Quartier de la Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Quartier de La Chapelle)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.
Quartier de la Chapelle
La rue Marx-Dormoy
La rue Marx-Dormoy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 18e arrondissement de Paris
Démographie
Population 24 037 hab. (1999)
Densité 17 832 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 35″ N 2° 21′ 48″ E / 48.8931216, 2.3634553 ()48° 53′ 35″ Nord 2° 21′ 48″ Est / 48.8931216, 2.3634553 ()  
Superficie 134,8 ha = 1,348 km2
Transport
Métro (M)(2)(12)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de la Chapelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de la Chapelle

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir la carte topographique de Paris
City locator 14.svg
Quartier de la Chapelle

Le quartier de la Chapelle est le 72e quartier administratif de Paris situé dans le 18e arrondissement. Il correspond à la majeure partie de l'ancienne commune de La Chapelle Saint-Denis, rattachée en 1860 à Paris. La Chapelle est resté un quartier typiquement parisien gardant son caractère populaire. Son cœur est situé autour de la place Paul-Éluard – carrefour entre la rue Marx-Dormoy, la rue Ordener et la rue Riquet – ainsi que du marché de la Chapelle tout proche avec la rue commerçante et piétonne, la rue l'Olive qui le longe.

Situé dans l'est de l'arrondissement, on trouve dans le quartier de la Chapelle :

(M) Ce site est desservi par les stations de métro Marx Dormoy et La Chapelle.

Limites du quartier[modifier | modifier le code]

La commune de la Chapelle était délimitée jusqu'à son absorption partielle par la commune de Paris :

Administrativement, le 72e quartier de Paris, dit de la Chapelle, est depuis 1860 délimité :

Mais de fait, les larges faisceaux ferroviaires à l'ouest menant à la gare du Nord et à l'est menant à la gare de l'Est créent une délimitation physique est et ouest un peu différente du quartier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Chapelle-Saint-Denis en 1814

Du haut Moyen Âge à la Révolution française[modifier | modifier le code]

Cette petite bourgade, peut-être appelée à l'origine pasellus Sancti Martini, puis pas de la Chapelle, était située sur un site de cols entre les collines de Montmartre et de Belleville[1]. Large de 500 mètres pour une altitude d'environ 53 mètres, le col de La Chapelle était le chemin le plus facile de la plaine beauceronne à la plaine picarde[2]. Il fut l'un des lieux de passage de l'Estrée, route desservant Paris à l'abbaye royale de Saint-Denis, suivant l'axe des rues Marx-Dormoy et de la Chapelle[3].

En 475[4], Sainte Geneviève aurait fait transférer le cercueil de saint Denis jusqu'à une maison qui lui appartenait[5]. Le village qui prit alors le nom de Chapelle Sainte-Geneviève (Capella S Genovesae d'apres le Pouillé de Paris du XIIIe siècle) se développa au VIe siècle avec l'afflux de pèlerins dont certains, venant du Nord-Est de l'Europe (Flandres, Allemagne, etc.) se dirigeaient vers Saint-Jacques-de-Compostelle en poursuivant par la rue du Faubourg-Saint-Denis[6] pour emprunter la Via Turonensis. Mais en 629[7], les reliques sont transférées à l'abbaye royale de Saint-Denis par le roi Dagobert Ier[8].

En 1229, un abbé du monastère de Saint-Denis nommé Odon donne une charte de franchise aux habitants[9]. Avec l'édification de l'église Saint-Denys, dont certaines sculptures rappelaient la présence de la sainte[10], et la création d'une cure, le village devient une paroisse de la seigneurie de Saint-Denis et prend le nom de La Chapelle Saint-Denis[11].

Lors de la Grande Jacquerie, en 1358, la chapelle ainsi que le grenier de la foire du Lendit sont incendiés par les Anglais et les troupes du roi de Navarre Charles le Mauvais[12], puis à nouveau le 8 juillet 1418 par les Armagnacs.

Le village de La Chapelle connaît une période de prospérité grâce à la foire du Lendit du IXe au XVe siècles, jusqu'à ce que Henri II la déplace en 1556 à l’intérieur de Saint-Denis[13].

En 1427, une troupe de bohémiens s'y installe et y vit de mendicité et de voyance. Accusés de vols et de sorcellerie, ils sont excommuniés par Jacques du Chastelier, l'évêque de Paris, et sommés de quitter le village[14].

Après le sacre de Charles VII à Reims, Jeanne d'Arc se dirige sur Paris pour délivrer la ville alors aux mains des Anglais. Le 15 août 1429, elle combat à Montépilloy et le 3 septembre loge dans le village de La Chapelle avec les ducs d'Alençon et de Bourbon, les comtes de Vendôme et de Laval, les maréchaux Gilles de Rais et Lahire et leurs troupes. Après avoir effectué pendant plusieurs jours des reconnaissances et des escarmouches sur diverses portes de Paris, Jeanne d'Arc prie dans la chapelle Sainte Geneviève avant de donner l'assaut à la capitale. Le jeudi 8 septembre au petit matin, la Pucelle, le duc d'Alençon, les maréchaux Gilles de Rais et Jean de Brosse de Boussac partent du village pour donner l'assaut à la porte Saint-Honoré. L'attaque échoue, Jeanne blessée est ramenée à son logis de La Chapelle. Bien qu'elle ait souhaité reprendre l'attaque de Paris, le roi lui donne ordre de se replier sur l’abbaye de Saint-Denis.

Jusqu'à la Révolution française, le village de La Chapelle est rattaché à la seigneurie de Saint-Denis. Exclusivement rural, il est composé de commerces le long de la route menant à Saint-Denis.

