Pyrrharctia isabella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pyrrharctia isabella est un papillon de nuit de la famille des Arctiidae présent en Amérique du Nord.

Description[modifier | modifier le code]

Imago.

La chenille est recouverte de poils très fins non venimeux et non urticants bien que certaines personnes peuvent attraper un eczéma en la touchant[1]. Elle est noire à chaque extrémité avec une bande rouge cuivré au centre. Le papillon est de couleur jaune à orange et possède un grand thorax poilu et une petite tête. Les ailes ont des points noirs dispersés et le premier segment des pattes à proximité du corps est rouge orangé brillant.

La chenille naît à l’automne et passe l’hiver sous cette forme. Au printemps, elle se nourrit de plantes (de nombreuses graminées ou des plantes à fleurs) avant de se métamorphoser en imago dans une chrysalide durant l’été. La chenille, lorsqu’elle est dérangée, fait semblant d’être morte[2].

Une étude récente a montré que la chenille pouvait ingurgiter des plantes contenant des alcaloïdes lorsqu’elle se fait parasiter par des larves d’insectes volants. Elle se sert donc des plantes pour se soigner[3].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord où elle est présente, il est dit dans la culture populaire que sa coloration prédit la rigueur de l’hiver qui s’approche. Plus la chenille est de coloration brun noir et plus l’hiver prochain sera froid. Tout ceci n’est évidemment pas vrai car la taille de la bande brune évolue avec l’âge de la chenille et des chenilles pondues au même moment peuvent avoir des différences de coloration.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Gary Richard Mullen et Lance A. Durden, Medical and Veterinary Entomology, Amsterdam, Academic Press,‎ 2002 (ISBN 978-0-12-510451-7, lien LCCN?)
  2. (en) « Entomology Collection > Pyrrharctia isabella », E.H. Strickland Entomological Museum, University of Alberta (consulté le 21-11-2008)
  3. (en) « "Woolly Bear Caterpillars Self-Medicate -- A Bug First" - National Geographic » (consulté le 14-03-2009)