Q (film, 2011)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Q est un film français réalisé par Laurent Bouhnik, sorti le 14 septembre 2011.

Le film représente de façon explicite des scènes de sexualité, dont certaines ne sont pas simulées par les acteurs. La critique a rendu un avis généralement négatif à la sortie du film, regrettant notamment son amateurisme et sa prétention.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En province, Alice rêve du grand amour, Virginie est insatisfaite et Cécile, désemparée par la mort de son père, se réfugie dans la nymphomanie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

La réception critique du film a été négative. Le Monde appuie les maladresses de ce film aux allures de porno amateur, « ponctué par des scènes où des voix de femmes parlant de sexe résonnent sur des plans de femmes filmées depuis les pieds jusqu'au ventre dans des douches collectives - des sexes qui parlent en somme ». Pour le quotidien, le film ne parvient pas à livrer un discours original sur la sexualité, alors que le réalisateur « prétend briser un tabou, rendre à la sexualité la place si simple qu'elle avait, selon lui, au temps des hommes des cavernes »[1]. Pour Le Figaro, le résultat ressemble à un « film érotique soft, prétentieux, tout juste digne des téléfilms du dimanche soir sur M6 »[2]. Libération parle d'un film « raté », stylistiquement confus, et dont on ne comprend pas les intentions. Le quotidien ajoute que le film - inspiré, selon le dossier de presse, de Théorème de Pasolini - n'a pas grand-chose « à dire de neuf sur l'éternelle guerre des sexes », et que le projet est en décalage avec l'époque (« comme si rien de ce qui se passe aujourd'hui via la home-pornography généralisée sur Internet n'avait été vu et pensé, comme si l'apparition d'une bite turgescente à l'écran avait encore force de transgression »)[3]. Télérama déplore la mauvaise qualité de l'interprétation, ainsi qu'un message « finalement assez convenu sur le sexe sans issue, opposé à l'amour, toujours »[4]. Les Inrockuptibles relève la « prétention » du film, plombé par un récit « à la fois tarabiscoté et schématique », des « dialogues clichés » et une interprétation « à la limite de la parodie ». L'hebdomadaire remarque toutefois que certaines scènes de sexe sont assez réussies, mais qu'elles servent un récit aux « béquilles scénaristiques, sociologiques ou métaphysiques (...) très toc »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Regnier, « Q : un porno amateur, la tendresse en plus » sur lemonde.fr, 13 septembre 2011.
  2. Isabelle Fargette et Emmanuèle Frois, « Q », lefigaro.fr, 12 septembre 2011.
  3. Didier Péron, « Bouhnik se prend les pieds dans le «Q» », liberation.fr, 14 septembre 2011.
  4. Guillemette Odicino, « Q (2011) - Comédie dramatique - Critique », telerama.fr, 14 septembre 2011.
  5. Serge Kaganski, « “Q”, un joli film un peu trop prétentieux », lesinrocks.com, 15 septembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]