Puyricard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puyricard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Aix-en-Provence-Nord-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays d'Aix
Commune Aix-en-Provence
Code postal 13540
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 49″ N 5° 24′ 56″ E / 43.580278, 5.415555643° 34′ 49″ Nord 5° 24′ 56″ Est / 43.580278, 5.4155556  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 15.svg
Puyricard

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 15.svg
Puyricard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Puyricard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Puyricard

Puyricard est une agglomération dépendant de la ville d'Aix-en-Provence et située au nord de celle-ci. Elle englobe plusieurs hameaux, dont Couteron, à l'est, et Pontès, à l'ouest. Le village appartient au canton d'Aix-en-Provence-Nord-Est.

Son histoire est étroitement liée à celle d'Aix, ayant toujours, et notamment depuis le XVe siècle, été considéré davantage comme un quartier périphérique d'Aix que comme un village à part entière.

Les habitants de Puyricard sont appelés les Puyricardens.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Puyricard se situe entre Venelles et Éguilles, dans le département des Bouches-du-Rhône et dans le canton d'Aix-en-Provence-Nord-Est. Depuis le sud des Bouches-du-Rhône, on y accède en empruntant la N296 direction Gap, sortie Puyricard, après avoir passé l'agglomération d'Aix-en-Provence. En venant des départements au nord (Vaucluse, Alpes-de-Haute-Provence), la sortie de Puyricard sur la E712 se fait environ 5 kilomètres après Venelles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Puyricard au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le château de Puyricard aujourd'hui.

Même si une église est attestée sur le terroir de Puyricard dès le XIe siècle, il semble qu'un édifice antérieur s'y dressait, sans doute sur le chemin de Rognes, à l'emplacement du château ruiné des Grimaldi[1].

La terre de Puyricard est propriété de l'archevêque d'Aix, qui la partage avec la famille des Baux, même si ces derniers sont tenus de lui rendre hommage, dans l'église de Puyricard, par exemple. La famille des Baux se prête de bonne grâce à cette cohabitation, quoique quelques heurts surviennent de temps à autre, dont les plus célèbres sont le fait de Raymond des Baux de 1283 à 1298, révolte qui se termine par la condamnation du seigneur des Baux[1]. Le château subit plusieurs assauts, dont le plus important est l'œuvre de Jean Ier d'Armagnac. Son siège échoue et le château échappe à la destruction[2].

Entre le milieu du XIVe siècle et celui du XVe siècle, le village apparaît comme totalement abandonné. Aucune trace de son centre ancien ne persiste[3]. En 1421 encore, lors de la visite épiscopale, le village est désert, les premiers habitants revenant en 1424[4]. Ses habitants sont partis pour la ville d'Aix. Pour autant, les terres ne cessent pas d'être cultivées. Le terroir continue d'être exploité comme en témoigne des expressions notariales comme castrum de Podio Ricardo dirruto qui, s'il peut concéder la disparition du village, confirme la persistance du territoire[3]. En 1356, le chevalier Ferrarius de Podio-Ricardo, baile de Vintimille (1328), devait être de la famille de Hugues, damoiseau de Puyricard, habitant cette localité[5]. Ainsi, en 1428, une vingtaine d'habitants d'Aix possèdent une terre qu'ils exploitent à Puyricard. Pendant cette période, seule une bastide y est construite : celle d'Antoine Isnard, maître rational à la Cour des Comptes, en 1411 ; un bâtiment de dix mètres sur cinq et comptant trois étages[3]. Il est possible que cette désertion, d'ordre économique principalement, n'a pas contribué à donner à Puyricard une identité de réel village et, même lorsque la population s'y installe à nouveau, le village ne restera désormais qu'un quartier périphérique d'Aix[3]. Dès cette époque se développent des villages périphériques à Puyricard et englobés dans la même paroisse ; Couteron et Pontès en sont les principaux exemples.

À partir de 1477, l'archevêque d'Aix devient seul seigneur d'Aix[2]. Il s'agit de Georges-Olivier de Pannard, qui règne sur l'épiscopat aixois depuis 1460.

