre Bretagne et Pays de la Loire le 26 juin 2014[52],[53]. Cette intervention est vue comme une « trahison » et une action en faveur de l'établissement futur d'une région « Grand Ouest », réunissant Bretagne et Pays de la Loire[54],[55].

Daniel Delaveau, maire socialiste de Rennes, a lui aussi manifesté son opposition au retour de la Loire-Atlantique en Bretagne, et sa préférence pour une « grande région » réunissant Bretagne, Pays de la Loire et Basse-Normandie[56].

En Loire-Atlantique, Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, s'oppose à la réunification. En 2009, il juge qu'une Bretagne à cinq départements serait « étriquée » et dit « casse-cou » « si c'est une question d'identité ». Il ajoute qu'il serait « antidémocratique » de ne pas consulter les habitants des autres départements des Pays de la Loire[57].

Les présidents de la région Pays de la Loire ont manifesté leur hostilité à son démantèlement : à droite Olivier Guichard, ardent bâtisseur d'une identité « ligérienne »[58], puis son successeur François Fillon qui déclarait en 2000 « Cette coopération (entre Bretagne et Pays-de-la-Loire) est plus prometteuse que tous les projets de redécoupage ou séparatiste. »[59]. Le socialiste Jacques Auxiette milite lui aussi beaucoup contre ce rattachement, disant « se méfie[r] de la notion d'identité » et souhaiter « des coopérations régionales renforcées »[60].

Personnalités politiques nationales[modifier | modifier le code]

Sollicités par Bretagne Réunie lors de la campagne à l'élection présidentielle de 2007, François Bayrou, Dominique Voynet, José Bové et Olivier Besancenot ont répondu favorablement au rattachement. les autres candidats interrogés n'ayant pas donné de réponse avant le premier tour. Après relance entre les deux tours, Ségolène Royal s'est prononcée pour un référendum après consultation des élus et Nicolas Sarkozy n'a pas répondu[réf. souhaitée].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Des mouvements politiques d'horizons différents soutiennent la Bretagne à cinq départements : Emgann, l'UDB, le Parti breton, Les Verts, Les Alternatifs, la LCR, l'UDF (les élus bretons et l'UDF nationale — projet Jeunes UDF 2007 — mais pas l'UDF de la Loire-Atlantique en tant que telle), mais également le PS, l'UMP[réf. nécessaire] et le FN[61].

La fédération du PCF de la Loire-Atlantique a plusieurs fois exprimé son refus d'un tel rattachement (Gilles Bomtemps au Conseil régional en 1999, Jean-Louis Le Corre au Conseil général en 2001) préférant un accroissement des coopérations régionales et craignant une concurrence économique entre régions[réf. souhaitée].

Les collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

Régions[modifier | modifier le code]

Le conseil régional de Bretagne émet depuis 1981 des vœux en faveur du rattachement de la Loire-Atlantique[réf. insuffisante][62]. Pour ne mentionner que les délibérations les plus récentes, cette assemblée a adopté à l'unanimité des motions sans ambiguïté aucune « en faveur de la réunification administrative de la Bretagne » en octobre puis en décembre 2008[17].

Le conseil régional des Pays de la Loire a dans un premier temps « évincé » la question[63]. Il s'est toutefois exprimé assez indirectement, le 29 juin 2001, par une motion demandant la tenue d'« États Généraux du grand Ouest »[18].

Départements[modifier | modifier le code]

Panneau installé à l'entrée de la Loire-Atlantique par le Conseil général

Les conseils généraux ont été invités à s'exprimer sur les frontières régionales en 1972, à l'occasion de la constitution des établissements publics régionaux. Selon Raymond Marcellin interrogé à l'époque dans le journal Le Monde, le Finistère et les Côtes-du-Nord auraient alors manifesté le souhait du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, l'Ille-et-Vilaine souhaitant quant à elle que la Mayenne s'y joigne également. De l'autre côté de la frontière régionale, la Vendée aurait exprimé sa préférence pour le statu quo, le Maine-et-Loire et la Sarthe leur souhait d'être regroupés avec des départements du centre de la France. La Loire-Atlantique, enfin, défendait la fusion de la région de Bretagne et des Pays de la Loire en une grande région, éventuellement encore étendue à des départements limitrophes[64]. Selon une réponse ministérielle, se seraient prononcés officiellement dans le cadre de la consultation organisée alors les seuls départements de l'Ille-et-Vilaine (pour souhaiter une Bretagne étendue à la Loire-Atlantique), la Loire-Atlantique (pour défendre la fusion des deux régions en une seule), le Maine-et-Loire (pour demander l'extension des Pays de la Loire à l'Indre-et-Loire et au Loir-et-Cher) et la Sarthe (pour demander son rattachement à la région Centre)[65]. Selon Pierre-Yves Le Rhun, le Morbihan aurait alors aussi manifesté son souhait de retour de la Loire-Atlantique en Bretagne[66].

Beaucoup plus récemment, en juin 2001, le conseil général de la Loire-Atlantique a adopté une motion que Jean-Luc Poussier, écrivant dans La Croix, qualifie de « prudente » mais « explicite »[67] : intitulée « Vœu pour la reconnaissance institutionnelle de l'identité bretonne en Loire-Atlantique », cette délibération « constate que le fort sentiment d’appartenance des habitants de la Loire-Atlantique à la Bretagne historique est une réalité » et prône la réunion des « cinq Départements bretons, associés aux Départements voisins qui le souhaiteraient, dans une grande Région »[68].

Depuis lors, le conseil général de la Loire-Atlantique et le conseil régional de Bretagne ont institué une commission mixte composée d'élus des deux collectivités pour mener à bien des programmes d'échanges et de coopération[69].

Le 7 décembre 2011, le conseil général du Morbihan vote à l'unanimité un vœu pour le rattachement et prévoit de demander au premier ministre d'initialiser la procédure[70].

Communes[modifier | modifier le code]

Une première vague de vœux de conseils municipaux en faveur du rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne est enregistrée à la fin des années 1970. On note en particulier la prise de position du conseil municipal de Nantes, qui le 17 novembre 1980 déclare « légitimes les aspirations d'une partie de la population du département à retrouver dans la Bretagne son identité naturelle et culturelle »[71].

Dans la première décennie des années 2000, on enregistre une deuxième série de tels vœux, en particulier sous forme d'appui à la « Charte pour la Réunification de la Bretagne », une pétition lancée par Bretagne réunie[48] ; ce sont 208 conseils municipaux au total qui auront manifesté leur soutien à cette charte[72].

Les acteurs économiques[modifier | modifier le code]

La "Coordination des juristes de Bretagne" a participé à la rédaction d'une lettre — signée le 21 mars 2008 et adressée au Président Nicolas Sarkozy — en faveur du rattachement administratif de la Loire-Atlantique[73].

Des entreprises soutiennent le rattachement avec, par exemple, l'association Produit en Bretagne qui regroupe 330 entreprises bretonnes des cinq départements (environ autant d'entreprises membres dans la 44 que dans le 56 et le 22)[74]. L'une d'elles, le groupe Guillemot (Ubisoft), représente les membres le 25 juin 2014 à l'Assemblée nationale, le patron d'Ubisoft déclarant « Nous avons besoin de la marque Bretagne pour pouvoir exporter dans le monde »[75].

