Quelque chose de vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Quelque chose de vieux est le premier vers d'une comptine traditionnelle anglaise qui liste ce que la mariée doit avoir sur elle lors de son mariage afin de lui porter chance :

Quelque chose de vieux,
Quelque chose de neuf,
Quelque chose d'emprunté,
Quelque chose de bleu ,
Et un penny d'argent dans sa chaussure.

Something old,
something new,
something borrowed,
something blue,
and a silver sixpence in her shoe[1].

Les anglophones se réfèrent souvent à ce poème sous le nom des "Quatre quelque chose", en omettant le cinquième vers. La comptine semble provenir d'Angleterre. Un recueil d'éléments de folklore anglais de 1898 note que :

« Dans ce pays, un vieux couplet énonce que la mariée doit porter "Quelque chose de vieux, quelque chose de neuf, quelque chose d'emprunté, quelque chose de bleu". Le "Quelque chose de neuf" prend généralement la forme de jarretelles, un habit qui joue un rôle important dans certaines cérémonies nuptiales, comme la vieille coutume de l'arrachage des jarretelles par le marié. Les "Quelque chose de vieux" et "Quelque chose de bleu" sont généralement destinés à éloigner le mauvais œil. Traditionnellement, l'effet du mauvais œil sur la mariée est la stérilité, ce qui est évité par le fait de porter "Quelque chose d'emprunté", généralement les sous-vêtements d'une femme ayant déjà donné naissance : le vêtement communique la fertilité à la mariée [2] »

Un autre recueil datant de la même période note la différence entre la version complète de Lancashire et la version de Leicestershire omettant le vers "Quelque chose de vieux". Les auteurs remarquent également que cette comptine va à l'encontre d'autres croyances régionales selon lesquelles le couleur bleu devrait être évitée dans les mariages[3].

Des occurrences plus anciennes de cette comptine ont été relevées. Elle est mentionnée par une édition de 1876 de Notes and Queries[4], est est appelée une "coutume ancienne" dans un autre livre datant de 1876, Bye-gones, Relating to Wales and the Border Counties[5]. On retrouve également des traces du poème dans la nouvelle "Marriage Superstitions, and the Miseries of a Bride Elect", publiées en 1871 dans le St. James's Magazine[6].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode La Pandorica s'ouvre, deuxième partie de la série Doctor Who le docteur utilise cette ritournelle pour aider Amy Pond à se souvenir de son TARDIS, qui est effectivement emprunté, à la fois très vieux et tout neuf, et peint en bleu à l'extérieur.

Dans l'épisode de Friends Celui qui était à Las Végas, Monica explique à Chandler qu'elle a besoin de 'Quelque chose de vieux, quelque chose de neuf, quelque chose d'emprunté, quelque chose de bleu' avant qu'ils puissent se marier. Ils décident de voler (emprunter) un sweat-shirt bleu flambant neuf dans le magasin de l'hôtel et emportent un préservatif usagé (vieux).

Dans l'épisode de Charmed Mariés à tout prix, Prue et Phoebe montent au grenier pour chercher des informations dans le Livre des Ombres concernant le rêve de Prue, et sont accostées par Piper. Pour éviter toute confrontation, elles disent alors qu'elles vont chercher des objets pour la cérémonie de mariage, en citant ce vers.

Dans la version originale, les deux derniers épisodes de la saison 2 de How I Met Your Mother sont nommés Something Borrowed et Something Blue en référence au mariage de Marshall et Lily. Les deux derniers épisodes de la saison 8 sont nommés Something Old et Something New en référence au mariage de Barney et Robin. Dans l'épisode 23, Robin part à la recherche d'un médaillon qu'elle a enterré dans Central Park lorsqu'elle était jeune, afin de remplir la fonction de « Quelque chose de vieux » pour son mariage à venir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://ask.yahoo.com/20031027.html
  2. Folklore Society of Great Britain, Joseph Jacobs, Alfred Trübner Nutt, Arthur Robinson Wright, Folklore, page 128, 1898.
  3. Folk-lore of women as illustrated by legendary and traditionary tales., Page 45, Thomas Firminger, Thiselton Dyer, 1905.
  4. William White, Notes and Queries, Page 408, 1876.
  5. Bye-gones, Relating to Wales and the Border Counties - Volume 3 - Page 136, 1876.
  6. "Marriage Superstitions, and the Miseries of a Bride Elect", in The St. James's Magazine, Volume 28, Page 549, 1871.