Quartier Mazarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Quartier Mazarin
Rue Roux-Alphéran
Rue Roux-Alphéran
Administration
Pays Drapeau de la France France
Ville Aix-en-Provence
Canton Aix Centre
Étapes d’urbanisation Construit au XVIIe siècle
Géographie
Coordonnées 43° 31′ 31″ N 5° 27′ 00″ E / 43.52528, 5.45 ()43° 31′ 31″ Nord 5° 27′ 00″ Est / 43.52528, 5.45 ()  
Altitude 200 m
Site(s) touristique(s) Hôtels particuliers & fontaines sculptées
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier Mazarin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quartier Mazarin

Le quartier Mazarin est un quartier urbain située dans la partie sud de la ville d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à proximité du cours Mirabeau. Construit au XVIIe siècle par Michel Mazarin, il se caractérise par nombreux hôtels particuliers et des fontaines ornées. Le quartier Mazarin correspond au tiers de la superficie d'Aix.

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance du quartier (XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

En 1645, Michel Mazarin, frère du cardinal Mazarin, est nommé archevêque d'Aix-en-Provence. Dès son arrivé, il désir modifier esthétiquement la ville et bâtir de nouveaux quartiers afin de s'adapter aux évolutions démographiques et aux impératifs de sécurité. Ainsi, il demande au roi Louis XIV s'il peut abattre les fortifications présentes alors au Sud de la ville pour y construire un nouveau secteur d'habitation. Le 15 février 1646, cette faveur lui est accordée par lettres patentes enregistrées par le Parlement d'Aix[1]. Michel Mazarin souhaite alors créer un quartier bourgeois (pour les nobles et parlementaires) à l'architecture cossue. Pour ce faire, il cède ses droits en décembre de la même année à Michel Elbène de Ponssevère, gentilhomme romain, afin qu'il fixe le prix des terrains à un coût abordable uniquement par les plus fortunés. Lequel n'avait servi que de prête-nom au promoteur peu scrupuleux, Henry d'Hervart d’Hevinquem, seigneur allemand établi à Aix[2]. Un architecte du nom de Jean Lombard est nommé pour superviser la construction des hôtels particuliers qui forment désormais la quasi-totalité du quartier. Les origines de l'archevêque Michel Mazarin ont peut-être influencé l'architecture style Renaissance italienne de ces bâtiments. En 1649, est construit en lieu et place des anciens remparts le Cours Mirabeau qui fixe la limite Nord du quartier Mazarin. Le projet est d'une telle ampleur que, pour beaucoup d'historiens, Aix est au XVIIe siècle la ville de Mazarin.

Place des Quatre-Dauphins

Ce lieu est un remarquable exemple d'architecture des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est organisé selon un plan à damier dont le cœur serait la place des Quatre-Dauphins (anciennement "place Saint-Michel"). Michel Mazarin a laissé sa trace dans quatre rues du quartier : La rue Cardinale qui porte le nom de son titre ; la rue Saint-Michel (aujourd'hui rue Goyrand), en hommage à l’archevêque; la rue Mazarine ; La rue Saint-Sauveur (aujourd'hui rue du Quatre-Septembre[3]) puisqu'il désirait qu'une rue portât le nom de la cathédrale d'Aix-en-Provence.

La création du quartier Mazarin, fut dans un premier temps, très orientée socialement, du fait de la proximité du promoteur d'Hervart avec les conseillers du Parlement. Par son mariage, à Aix-en-Provence en 1651, avec Lucrèce de Venel, fille et sœur de parlementaires, Hervart les côtoyait assidûment.

La noblesse d'Épée, qui peuplait la ville médiévale, en hostilité endémique avec la Robe, ne sembla pas attirée par ce nouveau quartier, et vis-à-vis de l'Epée, les parlementaires provençaux faisaient preuve d'une grande autonomie. Les nobles d'Épée ne se mêlaient guère à la Robe et les élites roturières témoignaient de peu d'attrait pour les quartiers nobiliaires. Ce quartier fut donc à sa création, l'antichambre du Parlement.

Toutefois, les études récentes tendent à démontrer que les choses ne sont pas si simples. La noblesse de robe fut concentrée sur le cours à carrosses, les rues Mazarines et Goyran. Mais le nouveau quartier attira la société montante, associée à toute une classe ouvrière, et quel que soit le mode de répartition spatiale, Messieurs les parlementaires voisinaient, avec de petits boutiquiers ou artisans. Cinquante-deux pour cent des acheteurs étaient des artistes, artisans ou ouvriers, ce qui montre toute l'originalité et la singularité de ce nouveau quartier Mazarin [4].

Évolution du quartier (après le XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Rues[modifier | modifier le code]

Monuments notables[modifier | modifier le code]

Nom du monument Adresse Date de construction Propriétaires successifs Architectes Photos
Hôtel de Barrigue de Montvalon[5] - Hôtel d'Albert 7, rue Goyrand 1684 François d'Albert, Conseiller au Parlement (1684), André de La Garde, Procureur général à la Cour des Comptes d'Aix (vers 1710), André de Barrigue de Montvalon, Conseiller au Parlement (1728), Maître Théus, notaire à Aix (vers 1930) Jean Vallon et François Lieutaud
Hôtel Barrigue de Montvalon 7 rue Goyrand XVIIe siècle Aix-en-Provence.JPG
Hôtel de Caumont - Hôtel de Réauville
Logo monument historique Classé MH
2, rue Joseph-Cabassol 1715 Joseph de Rolland, seigneur de Réauville et marquis de Cabannes (1715), François de Bruny, baron de la Tour-d'Aigues (1752), Pauline de Bruny (épouse du marquis de Caumont) (1795), Jules de Bruny de Châteaubrun (1850), Jean-Baptiste d'Albert de Roux (1854), Negrel-Bruny (1874), Caillols (?), Jaloux (?), Mairie d'Aix-en-Provence (1964), Culturespaces (filiale du groupe Suez) (2010), Georges Vallon et Robert de Cotte
Aix-en-Provence 20120414 02.jpg
Hôtel Gassendi 44, cours Mirabeau 1647 Prosper Gassendi (1647),
Hôtel Lyon de Saint-Ferréol 42, cours Mirabeau 1662 Pierre Maurel de Pontevès (1662), Joseph Lyon de Saint-Ferréol, Trésorier général des États de Provence (1704), Reinaud de Fontvert (1768), Jean Jaubert et Laurent Vallon
Hôtel de Marignane - Hôtel d'Albert 12, rue Mazarine 1697 François et Marc d'Albert (1697), Joseph-Marie de Covet de Marignane (1745),
Hôtel Perrin 46, cours Mirabeau 1647 Louis Perrin (1647), Jean Jaubert et Laurent Vallon
Hôtel de Suffren - Hôtel d'Arnaud
 Inscrit MH
40, cours Mirabeau 1648 Esprit d'Arnaud (1648), Louis de Suffren (1674), Ambroise de Forbin-Maynier d'Oppède (vers 1810), Edouard Jourdan (vers 1910), Alfred Jourdan (vers 1945), Jean-Arnaud Raymond
Hotel-de-suffren-40-cours-mirabeau-aix-en-provence.jpg

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Inès Castaldo, Le Quartier Mazarin. Habiter noblement à Aix-en-Provence. XVIIe ‑ XVIIIe siècles, coll. « Le Temps de l'Histoire », Presses universitaires de Provence, 2011.
  • André Bouyla d'Arnaud, Évocation du vieil Aix-en-Provence, Les Éditions de Minuit, Paris 1964.
  • René Borricand, Les Hôtels Particuliers d'Aix-en-Provence, Éditions Borricand, Aix-en-Provence 1971.
  • Roux-Alphéran, Les Rues d'Aix, Les Presses du Languedoc, 1985.
  • Jean Boyer, Architecture et Urbanisme à Aix-en-Provence au XVIIe et XVIIIe siècles, par Jean Boyer, Édition Ville d'Aix-en-Provence, 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Boyer, Architecture et urbanisme à Aix-en-Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles – Du cours à carrosses au cours Mirabeau, éd. Ville d'Aix-en-Provence, 2004, p. 13.
  2. "Place des Quatre-Dauphins, Mairie d'Aix-en-Provence
  3. « Michel Mazarin (1607 – 1648) », Office de tourisme d'Aix-en-Provence.
  4. Le quartier Mazarin, habiter noblement à Aix-en-Provence XVII° - XVIII° siècle » », par Inès Castaldo (Presse Universitaires de Provence 2011) (P.110)
  5. Les Hôtels Particuliers d'Aix-en-Provence, par René Borricand (Éditions Borricand, Aix-en-Provence 1971) (P.227)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]