Les acteurs culturels[modifier | modifier le code]

De nombreux musiciens de musique bretonne ont manifesté leur soutien à la réunification administrative, à travers des chansons mais aussi lors de rassemblements ; Tri Yann, Alan Stivell (dans ses discours et son œuvre, dont Hep An Naoned, Breizh ebet en 2014), Dan Ar Braz et Clarisse Lavanant (J'avais cinq enfants réunis), Gilles Servat, Gweltaz Ar Fur, Soldat Louis (Distance), Nolwenn Korbell, Dom DufF (Floc'h ar Jabadao), Pascal Lamour, André Le Meut, Gwennyn, Gweltaz Adeux, Iwan B[76], Daonet, Les Ramoneurs de Menhirs et Louise Ebrel, Startijenn[77], Alan Simon... À ces noms s'ajoutent d'autres musiciens qui adhèrent au collectif d'artistes porté par Tri Yann en juin 2014 : Didier Squiban, EDF, Roland Becker, Frank Darcel, Soïg Sibéril, Pat O'May, les Frères Guichen, Yann-Fanch Perroches, Youenn Chap, Groove Boys, Jean-Luc Roudaut, Sylvain Barou, Louis Capart, Yvon Étienne, Jean-Louis Le Vallégant, Frédéric Renaudin[78]...

Les soutiens se font aussi de la part d'universitaires (Ronan Le Coadic, le géographe Jean Ollivro, l'historien Jean-Pierre Le Mat), des journalistes ou écrivains (Erwan Chartier, Pierre Pean, Mikael Bodlore-Penlaez, Dan Ar Wern, Yann Queffélec, Irène Frain[79]...

En revanche, le géographe Hervé Le Bras, interrogé par France Inter au sujet de la réforme territoriale proposée par François Hollande avec André Vallini, a dit que la non-réunification est une bonne chose car « la reconstitution de la Bretagne est un vrai danger pour l'unité de la France ». Il cite en exemples la volonté séparatiste en Flandre, en Écosse et en Catalogne[80],[81].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La Bretagne avant les départements[modifier | modifier le code]

Carte de la généralité de Rennes en 1789.

Stabilité des limites provinciales[modifier | modifier le code]

Après avoir atteint son extension maximale sous le règne de Salomon au IXe siècle, la Bretagne s'affaiblit au siècle suivant et son territoire s'amoindrit dans des conditions dont on ignore tout. Au tournant de l'an mille, « la Bretagne historique s'est fixée » : elle conservera les mêmes limites jusqu'à la Révolution française[82].

Ces frontières coïncident presque exactement avec celles des départements actuels d'Ille-et-Vilaine et de la Loire-Atlantique au nord de la Loire ; au sud la correspondance ne peut être qu'approximative du fait de l'existence des « marches communes », attestées à partir du XIIe siècle. Celles-ci constituent une zone transitoire entre les souverainetés bretonne, poitevine et angevine où le statut juridique d'un peu plus de 80 paroisses représente un « indéniable imbroglio »[82].

Jusqu'à la Révolution française, le duché de Bretagne, s'il connait des régimes politiques différents (vassal de la Normandie, puis de la France et de l’Angleterre, intermède d'indépendance de facto au Moyen Âge, union avec le royaume de France après 1532), reste dans les mêmes frontières.

Nantes et Rennes capitales de la Bretagne[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, les deux grandes villes bretonnes se partageaient le rôle de capitale : Rennes capitale politique avec le Parlement de Bretagne, Nantes ancienne capitale politique était également capitale économique avec les activités portuaires et le débouché de la Loire.

Cependant, la notion de « capitale » est sujette à caution, le sens de cette fonction est fluctuant sous l’Ancien Régime : elle peut parfois désigner la résidence favorite du souverain ou le lieu d’intronisation du Prince ; ou bien le siège fixe des institutions centrales du gouvernement ou bien le lieu des réunions périodiques des organes représentatif ; ou encore parce qu’elle est la ville la plus riche, la plus peuplée...

Aucune ville n’est établie légalement comme capitale définitive sous l’Ancien Régime. Au sens où nous l’entendons aujourd’hui, seul un État national constitutionnel dispose d’une véritable capitale.

De la Révolution française à la fin de la IIIe République[modifier | modifier le code]

Premier projet de subdivision des provinces, établi le 29 septembre 1789. En Bretagne, le découpage définitif ne s'en écarte que marginalement

À la Révolution française, les provinces sont supprimées et la Bretagne cesse d'exister en tant qu'entité administrative. En 1790, elle est divisée, comme le reste de la France, en départements. L'ancienne province se retrouve éclatée en 5 entités :

Le régime républicain issu de la révolution de 1848 institue des « commissariats généraux » à compétence interdépartementale, qui n’ont qu'une existence éphémère. Les cinq départements bretons sont réunis sous l'autorité du commissaire général Michel Rocher, préfet de Loire-Inférieure, qui chapeaute les autres commissaires de la République (préfets) bretons[83].

En dehors de cette expérience ponctuelle dans le temps[84], aucun effort n'est fait de la Révolution française au régime de Vichy pour constituer des circonscriptions supradépartementales à compétence générale. Il en existe dans une multitude de domaines particuliers :

  • la cour d'appel de Rennes coiffe la totalité de la Bretagne ;
  • l’académie de Rennes couvre, en 1939, la Bretagne, la Mayenne et le Maine-et-Loire ;
  • l’archevêché de Rennes ne contient pas la Loire-Inférieure, qui dépend de Tours ;
  • la limite entre les régions militaires coupe en deux les Côtes-du-Nord : l'ouest du département, le Finistère, le Morbihan et la Loire-Inférieure dépendent de Nantes, l'est du département et l'Ille-et-Vilaine du Mans[85] ;
  • les chambres régionales d’agriculture[86] ;
  • les inspections régionales du travail (11 en 1939)[86] ;
  • les régions judiciaires (16 en 1939)[86] ;
  • les régions sanitaires[86] ;
  • les régions postales[86] ;
  • les régions d’assurances sociales[86] ;
  • en septembre 1919, les fédérations de syndicats d'initiative commencent à organiser des « régions touristiques » sur un modèle touristique, géographique et ethnographique : une région appelée « Bretagne » s'étend alors sur le Morbihan, le Finistère, les Côtes-du-Nord et l'Ille-et-Vilaine ; la Loire-Inférieure est rattachée à une région appelée « Vallée de la Loire ».

Parmi tous ces découpages sans cohérence entre eux, l'un mérite davantage d'attention, par son ambition initiale et surtout parce que son influence ultérieure est souvent évoquée. La mobilisation de la Première Guerre mondiale débouche sur un projet de création de régions économiques dites « groupements économiques régionaux » ou « régions Clémentel »[87] ; les attributions d'Étienne Clémentel étant limitées (il est ministre du Commerce), le projet n'a guère d'ampleur et ne vise qu'à regrouper rationnellement les 149 chambres de commerces françaises. Le découpage est guidé par les travaux de géographie scientifique de Vidal de la Blache qui avait en 1910 construit un découpage de la France en dix-sept régions autour du concept de « villes-nœuds »[88].

