Quantified self

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Quantified Self est un mouvement qui regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à chacun de mesurer ses données personnelles, de les analyser et de les partager[1]. Les outils du Quantified Self peuvent être des objets connectés, des applications mobiles ou des applications Web. Le terme Self Tracking est également utilisé pour désigner ces pratiques[2].

Nom et traduction[modifier | modifier le code]

Le nom d’usage anglais de cette pratique est le « Quantified Self », parfois simplement abrégée « QS », soit traduit mot-à-mot le « soi quantifié »[3],[4], l’individu réalisant une évaluation quantitative systématique de son propre corps[5]. En septembre 2014, aucune recommandation officielle n'ayant été émise, les pratiquants et médias francophones traduisent cette expression de manière diverse : « automesure » ou « auto-mesure » (traduction de « Self Tracking »[2], nom anglais alternatif à Quantified Self)[6], « auto-quantification »[7], « quantification de soi »[8],[9], « mesure de soi »[2][10], « mise en chiffres de soi ».

Historique[modifier | modifier le code]

Le mouvement a été lancé en 2007[11] en Californie[12] par deux éditeurs du magazine Wired, Gary Wolf et Kevin Kelly, sous la forme de rencontres entre les utilisateurs et les fabricants des outils dédiés au suivi de ses données personnelles. Alors que les rencontres se poursuivent dans la baie de San Francisco, des chapitres locaux ont été créés dans plus de 100 villes dans le monde[13]. En 2010, Gary Wolf présenta le Quantified Self lors d'une conférence TED[14]. En mai 2011, la première conférence internationale du Quantified Self eut lieu à Mountain View en Californie.

En France, dès 2000, des équipes françaises ont créé le site automesure[15] pour exposer le thème des techniques d'automesure des paramètres de santé dans un but médicalisé, mais aussi le développer dans la pratique médicale courante et la recherche. En mars 2011, le chapitre parisien du mouvement Quantified Self est créé sous le nom de QSParis[16] : il regroupe plus de 500 membres qui se réunissent plusieurs fois par an. En mars 2013, le mouvement Quantified Self en France s'organise autour de MyDataLabs[17], association centrée sur la donnée personnelle. En mai 2013, le site de presse en ligne 20minutes.fr lance Se Coacher[18], le premier magazine en ligne en français entièrement dédié au Quantified Self.

En juin 2014, l'assureur Axa Santé propose à 1000 de ses assurés d'être équipés d'un tracker d'activité mesurant le nombre de pas effectués, le rythme cardiaque, le taux d’oxygène dans le sang et la qualité du sommeil[19].

Méthodologie[modifier | modifier le code]

La méthode traditionnelle de la quantification de soi est la capture, la visualisation et l’analyse croisée de données en vue d'établir des corrélations et d'en tirer des enseignements[20].

Capteurs[modifier | modifier le code]

  • Capteurs d'activité (coach personnels) : bracelets, montres, podomètres[21], etc.  ;
  • Enregistreurs de sommeil ;
  • Balances et Impédancemètres portables ;
  • Applications mobiles dédiées à la santé, au bien être ou au sport[22](sous iOS, Android et Windows Phone).

Ces capteurs sont le plus souvent reliés à une application mobile ou une interface web : ils sont rarement indépendants.

Recommandations[modifier | modifier le code]

Face au risque de réutilisation et de réinterprétation des données, la CNIL a entrepris une démarche réflexive. Elle recommande aux utilisateurs d'outils de quantified self de ne pas utiliser leur réelle identité pour partager leurs données, de ne pas automatiser ce partage vers d'autres services (réseaux sociaux, etc.), de ne publier les données qu'en direction de cercles de confiance et d'effacer ou de récupérer leurs données lorsqu'un service n'est plus utilisé[22],[12]. S'il s'agit d'une prétendue utilisation médicale (un suivi de pathologie, par exemple), elle recommande de faire vérifier la fiabilité du dispositif par un professionnel de santé compétent[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Gadenne, Le guide pratique du Quantified Self. Mieux gérer sa vie, sa santé, sa productivité, Fyp éditions,‎ 2012 (lire en ligne)
  2. a, b et c CNIL, « Quantified Self : comment mieux se connaitre grâce à ses données »,‎ 26 novembre 2012 (consulté le 10 septembre 2014) : « Le Quantified Self désigne la pratique de la « mesure de soi » [...] On parle également de Self Tracking pour désigner ces pratiques »
  3. « Self n. : Domaine : médecine> psychiatrie », sur Grand dictionnaire terminologique,‎ 1990 (consulté le 10 septembre 2014) : « Soi n. m. Propre personnalité du sujet. »
  4. « Traduction : Quantify », sur Larousse.fr (consulté le 10 septembre 2014) : « [estimate] quantifier, évaluer quantitativement »
  5. Vincent Billard, « Au cœur de l’Apple Watch, un problème philosophique majeur », sur Rue89,‎ 10 septembre 2014 (consulté le 10 septembre 2014) : « Il s’agit de ce que les anglo-saxons appellent le « Quantified Self », que l’on peut comprendre comme la mise en mesure systématique de notre propre corps »
  6. « L’inventeur, le patient et le médecin: 3 visions du “Quantified Self” #doctors20 », sur Doctors 2.0 & You, conférence annuelle sur les médias sociaux dans le domaine de la santé à Paris,‎ 30 avril 2014 (consulté le 10 septembre 2014) : « Uwe Diegel: Pour moi, le quantified self ou auto-mesure est toute technologie permettant de réunir des données venant de son corps et de les transposer en un format concret. »
  7. Benjamin Keller, « La mesure de soi jusqu'à l’obsession », sur InVivo,‎ 10 septembre 2014 : « Aussi appelée «auto-quantification» ou «automesure» en français »
  8. Hubert Guillaud, « Où va la "quantification de soi" ? », sur Le Monde,‎ 3 juin 2011 (consulté le 10 septembre 2014)
  9. Kora Saccharin, « La quantification de soi à la recherche de sens », sur Telerama (consulté le 10 septembre 2014)
  10. « mesure de soir Archives », sur Quantified Blog (consulté le 10 septembre 2014)
  11. (en) « Quantified Self Blog, premiers billets » (consulté le 26 mars 2012)
  12. a et b « Quantified Self : les recommandations de la CNIL »
  13. (en) « Le blog du Quantified Self, les groupes QS meetup »
  14. (en) Gary Wolf, « The quantified self », conférence TED (consulté le 26 mars 2012)
  15. « automesure »
  16. « QSParis »
  17. « mydatalabs »
  18. « secoacher »
  19. « Withings équipe le premier contrat d’assurance santé en France avec des objets connectés »
  20. Quantified Self : Comment analyser ses données ? (Juin 2014)
  21. a et b « Quantified self, m-santé : le corps est il un nouvel objet connecté ? »
  22. a et b « Quantified Self : comment mieux se connaitre grâce à ses données »

Liens externes[modifier | modifier le code]