Quatrième Internationale (lambertiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quatrième Internationale
Logo de l'organisation

Devise : « "Prolétaires de tous les pays unissez vous!" »

Création 1938; refondé en 1993
Type organisation politique internationale
Siège France
87, rue du Faubourg Saint-Denis
75010 Paris
Personne(s) clé(s) Pierre Lambert
Site web http://quatrieme-internationale.org/

La Quatrième Internationale est identifiée par sa revue théorique La Vérité [1](fondée par Trotsky en 1929), et plonge ses racines dans le « Centre International de Reconstruction de la Quatrième Internationale » créé en 1981 par Pierre Lambert et ses camarades qui pensaient que l'évolution de la Quatrième Internationale après la seconde guerre mondiale, sous la direction de Michel Pablo et Ernest Mandel, avait emmené celle-ci bien loin des idées de son fondateur, Léon Trotsky.

En effet, ils refusèrent en 1952 l'entrisme à l'intérieur des partis staliniens, prônée alors par la direction de la Quatrième Internationale (Michel Pablo, Ernest Mandel) qui considérait que la victoire de la bureaucratie stalinienne était imminente[2],[3]. Exclus, ils vont être rejoints par l'anglais Gerry Healy (SLL), et l'américain James P. Cannon (SWP)[4],[5],[6] pour créer le Comité International de la Quatrième Internationale (CIQI). La Quatrième Internationale explose dans toutes les sections où Michel Pablo tente de faire appliquer sa ligne d'entrisme dans les organisations staliniennes.

Ils ont maintenu cette opposition lors de la réconciliation de 1963 entre une partie du CIQI, notamment la majorité du parti américain de James Cannon, et la tendance Mandel. Ils précisent que sans revenir sur les fondements de la scission en discutant sur leur origine politique, cette réunification amènera de nouvelles scissions.

Ils se sont séparés du CIQI, où l'influence de Gerry Healy était très forte et où les désaccords commencent à se montrer en 1972.

Selon Lambert et ses camarades, la Quatrième Internationale devait être de fait reconstruite sur la base de son programme initial[7], et en amorçant la discussion avec les partis se revendiquant du trotskysme sur le bilan du "pablisme" au sein de la "Quatrième Internationale - Secrétariat unifié" reproclamée en 1963, qui connait de graves crises à la fin des années 1970.

Pour s'y atteler, les sections alliées à l'Organisation Communiste Internationaliste ont constitué le "Comité d'Organisation et de Reconstruction de la Quatrième Internationale" (CORQI). Après des avancées et des reculs, le CORQI fusionne, en 1979, avec deux courants venant d'être exclus de la "Quatrième Internationale - Secrétariat unifié" par Ernest Mandel, Pierre Frank, Daniel Bensaïd et Alain Krivine : la "Fraction Bolchévique" de Nahuel Moreno (dirigeant argentin) et la "Tendance Léniniste-Trotskiste" (représentant environ 1/3 des militants de la LCR en France) dirigée par Joseph Hansen[8] (mort juste avant l’événement) au sein du SWP américain, créant ainsi le "Comité Internationale-Quatrième Internationale". Moreno et une partie de la Fraction Bolchevique va rompre brutalement avec Lambert suite à la décision de l'OCI d'appeler à voter Mitterrand en 1981. Le CI-QI devient le « Centre International de Reconstruction de la Quatrième Internationale » et fait de La Vérité son organe théorique.

En juin 1993 à Paris, une conférence mondiale de 44 sections du « Centre International de Reconstruction de la Quatrième Internationale » proclament la Quatrième Internationale sur les bases d'un de ses documents fondateurs : Le Programme de transition[9], de longues discussions entre chaque sections qui sont présentées dans La Vérité n°5 (nouvelle série, n°611) et le constat que "les forces productives ont cessé de croître"', ce qui ouvre,selon eux, la perspective de la révolution socialiste en affirmant que le capitalisme n'est plus en mesure de satisfaire les besoins de l'Humanité, contrairement à la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié qui prône un certain déploiement dans les mouvements altermondialistes (réforme du capitalisme). Cette internationale est, par le nombre de ses sections et de ses adhérents, la seconde plus large organisation trotskiste sur le plan international, après la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié.

Par ailleurs, elle construit un regroupement international plus large : L'Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples, au travers des différentes conférences mondiales ouvrières qu'elle tient avec des militants et organisations non-trotskistes, pour regrouper des militants et des organisations ouvrières de toutes tendances pour "préserver l'indépendance des organisations ouvrières", "respecter les conventions de l'OIT" et "mener des campagnes contre la dette, le FMI et contre la répression syndicale à travers le monde". Elle est présente dans plus de 54 pays et est coordonnée par le POI (France) et le PT (Algérien). Car selon ce courant trotskiste, la construction de la Quatrième Internationale ne peut se faire que dans le cadre d'une discussion rapprochée et organisée avec des courants divers du mouvement ouvrier et que la construction de la Quatrième Internationale ne se fera pas que par le regroupement de trotskistes issus des crises et de scissions d'autres organisations s'en revendiquant, mais aussi par la discussion avec d'autre organisations du mouvement ouvrier se rapprochant du programme de transition. Comme en témoigne par exemple la construction de partis ouvriers indépendants (avec différents courants organisés en leur sein) proposant des plates-formes politiques plus larges qui permettent de déployer les mots d'ordres du programme de transition sans toute fois perdre le cadre organisé de la Quatrième Internationale. Ces plates-formes politiques généralement s'appuient sur la défense des droits démocratiques, la défense de l'indépendance des organisations syndicales et la défense des conquêtes historiques du mouvement ouvrier.