Pour la Bretagne, le regroupement Clémentel aboutit à créer deux régions :

En 1938, Finistère Sud et Morbihan sont distraits de la région de Nantes et attribués à celle de Rennes, suscitant les protestations de la Chambre de commerce de Nantes, appuyée par celles de Quimper et Lorient[89]. L'Indre-et-Loire est au même moment disjointe de la Ve région : par voie de conséquence, les Ve et VIe régions Clémentel dans leur état final correspondent aux collectivités territoriales contemporaines[90]. Ce découpage est confirmé par le décret du 28 septembre 1938, qui renforce le poids de ces régions économiques ; des conseils interdépartementaux de préfecture existent aussi[86].

La position de l'Église[modifier | modifier le code]

Le 3 janvier 1859, l'Église de France réorganisa l'archidiocèse de Tours en créant l'archidiocèse de Rennes. Rennes devint à son tour, le siège d’un archevêché et le diocèse de Rennes fut élevé au rang d'archidiocèse. Une première initiative avortée avait déjà été prise en ce sens par l’Assemblée constituante. Ce nouvel archidiocèse de Rennes, comprend les quatre diocèses bretons suivants : le Diocèse de Rennes, le Diocèse de Quimper et Léon, le Diocèse de Saint-Brieuc et le Diocèse de Vannes. Les hommes d'Église (curés, prêtres et évêque) représentant les paroisses du département de la Loire-Inférieure, maintiennent leurs liens séculaires avec l'archidiocèse de Tours qu'ils conservent fidèlement depuis le tout début du Moyen Âge. L'Église de France ne rattache donc pas le diocèse de Nantes à l'archidiocèse breton de Rennes et le maintien sous la juridiction ancestrale de l'archidiocèse de Tours.

(En cela, l'Église de France rappelle les positions du Concile de Soissons de 866. Lors de ce Concile, les prêtres et les évêques réunis à Soissons avaient reproché aux Bretons d'avoir envahi l'évêché de Nantes et de ne point se soumettre à la suprématie religieuse de l'archevêque de Tours).

En 2003, l'Église de France décide de regrouper des diocèses et archidiocèses en fonction des regroupements régionaux. L'archidiocèse de Rennes regroupera l'ensemble des diocèses des régions Bretagne et Pays de la Loire.

En 2003, l'Église de France décide de regrouper des diocèses et archidiocèses en fonction des regroupements régionaux. L'archidiocèse de Rennes regroupera l'ensemble des diocèses des régions Bretagne et Pays de la Loire.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un projet allemand de réorganisation administrative de la France préparé par le géographe Walter Christaller, de l'Office de planification du Commissariat du Reich, montre une Bretagne réduite à quatre départements, et la création d'une région avec Nantes comme chef-lieu qui regroupe la Loire-Inférieure, le Poitou, une partie de l'Anjou et s'étend jusqu'à la Saintonge[91].

Au printemps 1941, le maréchal Pétain charge le Conseil national de créer une commission des provinces avec pour objectif de dessiner les limites des futures régions qui seraient instaurées une fois la guerre terminée.

Lucien Romier est nommé à la tête de cette commission d'une vingtaine de membres[92], qui débute ses travaux le 6 mai 1941. Le 15 mai, une première carte est tracée : elle regroupe les départements français en 16 provinces. Rennes y est la capitale d'un ensemble regroupant la Bretagne, l'Anjou et le Maine. Le 23 août, la commission qui a ajourné ses travaux pendant trois mois propose un nouveau découpage, cette fois en vingt provinces, où le seul Maine-et-Loire est adjoint aux cinq départements bretons. Une dernière modification est apportée après clôture des travaux de la Commission, sur intervention du Maréchal lui-même : le Maine-et-Loire est disjoint et la Bretagne établie en province dans le cadre de son territoire traditionnel[93].

Mais, alors même que les travaux de la commission ne sont pas terminés, le 30 juin 1941, un décret d'application de la loi du 19 avril sur l'institution des préfets de région est publié : il institue une région de Rennes, composée de quatre départements, et une région d'Angers à laquelle est rattachée la Loire-Inférieure[94], et composée de ce département, du Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la partie occupée de l'Indre-et-Loire[95].

L'apparente contradiction entre ces deux productions de la même année, une « grande Bretagne » à cinq départements issue des travaux du Conseil national et une « petite Bretagne » à quatre départements comme territoire de compétence du préfet de région a été longuement analysée.

On a tout d'abord noté qu'il n'y a pas nécessairement sérieuse contradiction : l'exposé de la loi précise que « cette réforme se présente sous le double aspect du provisoire, en ce qui concerne la délimitation des régions, et de la durée (...) »[94] ; le Maréchal Pétain a expressément souligné qu'il s'agissait de « groupements provisoires » qui « n'engageaient nullement l'avenir de la constitution des provinces »[96].

Pierre Barral voit dans le décret de juin 1941 l'influence des « circonstances » : c'est pour lui l'existence d'un commandement de la Wehrmacht à Angers qui a joué un rôle déterminant sur le choix finalement adopté[97]. On retrouve cette thèse des « circonstances » dans un plaidoyer du 3 septembre 1943 du préfet régional d'Angers : « Le choix d'Angers comme chef-lieu de région a été imposé par les circonstances. À la paix, Nantes reviendra à la Bretagne si les provinces sont reconstituées à ce moment-là »[98].

S'appuyant sur ses entretiens avec Louis-Dominique Girard, chef du cabinet civil de Pétain, Hervé Le Boterf va dans le même sens, et même plus loin en distinguant l'« infortuné Maréchal » et une « administration jacobine » qui l'aura souvent « trahi »[99]. Il attribue à des raisons très pratiques et conjoncturelles (distance de Nantes à Angers dans un pays sinistré) le découpage séparant la Loire-Inférieure du reste de la Bretagne, et reste persuadé que la volonté réelle du Maréchal était de restituer à terme à la Bretagne ses limites historiques[100].

Les analyses de Michèle Cointet et Marc Olivier Baruch sont plus fines et circonstanciées. S'étendant longuement sur le rôle des différents protagonistes dans la mise en place de la régionalisation par le régime de Vichy, notamment Lucien Romier dont elle souligne le pragmatisme et l'intérêt pour le découpage Clémentel, Michèle Cointet souligne qu'en ce domaine il ne faut pas « assimile[r] légèrement pétainisme et Action française »[101]. Quand il s'agit de comprendre pourquoi le décret de juin 1941 est venu s'interposer dans les travaux de la commission des provinces, M. O. Baruch met en avant les tendances autoritaires du régime et en particulier le rôle de Marcel Peyrouton : il s'agit d'instaurer un niveau efficace de commandement, en particulier en matière de ravitaillement et de répression policière[102] ; dans le même sens Michèle Cointet parle de « résistance à la régionalisation du ministère de l'Intérieur » et même, dans un second temps, de « véritable sabotage de la réforme provinciale »[103].

Les régions du régime de Vichy ne survécurent pas longtemps à sa chute : si une ordonnance du 10 janvier 1944 institua des commissaires régionaux de la République en reprenant presque à l'identique le découpage de Vichy, ces commissaires furent supprimés par une loi du 26 mars 1946[104].

Sous les IVe et Ve Républiques[modifier | modifier le code]

La régionalisation[modifier | modifier le code]

Les territoires des régions Bretagne et Pays de la Loire

Sous la IVe République, les thématiques d'aménagement du territoire et de planification prirent une place centrale, et on envisagea rapidement de nouveau la création de groupements supra-départementaux[105].

En 1948, Jean-François Gravier publia Paris et le désert français ouvrage qui eut un retentissement important autant qu'inattendu et une influence certaine, en particulier sur le ministre Eugène Claudius-Petit. Gravier proposait un plan de découpage de la France en régions, qui organiserait une petite Bretagne à quatre départements, et une large région « des pays de l'Ouest », dont la capitale serait Angers et regrouperait les cinq départements composant aujourd'hui les Pays de la Loire mais aussi les Deux-Sèvres, la Vienne et l'Indre-et-Loire[106]. Le plan était argumenté, son auteur soulignant que la Bretagne amputée de la Loire-Atlantique était déjà le cadre de plusieurs institutions (Comité d'expansion, Sociétés de développement et d'équipement, etc.), et écrivant : « la Loire-Atlantique n'a plus de liens économiques avec la Bretagne et se rattache maintenant aux autres pays ligériens, Anjou et Touraine »[107].

En application d'un décret du 30 juin 1955, un arrêté en date du 28 novembre 1956[108] délimita des « régions de programme », dont la fonction était de servir de cadre à une planification complémentaire du Plan national[105]. Un groupe de synthèse présidé par le commissaire général adjoint au Plan, Jean Vergeot, avait été chargé d'en définir les contours[109]. Parmi les 22 régions qu'il créa en métropole, il inclut la Loire-Inférieure dans celle des Pays de la Loire. Cette inclusion lui fut, semble-t-il, difficile à décider[110], mais il se basa sur des considérations économiques (échanges téléphoniques, transports, etc.)[réf. souhaitée][111] pour réaliser un projet qui concernait essentiellement l'administration[112].

Au fil du temps, ces régions furent investies de compétences de plus en plus grandes : instauration des préfets de région en 1964[113], des établissements publics régionaux avec la loi de régionalisation de 1972[114]. La loi de décentralisation de 1982 les érigea en collectivités territoriales, et institua l'élection de leur conseil au suffrage universel direct[115].

Naissance d'une revendication[modifier | modifier le code]

Pendant cette même période, l'identité bretonne s'affirme. La position de la Loire-Atlantique dans les Pays de la Loire est de plus en plus contestée[116]. Déjà dans les années 1960, la partition administrative de la Bretagne est prise à cœur : quand les maires de Rennes et de Nantes se rencontrent à Nozay, René Pleven déclare : « Le 15 novembre 1965 sera un jour historique pour la Bretagne qui a retrouvé son unité »[117]. En 1972, le Conseil général de la Loire-Atlantique vote un vœu mi-figue mi-raisin se prononçant pour l'intégration du département dans une région regroupant les cinq départements bretons, mais associant aussi les départements voisins[118]. Dans les années 1970, l'opinion publique entre en jeu avec la création du Comité pour l'unité administrative de la Bretagne (CUAB) et de l'association B5, qui mobilisent 7 000 manifestants à Nantes en 1976[62].

En 1977, l’État français présidé par Valéry Giscard d'Estaing reconnaît la Bretagne comme minorité culturelle et lui accorde une Charte à laquelle adhère le Conseil général de Loire-Atlantique, ce que Pierre-Yves Le Rhun interprète comme une « reconnaissance explicite de l’appartenance du département à la Bretagne »[1]. Le conseil municipal de Nantes en 1980, le conseil régional de Bretagne en 1981 puis 1986 émettent des vœux favorables à l'unification de la Bretagne (à l'unanimité pour celui de 1986)[62].

En 2000, plusieurs grandes fédérations culturelles s'allient au CUAB, regroupant au final entre 40 000 et 50 000 adhérents favorables à la Bretagne à 5[1]. Le conseil municipal de Loire-Atlantique adopte un vœu le 22 juin 2001 « Pour la reconnaissance institutionnelle de l’identité bretonne en Loire-Atlantique » afin d'obtenir l'ouverture d'un débat public. Le Conseil Régional de Bretagne vote un vœu similaire le 2 juillet la même année, et le renouvelle le 8 octobre 2004. Quelques coopérations voient le jour entre Bretagne et Loire-Atlantique, notamment pour le tourisme[1]. L'Institut géographique national modifie la carte routière de la région Bretagne en 2010, en remplaçant la région administrative par la région historique[1].

La revendication est cependant freinée par plusieurs éléments, dont le centralisme de l’État, qui d'après P.-Y. Le Rhun « redoute la présence de régions trop puissantes » et refuse donc la Loire-Atlantique en Bretagne. De même, il estime que la revendication reste trop faible pour être une priorité des partis politiques, pointant le score assez bas des partis régionalistes[119]. Il existe aussi une division des pro-réunification, certains estimant que la Bretagne peut intégrer le Maine-et-Loire et la Mayenne avec la Loire-Atlantique[119].

Influence des Pays de la Loire et promotion de l'identité « ligérienne »[modifier | modifier le code]

D'après Pierre-Yves Le Rhun, depuis la prise de majorité du parti socialiste au Conseil Régional des Pays de la Loire en 2004, le région a cessé de soutenir le retour de la Loire-Atlantique en Bretagne. Les Pays de la Loire se sont « enracinés en Loire-Atlantique » depuis 1982[119]. La promotion de l'identité récente « ligérienne » est contestée par Bretagne réunie, qui y voit une tentative d'effacer l'identité bretonne en Loire-Atlantique[120]. Bretagne réunie pointe aussi les fortes dépenses de la région en communication pour promouvoir cette identité. Elle relève par ailleurs de nombreux cas de « discrimination des Bretons de Loire-Atlantique », et dénonce un processus de « débretonnisation » du département. Cette « débretonnisation » inclue la suppression de symboles bretons en Loire-Atlantique (hermines sur le logo de Nantes, panneaux bilingues...), le renommage de certains lieux pour y supprimer le mot « Bretagne », la disparition de livres et d'émissions en breton parmi les services publics du département, l'interdiction de drapeaux et de symboles bretons pendant certains événements, le traitement de la question par des médias comme Ouest-France et Presse-Océan, des réécritures de l'Histoire du département ou encore le très faible montant des subventions publiques accordées aux associations culturelles bretonnes de Loire-Atlantique. Des organismes publics comme la SNCF facilitent le rapprochement inter-départements dans la région Pays de la Loire au détriment des relations avec la Bretagne, ce qui contribue aussi à éloigner les habitants de Loire Atlantique de la Bretagne administrative[121].

