Quarante martyrs de Sébaste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quarante martyrs.
Les Quarante martyrs de Sébaste

Les Quarante martyrs de Sébaste étaient des soldats de la Douzième Légion en garnison à Mélitène en Arménie romaine (Turquie actuelle). Vers 320, ils refusèrent, malgré la torture, de renier leur foi chrétienne.

Ce sont des saints chrétiens fêtés le 9 mars[1].

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Arrêtés en mars 320, ils furent obligés de passer la nuit, nus, sur un étang gelé, en plein hiver à Sébaste (aujourd'hui Sivas[2]). On leur promettait des bains chauds s'ils reniaient. Mais ils se soutenaient les uns les autres pour qu'aucun ne se perde. Le seul qui se rendit mourut aussitôt dans le bain à cause du changement trop violent de température. Un des gardiens, converti devant tant de piété, alla le remplacer sur le lac, de manière à maintenir le nombre sacré de quarante. Ils étaient tous morts le lendemain matin.

La mémoire de leurs quarante noms a été conservée sous plusieurs variantes qui diffèrent assez peu les unes des autres : Acace, Aétius, Alexandre, Angias, Athanase, Candide (ou Claude), Cyrille, Dométien, Domnus, Ecdikios, Élie, Eunoïque, Eutychius, Flavius, Gaïus, Gorgonius, et un second Gorgonius, Hélien, Héraclius, Hésychius, Jean, Khoudion, (Léonce), Lysimaque, Mélèce, Méliton, Nicolas, Philoktimon, Priscus, Quirion, Sacerdon, Sévérien, Sisinius, Smaragde, Théodule, Théophile, Valens, Valère, Vivien, Xanthias, et le gardien Aglaïos.

Cette persécution avait été ordonnée par Licinius, empereur en Orient, alors qu'il était convenu avec Constantin Ier, empereur en Occident, de laisser aux chrétiens leur liberté de conscience (Édit de Milan). Pour faire respecter la fin des persécutions, Constantin prit les armes contre Licinius, le vainquit et devint seul empereur romain.

Le plus ancien témoignage écrit de leur martyre est un sermon attribué à saint Basile (BHL 7541).

Une ville du Sud de l'Albanie porte le nom de ces martyrs, très vénérés dans tout le monde chrétien, Sarande, du mot grec « Saranda » qui signifie « Quarante ».

Guillaume Apollinaire utilise cette référence dans le poème La Chanson du mal-aimé, paru en 1913 dans son recueil Alcools, comme une image de la constance amoureuse au milieu des souffrances :

J'ai hiverné dans mon passé
Revienne le soleil de Pâques
Pour chauffer un cœur plus glacé
Que les quarante de Sébaste
Moins que ma vie martyrisés

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saints Martyrs de Sébaste sur Nominis
  2. Arbgin souhde d'Sebasta - Les quarante martyrs de Sébaste (+320) Ces saints souffrirent le martyr a Sébaste, sous le règne de l'empereur Licinius, en 320

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]