Puy-Saint-Gulmier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Puy-Saint-Gulmier
Image illustrative de l'article Puy-Saint-Gulmier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Arrondissement de Riom
Canton Canton de Pontaumur
Intercommunalité Communauté de communes de Haute Combraille
Maire
Mandat
Cédric Rougheol
2014-2020
Code postal 63470
Code commune 63292
Démographie
Population
municipale
139 hab. (2011)
Densité 6,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 30″ N 2° 37′ 43″ E / 45.7917, 2.628645° 47′ 30″ Nord 2° 37′ 43″ Est / 45.7917, 2.6286  
Altitude Min. 616 m – Max. 853 m
Superficie 20,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puy-Saint-Gulmier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puy-Saint-Gulmier

Puy-Saint-Gulmier est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La butte volcanique d'une centaine d'hectares domine la campagne environnante. De la table d'orientation, elle offre une vue exceptionnelle sur la chaîne des dômes, le massif du Sancy et le plateau de Millevaches en Limousin.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'époque gallo-romaine[1]

L’occupation humaine est probablement très ancienne comme en témoigne le proche dolmen de Saint-Etienne des Champs qui domine les gorges du Sioulet.

En 1857, des cultivateurs ont découvert près de Neuvialle sept médailles gauloises en or, deux médailles d'argent, une monnaie consulaire et un quinaire de l'Empereur Majorien.

Près du village du Four a été découvert un four à tuiles à rebords (1957).

Des tronçons de voie romaine ont également été répertoriés près des villages des Pauses et du Four.

L’époque médiévale et la seigneurie de Puy Saint-Gulmier[2]

Situé au sommet de la butte, le château se composait de quatre tours placées à chaque angle du corps de logis et d'une petite tour centrale servant d'escalier. En 1604, il fut détruit par un incendie et vers 1860 il ne restait qu'une tour en ruine avec un corps de logis en très mauvais état.

La seigneurie resta aux de Chaslus du XIIe au XVIe siècle. En 1513, Louise de Chaslus, dame du Puy-Saint-Gulmier, épousa Jean de Bosredon, baron d'Herment et leurs descendants se succédèrent jusqu’à la Révolution.

Gabriel-Annet de Bosredon, marquis de Puy Saint Gulmier fut le dernier sénéchal de Clermont-Ferrand qui présida l’assemblée de la noblesse d’Auvergne en 1789.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 réélu mars 2014 Cédric Rougheol[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 139 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
713 633 681 792 788 709 728 732 727
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
677 639 628 654 641 602 663 597 559
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
531 557 515 463 400 347 341 367 375
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
301 264 246 229 203 159 158 158 142
2011 - - - - - - - -
139 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mine de fluorine

Très beaux cristaux cubiques bleu profond voir MNHN PARIS

Deux sites ont été exploités pour la fluorine ; Le Four et Bisage

Un site a été exploité pour le charbon ; Le Cheix

Église du XVIe siècle

Son existence est mentionnée dans une bulle papale de Lucius III en 1182. Sa toiture est en lauzes et on peut observer un puits situé dans la nef.

Au XVIIIe siècle, un clocher terrasse (rare dans la région) et deux chapelles attenantes sont érigés.

Associations liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Club de Foot, AS Puy Saint Gulmier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : revues Gallia
  2. Source : Ambroise TARDIEU et AD du Puy de Dôme
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :