Que la lumière soit (nouvelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Que la lumière soit (homonymie).

Que la lumière soit (titre original : Let There Be Light) est une nouvelle de Robert Heinlein publiée pour la première fois dans Super Science Stories en mai 1940, sous le pseudonyme de Lyle Monroe.

Thème[modifier | modifier le code]

Elle aborde le problème de l'énergie solaire, rendu par les "convertisseurs Douglas-Martin" qui seront un élément essentiel de L'Histoire du Futur, même si la nouvelle disparaîtra de ce cycle pour l'édition de 1967, peut-être à cause de l'invention du laser intervenue entre temps, et dont elle pressent plusieurs éléments. Elle met également en scène la lutte entre des inventeurs et les forces réactionnaires des grandes entreprises, la Société des Casseurs Anonymes, un thème récurrent chez Heinlein.

Le personnage de Marly-Lou Martin, à la fois pin-up sexy explicitement inspiré de Sally Rand (ou de Marilyn Monroe dans des versions ultérieures) et "poids lourd scientifique doté de plus de diplômes qu'il n'en faut pour six hommes" a à la fois provoqué le rejet de la nouvelle par Astounding Science Fiction et, paradoxalement, par certaines crtitiques féministes.

Résumé[modifier | modifier le code]

Édition en français[modifier | modifier le code]

  • dans Histoire du futur (Tome 1), Opta, CLA, 1967.
  • dans Histoire du futur (Tome 1), L'homme qui vendit la lune, Presses-Pocket/Pocket n° 5043, 1979 (rééd. 1991)