État des lieux : les découpages de la Bretagne aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Ce détachement administratif ne concerne cependant que certains échelons (administratifs et autres) :

  • Couvrant cinq départements existent des entités bretonnes maritimes, économiques, culturelles, judiciaires (Cour d'appel et ordres professionnels), touristiques, environnementales, associatives, des coopérations inter-collectivités, des signes officiels de qualité AOC-IGP-label rouge de produits agricoles, des structures de coopération entre région Bretagne et Loire-Atlantique, etc.
  • La région administrative à quatre départements est prise comme circonscription par les administrations préfectorales déconcentrées et les institutions décentralisées, les organismes consulaires, une partie des organisations syndicales, patronales ou associatives.

D'autres découpages (poste, défense...) ne recouvrent ni l'un ni l'autre de ces découpages.

Certaines structures (cour d'appel de Rennes), associations culturelles (Institut culturel de Bretagne) ou d'entreprises (Comité Régional du Tourisme, Produit en Bretagne)[122] fonctionnent dans les limites territoriales de la Bretagne historique. Cependant, la majorité d'entre elles sont organisées dans le cadre de la région administrative.

De plus, la Loire-Atlantique s'associe aux départements bretons sur le plan culturel. Par exemple, les cinq départements ainsi que le conseil régional font partie du syndicat mixte de la Maison de la Bretagne à Paris[123].

Plusieurs organismes privés ne rattachent pas la Loire-Atlantique à la Bretagne :

  • la Fondation de France l'inclut dans une direction régionale Pays de Loire élargie (avec l'Indre-et-Loire et les Deux-Sèvres[124] ;
  • la confédération du Crédit mutuel n'est pas organisée selon le découpage régional. Elle possède une fédération de Bretagne (Crédit mutuel de Bretagne), une fédération Poitou-Charentes-Vendée et une fédération Loire-Atlantique ;

D'autres groupes fonctionnent à l'échelle de la Bretagne et non de la Bretagne administrée (Aiguillon construction par exemple). Une structure comme Groupama Loire-Bretagne fonctionne sur six départements car elle adjoint à la Bretagne le Maine-et-Loire.

Scénarios d'avenir[modifier | modifier le code]

Les options évoquées pour l'évolution du découpage territorial des régions de l'ouest peuvent être regroupées en trois catégories.

Le statu quo[modifier | modifier le code]

C'est une position qu'on retrouve chez des présidents de la région Pays de la Loire, de droite ou de gauche. En 1981, Olivier Guichard déclarait : « Le découpage régional fait par M. Guy Mollet en 1956 est ce qu'il est et n'est pas parfait. Mais je pense que si l'on commence à tirer un fil, on va mettre toute la tapisserie par terre »[125]. Le président actuel de la région, Jacques Auxiette, soutient implicitement la même position puisqu'il explique en 2009 souhaiter « des coopérations régionales renforcées entre Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes »[60].

Une région Bretagne à cinq départements[modifier | modifier le code]

La réorganisation suggérée par Pierre-Yves Le Rhun et soutenue par Bretagne réunie

Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne pose alors la question du devenir de la région Pays de la Loire et plus globalement de l'organisation du Grand-Ouest français.

  • Une première variante, immédiatement fonctionnelle, est le statu quo pour les autres départements de la région Pays de la Loire, dont le chef-lieu serait alors sans doute Angers. Plus guère défendue de nos jours, cette option est mentionnée pour mémoire sur le site de Bretagne réunie[27],[126].

Des « grandes régions »[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs personnalités de Loire-Atlantique, notamment François Fillon et Jean-Marc Ayrault, ont prôné la réunion de la Bretagne administrative, des Pays de la Loire et de Poitou-Charentes pour former une région « Grand Ouest ». L'argument principal est l'utilité fonctionnelle d'une région étendue donc forte ; leur projet est critiqué au nom du risque de « dilution » d'identités régionales très clairement identifiées[18],[23].
  • La position du conseil général de la Loire-Atlantique est relativement ambiguë, puisqu'il déclare demander au gouvernement « d’initier le processus législatif permettant de réunir les cinq Départements bretons, associés aux Départements voisins qui le souhaiteraient, dans une grande Région »[68]. Certains observateurs interprètent cette position comme un soutien implicite aux projets de région « Grand Ouest »[18], d'autres assurant que Patrick Mareschal, ancien président de l'institution, est plutôt partisan d'une fusion des deux régions Bretagne et Pays de la Loire[128].
  • En 2009, le maire de Rennes Daniel Delaveau s'est aussi prononcé pour la constitution d'une région « Grand Ouest », mais davantage centrée sur sa ville puisqu'il suggère de la constituer par fusion de la Bretagne administrative, des Pays de la Loire et de la Basse-Normandie[56].
  • Un sondage réalité en juin 2014 démontre que la fusion de la Bretagne et Pays-de-la-Loire rassemble un large consensus dans les deux régions concernées (les Ligériens y sont favorables à 66 % et les Bretons à 67 %), même si la question du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne progresse également dans l'opinion, tant en Bretagne (77 % contre 57 % en mars 2014) qu'en Loire-Atlantique (70 % contre 63 % en mars 2014) ainsi que sur l'ensemble des Pays de la Loire (58 % contre 48 % en mars 2014)[132].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Pierre-Yves Le Rhun, « La montée en puissance de la revendication » dans Bretagne, une division territoriale insurmontable ? (2014), Skol Vreizh, 2014 [lire en ligne]
  2. « Réunification de la Bretagne. Fin de la manifestation à Nantes », Ouest-France,‎ 28 juin 2014 (consulté le 28 juin 2014)
  3. « Manifestation à Nantes pour une Bretagne "réunifiée" », Le Nouvel Observateur,‎ 28 juin 2014 (consulté le 28 juin 2014)
  4. Thibault Courcelle, « Le rôle de la presse quotidienne régionale bretonne dans la création d'une "identité bretonne" : étude comparative de Ouest-France et du Télégramme », Hérodote, no 110,‎ 2003 (lire en ligne). La relative faiblesse des manifestations populaires est aussi pointée par les journalistes Karima Chariraa et Solenn Charron dans L'Express. Karima Chariraa et Solenn Charron, « Dissonances bretonnes », L'Express, no 2855,‎ 23 mars 2006, p. 8
  5. Robert Cheize et Sylvie Chédemail, Les régions françaises. Atouts et problèmes, Belin (ISBN 2-7011-3203-7), p. 74
  6. Joseph Martray, 20 ans qui transformèrent la Bretagne, France-Empire,‎ 1983, p. 78
  7. Phlipponneau 1986, p. 431
  8. Joël Cornette, Histoire de la Bretagne et des Bretons, t. 1, Éditions du Seuil,‎ 2005 (ISBN 2-02-054890-9), p. 41
  9. Ainsi Phlipponneau 1986, p. 432 écrit « Le régime de Vichy est bien à l'origine de la partition administrative de la Bretagne » ; voir aussi le point de vue exprimé par le CUAB dans Ouest-France (3 août 1981, Loire-Atlantique bretonne ? « Le Comité pour l'unité administrative de la Bretagne espère un large débat »), rapporté par Thibault Courcelle, art. cit., p. 140
  10. Interview d'Alain Croix dans Presse-Océan du 20 septembre 2008. Cette citation nous est connue par l'intermédiaire du blog de la Fédération de la Loire-Atlantique du Parti Breton, [lire en ligne]
  11. À en croire Robert Cheize et Sylvie Chédemail, op. cit., p. 75
  12. Issue de L'invention de la France et rapportée dans Histoire de la Bretagne et des pays celtiques de 1914 à nos jours collection "Histoire de la Bretagne et des pays celtiques" tome 5, Sko Vreizh, Morlaix, 1983, p. ?
  13. op. cit., p. 76
  14. Voir en le même sens une déclaration du syndicaliste G. Declercq dans Le Monde du 1er août 1981, rapportée par Phlipponneau 1986, p. 435 : « les réalités économiques d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec ce qu'elles étaient du temps de la duchesse Anne »
  15. Cheize et Chédemal, op. cit., p. 75
  16. « Nantes en Bretagne : réunion préparatoire à la journée du 11 octobre, aujourd'hui à Pontivy », Ouest-France, 19 septembre 1981, cité par Thibault Courcelle, art. cit., p. 140
  17. a et b Dossier daté de janvier 2009 et destiné à la « commission Balladur » de réforme des collectivités territoriales, disponible sur le site de Bretagne Réunie, « Simplifier la carte régionale du N-O français en réunifiant la Bretagne » (consulté le 7 octobre 2009)
  18. a, b, c, d, e et f Dominique Luneau et Martine Valo, « "Bretagne historique" ou "Grand Ouest" », Le Monde,‎ 3 juillet 2001, p. 11.
  19. A. Chauvet, « La Porte nantaise dans la France de l'Ouest, étude de région », Cahiers nantais, no 20,‎ janvier 1982, p. 115-138
  20. Renard 1986, p. 571-572
  21. a et b Pierre Estienne, Les régions françaises, t. 1, Armand Colin,‎ 2000 (ISBN 2-200-25055-X), p. 120
  22. Géographie de la France. par Pierre Foncin. Édition Colin
  23. a et b Gaëlle Dupont, « Conseils régionaux : l'union fait la force », Le Monde,‎ 3 juillet 2009
  24. Faut-il rattacher Rennes à la Bretagne? LeTelegramme.com du 5 mars 2009
  25. Aimer la Bretagne, c'est déjà s'occuper de ses maux actuels et de son avenir LeTelegramme.com du 8 avril 2009
  26. Karima Chariraa et Solenn Charron, art. cit.
  27. a et b Phlipponneau 1986, p. 436
  28. Phlipponneau 1986, p. 434
  29. Arrêt du Conseil d'État 50.763 du 9 novembre 1984, Recueil Lebon page 354
  30. Force ouvrière - La maison Alexandre Hébert et fils, Nicolas de La Casinière, L'Express, 14 novembre 2002.
  31. Sondage réalisé par Créa en 1986 auprès de 2000 personnes, 500 en Bretagne, 500 en Pays de la Loire (dont 100 en Loire-Atlantique), méthode des quotas, stratifié par taille d’agglomération
  32. Sondage TMO pour Ouest-France Dimanche auprès de 800 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas répartis en 4 zones agglomération nantaise, zone de Saint Nazaire, Zone nord ouest du département, zone nord est du département et zone sud, 1999
  33. Sondage auprès de 500 personnes de 18 ans et plus représentatifs de la région Bretagne et de la Loire-Atlantique.
  34. Sondage réalisé l'Ifop pour Dimanche Ouest-France du 28 au 29 juin 2001, réalisé sur un échantillon de 502 personnes, représentatif des habitants de la Loire-Atlantique, âgée de 18 ans et plus.
  35. Sondage IFOP pour le Conseil général de la Loire-Atlantique, 1 176 personnes interrogées en Loire-Atlantique, à la question « Êtes vous favorable à la réunification du Département de la Loire-Atlantique à la Région Bretagne ? » (résultats dans magazine du conseil général de la Loire-Atlantique, novembre 2006, p. 15.
  36. Étude Tns Sofres réalisée par téléphone les 16 et 18 décembre 2002 pour le Conseil général de la Loire-Atlantique auprès d’un échantillon national de 800 personnes représentatif de l'ensemble de la population du département de la Loire-Atlantique âgée de 18 ans et plus. lien mort
  37. Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, vers une mesure plus exacte, TMO Régions, juin 2006 lien mort
  38. Analyse critique d’un sondage – et de ses commentaires – réalisé par TMO/Régions en juin 2006
  39. a et b Sondage auprès de 1 209 personnes de 18 ans et plus représentatifs de la région Bretagne et Pays de la Loire.
  40. Sondage auprès de 900 personnes de 18 ans et plus représentatifs de la région Bretagne
  41. http://www.ouest-france.fr/fusion-des-regions-vous-voulez-une-bretagne-5-et-une-seule-normandie-2591947
  42. a et b Signataire de la « Charte des élus pour la réunification », en Ille-et-Vilaine, « vérifier en ligne » (consulté le 10 octobre 2009)
  43. a et b Signataire de la « Charte des élus pour la réunification », dans le Morbihan, « vérifier en ligne » (consulté le 10 octobre 2009)
  44. a et b Ils ont signé un engagement en ce sens lors de la campagne en vue des élections législatives de 2002, selon Les Échos, 6 juin 2002, p. 5
  45. Signataire de la « Charte des élus pour la réunification », dans les Côtes-d'Armor, « vérifier en ligne » (consulté le 10 octobre 2009)
  46. Il a approuvé par son vote un vœu en ce sens du conseil municipal de Quimper, Thierry Charpentier, « Bretagne réunifiée. Quimper vote pour », 25 avril 2009 sur le site du Télégramme « lire en ligne » (consulté le 10 octobre 2009)
  47. élus signataires d'une demande officielle de rattachement dans le cadre de la réforme territoriale, voir : http://pays-de-la-loire.france3.fr/2014/05/31/nantes-tri-yann-sur-le-pont-pour-la-reunification-de-la-bretagne-historique-488309.html
  48. a et b On pourra lire « le texte de cette pétition » sur le site de Bretagne Réunie
  49. Les nombres de signataires sont fournis sur le site de Bretagne réunie, à la page « Elus signataires de la Charte pour la Réunification de la Bretagne » ; le premier est contrôlable à l'aide des listes de signataires par département, le second l'est plus difficilement mais est également cité par Barbara Loyer dans la référence indiquée à la note suivante
  50. Barbara Loyer, « Pays de la Loire » dans Béatrice Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 2005 (ISBN 2-213-62094-6), p. 318
  51. « Le Drian soutient le maintien tel quel de la région Bretagne », Le Point,‎ 6 juin 2014
  52. « Point de vue. "Deux Régions, une même ambition" pour Le Foll et Le Drian », Ouest-France,‎ 26 juin 2014
  53. « Réforme territoriale : vers une «coopération renforcée» entre la Bretagne et les Pays de la Loire ? », Les Échos,‎ 26 juin 2014
  54. Christian Rogel, « Jean-Yves Le Drian se renie et abandonne la cause de la Bretagne réunifiée », Agencre Bretagne Presse,‎ 26 juin 2014
  55. « Réunification de la Bretagne : Jean-Yves Le Drian, tribune libre pour haute-trahison », 7 Seizh,‎ 26 juin 2014
  56. a et b Mathieu Guihard, « Le maire de Nantes Jean-Marc Ayrault fait effacer du rapport Balladur la réunification de la Bretagne, coupant l'herbe sous le pied de la plupart des élus bretons », dépêche de l'Agence Bretagne Presse en date du 27 février 2009, [lire en ligne]
  57. « Nantes en Bretagne : Jean-Marc Ayrault dit non ! », Ouest-France,‎ 17 mars 2009 (lire en ligne)
  58. Renard 1986, p. 574
  59. Presse-Océan Dimanche, septembre 2000