Le 24 janvier 1791 a lieu le Massacre de La Chapelle. Quelques dizaines de chasseurs de barrières, un corps militaire chargé de la surveillance des barrières parisiennes, commandés par M. de Keyssac font feu sur le maire de La Chapelle, faisant plusieurs morts[15]. Les victimes sont inhumées le lendemain au cimetière place de Torcy, derrière l'église Saint-Denys. Ce cimetière, le second du village, avait été ouvert autour de 1704 pour remplacer le premier, sis face à l'église Saint-Denys[16].

Le village est érigé en commune lors de la Révolution et brièvement rebaptisé Chapelle-Franciade en 1794[17]. Il comprend en 1814 un hameau, celui de la Goutte d'Or.

De la révolution industrielle au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La révolution industrielle du XIXe siècle, avec une forte poussée démographique et l'arrivée en masse d'ouvriers, modifie profondément le village. L'ouverture de la ligne de Paris-Nord à Lille en 1846 par la Compagnie des chemins de fer du Nord et les élargissements du faisceau de voies consécutifs au développement des chemins de fer séparent la commune de La Chapelle en deux parties et créent une véritable césure avec le village de Clignancourt (commune de Montmartre). Tout comme la commune de Montmartre, la commune de La Chapelle voit arriver un flux de plus en plus important d'habitants venus travailler à Paris mais ne pouvant s'y loger faute d'argent. Entre 1836 et 1856, sa population est multipliée par sept.

En 1843, la municipalité de La Chapelle décide de construire une mairie. Inaugurée le 16 février 1845, elle est située à l'emplacement du collège Marx-Dormoy actuel et comprend la justice de la paix, trois écoles et un commissariat de police.

Sur les conseils du préfet Haussmann et face à l'extension urbaine, Napoléon III décide d'annexer à Paris, le 1er janvier 1860, les territoires situés dans d'autres communes pour leurs parties situées « jusqu'au pied de l'enceinte fortifiée ». Ces espaces forment désormais des arrondissements parisiens. Le reste du territoire de l'ancienne commune est réparti par la loi entre Saint-Ouen, Saint-Denis et Aubervilliers. Ce territoire représente aujourd'hui la partie allant de la porte de la Chapelle au Stade de France : La Plaine Saint-Denis. La barrière de l'octroi est déplacée de la place de la Chapelle à la porte de la Chapelle.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 609 800 1 537 1 492 2 440 4 177 8 664 14 398 18 700
1856 - - - - - - - -
33 355 - - - - - - - -
(Sources : Cassini[18])

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1839 1846 Pauwels   Maire
1850 1852 Fleury   Maire
1857 1859 Antoine Joseph Hébert   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Liste des associations du quartier[modifier | modifier le code]

  • Régie de Quartier la Chapelle (entraide, action sociale)
  • Le Trèfle d’Éole
  • Les Jardins d'Éole

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lutèce, site naturel
  2. Recherches archéologiques en Gaule en 1951, Paymond Lantier, 1953
  3. Les foires de l'abbaye de Saint-Denis ; revue des données et révision des opinions admises, Anne Lombard-Jourdan, 1987
  4. Brève histoire de Saint-Denys de la Chapelle
  5. L’activité religieuse de Sainte-Geneviève
  6. L’arrivée des pèlerins du Nord et de l’Est
  7. Études sur l'abbaye de Saint-Denis à l'époque mérovingienne, Léon Levillain, 1925
  8. Saint-Denis, historique
  9. Histoire physique, civile et morale des environs de Paris, depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours Jacques-Antoine Dulaure, 1838
  10. Sainte Geneviève de Paris: la vie, la culte, l'art, Jacques Dubois (O.S.B.),Laure Beaumont-Maillet, 1982
  11. La Chapelle
  12. Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Volume 3, Abbé Jean Lebeuf, 1754
  13. L’Histoire de la Chapelle
  14. Dictionnaire de géographie sacrée et ecclésiastique, L. Benoist de Matougues, Abbé Migne, 1849
  15. Massacre à La Chapelle, par les chasseurs des barrières : en janvier 1791
  16. Les 200 cimetières du vieux Paris, Jacques Hillairet, 1958
  17. Franciade est le nom révolutionnaire alors porté par la ville de Saint-Denis
  18. Population avant le recensement de 1962
  19. « Marché de la Chapelle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Église Saint-Bernard-de-La-Chapelle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Pèlerinage à la découverte des Saints du quartier.
  22. La France illustrée: Géographie, histoire, administration et statistique, Volume 2, Victor Adolphe Malte-Brun

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Jacques François, Histoire du village de La Chapelle, Paroisse Saint-Denys de La Chapelle,‎ juin 2002, 208 p. (ISBN 29518225102)
  • Lucien Lambeau, La Chapelle-Saint-Denis - Histoire des Communes annexées à Paris en 1859, Ernest Leroux,‎ 1923, 603 p.
  • Firmin Leclerc, La légende de la Chapelle,‎ 1889
  • Fernand Auguste Marie Bournon, La Chapelle-Saint-Denis et la Villette,‎ 1896

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Jean ROLIN, La clôture
  • Yves MARTIN, Paris-Champagne
  • Marcel AYME, Derrière chez Martin
  • Jules ROMAIN, Les Hommes de bonne volonté
  • Alexandre ARNOUX, Rue de l'Évangile
  • Albert SIMONIN, Confession d'un enfant de La Chapelle

Musique[modifier | modifier le code]

Léo FERRE, Âme te souvient-il ?

Urbanisme[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :