Quatuor pour la fin du Temps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail du Jugement dernier de Jacob de Backer (V.1580)

Le Quatuor pour la fin du Temps est une œuvre musicale en huit mouvements d'Olivier Messiaen écrite pour violon, violoncelle, clarinette et piano. Cependant, les quatre instruments ne jouent ensemble tout un mouvement que dans deux mouvements.

Il a été inspiré par une citation de l'Apocalypse de Saint Jean.

Le quatuor a été écrit en détention au Stalag VIII-A, à Görlitz (situé sur la frontière actuelle germano-polonaise) en 1940, endroit où étaient détenus Messiaen et Étienne Pasquier depuis le 20 juin 1940[1]. Il y fut présenté pour la première fois le 15 janvier 1941 par Étienne Pasquier (cofondateur par la suite, avec ses deux frères, du célèbre Trio Pasquier) au violoncelle, Jean Le Boulaire au violon, Henri Akoka à la clarinette et Olivier Messiaen lui-même au piano devant un auditoire de 400 personnes[2].

Près de six mois plus tard, les musiciens ont été libérés et rapatriés en France. Pasquier et Messiaen rejouèrent l'œuvre peu après au théâtre des Mathurins à Paris, avec, cette fois-ci, Boussinier à la clarinette (Akoka devant fuir les persécutions anti-juives) et Pierre Pasquier au violon[1].

L'œuvre est composé de huit parties et sa durée d'exécution est d'environ cinquante minutes. Les parties I, II, VI et VII sont entièrement originales, les autres étant l'adaptation de pièces plus anciennes[2].

Les mouvements du Quatuor[modifier | modifier le code]

I- Liturgie de cristal[modifier | modifier le code]

Commentaire de Messiaen : « Un oiseau soliste improvise, entouré de poussière sonore, d'un halo d'harmoniques perdus très haut dans les arbres. »

Le chant est la clarinette dans un environnement sonore en partie indépendante des trois autres instruments (violon, violoncelle et piano).

II- Vocalise, pour l'ange qui annonce la fin du temps[modifier | modifier le code]

La clarinette n'intervient qu'au début et à la coda. Ce mouvement, du moins dans sa partie centrale pour les trois autres instruments, cherche des harmonies originales d'accords successifs.

Joué également par les quatre instruments (violon, violoncelle, clarinette et piano)

III- Abîme des oiseaux[modifier | modifier le code]

Ce mouvement de grande difficulté est joué par la clarinette en solo. Elle a été écrite précédemment pour Henri Akoka et incluse secondairement dans l'œuvre.

IV- Intermède[modifier | modifier le code]

Ce mouvement réunit le violon, le violoncelle et la clarinette. C'est le plus académique des mouvements[3].

V- Louange à l'Éternité de Jésus[modifier | modifier le code]

Ce mouvement très lent réunit le violoncelle et le piano dans un chant infiniment lent, extatique au violoncelle, souligné par des accords répétés au piano. Dans les moments « calmes » on peut sentir un système presque tonal.

VI- Danse de la fureur, pour les sept trompettes[modifier | modifier le code]

Les quatre instruments jouent à l'unisson pour un mouvement d'une grande rigueur rythmique, sans doute la plus caractéristique de la série. Il s'agit là de la seule allusion de toute l'œuvre à l'aspect de cataclysme du Jugement dernier. Ce mouvement s'achève sur un quadruple fortissimo qui produit un effet terrifiant.

VII- Fouillis d'arcs-en-ciel, pour l'ange qui annonce la fin du temps[modifier | modifier le code]

Ce mouvement pour les quatre instruments est le pendant du deuxième (Vocalise) et est construit sur le même schéma.

VIII- Louange à l'Immortalité de Jésus[modifier | modifier le code]

Ce mouvement est le pendant du cinquième (Louange à l'Éternité) avec le violon tenant le rôle de soliste accompagné du seul piano. Il s'agit de la transcription d'un mouvement du Diptyque pour orgue de 1930.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview d’Étienne Pasquier, Das Orchester, janvier 1999
  2. a et b Hill P, notice de l'enregistrement de l'œuvre par Robert Plane à la clarinette et le Gould Piano trio, éditions Chandos
  3. Notice de discographie du pianiste Pierre-Laurent Aimard

Bibliographie et liens[modifier | modifier le code]

  • Rebecca Rischin (2006). Et Messiaen composa… 1941, Stalag Görlitz. Genèse du Quatuor pour la fin du Temps, Paris, Ramsay.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liste des œuvres d'Olivier Messiaen

Liens externes[modifier | modifier le code]