Question d'Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La question d’Orient est le terme utilisé pour qualifier l’implication des diverses puissances européennes (principalement la France, le Royaume-Uni et la Russie, ainsi que, dans une moindre mesure l’Autriche-Hongrie, l’Italie et l’Allemagne) en Méditerranée orientale et dans les Balkans, en raison des difficultés de l’Empire ottoman.

La question d’Orient commence vers 1774, avec la signature du traité de Kutchuk-Kaïnardji qui donne d’importants privilèges politiques et commerciaux à la Russie (et à ses protégés, comme les marchands grecs d’Hydra). La question d’Orient s’achève de fait en 1918, par la défaite de l’Empire ottoman, et disparaît du paysage géopolitique en 1923, avec la signature du traité de Lausanne et le remplacement de l’Empire par la république turque[1].

Plus spécifiquement en France, la question d’Orient fait référence aux problèmes diplomatiques et politiques lors du gouvernement d’Adolphe Thiers en 1840. La France, exclue du traité de Londres, est au bord de la guerre européenne. C’est aussi alors, qu’au prétexte de ces tensions extérieures, les dernières fortifications de Paris (les fortif' ou le Mur de Thiers) furent élevées. La population parisienne ne s’y trompa pas et considéra que ces fortifications étaient tournées contre elle et non contre un ennemi extérieur. C’est (à nouveau) le « mur murant Paris qui rend Paris murmurant ».

Sous Catherine II[modifier | modifier le code]

Époque napoléonienne[modifier | modifier le code]

Révolution serbe[modifier | modifier le code]

Indépendance grecque[modifier | modifier le code]

Indépendance de l'Égypte[modifier | modifier le code]

Guerre de Crimée[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre de Crimée.

Révoltes dans l'Empire ottoman[modifier | modifier le code]

L'arrivée de l'Allemagne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Chemin de fer Berlin-Bagdad.

Révolution Jeunes-Turcs[modifier | modifier le code]

Article connexe : Jeunes-Turcs.

Crise bosniaque[modifier | modifier le code]

Article connexe : Crise bosniaque.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « Question d'Orient »,‎ 2009 (consulté le 12 mars 2009).