Quenast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quenast
Photo prise à Quenast
Photo prise à Quenast
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Commune Rebecq
Code postal 1430
Zone téléphonique 067
Démographie
Gentilé Quenastois(e)
Population 3 921 hab. (27/11/2010)
Densité 260 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 40′ N 4° 09′ E / 50.67, 4.1550° 40′ Nord 4° 09′ Est / 50.67, 4.15  
Superficie 1 508 ha = 15,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

Voir sur la carte administrative du Brabant wallon
City locator 14.svg
Quenast

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Quenast

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Quenast
Liens
Site officiel www.rebecq.be

Quenast (en wallon Kinåsse) est une section de la commune belge de Rebecq située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Géographie[modifier | modifier le code]

Deux bois sont situés sur le territoire communal : le bois de Neppe et le bois du Chenois. Le village est également constitué de quelques hameaux parmi lesquels le Coin Perdu et le Petit Bruxelles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes : Canatha en 1119, Nahtha en 1170, Chanaste en 1219, Kenastia XIIIe siècle.[réf. souhaitée]

Hypothèses : chemin (latin caminus) de Naast ou chemin du four (moyen néerlandais nast).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fait peu connu, en 1961, le bourgmestre de Quenast organisa un référendum local qui donna une majorité en faveur du fédéralisme prôné par le leader syndicaliste wallon André Renard.

C'est à la Maison du peuple de Quenast que fut tourné le film de Thierry Michel, Hiver 60 (sorti en 1982), précisément sur la grève générale de l'hiver 1960-1961.

Patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

Les carrières de Quenast[modifier | modifier le code]

Célèbres par le passé pour ses "pavés", les fameuses carrières de porphyre de Quenast constituent un pôle industriel de l'entité. Celles-ci se sont regroupées au fil du temps en une exploitation unique qui est toujours en activité actuellement.

Pierre d’origine volcanique, le porphyre a été exploité dans la région de Quenast dès le XVIIe siècle par les habitants du village à leur usage personnel. Divers particuliers tirent profit des carrières de Rebecq et de Quenast jusqu’en 1844, moment où Joseph-Emmanuel Zaman commence à les racheter. Quelques années plus tard, la "Société Zaman et Cie" (créée en 1854) a englobé les plus belles carrières de la région. Joseph-Emmanuel Zaman s’attache à industrialiser la production et, en 1864, l’entreprise devient la "Société anonyme du porphyre de Quenast" qui englobera les "Nouvelles carrières du Brabant" et les "Carrières de l’Ermitage de Lessines" avant d’être reprise en 1985 par la "S.A. Gralex".

Les carrières de Quenast forment la plus grande carrière à ciel ouvert d'Europe. Elle a une superficie de 140 Ha. et atteint maintenant une profondeur d'environ 125 mètres. Ce filon de porphyre (pierre d'origine volcanique) s'étend de Quenast à Lessines sous une vingtaine de mètres de terre ; il fut exploité dès le XVIIIe siècle. Cette roche très dure servait traditionnellement à confectionner les célèbres pavés routiers belges. Depuis 1946, grâce à la mécanisation et l'élaboration de nouvelles chaînes de production, la production s’est tournée vers les matériaux concassés : enrobés pour l'asphalte routier, ballast pour chemins de fer et surtout TGV, dalles, tuyaux.

Les carrières ont profondément marqué le paysage et l'architecture rebecquois. Les terrils, appelés" buts", forment des collines boisées au pied desquelles l'on retrouve encore de nos jours des maisons ouvrières avec une architecture typique utilisant la pierre locale.

La brasserie Lefebvre[modifier | modifier le code]

C'est en 1876 que naît une des entreprises les plus célèbres de l'entité : la Brasserie Lefebvre.

Toujours en activité, cette brasserie artisanale vieille de 130 ans est située dans le village de Quenast et a été exploitée par cinq générations de la famille Lefebvre.

C'est aujourd'hui la seule des nombreuses brasseries - jadis florissantes à Quenast - encore en activité.

L'église Saint Martin[modifier | modifier le code]

L'église St-Martin.

Construit en 1855 par l'architecte provincial Coulon, cet édifice néo-classique remplace une église gothique du XIVe siècle située dans l'ancien cimetière. Un petit cimetière l'entoure sur trois côtés.

À l'intérieur, au-dessus du maître-autel baroque, un tableau représente la Charité de Saint Martin. L'église abrite aussi des orgues remarquables - les plus anciennes de la Région wallonne - datant du XVIe siècle et rappelant l'influence gothique.

Autres centres d'intérêt[modifier | modifier le code]

Au milieu du rond-point du quartier du Faubourg trône une immense tortue qui semble sortie tout droit d'une autre époque. Celle-ci représente en fait le squelette d'une tortue qui a été découverte il y a une centaine d'années dans les carrières de Quenast. Il s'agirait d'un exemplaire unique en Europe et il daterait de plus de 50 millions d'années.

Fidèle reproduction de l'original se trouvant au Musée des Sciences naturelles à Bruxelles, cette tortue est l'œuvre d'un artiste local. Elle est réalisée en polyester sur une armature métallique. Les dimensions de la statue sont conséquentes : la hauteur est de 2,50 mètres et la largeur est de 1,20 mètre. Ce rond-point est considéré comme étant "Le plus laid rond-point de Belgique".

Un vélodrome a aussi été construit en 2002, mais la totalité des infrastructures n'est que trop rarement ouverte (il y a paraît-il des vélos "Eddy Merckx" de toutes tailles à disposition des cyclistes lors des rares ouvertures de la buvette). Toutefois l'accès à la piste est libre et l'endroit est le lieu idéal pour l'apprentissage du vélo par les enfants, le site est totalement sécurisé et sans danger. Ce lieu n'est malheureusement pas assez fréquenté par les habitants du grand Rebecq et cela le condamne à disparaitre. Le projet de construire une piscine à cette place existe.

Folklore[modifier | modifier le code]

Un cortège carnavalesque reliant Quenast à Rebecq a lieu le dimanche 14 jours avant Pâques, de 14h00 à 18h00.

Article connexe[modifier | modifier le code]