Quebecair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo, 1986

Quebecair était une compagnie aérienne québécoise existant de 1946 jusqu'en 1986. Elle fut une école pour des milliers de Québécois désirant travailler dans ce domaine à l'époque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Boeing 737 de Quebecair en 1985

Québecair est née de la fusion du Syndicat d'Aviation du Golfe et de Air Rimouski en 1953. Ces deux compagnies opéraient à Rimouski depuis 1946.

Au fil des années, Québecair absorbera plusieurs petites entreprises régionales de transport aérien (Matane Air Service, Gaspé Air Service et Les Ailes du Nord Ltée entre autres). Québecair desservira la Côte-Nord, la Basse Côte-Nord et tout l'est du Québec ainsi que le Nord du Québec (Baie-James, dont l'appareil était communément appelé «l'oiseau bleu» par les travailleurs du Nord).

Le 13 juillet 1958, un incendie ravage entièrement l'aéroport de Rimouski-Est. La compagnie y perdra quelques avions (5 plus précisément), principalement des Douglas DC-3. Au fil de son histoire, Québecair a connu quelques tragédies. Le 24 juillet 1948, un DC-3 d'Air Rimouski, piloté par le commandant Emerson Mills, s'écrase près de Gaspé; les 29 passagers et l'équipage perdent la vie. Le 17 janvier 1956, le CF-GVZ s'écrase à Oreway (Labrador)en route vers Sept-îles. L'équipage entier (commandant Bélanger, copilote Sicard et agente de bord Jobidon), ainsi que quelques passagers y perdront la vie. La dernière eut lieu en mars 1979 lorsqu'un F-27 s'écrasa quelques minutes après le décollage de l'aéroport de l'Ancienne-Lorette faisant 17 morts et 7 blessés.

Il existe certaines frictions entre l'appellation «Québecair» et «Quebecair». Au moment de sa création en 1953, tous les documents officiels portaient l'appellation QUÉBECAIR. Le nom du commandant Paul-Émile Lapointe est intimement lié à l'histoire de Québecair. «Québecair, c'était Paul Lapointe et Paul Lapointe, c'était Québecair» (dixit Jean-Louis Trépanier, un des «pionniers» de la compagnie). D'où son surnom de «Monsieur Québecair».

C'est le gouvernement du Québec qui fut l'actionnaire majoritaire de 1981 à 1986, année où Québecair est vendue à Nordair-Métro en raison principalement de sa faible rentabilité. Elle est par la suite transigée à plusieurs reprises pour terminer sa course avec Canadian International qui à son tour s'allie à la structure Oneworld menée par American et British Airways[1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]