Quai Anatole-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
7e arrt
Quai Anatole-France
Gare du Musée d'Orsay quai Anatole-France
Gare du Musée d'Orsay quai Anatole-France
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Saint-Thomas-d'Aquin, Invalides
Début Quai Voltaire
Fin Quai d'Orsay
Morphologie
Longueur 585 m
Largeur 19,9 m
Historique
Dénomination 1947
Ancien(s) nom(s) Quai de la Grenouillière, quai d'Orsay, quai Bonaparte
Géocodification
Ville de Paris 0345
DGI 0307

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Quai Anatole-France

48° 51′ 41″ N 2° 19′ 24″ E / 48.86139, 2.323276

Le quai Anatole-France se situe à Paris dans le 7e arrondissement. Long de 585 mètres, il commence après le quai Voltaire, au niveau de la rue du Bac, et se poursuit par le quai d'Orsay, au départ du boulevard Saint-Germain et au niveau du Palais Bourbon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quai Anatole-France n'est que la partie orientale du quai d'Orsay, délimitée par le pont Royal et le pont de la Concorde. Elle a pris le nom de l'écrivain Anatole France en 1947. Celui-ci était un familier des quais de la Rive gauche : il avait habité 15 quai Malaquais et son père avait tenu une librairie 9 quai Voltaire.

D'abord appelé quai de la Grenouillière par l'arrêt du Conseil du 18 octobre 1704, il avait été rebaptisé quai d'Orsay par l'arrêt du Conseil du 23 août 1707. Dénommé quai Bonaparte par l'arrêté des Consuls du 13 messidor an X, il reprit la dénomination quai d'Orsay en 1815.

La partie du quai comprise entre le no 5 et la rue de Bellechasse a été nommée place Henry-de-Montherlant.

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

no 25 : hôtel Collot.
no 27 : immeuble de style Art nouveau.
  • no 25 : Hôtel Collot : Construit en 1840 par Louis Visconti en style néoclassique pour Jean-Pierre Collot (1764-1852), fournisseur aux armées et directeur de la Monnaie de Paris de 1821 à 1842. La façade, ornée de colonnes superposées, est édifiée en léger retrait sur un soubassement à bossages, ménageant une terrasse où se dressent deux statues imitées de l'Antique. L'hôtel s'élève à l'emplacement des jardins de l'ancien hôtel du Maine, construit pour le duc du Maine par Antoine Mazin, Robert de Cotte et Armand-Claude Mollet entre 1716 et 1726. L'hôtel Collot est vendu en 1852, à la mort de son commanditaire, au général Mahmoud Benaïad, issu d'une importante famille de Djerba remontant au XVIIe siècle. Nommé directeur des magasins de l'État par le bey de Tunis Ahmed Ier, progressivement titulaire de tous les fermages de Tunisie, il crée une banque en 1847 et obtient le monopole de l'émission de billets au porteur remboursables, garantis sur des fonds d'État. Selon le rapport d'un inspecteur des finances envoyé en mission à Tunis, il détourne de 50 à 60 millions de francs. Dès 1850, le général obtient la nationalité française et, en 1852, il quitte la Tunisie avec son trésor tout en y conservant certaines affaires. Outre l'hôtel Collot, il achète des immeubles de rapport à Paris ainsi que le château de Bouges en 1853. Mais il fait l'objet de poursuites qui le contraignent à fuir à Constantinople et à revendre ses biens[1]. L'hôtel abrite ensuite l'ambassade d’Espagne de 1864 à 1880. Il fut acquis en 1923 par l'antiquaire Isaac Founes, spécialiste de mobilier français, puis en 1932 par la Société Générale Commerciale de l'Est, qui y installa ses bureaux et dont les propriétaires en firent leur résidence jusqu’en 2004, date à laquelle il devint la propriété des antiquaires Nicolas et Alexis Kugel qui l'ont fait restaurer soigneusement par l'architecte Laurent Bourgois et le décorateur François-Joseph Graf et y ont installé leur galerie[2].
  • no 27 : Immeuble construit en 1905 par Richard Bouwens van der Boijen[3].
  • no 27 bis : Agence pour la diffusion de l'information technologique (Adit).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Cochet, Le Château de Bouges, Paris, Éditions du patrimoine, coll. Itinéraires du patrimoine, 2004, p. 19
  2. Site Internet de La Galerie J. Kugel
  3. http://www.insecula.com/salle/MS01213.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]