  60. a et b Florence Pagneux, « Le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne avive les passions », La Croix,‎ 5 mars 2009, p. 8
  61. « Pour la réunification de la Bretagne historique », Fédération de la Loire-Atlantique du Front National (consulté le 16 juin 2010)
  62. a, b et c Phlipponneau 1986, p. 434-436
  63. Selon Jean Renart, art. cit., p. 569, qui écrivait en 1986
  64. Le Monde du 3-4 juin 1973, p. 21, rapporté par Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions: l'organisation administrative de la France d'hier à demain, Fernand Lanore, 1984 (ISBN 285157003X), p. 553
  65. Réponse à la question écrite no 41424, Journal Officiel Assemblée Nationale, 9 mars 1981, également cité par Jean-Louis Masson, op. cit., p. 553
  66. Pierre-Yves Le Rhun, Bretagne et Grand Ouest, Skol Vreizh,‎ 1988 cité dans un document « disponible en ligne » sur le site de Bretagne Réunie
  67. Jean-Luc Poussier, « Les élus bretons se mobilisent pour la réunification », La Croix,‎ 4 juillet 2001, p. 6
  68. a et b Le texte intégral du vœu est disponible sur le site de Bretagne Réunie, en annexe au dossier « Simplifier la carte régionale du N-O français en réunifiant la Bretagne » (consulté le 7 octobre 2009)
  69. 'Loire-Atlantique (magazine du Conseil général), novembre 2006, p. 17.
  70. Le Télégramme : Le conseil général vote pour une Bretagne à cinq départements
  71. Phlipponneau 1986, p. 434-435
  72. Ce nombre est fourni sur le site de Bretagne réunie, à la page « Elus signataires de la Charte pour la Réunification de la Bretagne » et contrôlable dès lors que le site fournit la liste des communes signataires
  73. Bretagne Réunie, la Coordination des Juristes de Bretagne et des Institutions culturelles de Bretagne écrivent au président Sarkozy
  74. Produit en Bretagne : « Y a t-il une dimension politique dans la fait que Produit en Bretagne compte une Bretagne à 5 départements, intégrant la Loire-Atlantique ? »
  75. « Bretagne à cinq. L'union sacrée à l'Assemblée nationale », Le Télégramme, 25 juin 2014
  76. Evelyne Pernel, 20 septembre 2008 : Plus de 8 000 personnes à la FestiManif de Nantes !, Culture & Celtie
  77. Jonathan Guillaume, Gilles Servat, Nolwenn Korbell, Christian Troadec, Fermin Muguruza, Janet Ryder, Ronan Le Coadic... soutiennent les 6 inculpés de la Réunification, Agence Bretagne Presse, 26 janvier 2009
  78. BZH Network, « Un collectif d'artistes bretons porté par Tri Yann exprime son soutien inconditionnel à un redécoupage territorial incluant la Loire-Atlantique à la Bretagne. », ABP, 30 mai 2014
  79. Alan Stivell et Yann Quéffelec aux côtés de députés de tous bords pour plaider pour une «Bretagne à cinq», 20 minutes, 25 juin 2014
  80. http://www.franceinter.fr/emission-le-79-andre-vallini-le-decoupage-ideal-nexiste-pas-il-fallait-bien-trancher
  81. http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=34362
  82. a et b René Cintré et Daniel Pichot, « Les "marches séparantes de Bretagne, Poitou et Anjou" et la frontière orientale » dans Atlas d'Histoire de Bretagne, Bernard Tanguy et Michel Lagrée (dir.), Skol Vreizh, Morlaix, 2002 (ISBN 2-911447-646) p. 66-67
  83. Le personnel de l'administration préfectorale, 1800-1880, Centre historique des archives nationales,‎ 1998 (ISBN 2-86000-271-5), p. 28 pour les généralités sur les commissaires généraux et p. 620 pour la fiche Michel Rocher
  84. Et de l'expérience ponctuelle dans l'espace de l'instauration d'un commissaire général en Alsace-Moselle de 1918 à 1925
  85. Pierre Barral, « Le département, une réalité française » dans Le département. Deux siècles d'affirmation, Agnès Guellec (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 1989, p. 47-49 (y compris pour la note précédente)
  86. a, b, c, d, e, f et g Alain Chatriot, op. cit., p. 52
  87. Alain Chatriot, « Vichy s’est-il voulu régionaliste ? », Arkheia no 14-15-16, 2004-05 (Vichy État occitan ?), p. 48
  88. Pierre Barral, art. cit., p. 48-49. Pour le rôle des attributions limitées de Clementel, voir Michèle Cointet, Le Conseil National de Vichy, 1940-1944, Aux amateurs de livres,‎ 1989 (ISBN 2-87841-000-9), p. 189.
  89. Michèle Cointet, op. cit., p. 202-204. Michèle Cointet omet la Vendée dans la liste des départements composant la Ve région ; son inclusion est assurée par le rapprochement de Pierre Barral, art. cit. (où figure une carte des régions Clémentel) et Renard 1986, p. 567
  90. Renard 1986, p. 567
  91. Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler (dir.), L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest, In Folio éditeur, 496 p., 2007, ISBN 978-2-88474-804-9. Voir fig. 1a, p. 404.
  92. Pierre Barral, art. cit., p. 51. en compte 24, Hervé Le Boterf, La Bretagne sous le gouvernement de Vichy, France-Empire,‎ 1982, p. 99 en compte pour sa part 21 ; Michèle Cointet, op. cit. cite 20 noms
  93. Hervé Le Boterf, op. cit., p. 98-106 invoquant pour source Jean Bancal, Les circonscriptions administratives de la France,‎ 1945. L'intervention du Maréchal arbitrant en faveur d'une Bretagne à cinq départements est également mentionnée par Pierre Barral, art. cit., p. 52-53, qui renvoie lui aussi à Jean Bancal, et par Marc Olivier Baruch, « L'État français et la création des régions », dans Bretagne et identités régionales pendant la seconde guerre mondiale, Christian Bougeard, dir., Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Brest, 2002, (ISBN 2-901737-53-6). On trouvera une carte du projet définitivement retenu dans l'article de Pierre Barral, p. 53.
  94. a et b Hervé Le Boterf, op. cit., p. 103
  95. Voir la carte dans l'article précité de Pierre Barral.
  96. Yann Fouéré, Préfets régionaux et Provinces, La Bretagne no 90, 4 juillet 1941, p. 1 et 3, cité par Alain Déniel, Le mouvement breton, François Maspero,‎ 1976 (ISBN 2-7071-0826-X), lui-même cité par Hervé Le Boterf, op. cit., p. 104
  97. Pierre Barral, art. cit., p. 55
  98. Charles Donati, préfet régional d'Angers, dans L'Ouest Éclair, 3 septembre 1943, p. 31, cité par Marc Oliver Baruch, art. cit., p. 31
  99. Hervé Le Boterf, op. cit., p. 19
  100. Hervé Le Boterf, op. cit., p. 104-106
  101. Michèle Cointet, op. cit., p. 183-216 (p. 216 pour la citation)
  102. M. O. Baruch, art. cit., p. 37-38
  103. Michèle Cointet, op. cit., p. 216
  104. Bodineau 1995, p. 26-27. P. Bodineau écrit « 22 mars 1946 » mais il s'agit d'une coquille, comme on peut le vérifier par consultation du site Légifrance [lire en ligne (page consultée le 10 janvier 2011)]
  105. a et b Bodineau 1995, p. 33-37
  106. Gérard-François Dumont, Les régions et la régionalisation en France, Ellipses,‎ 2004 (ISBN 2-7298-1987-8). Le découpage de Gravier figure en page 135 de son ouvrage
  107. Jean-François Gravier, Paris et le désert français, Flammarion,‎ 1947, consulté dans son édition de 1958, p. 141-142
  108. Cet arrêté, publié au Journal officiel du 6 décembre 1956, p. 11649, peut être consulté en ligne[PDF].
  109. André Gamblin (dir.), La France dans ses régions, CDU et SEDES,‎ 1994 (ISBN 2-7181-4557-9), p. 21 ou 30
  110. Georges Pierret, Régions d'Europe, la face cachée de l'Union, Apogée (1997) - ISBN 2909275892
  111. Serge Antoine, chargé d'une révision de ce découpage intervenue en 1960 (et qui de modifie rien en Bretagne) fournit un témoignage allant en ce sens sur la démarche qu'il employa alors, Michel Feltin, « Serge Antoine L'homme qui a dessiné les régions » dans L'Express, 15 mars 2004, article disponible en ligne
  112. Béatrice Giblin, dans Béatrice Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 2005 (ISBN 2-213-62094-6), p. 22 écrit que « c'est une réforme technique qui concerne d'abord l'administration centrale de l'État »
  113. Bodineau 1995, p. 43
  114. Bodineau 1995, p. 51
  115. Bodineau 1995, p. 58-59
  116. Pierre-Yves Le Rhun, Jean Cévaër et Yves Lainé, « Le mouvement pour la réunification administrative de la Bretagne (1972-2001) », dans Joseph Martray et Jean Ollivro, La Bretagne réunifiée : une véritable région européenne ouverte sur le monde, Les Portes du large,‎ 2001, 16 x 24 cm, 160 p. (ISBN 2-914612-06-0, présentation en ligne), p. 142.
  117. Phlipponneau 1986, p. 433 qui renvoie pour cette citation à Jacques Martray, Vingt ans qui transformèrent la Bretagne. L'épopée du CELIB, Paris, 1983
  118. Renard 1986, p. 568
  119. a, b et c Pierre-Yves Le Rhun, « La persistance du blocage » dans Bretagne, une division territoriale insurmontable ? (2014), Skol Vreizh, 2014 [lire en ligne]
  120. « Des Bretons vaccinés contre la «ligériose» », 20 minutes,‎ 2 février 2007
  121. Bretagne réunie, « Bretagne : une partition imposée, une identité bafouée » (consulté le 24 juin 2014)
  122. À noter que cette dernière structure, implantée sur les cinq départements, vient de réaliser un sondage en 2007 auprès de 803 personnes. En Loire-Atlantique, le taux de reconnaissance du logo est excellent (80 %). Parallèlement, 80 % des habitants du département « achètent des produits signés Produit en Bretagne » (82 % en Morbihan, 87 % en Côtes d’Armor, 77 % en Ille-et-Vilaine et 95 % dans le Finistère).
  123. Christian Gauvry, « La Loire-Atlantique en Bretagne, une réalité déjà bien ancrée », Agence France-Presse - Journal Internet,‎ 5 mars 2009
  124. Pourquoi la Fondation de France, en ligne http://www.fdf.org/download/brochure_fdf_2006.pdf
  125. Cité par Renard 1986, p. 566
  126. a et b « Les cartes » (consulté le 7 juillet 2009)
  127. Pierre-Yves Le Rhun, « Le respect des territoires, principe de base d’une organisation régionale démocratique », communication au colloque de Macon Territoires institutionnels, Territoires fonctionnels, septembre 2003 [lire en ligne]
  128. Barbara Loyer, dans Béatrice Giblin (dir.), op. cit., p. 346
  129. Le parisien du 13/4/2014
  130. [1]
  131. Point de vue. "Pour une fusion de la Bretagne et des Pays de la Loire" - article sur Ouest-France du 26 mai 2014.
  132. Sondage. Ligériens et Bretons plébiscitent la fusion de leurs régions sur nantes.maville.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Lacoste (dir.), Géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 1986
    La situation relative à la Loire-Atlantique et à la région Bretagne en 1986 est longuement évoquée par deux articles. Le premier auteur souhaite l'extension de la Bretagne à la Loire-Atlantique, le second au contraire défend le bien-fondé de la région Pays de la Loire.
  • Michel Phlipponneau, « La Bretagne », dans Géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 1986, p. 431-436
  • Jean Renard, « Les Pays de la Loire », dans Géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 1986, p. 563-576

