Puymoyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puymoyen
Vallée des Eaux-Claires
Vallée des Eaux-Claires
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton La Couronne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Angoulême
Maire
Mandat
Gérard Bruneteau
2014-2020
Code postal 16400
Code commune 16271
Démographie
Gentilé Puymoyenais
Population
municipale
2 444 hab. (2011)
Densité 337 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 52″ N 0° 10′ 55″ E / 45.6144, 0.1819 ()45° 36′ 52″ Nord 0° 10′ 55″ Est / 45.6144, 0.1819 ()  
Altitude Min. 51 m – Max. 149 m
Superficie 7,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Puymoyen

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Puymoyen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puymoyen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puymoyen
Liens
Site web www.puymoyen.fr

Puymoyen est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Elle est située au sud d'Angoulême et fait partie de l'agglomération du Grand Angoulême. En zone résidentielle ses maisons sont souvent disséminées parmi les chênes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Le bourg de Puymoyen est situé à 4 km au sud-est de la ville d'Angoulême, 6 km à l'est de La Couronne et 3 km au sud de Soyaux[1].

La commune est traversée par la route départementale 104, qui va de Saint-Michel à Dirac et dessert le bourg. La rocade est d'Angoulême (D 1000) passe au nord de la commune, la route d'Angoulême à Libourne (D 674) passe à l'ouest, et la route d'Angoulême à Villebois-Lavalette (D 81) passe à l'est[2].

Puymoyen est aussi desservie par les transports en commun d'Angoulême qui desservent l'agglomération, avec des connexions aux lignes de bus no 8 et 22.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La partie occidentale de la commune compose une partie du quartier de Ma Campagne, en limite avec Angoulême, ainsi que la zone économique.

À l'ouest du bourg, on trouve le Petit Rochefort, lotissements dont le cœur est un ancien hameau, ainsi que le Verger. Au nord du bourg, non loin de la route D 81, on trouve les Reclos, les Creusilles et le Petit Peusec.

Enfin, dans la vallée des Eaux Claires, on trouve d'ouest en est Clairgon, le Moulin du Verger, et le Petit Chamoulard au sud[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Puymoyen
Angoulême
La Couronne Puymoyen Dirac
Vœuil-et-Giget Torsac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La corniche d'Angoumien supérieur surplombant la vallée des Eaux Claires

La commune est occupée par des plateaux calcaires datant du Crétacé. On trouve le Turonien (aussi appelé Angoumien) sur une grande moitié ouest, ainsi que dans la vallée des Eaux Claires. Le plateau à l'est du bourg compris, ainsi que le Petit Peusec, est occupé par le Coniacien (calcaire plus graveleux).

L'Angoumien a été exploité par des carrières de pierre de taille souterraines, souvent reconverties en champignonnières ou abandonnées (vallée des Eaux Claires)[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 130 m, entaillé par la vallée des Eaux Claires qui passe au sud du bourg, et de la combe de Clairgon à l'ouest. Le point culminant est à une altitude de 149 m, situé au nord-est du bourg. Le point le plus bas est à 51 m, situé le long des Eaux Claires au pont de la route de Libourne. Le bourg est à environ 135 m d'altitude[2].

La vallée des Eaux Claires est bordée de falaises réputées pour l'escalade.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les Eaux Claires, ruisseau se jetant dans la Charente à Saint-Michel-d'Entraigues en aval d'Angoulême, traverse la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain, et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,7
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[6].
Article connexe : Climat de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La vallée des Eaux Claires est bordée de chênes verts, et la végétation y est pré-méditerranéenne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De Poimea en 1147, de Podiomea avant 1160[7]. Podium medianum, « le sommet du milieu », le sommet d'entre vaux : Puymoyen est en hauteur entre les vallées de l'Anguienne et des Eaux-claires[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un gisement du Moustérien existe au Petit-Puymoyen, et un os temporal apparenté à un homme de Néandertal a été trouvé[9].

Histoire de la papeterie[modifier | modifier le code]

La vallée des Eaux Claires a vu se développer une activité papetière artisanale et industrielle. On peut citer le moulin du Verger dès le XVIe siècle[10], la papeterie du Petit Chamoulard qui a exercé son activité entre 1670 et le début du XXe siècle[11], et le moulin du Petit Rochefort qui a été une usine de pâte à papier puis cartonnerie pour les papeteries Laroche-Joubert à Nersac et qui a exercé entre le XIXe siècle et 1985[12].