Actuellement, la Quatrième Internationale (dite "lambertiste" ou "reproclamée") est représentée en France par le « Courant Communiste Internationaliste » du Parti ouvrier indépendant (POI), l'organisation trotskiste du pays la plus grande en terme d’adhérents.

Aussi, il est intéressant de noter qu'aucun membre de cette internationale ne revendique l'appellation de "lambertiste" et rejette même cette étiquette.

Organisations membres de la Quatrième Internationale[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud (Azanie) : agit comme courant au sein du Parti Socialiste d'Azanie
  • Drapeau de l'Algérie Algérie: Organisation Socialiste des Travailleurs au sein du Parti des Travailleurs
  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne: le courant Soziale Politik und Demokratie au sein du SPD
  • Drapeau du Bangladesh Bangladesh :courant dans le Ganotantrik Majdoor Party (Parti démocratique des travailleurs)
  • Drapeau de la Belgique Belgique : Organisation socialiste internationaliste (OSI)
  • Drapeau du Bénin Bénin : courant organisé dans le Parti pour le Travail et la Démocratie/Parti des Travailleurs d'Afrique
  • Drapeau de la Bolivie Bolivie : La Chispa
  • Botswana: Internationalist Socialist Organization
  • Drapeau du Brésil Brésil : le courant O Trabalho au sein du Parti des travailleurs
  • Drapeau du Burundi Burundi : Parti des Travailleurs et de la Démocratie ''TWUNGURUNANI''
  • Drapeau du Chili Chili : Organizacion Socialista des los Trabajadores
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : Chinese supporters of the Fourth International
  • Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud  : Korean supporters of the Fourth International
  • Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire : Corte d'Ivoire Section of the Fourth International
  • Drapeau de la Croatie Croatie : Section of the Fourth International in ex-Yugoslavia
  • Drapeau du Danemark Danemark : Internationale Kommunisters Gruppe (dans le Socialdemokraterne)
  • Drapeau de l'Équateur Équateur : Organización Socialista Revolucionaria de los Trabajadores dans le Partido de los Trabajadores
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : Parti ouvrier socialiste internationaliste
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : Socialist Organizer
  • Drapeau de la France France : Courant Communiste Internationaliste à l'intérieur du Parti ouvrier indépendant
  • Drapeau du Gabon Gabon : Gabon supporters of the Fourth International
  • Drapeau de la Grèce Grèce : Ergatiki Politiki
  • Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe : courant dans l'Alliance Ouvrière & Paysanne
  • Drapeau d'Haïti Haïti : Organisation Socialiste des Travailleurs de Haiti (organisée dans Parti Œuvre Socialist)
  • Drapeau de l'Italie Italie : Italian supporters of the Fourth International
  • Drapeau de l'Inde Inde : Indians supporters of the FI (Kolkata and Mumbai)
  • Kazakstan: Section Kasak de la Quatrième Internationale
  • Drapeau de la Martinique Martinique : courant de l' Alliance Ouvrière et Paysanne
  • Maroc : Organisation Socialiste des Travaileurs
  • Drapeau du Mexique Mexique : Organizacion Socialista de los Trabajadores dans l'Organización Política del Pueblo y los Trabajadores
  • Drapeau du Nicaragua Nicaragua : Trotskyist Circle of Nicaragua
  • Drapeau de la Palestine Palestine : Section of the Fourth International
  • Drapeau du Pérou Pérou : courant dans le Partido Trabajodores del Campo y Ciudad
  • Drapeau du Portugal Portugal : Parti ouvrier d'unité socialiste
  • Drapeau de la République dominicaine République dominicaine : Dominican Supporters of the Fourth International
  • Roumanie Roumanie : organisés dans l'Asociatia pentru Emanciparea Muncitorilor et la Liga Muncitorilor
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : agit comme courant au sein du Parti travailliste (Workers' Unity)
  • Drapeau de la Russie Russie : Russian Section of the Fourth International
  • Drapeau du Rwanda Rwanda : Workers Political Circle
  • Sénégal Sénégal : Organisation Socialiste des Travailleurs au sein du Parti des Travailleurs
  • Serbie Serbie : Section of the Fourth International in ex-Yugoslavia
  • Drapeau de la Suède Suède : Swedish Supporter of the Fourth International
  • Drapeau de la Suisse Suisse : Organisation Socialiste des Travailleurs participe à la construction de l'Union des Cercles pour une Politique Ouvrière
  • Drapeau du Tchad Tchad : Chad Section of the Fourth International
  • Togo Togo : courant au sein du Parti des Travailleurs
  • Tunisie Tunisie : Sawt Al-Oumal
  • Drapeau de la Turquie Turquie : PGB Sosyalizm dans le İşçi Kardeşliği Partisi
  • Ukraine Ukraine : Ukraine Section of the Fourth International
  • Drapeau de l'Uruguay Uruguay : Section of the Fourth International in Uruguay
  • Drapeau du Venezuela Venezuela : Venezuelan Section of the Fourth International

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]