Vier letzte Lieder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quatre derniers lieder)
Aller à : navigation, rechercher

Quatre derniers lieder

Vier letzte Lieder (Quatre derniers lieder), op. 150, est un cycle de lieder pour soprano et orchestre composés par Richard Strauss entre mai et septembre 1948. Le titre consacré Quatre derniers lieder a été donné au cycle de façon posthume par son éditeur. La création eut lieu à Londres au Royal Albert Hall le 22 mai 1950 par la soprano Kirsten Flagstad et l'orchestre Philharmonia dirigé par Wilhelm Furtwängler.

Richard Strauss, gravure de 1916

Il est constitué de :

  • Frühling (« Printemps ») - allegretto ;
  • September (« Septembre ») - andante ;
  • Beim Schlafengehen (« L'heure du sommeil »)[1] - andante ;
  • Im Abendrot (« Soleil couchant »)[2] - andante.

Cette œuvre représente en quelque sorte le testament musical du musicien, décédé en 1949 à 85 ans, même s'il a composé en novembre 1948 un tout dernier lied, Malven (« Les Mauves »), de caractère plus léger. On peut considérer les Quatre derniers lieder comme le chant du cygne de la musique romantique, à une période où l'atonalité domine chez les compositeurs dont Arnold Schönberg.

Les textes des trois premiers poèmes sont de Hermann Hesse, écrivain plus connu pour ses romans que pour sa poésie. Le dernier poème est de Joseph von Eichendorff. L'ensemble présente un raccourci saisissant sur le cycle de la vie, du « printemps » au « soleil couchant », dont le dernier vers est « Ist dies etwa der Tod ? » (« Serait-ce déjà la mort ? »). Toutefois, l'ordre des lieder a été fixé de manière posthume et il semble que le musicien avait décidé de mettre Frühling en avant-dernière position (comme lors de la création), afin de finir sur une vision plus optimiste.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Ces enregistrements célèbres ont été distingués par la critique[3] :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Littéralement : En allant dormir ou En s'endormant
  2. Dans le rouge du soir ou Dans le rouge du couchant
  3. Entre autres les magazines français Diapason, Le Monde de la musique, Répertoire et Classica, le Dictionnaire des disques et des compacts établi par Diapason (Robert Laffont, coll. Bouquins) et le site Classicstoday.com