Article connexe : Papeterie en Angoumois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Puymoyen
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Lionel Méroni DVD  
2008 2014 Jean-Pierre Grand DVG Cadre de banque en retraite
2014 en cours Gérard Bruneteau DVD Retraité de France-Télécom
Les données manquantes sont à compléter.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier losangé d'or et de gueules, au deuxième d'azur au moulin à papier terrassé d'argent, ouvert eu ajouré de sable, accompagné de deux arbres de sinople et d'une falaise d'or, au troisième d'argent à la grappe de raison de pourpre, feuillé de sinople, au quatrième d'or au diable de gueules tenant une fourche de trois pointes de sable.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 444 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
316 315 302 337 421 407 483 496 511
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
526 532 519 560 519 679 705 705 685
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
658 687 753 750 743 799 272 316 314
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
436 841 1 573 2 258 2 305 2 413 2 444 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Puymoyen en 2007 en pourcentage[15].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,2 
3,8 
75 à 89 ans
5,3 
16,6 
60 à 74 ans
15,7 
34,1 
45 à 59 ans
34,6 
16,1 
30 à 44 ans
18,2 
13,7 
15 à 29 ans
10,9 
15,4 
0 à 14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune, les Chaumes de Crage, a été rattachée à la commune d'Angoulême en 1945 pour former le quartier de Ma Campagne[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Une zone d'emploi se trouve à la limite d'Angoulême, près du quartier de Ma Campagne.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Puymoyen possède une école maternelle comprenant trois classes et une école élémentaire publique comprenant cinq classes. Le secteur du collège est Angoulême (Pierre-Bodet, à Ma Campagne)[18]. Les lycées sont aussi à Angoulême.

Sports et activités[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, le siège de la Ligue du Centre-Ouest de football est domicilié dans la commune.

Associations et vie sociale[modifier | modifier le code]

  • Maison de la petite enfance
  • Centre de loisirs de Clairgon, de la ville d'Angoulême
  • Club des aînés

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Puymoyen est jumelée avec une commune du Val-d’Oise :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vincent[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Vincent est romane et date du XIIe siècle, à coupoles, (fragment de statue donnée en 1917 au Musée archéologique)[19].

Elle est inscrite monument historique depuis 1969[20].

L'église comporte des fonts baptismaux du XIIIe siècle, classés monument historique à titre objet depuis 1911[21], ainsi qu'une cloche en bronze de 70 kg datant de 1676, classée elle aussi[22]. Il y a aussi une statue de la Vierge à l'enfant datant du XIVe siècle, assez mutilée, inscrite monument historique depuis 2004[23].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le moulin du Verger[modifier | modifier le code]

Les Eaux-Claires au moulin du Verger

Une ancienne papeterie, toujours parmi les deux en activité en Charente. Elle est située sur le ruisseau des Eaux-Claires[10].

Le moulin du Verger est inscrit monument historique depuis 1991[24].

Article détaillé : Moulin du Verger.

Le château du Diable[modifier | modifier le code]

Au pied du hameau du Petit Rochefort, ce manoir est situé dans la rue à laquelle il a donné son nom. Le château du Diable est une ancienne place forte anglaise de la guerre de Cent Ans. Les Anglais étaient alors surnommés les diables rouges, ce qui lui a donné son nom. Il reste du château du XVIe siècle une vaste salle voûtée en berceau brisé qui permet de le classer dans la catégorie des manoirs-salles jadis fréquents en Angoumois comme en Gascogne[25]. Le portail avec les diables sculptés a été ajouté par son propriétaire, M. Boeglen, en 1937. L'édifice jouit d'une vue imprenable sur la vallée qu'il surplombe. On aperçoit très nettement le "château" lorsque l'on se promène dans la vallée, sa facade blanche se détachant nettement parmi les chênes verts qui constituent les versants protégés de la vallée.

Château du Diable

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La vallée des Eaux-Claires[modifier | modifier le code]

Falaise d'escalade

La vallée des Eaux-Claires sépare Puymoyen de Vœuil-et-Giget. Il y coule le ruisseau qui lui donne son nom.

Sentiers de randonnée[modifier | modifier le code]

Le GR 4 de Royan à Grasse et le GR 36 de la Manche aux Pyrénées sont confondus en un sentier commun qui contourne Angoulême par le sud et qui traverse la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre,‎ 1973 (consulté le 17 novembre 2011)
  6. « Cognac, Charente(16), 30m - [1961-1990] », sur infoclimat.fr (consulté le 1er janvier 2013)
  7. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac,‎ 1899 (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 139
  8. V. Beszard, 183, N. 1. in Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Comptes rendus de l'Académie des Sciences, vol.325 Issue 11, déc.1997, éd.Elsevier SAS, p.905-908 - voir en ligne
  10. a et b « Moulin du Verger (notice) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Papeterie du Petit Chamoulard », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Papeterie du Petit Rochefort », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  15. « Evolution et structure de la population à Puymoyen en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  17. Pierre Dubourg-Noves (dir.), Histoire d'Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Éditions Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones »,‎ 1990, 319 p. (ISBN 2-7089-8246-X, notice BnF no FRBNF35072424, présentation en ligne), p. 295
  18. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  19. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1917, p. LIV
  20. « Église Saint-Vincent », base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Fonts baptismaux », base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « Cloche de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Vierge à l'enfant », base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « Moulin du Verger », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ 1993, 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 375

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Gaillard, Châteaux, logis et demeures anciennes de la Charente, Paris, librairie Bruno Sépulchre,‎ 1993 (réimpr. 2005), 893 p., p. 560-561

Liens externes[modifier | modifier le code]