Le grand tremblement de terre de 1909[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Séisme de 1909 en Provence.

Le 11 juin 1909, plusieurs villages au nord d'Aix sont frappés par un séisme dont la magnitude est évaluée à 6,2 sur l'échelle ouverte de Richter : il provoque la mort de 46 personnes[6] dans tout le département des Bouches-du-Rhône ainsi que de nombreux dégâts. La ville d'Aix échappe à de lourds dégâts. La toiture de la vermicellerie Augier s'effondre et quelques murs se lézardent. En revanche, Puyricard connaît des dégâts considérables[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme Puyricard donne Puegricard en provençal de norme classique. Le nom latin du hameau est Podium Ricardi (« castrum de Ricard », du nom d'un seigneur local)[8] mais la forme qui était couramment usitée pour désigner le village jusqu'au XIXe siècle est Perricard[2]. Des actes du Moyen Âge attestent la forme latine du nom. On trouve cité en 1167 un Bertrandus de Podio Aicardo et, en 1289, un Raymundus dominus Podii Ricardi[2],[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village a donné son nom à la fameuse chocolaterie Puyricard, dont le siège se situe un peu en périphérie, sur la route d'Aix-en-Provence. Cette chocolaterie, fondée en 1968[10] par la famille belge Roelandts, est très réputée dans le sud de la France, avec des boutiques dans les grandes villes de la région, et deux boutiques à Paris[11]. La chocolaterie Puyricard produit aussi les « gourmandises de Maliverny[12] », réservées à l'exportation[13].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Façade du château de la Calade en 1970, inscrite en 1975 à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Le village compte plusieurs édifices remarquables, comme des châteaux ou des monuments religieux. Le château de la Calade, achevé au XVIIe siècle, est représentatif de l'architecture bourgeoise provençale d'Ancien Régime au même titre que d'autres demeures du village, comme le château de la Rostolane ou du Grand-Saint-Jean.

Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Puyricard

La place principale du bourg est formée autour de l'église. De style roman, elle possède un autel qui se trouvait jadis au château de Puyricard[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Histoire de Puyricard », geneprovence.com.
  2. a, b, c et d Paul Masson (éd.), Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, t. XIV : « Monographies communales, Marseille-Aix-Arles », p. 558.
  3. a, b, c et d Noël Coulet, « Encore les villages disparus : dépeuplement et repeuplement autour d'Aix-en-Provence (XIVe-XVIe siècle) », Annales, économie, sociétés, civilisations, vol. XXVIII, n° 6, 1973, p. 1463-1483.
  4. Noël Coulet, « La désolation des églises de Provence », Provence historique, volume 23, no 23, 1956, p. 40.
  5. Coulet, Aix, p.750
  6. François Michel, Roches et paysages, reflets de l’histoire de la Terre, Paris, Belin, Orléans, brgm éditions, 2005, ISBN 2-7011-4081-1, p.74
  7. « Observations sur place dans la région dévastée » in Annales de géographie, Paul Lemoine, vol. XIX, n° 103, 1910, p. 22.
  8. Le terme latin podium, traduit dans le toponyme par le préfixe « Puy- », désigne un emplacement élevé par rapport au reste du terroir. Il fait ici allusion à la colline sur laquelle a été bâti le château de Puyricard et où se situait à l'origine le castrum.
  9. « L'ordonnance sur les cabarets (Aix-en-Provence, Puyricard, 13 janvier 1774 », GénéProvence, janvier 2007.
  10. « Quarante bougies sur les Chocolats de Puyricard », La Provence, 24 mars 2008.
  11. Site de la chocolaterie.
  12. Maliverny est le nom d'un quartier de Puyricard.
  13. Site Internet des gourmandises de Maliverny.
  14. « Eglise de Puyricard », site officiel de la mairie d'Aix-en-Provence.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • S. Aublanc, S. Bergaglio, Puyricard, Images et histoires, éditions des Lilas, 2012.
  • M. Constantin, Les paroisses du diocèse d'Aix, leurs souvenirs et leurs monuments. Paroisses de l'ancien diocèse d'Aix, 1890.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]