Puy (société)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Le puy (ou pui) est une société littéraire pieuse dans les provinces romanes des Pays-Bas Belgiques, en Picardie et en Normandie aux XIIIe et XIVe siècles.

Il est l'ancêtre de la chambre de rhétorique et du Meistersinger allemand. La plupart des puys étaient dédiés à la Vierge Marie. Celui de Dieppe par exemple l'était pour son Assomption et celui de Rouen pour son immaculée conception. Au début plus religieux que littéraires, ces cercles devinrent petit à petit plus littéraires que religieux.

Liste des puys connus[modifier | modifier le code]

Artois[modifier | modifier le code]

Flandre romane[modifier | modifier le code]

  • Le Puy Notre-Dame de Lille, Lille
  • Le Puy d'escole de rhetorique de Tournay, Tournai
  • Le Puy Royal de Saint-Jacques, Tournai
  • Le Puy de l'Assomption, Douai

Normandie[modifier | modifier le code]

Picardie[modifier | modifier le code]

  • La Confrérie Notre-Dame du Puy, Amiens

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Gally, Parler d'amour au puy d'Arras, Éd. Paradigme, Coll. Medievalia, 2004 (ISBN 978-2-86878-236-6)
  • Christine Jacob-Hugon, L'Œuvre jongleresque de Jean Bodel: l'art de séduire un public, Éd. De Boeck, 1998 (ISBN 2804126714)
  • Albert De la Fons-Mélicocq, « Jeux de personnages représentés par les sociétés de rhétorique de Lille, à Courtrai, Ypres, Tournai, Malines », dans Messager des sciences historiques, des arts et de la bibliographie de Belgique, 1856, pp. 347-350.
  • Jean-Claude Arnould & Thierry Mantovani, Première poésie française de la Renaissance : Autour des Puys poétiques normands - Actes du colloque international organisé par l'Université de Rouen du 30 septembre au 2 octobre 1999, Éd. Honoré Champion, Coll. Colloques sur la renaissance, 2003, 630p. (ISBN 9782745308290)
  • (en) Chas. B. Newcomer, The Puy at Rouen, in PMLA, Vol. 31, No. 2 (1916), pp. 211-231