Grande purge Jedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Purge Jedi)
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Purge Jedi est un évènement majeur de l'histoire de l'univers fictif de Star Wars imaginé par le cinéaste américain George Lucas, qui survient à la fin de l'épisode III de cette saga. Elle débute avec la mise en place de l'Ordre 66, sous ordre de l'Empereur Palpatine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Ordre 66[modifier | modifier le code]

L'Ordre 66 était un ordre implanté dans le subconscient des clones depuis leur gestation dans le complexe de clonage de Kamino afin de contrer un éventuel putsch des Jedi, car les Clones sont au service de la République et donc de Palpatine étant donné que ce dernier est Chancelier Suprême. Les clones furent presque tous incapables de résister. C'est ainsi que des clones tuèrent des Jedi avec lesquels ils avaient combattu durant une grande partie de la Guerre des clones.

Mais aucun ne souhaitait la mort de leur Général Jedi. Ils allèrent jusqu'à refuser l'Ordre 66. EX: Sur Murkhana, Roan Shryne et Olee Starstone furent sauvés de l'Ordre 66 par les membres d'une unité de commandos clones du nom de Équipe Ion, qui refusa d'accepter un ordre du gouvernement lui demandant de tuer des êtres aux côtés desquels il avait combattu. Ceci illustre la conscience dont étaient dotés certains clones. Les clones commandants étaient notamment très "humains", contrairement aux fantassins. C'est pourquoi plusieurs, comme le Commandant Excel, se permirent de rejoindre l'Alliance rebelle, ne voyant aucun sens à l'armée impériale.

Seuls quelques rares Jedi, dont les maîtres Obi-Wan Kenobi, Quinlan Vos, Shaak Ti ou encore Yoda, survécurent. Ce fut avec ces quelques mots que Palpatine, après s'être autoproclamé Empereur, fit le lien final avec la Trilogie classique : les clones troopers, emblème de la République, seront exécutés et remplaçés par l'armée secrète de Palpatine, les Stormtroopers.

Palpatine donna l'Ordre 66 après la victoire de son duel avec Mace Windu, Kit Fisto, Agen Kolar et Saesee Tiin. À la tête de sa 501e légion de clones et sur l'ordre de Palpatine, Dark Vador attaqua alors le Temple Jedi, massacrant tous les Jedi présents, mêmes les jeunes Novices. Puis le nouvel empereur envoya son apprenti massacrer les chefs séparatistes sur Mustafar...

L'Ordre 66 est le dernier élément qui permit à Palpatine d'accéder au pouvoir suprême. Après s'être fait donner les pleins pouvoirs par le Sénat peu avant la bataille de Géonosis, celui-ci n'avait plus besoin que de la dispersion des Jedi pour proclamer l'Empire sans craintes.

Par la suite, lorsque l'Ordre 66 était toujours d'application (pendant « la Grande Purge Jedi »), un groupe de huit Jedi (dont les maîtres Tsui Choi et Bultar Swan) réussirent à piéger Dark Vador sur Kessel à l'aide d'une rumeur selon laquelle une réunion Jedi à laquelle participerait Obi-Wan Kenobi s'y déroulerait. Dark Vador parvint à tuer plusieurs de ses adversaires, mais fut bientôt mis à mal face au nombre et à la force des Jedi. Il est finalement sauvé par des troupes stormtroopers arrivées au bon moment, qui lui permettent de supprimer ses adversaires.

Purge Jedi[modifier | modifier le code]

Ayant assuré son pouvoir sur Coruscant, le monde-capitale, et après la trahison d'Anakin Skywalker (devenu Dark Vador), Palpatine fait désactiver l'armée droïde des Séparatistes dont il était le chef secret en tant que Dark Sidious, et les troupes Clones de la République s'emparèrent des planètes qu'elles défendaient auparavant. Simultanément, Dark Vador et la 501e légion attaquent le Temple Jedi sur Coruscant et Palpatine lance l'Ordre 66 : plusieurs soldats clones sont forcés à se retourner contre leurs généraux Jedi et les abattent cruellement. D'autres commandants Clones, ayant refusé l'Ordre, sont punis, pourchassés, et exécutés, tout comme leurs généraux Jedi. Alors, ils se rangèrent du côté de la future Alliance Rebelle. Les Jedi ayant survécu à l'Ordre crouleront, poursuivis par l'Empire. Par la suite, les Clone troopers sont remplacés par les Stormtroopers, encore plus obéissants et élevés secrètement.

Par la suite, Palpatine s'autoproclame Empereur, et mène la manipulation politique à son paroxysme en faisant croire à une tentative de putsch des Jedi, justifiant la Purge. Des Jedi, menés par la célèbre Bultar Swan, tentèrent de mettre fin à la purge en coinçant Vador, mais Palpatine profita de cet assaut pour justifier à nouveau l'exécution de ces Jedi par Vador : Bultar Swan tombe dans un piège et meurt.

Quelques Jedi survécurent à la Purge Jedi : c'est le cas de Yoda et d'Obi-Wan Kenobi, qui s'exilèrent respectivement sur Dagobah et Tatooine, mais aussi, entre autres, de Shaak Ti, Rahm Kota et Quinlan Vos.