Qiu Xiaolong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Qiu Xiaolong

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'auteur en 2007

Naissance 1953
Shanghai (Drapeau de la République populaire de Chine Chine)
Langue d'écriture Anglais
Genres Policier
Distinctions Anthony Award (2001)

Œuvres principales

Enquêtes de l'inspecteur Chen Cao

Qiu Xiaolong, né à Shanghai en 1953, est un auteur chinois de roman policier, poète et amateur de taï chi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, professeur, est victime des gardes rouges pendant la Révolution culturelle vers 1966 et lui-même est interdit d'études plusieurs années. Néanmoins il réussit à apprendre l'anglais et à poursuivre ses études[1].

En 1988, il rejoint l'Université de Saint-Louis dans le Missouri pour y poursuivre ses études. Alors qu'il devait rester une seule année aux États-Unis, il décide de s'y installer après les manifestations de la place Tian'anmen en 1989. En 1996, il soutiendra une thèse sur T. S. Eliot, prix Nobel de littérature en 1948[2].

Qiu Xiaolong vit désormais aux États-Unis et enseigne à l'université de Saint-Louis.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Qiu Xiaolong parle dans ses livres de la perversion de la Chine par l’argent : « Notre société est pourrie jusqu’au trognon, dit Vieux Chasseur, un ami de l’inspecteur Chen, dans le dernier livre. Maintenant que la corruption est ancrée dans les profondeurs du système, on ne peut que tomber dans le cynisme et la désillusion »[2].

Les enquêtes de l'inspecteur Chen Cao[modifier | modifier le code]

Son héros, l'inspecteur principal Chen Cao, est aussi poète (Qiu Xiaolong a soutenu une thèse sur le poète américain T. S Eliot). Ses romans décrivent en détail la vie à Shanghai depuis les années 1990, mêlant intimement politique, vie courante et intrigue policière : la cuisine et la gastronomie, la crise du logement, les difficultés de transports, la corruption, la politique et l'omniprésence du Parti, les bouleversements de la Chine moderne, tout cela vient enrichir de manière pittoresque les enquêtes de l'inspecteur Chen Cao[3],[4]. Ainsi, dans son ouvrage Dragon bleu, tigre blanc, Qiu Xiaolong évoque Bo Xilai, un prince rouge condamné à la prison à vie[5].

Romans[modifier | modifier le code]

Série Chen Cao[modifier | modifier le code]

  1. Mort d'une héroïne rouge, Liana Levi, 2001 ((en) Death of a Red Heroine, 2000)
  2. Visa pour Shanghaï, Liana Levi, 2003 ((en) A Loyal Character Dancer, 2000)
  3. Encres de Chine[6], Liana Levi, 2004 ((en) When Red Is Black, 2004)
  4. Le Très Corruptible Mandarin[7], Liana Levi, 2006 ((en) A Case of Two Cities, 2006)
  5. De soie et de sang, Liana Levi, 2007 ((en) Red Mandarin Dress, 2007)
  6. La Danseuse de Mao, Liana Levi, 2008 ((en) The Mao Case, 2009)
  7. Les Courants fourbes du lac Tai[8], Liana Levi, 2010 ((en) Don’t Cry, Tai Lake, 2012)
  8. Cyber China[9], Liana Levi, 2012 ((en) Enigma of China, 2013)
  9. Dragon bleu, tigre blanc, Liana Levi, 2014 ((en) Shanghai Redemption, 2013)

Personnages[modifier | modifier le code]

Parmi les personnages récurrents des romans de Qiu Xiaolong, on peut citer :

  • Chen Cao, inspecteur principal de la brigade des affaires spéciales de Shanghai, cadre du Parti communiste chinois, poète et membre de l'Union des écrivains
  • Petit Zhou, le chauffeur de la brigade
  • Yu Guangming, un autre inspecteur, collègue de Chen qui l'assiste dans ses enquêtes
  • Peiqin, la femme de Yu, comptable dans des restaurants
  • Qinqin, leur fils (Yu et Peiqin ont subi la Révolution culturelle)
  • Vieux Chasseur, le père de Yu, ancien flic également mais à la retraite et reconverti en surveillant de quartier
  • Gu Haiguang dit « Monsieur Gu », un homme d'affaires (un « monsieur Gros Sous », nouveau riche), en relation avec les Triades, propriétaire d'un club de karaoké (le Dynastie) et qui vient régulièrement en aide à l'inspecteur Chen
  • Nuage Blanc, une hôtesse ou une entraineuse missionnée quelquefois par Monsieur Gu pour aider l'inspecteur Chen
  • Li Guohua, le secrétaire du Parti et le supérieur de Chen (il est le chef de la police criminelle de Shanghai)
  • Zhang Zhiqiang, le commissaire politique, le supérieur du secrétaire du Parti Li
  • Lu, dit le « chinois d'outre-mer », un ami de Chen qui tient un restaurant russe à Shanghai
  • Catherine Rohn, une inspectrice du FBI qui apparaît dans Visa pour Shanghai et que l'on retrouve dans Le très corruptible mandarin
  • Wang Fen, une journaliste de Shanghai et une amie de Chen
  • Ling, une « ECS » (enfant de cadre supérieur) qui vit à Pékin et avec qui Chen entretient une relation amoureuse épisodique
  • sans oublier la mère de Chen, qui n'a d'autre obsession que de voir son fils enfin fonder une vraie famille.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Lines Around China (2003)

Autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

En 2001, Qiu a reçu le Anthony Award du premier roman pour son livre Mort d'une héroïne rouge.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les polars de Qiu Xiaolong Le Nouvel Obs Culture, 18 juin 2008
  2. a et b Le maître du polar chinois est aussi un poèteLa Dépeche.fr, 20 mars 2014
  3. Eddie Silva, « Chinese puzzle », RFT, 22 octobre 2006.
  4. Céline Tabou, « Le roi du roman policier chinois », Icilachine.com, 15 novembre 2009.
  5. Qiu Xiaolong : Dragon bleu, tigre blanc, un polar politique chinois Rue89, 8 mars 2014
  6. Christine Ferniot, Qiu Xiaolong L'Express Livre, 1 avril 2004
  7. Le très corruptible mandarin par Qiu Xiaolong Alternatives économiques, Juillet 2006
  8. Bertrand Mialaret, « Les Courants fourbes du lac Tai », polar écologique de Qiu Xiaolong Rue89, 17 mai 2010
  9. Benoît Morel, « Percer à jour l'énigme chinoise : le polar politique de Qiu Xiaolong », ActuaLitté, 1er juin 2012.
  10. Les nouvelles de ce recueil ont été originellement publiées dans Le Monde, d'où l'apparente incohérence des dates de parution

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]