Pyrrharctia isabella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

l'Isia isabelle (Pyrrharctia isabella) est un papillon de nuit de la famille des Arctiidae présent en Amérique du Nord.Il est le seul représentant de son genre sur le continent.

Description[modifier | modifier le code]

Imago.

L'adulte est nocturne et est attirée par la lumière. Il mesure entre 45 et 65 mm d'envergure[1]. La coloration des ailes est variable, allant de jaune à orange avec une légère teinte rosé. On retrouve également de petites taches noires dispersées sur celles-ci. L'abdomen est orangé et possède trois séries de tâches noires verticales.

La larve est recouverte de poils très fins non venimeux et non urticants, bien que certaines personnes pussent développer de l'eczéma en la touchant[2]. Elle est noire à chaque extrémité avec une bande rouge cuivré au centre. La chenille, lorsqu’elle est dérangée, fait semblant d’être morte[3].

Généralement, on retrouve la chenille en milieux ouverts, perturbés, cultivés, près des habitations ou encore des boisés ouverts où elle se nourrit de plusieurs variétés d'arbres, d'arbustes et de plantes basses [4].

Pyrrharctia isabella a habituellement deux générations par année. On retrouve les adultes d'avril à août et la larve est relativement commune durant la saison estivale. Cependant, c'est surtout à l'automne qu'on l'observe davantage. À ce moment de l'année, la chenille est assez mobile et cherche un endroit idéal pour passer l'hiver. Au printemps, elle se métamorphosera en chrysalide puis ensuite en adulte de première génération.

Une étude récente a démontré que les larves parasitées de Pyrrharctia isabella ingurgitaient des plantes contenant des alcaloïdes, se servant de ses propriétés pour se soigner[5].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

La culture populaire raconte que la coloration de la chenille prédit la rigueur de l’hiver qui s’approche. Plus les bandes noires aux extrémités sont larges plus l’hiver sera froid. Cette croyance est fausse car la coloration est très variable et dépend du stade de la larve.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Charles V. Covell Jr., A Field Guide to Moths of Eastern North America, Virginia Museum of Natural History, Virginia Museum of Natural History; 2 edition,‎ (July 15, 2005), 518 pages p. (ISBN 1884549217)
  2. (en) Gary Richard Mullen et Lance A. Durden, Medical and Veterinary Entomology, Amsterdam, Academic Press,‎ 2002 (ISBN 978-0-12-510451-7, LCCN 2001097271)
  3. (en) « Entomology Collection > Pyrrharctia isabella », E.H. Strickland Entomological Museum, University of Alberta (consulté le 21-11-2008)
  4. Louis Handfield, Le guide des papillons du Québec, Ottawa, Broquet inc.,‎ 1999, 659 p. p. (ISBN 2890004864)
  5. (en) « "Woolly Bear Caterpillars Self-Medicate -- A Bug First" - National Geographic » (consulté le 14-03-2009)