Point de vue de Bretagne réunie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Yves Le Rhun, Bretagne et Grand Ouest, Morlaix, Skol Vreizh,‎ 1988, 128 p.
  • Joseph Martray et Jean Ollivro, La Bretagne réunifiée. Une véritable région européenne ouverte sur le monde, Les portes du large,‎ 2001
  • Yves Lainé, L'ambition de Bretagne d'un Nantais, Éditions du Petit Véhicule,‎ 2002

Productions de l'Institut français de géopolitique[modifier | modifier le code]

Les deux articles ci-dessous sont très critiques des propositions de refonte de la carte régionale en Bretagne

  • Thibault Courcelle, « Le rôle de la presse quotidienne régionale bretonne dans la création d'une « identité bretonne » : étude comparative de Ouest-France et du Télégramme », Hérodote, no 110,‎ 2003 (lire en ligne)
  • Barbara Loyer, « Bretagne », dans Béatrice Giblin (dir.), Nouvelle géopolitique des régions françaises, Fayard,‎ 2005 (ISBN 2-213-62094-6), notamment les pages 317-319 (section intitulée « Région Bretagne ou duché de Bretagne ? »)

Articles publiés dans la revue Place publique Nantes Saint-Nazaire[modifier | modifier le code]

  • Alain Croix, « Nantes est-elle bretonne ? », dans les numéros 10 et 11, complété par un échange avec Yves Lainé dans le numéro 12, « disponible en ligne »
  • Jacques Bonneau, « La Loire-Atlantique en Bretagne, 25 ans de sondages », Place publique Nantes Saint-Nazaire, no 17,‎ deptembre 2009
    également publié dans le numéro 1 de Place publique Rennes
  • Jacques Bonneau, dans le numéro 18 (Novembre-Décembre 2009)