Quasi-espèce virale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une quasi-espèce virale désigne en virologie une population de virions d'une même espèce, mais hétérogène et changeant, au sein d'un même organisme hôte.

L'apparition d'un quasi-espèce virale est une conséquence de l'évolution et a principalement deux facteurs qui sont :

  • un taux de mutations important
  • la production d'un grand nombre de virions en peu de temps

Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est un exemple de virus qui au bout d'un certain temps voit chez son organisme hôte l'apparition d'une quasi-espèce. C'est la principale raison qui fait que le VIH devient avec le temps résistant aux traitements antirétroviraux, car il faut qu'ils soient efficaces sur tous les virions, sans quoi ceux qui sont résistants se retrouvent avantagés par la pression de sélection exercée par les antirétroviraux et finissent par remplacer tous les autres virions qu'on ne retrouvera plus à l'état libre mais qui demeureront archivés en ADN proviral dans des cellules qu'ils avaient déjà infectées (surtout des lymphocytes CD4+ ou des monocytes/macrophages). Toutefois, même si ces virions sont avantagés car résistants aux antirétroviraux utilisés, ils peuvent également être désavantagés car les mutations conférant la résistance peut également altérer la capacité du virus à se répliquer chez l'hôte. Cela explique pourquoi lors de l'arrêt des antirétroviraux pour lesquels une quasi-espèce était devenue résistante il y a souvent disparition de cette quasi-espèce et retour de variantes archivées qui s'apparentent plus au virus sauvage qui a initialement infecté l'hôte. La mise point d'un vaccin est également rendue compliquée.