Quatre bassets pour un danois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Quatre bassets pour un danois

Titre original The Ugly Dachshund
Réalisation Norman Tokar
Scénario Albert Aley
Acteurs principaux
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Sortie 1966
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Quatre bassets pour un danois (The Ugly Dachshund) est un film américain de Norman Tokar, sorti en 1966 et adapté du roman de Gladys Bronwyn Stern paru en 1938.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mark Garrison et sa femme Fran possèdent une chienne teckel qui donne naissance à trois adorables chiots. Lorsque Mark va chercher la maman et sa portée à la clinique, le vétérinaire le convainc d'adopter un bébé chien danois. La cohabitation entre les chiens ne se déroulant pas sans heurts, les Garrison ne tardent pas à vivre un redoutable enfer...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin[2]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sortie au cinéma[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database[1].

Origine et production[modifier | modifier le code]

Le public ayant bien accueilli les précédentes productions animalières du studio, Disney continue donc à en produire[2]. Leonard Maltin explique que la formule est réutilisée une fois de plus avec des scénaristes optant pour les solutions faciles, les actions et leurs réactions toujours prévisibles bien que le studio Disney fourmille de talents et d'imagination[2].

L'un des éléments clés et récurrents du film réside dans les scènes de destruction par les chiens[2]. L'une des plus importantes non pas en taille mais en qualité est celle de l’atelier de peinture, où chaque tube ou récipient est renversé[2]. Parmi les autres scènes de destruction, on peut noter celle de la balle dans le salon et celle de la fête dans le jardin des Garrison[2]. Le rôle du chien danois, Brutus, a été donné à un chien de trois ans, dressé et vainqueur du prix Great Dane, nommé Diego of Martincrest mais il a été doublé pour certaines scènes par un chien plus expérimenté nommé Duke, aussi utilisé dans Les Robinsons des mers du Sud (1960)[3].

L'arrière plan de la ville a été tournée au pied d'une colline artificielle des studios Disney à Burbank[4]. La scène humoristique de l'exhibition canine basée sur le concept de « tel chien, tel maître » est une réutilisation d'un concept développé au début du film Les 101 Dalmatiens (1961)[2]. Pour les personnages humains, assez superficiel selon Maltin, le studio fait appel à des acteurs résumant l'américain moyen Dean Jones et Suzanne Pleshette[2]. Ils tourneront à nouveau ensemble dans des productions Disney, Le Fantôme de Barbe-Noire (1968) et Un candidat au poil (1976). Un vétéran de la comédie, Gil Lamb interprète un vendeur de lait[2].

Le moyen-métrage Winnie l'ourson et l'Arbre à miel était présenté en première partie du film lors de sa première exploitation. Le film a été diffusé dans l'émission The Wonderful World of Disney en deux parties les 3 et 10 novembre 1968 sur NBC dans une version écourtée[5].

Analyse[modifier | modifier le code]

Pour Leonard Maltin, Quatre bassets pour un danois une comédie avec de mignons animaux un peu fous, conçue et réalisée durant une pause déjeuner[2]. Il compare ainsi l'adage voulant que la télévision soit conçue pour un esprit d'un enfant de 12 ans et considère que l'intrigue du film est pour un âge inférieur mais c'est ce qui en a fait son succès[2]. Il considère aussi que l'utilisation d'un réalisateur tel que Norman Tokar pour un tel film est une perte de temps[6].

Le Time donne selon Maltin le meilleur résumé [6]: « une telle comédie est trop aseptisée pour des enfants, trop délurée pour les cynophiles et qu'elle persuade les jeunes adultes que les films avec du sexe et de la violence ne peuvent pas être si mauvais. » Alors que le film Calloway le trappeur sorti un an plus tôt n'avait pas attiré les foules, ce film rapporte au studio 6 millions d'USD, et pour Maltin il est difficile d'argumenter contre ce genre de résultat[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Quatre bassets pour un danois sur l’Internet Movie Database
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 240.
  3. a et b (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 579
  4. (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 90.
  5. (en) The Wonderful World of Disney - Episode List - Season 15 sur l’Internet Movie Database
  6. a, b et c (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 241.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]