Qahtan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Qahtan (قحطان), ou Qahtân, (ou Yoktan) est traditionnellement l'ancêtre mythique des « Arabes du sud » (al Arab al Aribah) ou les arabes indigènes comme les Sabéens, qui entretenaient une rivalité avec les « Arabes du nord », descendants d'Adnan. Ils se revendiquaient être les descendants du prophète Houd et affirmaient être les représentants des arabes de « pure souche »[1].

Parmi les descendants de Qahtan, on distingue les Himyarites, sédentaires, et les Khalân, qui sont à l'origine de plusieurs groupes de nomades comme les Azd, les Tayy, les Hamdân, les Lakhmides et les Ghassanides. Ils se sont développés grâce au barrage de Ma'rib qui a permis de fertiliser de nombreuses terres arides.

Ils ont prospéré en plusieurs états, dont les royaumes de Saba et Himyar dont la famille régnante appartient à la tribu des Toubba[2]. On rattache généralement aux Himyarites, les Kalb qui se sont installés en Syrie à l'époque Omeyyades. Les descendants de Qahtan ont conquis un très vaste territoire et se sont mélangés à des populations indigènes de l'Espagne à l'Iran. Le cas le plus célèbre est l'historien Ibn Khaldoun, né en Tunisie.

Le groupe rival du Qahtan est diversement connu sous le nom d'Adnan, ou Ma'add Nizar.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janine Sourdel, Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, p.683
  2. Les juifs de H'imyar

liens internes[modifier | modifier le code]

liins externes[modifier | modifier le code]