Quadrirotor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le X-UFO, jouet radio-commandé quadrirotor.

Un quadrirotor est un aéronef à voilure tournante comportant quatre rotors pour sa sustentation. Les quatre rotors sont généralement placés aux extrémités d'une croix. Afin d'éviter à l'appareil de tourner sur lui-même sur son axe de lacet, il est nécessaire que deux hélices tournent dans un sens et les deux autres dans l'autre sens.

Pour pouvoir diriger l'appareil, il est nécessaire que chaque couple d'hélices tournant dans le même sens soit placé aux extrémités opposées d'une branche de la croix.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quadrirotor de de Bothezat, 1923
L'appareil no 2 d'Œhmichen, 1923

Suite à un contrat engagé par l'armée américaine en janvier 1921, c'est l'Américain d'origine russe George de Bothezat qui fut le premier à faire voler un appareil quadrirotor[1]. Il réussit son premier vol en octobre 1922 et réalise un vol de 1 minute 42s à 1,8 m du sol le 18 décembre 1922. Le 19 janvier 1923, l'appareil emporte deux personnes à 1,2 m du sol[1]. De nombreux vols furent effectués en 1923 mais l'appareil ne s'élevera pas au-dessus de 5 mètres et l'armée mettra fin au contrat.

En Europe, le quadrirotor du Français Étienne Œhmichen, construit en 1922, réussit un vol stationnaire de cinq minutes en juin 1923. En mai 1924, il monte à plus de dix mètres d’altitude et effectue une boucle complète sur un kilomètre en sept minutes et quarante secondes devant le capitaine Cholat de l'Aéro-Club de France. En sus des quatre rotors de sustentation, le type no 2 d'Œhmichen était doté de huit hélices de direction.

Ces deux ingénieurs auront été les premiers à avoir réalisé des quadrirotors qui ont réellement volé. En 1907, Louis Charles Breguet avait construit un quadrirotor qu'il appelait Gyroplane, mais l'appareil, dépourvu de commandes, ne fit que des sauts.

Aujourd'hui, des quadrirotors sont proposés comme maquettes téléguidées.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement d'un quadrirotor est assez particulier. On distingue quatre mouvements possibles : les gaz, le lacet, le roulis et le tangage. Pour garder le contrôle du lacet, cela implique que deux hélices tournent dans le sens horaire (hélice à pas normal) et les deux autres dans le sens antihoraire (hélices à pas inversé).

Les gaz[modifier | modifier le code]

Le mouvement de gaz correspond tout simplement à la montée/descente du quadrirotor. La montée est obtenue en augmentant la vitesse des quatre moteurs. La descente, qui elle est plus difficile à doser, s'obtient par la réduction de la vitesse des moteurs.

Le lacet[modifier | modifier le code]

Le mouvement de lacet sert à faire tourner le quadrirotor sur lui-même. Il est obtenu en augmentant la vitesse des hélices à pas normal et en diminuant proportionnellement la vitesse des hélices à pas inversé.

Le roulis et le tangage[modifier | modifier le code]

Le roulis et le tangage sont des mouvements assez similaires visant à pencher le quadrirotor sur un axe ou sur un autre. Ce mouvement est obtenu en augmentant la vitesse d'une hélice et en abaissant proportionnellement la vitesse de l'hélice opposée (hélice du même couple).

Drones[modifier | modifier le code]

Des drones quadrirotor sont de plus en plus utilisés pour leur capacité à embarquer une caméra numérique et les nouveaux angles de prise de vue qu'ils offrent une fois en vol grâce à leur stabilité. L'opérateur reçoit les images directement sur une tablette tactile par exemple ou un poste de commande, ou les récupère après le vol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) De Bothezat helicopter - All the World's Helicopters and Rotorcraft

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :